AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782330005764
135 pages
Éditeur : Actes Sud (04/04/2012)

Note moyenne : 2.98/5 (sur 29 notes)
Résumé :
4° de couverture :
(Edition Source : Actes Sud, Domaine français - 04/2012)
ISBN : 9782330005764


Elina Marsch pousse son premier cri en 1926, au soir d'un opéra dans lequel son père, ténor préféré du compositeur Janacek, vient de triompher. Au moment même où la diva, sur scène, chante son ultime note funeste, la mère d'Elina, elle-même soprano, quitte ce monde.
L'enfant grandit entre le spectre de la défunte et un père ai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
fbalestas
  19 novembre 2017
Elina March naît en 1926 pendant que sa mère cantatrice meurt en accouchant. Son père, chanteur lui aussi, va l’élever dans l’univers de l’opéra et tenter de faire d’elle une cantatrice à son tour. Mais sa vie est loin d’être facile : craignant en tant que juif les poursuites nazies, son père décide de s’exiler en Amérique emmenant Elina avec lui. Entre temps il s’est remarié, et Elina commence à s’attacher à sa nouvelle belle-mère mais son père se sépare de sa nouvelle épouse dès qu’il monte sur le bateau et Elina va devoir s’adapter à de nouvelles compagnes. Elina va apprendre dans le monde américain l’art de la séduction, mais surtout elle va expérimenter toute une série de rôles tragiques qui mettent en scène sa propre tragédie.
Aux Etats-Unis, Elina découvre une liberté de mœurs qu’elle ne soupçonne même pas, alors que jusqu’ici elle a été soumise à une discipline de fer, entraînée comme une athlète à devenir une diva internationale : sous la plume de Régine Détambel on apprend que Kristen Flagstad va enseigner les aigus à Elina et tenter de lui apprendre le fameux « toucher de cristal » de la voix.
A 16 ans elle sera le Chérubin des « Noces de figaro » même si elle est beaucoup trop jeune pour ce rôle, ce qui lui attirera les foudres des critiques.

Elle se rend compte surtout que la vie d’une cantatrice n’est pas de tout repos. « Elina Marsch, vers les vingt-cinq ans, a une voix exceptionnelle, on a l’impression que ses cordes vocales ont des lèvres, elles articulent toutes seules à une vitesse phénoménale et sans même que le visage de la diva ne cligne ou ne frémisse, des choses imparables. Ses habilleuses ont vu déjà tant d’hommes et de femmes défaillir dans les loges, pour elle, à cause d’elle, par elle, désespérées ou au contraire ivres de joie à s’en tuer, qu’elles disparaissent discrètement devant un dos nu ou un peu de cette violence passionnelle,
passionnelle, si difficile à doser. » Son amie le lui a expliqué : une prima donna doit produire sept succès par an et sept scandales également, c’est ce qu’on attend d’une vedette comme elle en a le potentiel.

La vie à deux artistes - le père et la fille - n’est pas simple et on ne sait lequel des deux va dominer l’autre. Mais « peut-on continuer à vibrer, dans la longueur d’ondes spécifiques qu’on a choisie et qui vous a choisi, si une autre vibre à côté de vous, et en fin de compte, vous parasite ? ».
Elina aurait pu connaître une carrière fulgurante si un étrange mal ne s’était emparé d’elle, mais pour savoir lequel il va falloir plonger dans l’univers de l’opéra sérieux …

L’écriture de Régine Détambel est foisonnante : elle nous emporte avec brio dans l’univers difficile des chanteurs d’opéra. Avec un vocabulaire riche, son texte est charnel et sensuel.
Découpée en chapitres comme autant de mouvements (« Ouverture », « Contre-chant », « Finale » …) cet opus nous apprend beaucoup sur cet organe si particulier et unique qu’est la voix.
La fin étrange et romancée pourra dérouter le lecteur mais comme son entrée dans la vie, le destin d’Elina a quelque chose de légendaire.

Lien : https://www.biblioblog.fr/po..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
GODINHO
  23 août 2014
Opéra Sérieux, est un livre étrange, une histoire inhabituelle, déroutante, voire énigmatique….
Pour résumé
Elina Marsch, fille du ténor préféré du compositeur Janáček, née en 1926 dans une famille juive. de nature fragile et mystérieuse Elina grandit en compagnie des maîtresses de son père, des cantatrices célèbres dont elle apprend l'art de la séduction et un répertoire d'airs de folie et de mort avant de connaître les horreurs de la guerre et de s'enfuir en Amérique.
Opéra Sérieux est aussi le roman sur la voix d'Elina qui fascine, apaise ou terrifie. de cours de chants en premiers concerts, sa voix doit se plier à un travail rigoureux, de technique ou la discipline s'impose. Oui Elina à une voix divine, elle est ensorcelante, ressemble au chant des sirènes, qui pourrait se révéler dangereux que celui des Sirènes, qui signale la mort des marins tristes qui succombaient à leur appel, ou consolatrice.
Elina dès sa naissance, son premier cri, elle a appris bailler, à écouter, et à entendre, peut-être le symbole de la folie.
« Elina Marsch a eu un destin de tragédienne — et de criminelle ».
C'est un éloge à la voix.
C'est le premier ouvrage de Régine Detambel que je lis (aimant l'opéra la couverture m'a tout de suite attirée, et je n'ai pas été déçu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
antibouille
  04 février 2015
Un livre mystérieux, émouvant et troublant. L'histoire d'une future diva qui naît pendant que son père, ténor, triomphe sur scène et dont la mère, elle-même soprano, meurt en lui donnant vie....elle ne peut que devenir chanteuse d'opéra, mais à quel prix ! Sa vie tourne autour de sa voix, de gros sacrifices et de souffrances qui la fragilisent et même beaucoup plus que cela...l'écriture somptueuse dégage une atmosphère très lourde, d'une grande intensité dans l'évocation de la musique et du chant et, en même temps, déroutante et inquiétante autour de disparitions étranges...une lecture pas toujours facile mais très attachante.
Commenter  J’apprécie          50
roadinette
  10 décembre 2014


Petit roman d'une grande intensité qui se déroule dans le monde de l'opéra.
Le récit s'articule autour de la voix et du souffle. Elina pouse son premier cri en 1926, sa mère, soprano décède à la naissance de sa fille.
La vie d'Elina sera suspendue à l'acquisition d'une voix parfaite, avec tout ce que cela entraine de contraintes.
Son père,ténor, les compagnes de son père, toutes des cantatrices, les professeurs, toutes ces personnes l'entourent et veillent sur elle et surtout sur cet organe précieux, sa voix.
Sa gorge, ses cordes vocales sont décrites comme des entités distinctes du corps d'Elina tout en en faisant partie intégrante. le style littéraire a la précision d'un geste de chirurgien.
Elina connait toutes les étapes de la vie d'enfant, de jeune fille avec des flirts,... période d'anorexie...révolte...
Mais sa raison finira par sombrer entièrement dans son art.
Je n'ai pas eu l'impression de LIRE un livre, mais plutôt, de L'ENTENDRE à travers des airs d'opéras
Commenter  J’apprécie          20
Malice
  03 juillet 2013
Le personnage féminin très attachant, Elina est une jeune fille touchante. le sujet je trouve est original car il tourne autour de la voix et de ses mystères. La construction de ce petit roman est intéressante aussi. Mais tout de fois mon avis concernant ce court roman est mitigé. Car il n'y a pour ainsi dire pas d'histoire, mais plutôt de longues et belles descriptions poétiques autour du chant et de la voix. Ces nombreuses descriptions sont trop corsetées, finement ciselées, elle rend hommage à l'opéra d'une façon originale . Puis, un autre point déroutant pour ma part c'est la couverture, fort belle mais qui ne correspond pas j'ai trouvé à l'ambiance du roman. La couverture (surtout quand elle est illustrée) invite à une ambiance de lecture, elle donne une indication. Quand l'on voit la couverture de ce roman on imagine que l'auteur va nous plonger dans l'histoire d'une jeune fille et non dans le parcours de vie d'une femme. Pour ma part c'est le premier ouvrage de Régine Detambel que je lis et je suis tout de même séduite par sa plume. En tout cas il n'y a pas de doute un livre malgré tout séduisant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Lexpress   02 mai 2012
Ce texte est une tragédie noire où l'auteur joue avec le cristal des aigus et la chaleur des graves.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
AifelleAifelle   22 avril 2012
"Au printemps, Kirsten enseignera à Elina le toucher de cristal, qui est, de tous les cours, le plus ardu, le plus subtil, le plus spirituel même. Il s'agira de secréter, à l'intérieur de son crâne, un aigu très petit, très ténu, mais qui sera très beau à l'extérieur, pour ceux qui écoutent, et qui rayonnera au loin."

Commenter  J’apprécie          30
Lucie16Lucie16   20 juillet 2012
Elina Marsch, vers les vingt-cinq ans, a une voix exceptionnelle, on a l’impression que ses cordes vocales ont des lèvres, elles articulent toutes seules à une vitesse phénoménale et sans même que le visage de la diva ne cligne on ne frémisse, des choses imparables.
Commenter  J’apprécie          20
claraetlesmotsclaraetlesmots   07 avril 2012
Le temps ne passe plus. Le temps est figé. La petite s’est dessiné une montre sur le poignet. Le temps égrène des minutes de chair pure. Car la voix qui monte de ses fonds a été créée pour altérer, séduire, empoisonner, pour tuer sans laisser de traces. Elle la fait tomber à genoux avec un coup au cœur, et malgré tout pleurant de pures larmes de plaisir insensé et de joie.
Commenter  J’apprécie          10
CsylCsyl   05 décembre 2015
Elina considère se repaire splendide comme son lieu de méditation. Elle s'y précipite dès que l'oiseau l'appelle en poussant des cris stridents à lui casser la tête et que la plus douce de ses pensées ne coupe pas moins qu'un éclat de verre, ce que les gens non éclairés appellent migraine. Un petit séjour d'une heure vaut pour deux cachets d'aspirine.
Commenter  J’apprécie          00
CsylCsyl   05 décembre 2015
On dit que, vers minuit, il se fait une fente minuscule entre le jour qui finit et celui qui commence, et qu'une personne très agile qui parviendrait à s'y glisser sortirait du temps et trouverait un royaume où seraient amassées toutes les choses qu'elle a perdues, aussi bien des poupées que des petits chats.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Régine Detambel (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Régine Detambel
Retour en images sur la 33ème édition de la Comédie du Livre qui s'est déroulée à Montpellier. Erwan Larher, Nicole Ferroni, Sandra Colombo, Michel Moatti, Régine Detambel, Gaston, Iris de Mouy, Tristan Koegel, Ptiluc ou encore Jean Teule... Au total, pas moins de 136 auteurs ont répondu présents à notre invitation.
Site Web Sauramps : https://www.sauramps.com
Retrouvez nous sur :
Facebook : https://bit.ly/2lhDbcc Twitter : https://bit.ly/1UDrTNf Instagram : https://bit.ly/2MEVCE7 Pinterest : https://bit.ly/2K6kiUc
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
328 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre