AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234069459
Éditeur : Stock (12/01/2011)

Note moyenne : 2.96/5 (sur 25 notes)
Résumé :

C’est une belle demeure de campagne, au milieu d’un parc arboré, pleine d’escaliers, d’enfilades de pièces et de mobilier élégant. C’est une maison peuplée de souvenirs, de fantômes et de rêveries où vivent deux femmes. L’une est veuve depuis quelques mois. Elle s’installe souvent dans le salon d’hiver, pour lire, silencieuse et pensive. L’autre, cȁ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Lali
  02 juin 2012
Le mot « singulier » a été utilisé plus d'une fois tant par les critiques que par les éditions Stock pour désigner le premier roman d'Émilie Desvaux intitulé À l'attention de la femme de ménage. Je pourrais bien évidemment en chercher un autre, utiliser « inclassable » à la place de « singulier » pour rester dans le flou, mais ça ne serait pas rendre justice à ce roman qui, tout en étant imparfait, n'est pas sans intérêt.
Le roman, constitué d'une longue lettre adressée à celle qui vient depuis des années tous les jeudis ranger la maison de la narratrice, faire les carreaux, repasser son linge, celle qu'elle ne connaît pas, parce qu'elles ne sont jamais liées et qu'elles ont conservé cette distance d'une autre époque qu'avaient entre eux le maître et l'employé de maison, relate ce qui ne se dit pas. Ce que l'une a peut-être deviné. Ou pas. À propos de ce qui unit sa patronne et Marie-Jeanne, la jeune cousine de son mari qu'ils ont recueillie peu de temps avant qu'André ne périsse dans un accident de voiture. Ou qu'elle ait réussi à percer un lourd secret de famille concernant ce qui s'est passé entre un père et sa fille il y a plus de vingt ans.
Qu'elle sache ou pas avant qu'elle ne commence à lire cette lettre, elle sera au courant de ce qu'a vécu celle qui l'emploie quand elle aura fini de lire la lettre. À la manière d'une lettre d'adieu ou d'un testament, ce roman épistolaire fait le portrait d'une vie, sans fausse pudeur et sans maquillage, avec tout ce qu'il peut avoir de dérangeant par les liens qu'entretiennent entre eux ceux et celles (essentiellement trois personnages) qui habitent les pages de ce roman de moeurs.
L'écriture est fluide. le rythme a la lenteur et la langueur des jours qui coulent sur cette demeure élégante, isolée de tout, alors que les saisons laissent si peu de traces sur les vies de celles qui y vivent, inconscientes du danger qui plane sur elles, comme une épée de Démoclès.
Ça ne pouvait se terminer que dans un drame. Et c'est là que nous emmène Émilie Desvaux qui n'a pas ménagé les détails pour nous montrer l'ambiance étouffante qui a toujours été celui de la narratrice. Un premier roman bien écrit, sans plus. Les personnages ne sont pas assez attachants pour qu'il en soit autrement.
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
sultanne
  03 novembre 2014
Une jolie plume, doucereuse, lente et poétique, à l'image de cette étrange narratrice sans nom qui confie l'histoire de sa folie à la femme de ménage.
Le dedans et le dehors communiquent sans cesse, tel le passé et le présent, l'intérieur et l'extérieur, à l'instar de ce corps sans limite, celui de la narratrice, fondu dans la masse de cette maison, fantômatique, flegmatique, envoûté, emprisonné par les murs lourds de l'histoire familiale.
Le peps et la fraîcheur de Marie-Jeanne vont tout derranger, véritable buldozer qui va faire remonter à la surface l'enfoui, le non-dit, l'oublié. En redonnant vie à cette bâtisse, Marie-Jeanne s'expose, expose son corps, son âme, qu'elle offre allègrement dans son infinie soif d'amour maternel et matriciel.
Et l'identité véritable de notre narratrice, hystérique contenue, frigide passionnée, peut enfin venir à la vie.
Une prose poétique envahit tout le livre, empli de descriptions romantiques qui s'enchevêtrent toutes les unes dans les autres, baroques, colorées ou ternies par le temps, bref, une lecture excellente pour l'imaginaire .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Maliae
  27 avril 2014
