AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756035548
Éditeur : Delcourt (10/09/2014)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Eté 205 après J.C., Leptis Magna. Dans une ville en ébullition où chacun cherche à se faire justice soi-même, l'enquêteur Marcus Seïus Dento aura fort à faire pour ramener le calme, et sauver la vie du patricien Terentius Aquila. Peut être aussi, grâce au témoignage de ce dernier, trouvera-t-il enfin le tueur aux momies, avant que celui-ci ne se débarasse de sa dernière petite victime...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Alfaric
  13 avril 2016
La grande amoureuse de l'Antiquité qu'est Isabelle Dethan convoque les mânes de la Rome antique avec cette série intitulée "Les Ombres du Styx", qui constitue un très joli polar historique en 3 tomes se déroulant au Haut Empire à l'époque sévérienne.
Leptis Magna, an 205 après Jésus-Christ. Provincia Tripolitana, côte africaine…
Les notables de cité d'origine de l'empereur Septime Sévère ont donné 7 jours à son enquêteur Marcus Seiüs Dento pour retrouver le serial killer pédophile qui s'en prend à eux, et ce dernier est obligé de mettre en résidence surveillé dans la villa de l'empereur Terentius Aquila, soupçonné par tous d'être impliqué d'une manière ou d'une autre dans les meurtres. Les esprits s'échauffent et il faut faire appel à la Troisième Légion Augusta, mais Terentius Aquila qui a compris qui était l'assassin échappe à ses gardiens pour régler ses comptes avec celui qui ruiné sa vie… Dento qui comprend également quelle est son identité s'élance à son tour en espérant éviter le drame… car si l'assassin meurt, personne ne saura s'il le fils du seigneur Marcius est encore vie, et s'il n'est plus en vie où repose sa dépouille mortelle !
Je passe sous silence les rebondissements et le suspens lorgnant sur les thrillers hollywoodiens à la "Seven", pour développer deux autres points :
- tout au long du récit, l'auteure a semé de petits cailloux blancs menant à un pamphlet anti élites…
La haute société festoie alors que la plèbe vit dans la misère quand elle ne crève pas ; elle se croit au-dessus du commun des mortels alors qu'elle peut être victime des mêmes maux que les classes populaires qu'elle vilipende quand elle ne tombe pas dans les mêmes défauts de ceux qu'elle ne cesse de critiquer ; on parle d'honneur alors qu'au final on n'a aucune autre valeur que la richesse et c'est par la recherche de ses signes extérieur qu'elles va être châtiée ! Ça et le débonnaire esclave converti au christianisme Quintus, qui sous ses airs de ne pas y toucher tire à boulet rouge sur la bien-pensante haute société dont le niveau de vie repose entièrement sur la possession d'hommes/femmes objets… Je ne vais pas y aller par quatre chemins : l'humanité continue de crever de cet élitisme à la con qui plus les choses change plus il reste le même ! MDM !!!
- l'histoire de Terentius Aquila est vraiment touchante...
Lui qui ne supporte plus l'amour va retrouver l'amour, lui qui à cause de son drame personnel ne supporte plus les enfants se rapproche d'Alba Gemina, véritable mère poule qui va jusqu'à recueillir les enfants abandonnées ; sa caste est xénophobe, il s'est rapprochée de la communauté égyptienne ; sa caste est raciste, il a fondé une famille métisse ; sa caste est attachée aux signes extérieurs de richesse, il s'en bat royalement les couilles…
Mais finalement celui qui a tout renié va abandonner tout ressentiment pour se réconcilier avec son fils de sang !
Dommage qu'au niveau encrage et colorisation la talentueuse Isabelle Dethan retombe dans les travers du tome 1…
Au final, une très belle série de bien meilleure qualité que nombre de sagas littéraires bien cotées alors qu'elles sont ultra formatées, et qui mériterait une réédition en intégrale digne de ce nom de la part des éditions Delcourt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
tchouk-tchouk-nougat
  05 octobre 2014
In Memoriam, cloture les Ombres du Styx et nous apportera l'identité du tueur aux Momies.
Dans le tome 2 Aquila avait révélé à Dento, l'enquêteur de l'empereur, la tragédie qu'il avait vécu à Rome des années plus tôt. le tueur aux momies y sévissaient déjà et la colère du peuple avait gonflée tout comme elle était en train d'embraser Leptis Magna. Sa belle maitresse egyptienne, son frère, et ses deux filles avaient été les victimes de l'ire du peuple romain, prompt à vouloir se faire justice eux-même. Dento réalise grace à ce témoignage que le tueur est lié à Aquila. Il doit donc le soustraire à la foule haineuse et aux désirs de vengeance afin de chercher qui peut être l'identité de ce tueur en série.
Isabelle Dethan nous a livré une belle série, une enquête policière de l'empire romain. Avec cette touche exotique, egyptienne, qui lui tient tant à coeur. Les moeurs et les lieux de l'époque y sont très bien rendus.
Nous avosn également des personnages vraiment intéressants. Il y a bien sur Marcus Dento, rationnel et posé. Aquila, toujours en colère, à fleur de peau, emprisonné par ses terribles souvenirs, hanté par ses défunts. Il est touchant malgré ses défauts. C'est LE personnage central de l'histoire. le plus abouti. J'ai quand même eu le regret que l'herboriste Alba au coeur généreux n'est pas une place plus importante.
J'aime les tons aquarelles qu'Isabelle Dethan use. J'apprécie son dessin bien que je ne retrouve pas la finesse qui m'avait tant plu dans les premiers Terre d'Horus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
MarquePage
  25 novembre 2014
La fin d'une série avec ce troisième tome. Si les deux premiers étaient certes bien mais qui m'avaient laissé perplexe, celui-ci est une vraie conclusion digne de ce nom qui fait aussi un lien entre les deux premiers tomes.
L'intrigue se dénoue et devient plus claire. le final est vraiment inattendu et nous offre une belle fin, complète et comme on les aime. Les personnages sont vraiment aboutis et attachants, on les comprend, ils sont loin d'être parfaits et c'est ça qui nous plait.
Le seul petit bémol. Les dessins. Oui ils sont jolis. Mais quand on connait Sur les terres d'Horus on est un petit déçu car ils ne sont pas aussi réussi.
Enfin bref si j'étais mitigée pour le début de la série ce tome en fait un très bon moment de lecture avec au final un découpage logique.
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (2)
Sceneario   04 février 2015
Isabelle Dethan, après Sur les terres d'Horus, réalise avec Les Ombres du Styx un très beau et surprenant récit policier historique. Après l'Egypte, elle nous a entrainé à Rome. Sa reconstitution de cette période est remarquable. Elle a un incroyable talent de scénariste. Elle nous tient en haleine tout du long. C'est assez étonnant et cela, jusqu'au bout.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   28 octobre 2014
Auteur complet, Isabelle Dethan conduit ses lecteurs dans une évocation réaliste des prémices du IIIe siècle grâce à ses talents de conteuse et son art affirmé de l'aquarelle. Mêlant son amour de l’Égypte, une analyse des drames familiaux et les questions sociales qui ne vont pas tarder à secouer un empire vieillissant, elle tient ici un bon héros récurrent.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   19 avril 2016
Parfois, Quintus m’étonne. On jurerait qu’il essaie de remettre en question les fondements de notre société, à sa manière nonchalante d’énoncer des fatalités !
Commenter  J’apprécie          130
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   05 octobre 2014
-Je n'ai pas encore de fils. Et d'ailleurs je n'en aurai pas.
-Comment ça, tu n'en auras pas? Avec toutes les filles que tu séduis, tu dois déjà en avoir engrossé quelques-unes!
-Ca, je ne dis pas... J'engendrerai sans doute. Mais être père, ça n'arriveras pas : je suis un esclave.
-?
-Mes enfants seront à toi. 'vaut mieux pas s'attacher.
Commenter  J’apprécie          30
MarquePageMarquePage   25 novembre 2014
- Mon maître joue toujours très bien. C'est pour cela qu'il côtoie l'empereur.
- Et moi, je côtoie le fidèle serviteur de l'ami de l'empereur...
- Oui, si on réfléchit bien, en couchant avec moi, c'est presque comme si tu couchais avec l'empereur...
Commenter  J’apprécie          40
AlfaricAlfaric   17 avril 2016
J’ai l’intention de mourir en brave… Voire de ne pas mourir du tout !
Commenter  J’apprécie          100
AlfaricAlfaric   11 janvier 2017
[enquêteur Dento] Je n’ai plus le temps pour les condoléances, l’empathie ou les subtilités verbales. Vous me foutez la paix ou vous craindrez ma colère.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Isabelle Dethan (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Dethan
Une interview d'Isabelle Dethan
autres livres classés : rome antiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1633 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre