AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de shao69


shao69
  08 février 2015
Le roman commence d'une façon brouillonne, comme un peu lors d'un réveil après une soirée trop arrosée, les pensées se percutent, s'enchaînent à vitesse grand V. L'effet est bien sûr voulu par l'auteur, on s'éveille tout doucement en même temps que Jean. le début du livre peut être assez déroutant, on se perd un peu dans le dédale des pensées de Jean, on cerne difficilement où l'auteur nous emmène. Autre point j'ai pris mon dictionnaire car le vocabulaire est recherché et pas toujours compréhensible : itératif, baudroies….

Lentement on apprend d'où il vient, quels étaient ses rêves et qu'elle est sa vie d'aujourd'hui. Puis on découvre l'abîme dans laquelle il sombre, et comment il va chercher à retrouver l'homme qu'il pense être mais aussi sa femme et sa fille et la clarté sur son passé. On décèle assez vite que Jean est confronté à des problèmes de perte de mémoire. Ce qui est regrettable lorsque l'on cherche à déterrer des indices pour retrouver les siens. le roman est sombre, on erre dans les turbulences qui hante Jean. Sa lecture ne nous laisse pas indifférent, on est froidement associé à l'univers de Jean et c'est pas le paradis!

L'auteur à la capacité à déplacer chez nous cette ambiance très pesante, limite malsaine de l'intrigue. La description qu'il réalise de la forêt est stupéfiante et je ne serais plus aussi serein à me balader, j'aurais le roman en tête. Voilà un roman très psychologique et extrêmement prenant, à ne pas lire seul le soir ;-)

Mon petit point négatif :

Si le début du livre nous perd un peu la fin nous laisse sur certaines questions, que je ne poserais pas là pour ne rien dévoiler. Mais il y a juste qu'une dizaine de pages en plus n'aurais pas été de trop.
Lien : http://www.tamisier.eu/renai..
Commenter  J’apprécie          10



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (1)voir plus