Mon avis sur ce livre est assez mitigé. L'écriture est très bonne et nous entraînes avec elle, on imagine très bien la maison, les personnages, et j'avoue que c'est très beau la manière dont c'est décrit, j'aimais beaucoup la poésie qui se dégageait de ce livre. Seulement je ne savais pas où on allait, je n'ai pas réussi à m'attacher à la veuve et encore moins à Marie-Jeanne (peut-être parce que la femme qui écrit ne l'aime pas non plus). Plus d'amour entre ces deux femmes, la veuve ne veut plus de Marie-Jeanne mais Marie-Jeanne reste tout de même, envers et contre tout. Leur relation m'a paru tellement froide que je ne l'ai pas aimé non plus (même pas quand la veuve parle des débuts). Bizarrement je me suis attachée à André (le mari de la veuve) et c'est bien le seul. Je n'ai pas non plus aimé les parents de la veuve (elle raconte leur histoire), le père me faisait froid dans le dos (et vu ce qu'on apprends j'avais plutôt raison) et la mère était également très froide. le détour sur les sirènes est plutôt sympa, mais j'avoue que je n'ai pas tout compris. La veuve m'intriguait mais je n'ai pas réussi à me mettre à sa place, je n'ai pas compris ses sentiments, ni pourquoi finalement elle en arrive là. La fin est sympa mais je la voyais venir et moi qui attendait un retournement de situation, cela m'a un peu déçu. J'ai aussi regretté que finalement la femme de ménage soit tellement absente de cette histoire, même si c'est à elle qu'est adressé cette géante lettre (cela donne l'impression que la veuve s'adresse à nous d'ailleurs, puisque c'est écris à la deuxième personne "vous"). Je ne sais guère que dire de plus sur ce livre, très beau dans sa prose mais dont l'histoire et les personnages m'ont paru froids, vides et je n'ai pas tellement accrochée au final. J'aimerais réessayer un livre de cette auteur, au moins pour son écriture (et voir si cette fois-ci son histoire me branche un peu plus).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
kikibaba
  05 octobre 2014
Une femme laisse une lettre à l'attention de la femme de ménage, dans laquelle elle raconte sa vie. Fille unique d'un professeur et d'une mère sans autre emploi que le nettoyage des bronzes à la maison. Son père qui lui raconte des histoires de sirènes. Sa rencontre avec André son répétiteur qui deviendra son mari. Puis la mort d'André et sa relation avec Marie-Jeanne, la nièce de celui-ci. Jusqu'à sa métamorphose finale après laquelle elle abandonne la maison. Un roman sur la métamorphose, une écriture sensible. Une bonne lecture.
Commenter  J’apprécie          60
kiki23
  06 avril 2011
Premier roman impressionnant.
Lettre adressée à la femme de ménage de la maison, comme celle que l'on laisse sur la table ou le frigo avec les consignes de la journée.
Trois héros peuplent ce roman :
- une femme mure et rangée, un peu bourgeoise ;
- une jeune fille sensuelle et bordélique ;
- une grande maison à la campagne, peuplée de souvenirs de famille, de fantômes, de rêveries.
De ces pages émane une ambiance feutrée, une musique, qui caractérisent le style d'Emilie Desvaux et font oublier toutes les petites imperfections de ce premier roman. le tout est très visuel et je me suis surprise à essayer de trouver une distribution pour une adaptation cinématographique…
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
kiki23kiki23   06 avril 2011
Il fait sombre et nous allumons les lampes, évoluant dans les lueurs sous-marines des ampoules rondes, cernées de toutes parts de silence lisse et des craquements légers du bois qui gonfle. Je tricote, concentrant ma tension sur les aiguilles, souvent aussi je me retire au salon – jardin d’hiver -, je rêvasse sous les vitraux ruisselants qui font pleurer leurs couleurs.

Commenter  J’apprécie          110
BMRBMR   11 juillet 2011
[...] Je la trouvais partout, Marie-Jeanne, la cousine de mon mari, ma nouvelle colocataire. Elle était ma première vision, ma paralysie pour un minuscule instant, une seconde sans fin ni frémissement - elle était dans le salon, dans la cuisine, dans la véranda inachevée, sur la terrasse. Elle était vautrée sur le canapé ou à même la moquette, un genou replié, occupée à se vernir avec application les ongles de pieds.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BMRBMR   11 juillet 2011
[...] J'ai eu des grands-parents, je crois, lorsque j'étais bébé, ils sont morts très vite. Tout le monde est mort si vite. Ce serait une maison idéale pour les fantômes mais en fait de fantôme, il n'y a que moi.
Commenter  J’apprécie          30
Video de Emilie Desvaux (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emilie Desvaux
Emilie Desvaux par Franz-Olivier Giesbert, dans Semaine Critique sur France 2, le 7 janvier 2011, pour la sortie de son roman "A l'attention de la femme ménage"
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Emilie Desvaux (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3409 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre