AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848352531
Éditeur : In Press (22/05/2013)

Note moyenne : 1.62/5 (sur 4 notes)
Résumé :
« Aujourd’hui, c’est mon jour de chance ! », « C’est sûr, je vais me refaire »… Ces fausses croyances, les joueurs en sont coutumiers et bien souvent prisonniers. En France, il y aurait 600 000 joueurs à problème et les sommes consacrées aux jeux de hasard ont doublé en dix ans. A tel point que le phénomène devient un véritable problème de santé publique. D'où viennent ces fausses croyances ? Comment les approches cognitiviste et psychanalytique ont-elles abordé cet... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
colimasson
  02 juillet 2013
Le personnage du Joueur de Dostoïevski Dostoïevski lui-même- se cache entre les pages du livre d'Emmanuel Deun… arriverez-vous à le retrouver sans plus d'indices ?

Cette question fait office de mise en bouche mais ne doit pas voiler la véritable nature de « C'est mon jour de chance ! » qui est avant tout un essai psychologique consacré à l'addiction au jeu et aux fausses croyances qui l'accompagnent. Son auteur bouleverse toutefois quelques habitudes inhérentes au genre et procède avec une souplesse étonnante que son parcours explique peut-être. Initialement formé à l'Ecole Supérieure du Commerce, Emmanuel Deun a longtemps occupé diverses fonctions marketing - il travailla notamment pour un gros opérateur de jeux de casino dès 2000. Parallèlement et à partir de 2006, Emmanuel Deun décide de reprendre ses études. Il achève actuellement un cursus universitaire de psychologie clinique à l'université de Paris VIII. Travail dans le milieu du jeu et études dans le domaine de la psychologie l'ont fait s'intéresser à l'addiction au jeu. Initié sur le tard à ces deux secteurs, Emmanuel Deun a su tirer parti de sa curiosité et de son originalité pour postuler une hypothèse qui permettrait de renouveler le traitement accordé aux accros du jeu, pour peu que sa voix se fasse entendre. Ainsi, Emmanuel Deun stipule qu'à la volonté de gagner consciemment revendiquée par le joueur (pulsion de vie) s'opposerait une volonté inconsciente de perdre (pulsion de mort). Cette dernière volonté résulterait d'un masochisme moral en désaccord avec la pulsion de vie dominante du joueur, et doit donc être refoulée afin que l'addiction au jeu s'installe durablement. Ce refoulement s'établit sur la base de croyances erronées qui, non plus contentes de servir les buts conscients au jeu (illusion de contrôle, non-respect de l'indépendance des tours, pensées superstitieuses…), peuvent aussi servir les buts inconscients au jeu (théorie du complot, incrimination de l'opérateur de jeu, sourdines du masochisme) et piéger le joueur dans le déni de la morbidité de son comportement.

« En posant l'hypothèse du jeu pathologique comme symptôme du masochisme moral et de la pulsion de mort qui s'y rattache, nous faisons du jeu pathologique un comportement dont le but inconscient est la perte et la jouissance mortifère qu'elle provoque chez le sujet.
De la même manière que les cognitions erronées rendent conciliables la volonté de gagner et l'aléa défavorable, nous posons l'hypothèse selon laquelle il pourrait exister d'autres cognitions erronées dont la fonction psychique serait justement de rendre conciliables le but conscient de gagner et le but inconscient de perdre. »

Cette hypothèse est brièvement évoquée en première partie du livre -accompagnée de quelques références littéraires qui démontrent une nouvelle fois l'éclectisme de l'auteur- puis étudiée en pratique à travers une méthodologie impliquant sept volontaires. L'analyse est basée d'après les critères définis par le DSM-IV et ne concerne que les jeux de hasard impliquant de l'argent. Les exemples retenus dans cette partie sont ceux qui permettent le mieux de mettre en évidence la crédibilité de l'hypothèse posée par Emmanuel Deun et de mieux comprendre non seulement son postulat mais aussi les implications qui suivront dans la dernière partie de son essai. Dans un langage clair et accessible, son étude soulève l'idée délicate selon laquelle le clivage existant entre les différentes méthodes de traitement thérapeutique des addictions nécessiterait peut-être d'être effacé au profit des patients. Emmanuel Deun plaide notamment pour le travail conjoint des cognitivistes –opérateurs du conscient- avec les psychanalystes –opérateurs de l'inconscient- afin de permettre au joueur de travailler et de comprendre durablement son comportement et les mécanismes qui le rendent pérenne au détriment de ses vies sociale, familiale et professionnelle.

« C'est mon jour de chance ! » mérite d'être lu par le plus grand nombre des thérapeutes pour la valeur professionnelle de son hypothèse ; pour sa valeur personnelle, cet essai devrait également satisfaire les lecteurs souffrant ou ayant souffert d'addictions ainsi que leur entourage. En effet, si Emmanuel Deun traite particulièrement de l'addiction au jeu, son hypothèse peut parfaitement être étendue à toutes les autres addictions, et c'est la raison pour laquelle son essai n'est pas si anodin qu'il n'y paraît.

Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          76
chared16
  13 juin 2013
Bof...
D'abord, le principal reproche est pour le titre et le sous-titre car justement (et l'auteur l'explique dès le début puis à plusieurs reprises) ce livre ne traite pas des fausses croyances (les cognitions erronées) mais de l'idée que le joueur pathologique jouerait, non pas pour gagner mais aussi pour perdre.
Là, arrive le deuxième reproche. Si cette hypothèse est intéressante elle est noyée dans les redites. Redites surtout sur : ne pas opposer approches cognitiviste et psychanalytique.
Troisième reproche, ce n'est pas parce que l'on répète et répète une hypothèse que cela en fait une démonstration.
Quatrième et dernier reproche : ce n'est pas parce que l'on étudie des cas cliniques et qu'on arrive à les faire rentrer en force dans notre hypothèse que cela en fait une vérité. Lorsque le cas correspond à son hypothèse, il l'avance comme preuve et lorsque il ne correspond pas c'est une preuve aussi !!!
Bon, il y a des choses intéressantes : l'hypothèse elle-même, la narration des histoires des 6 cas.
Donc, bof..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sophie7169
  15 juin 2013
Cet ouvrage est présenté par son auteur comme une recherche concernant le domaine des jeux de hasard et plus particulièrement ce qui est mis en oeuvre chez les joueurs pathologiques.
Son idée, appuyée par un cursus de psychologie à l'Université Paris VIII (indiqué en 4ème de couverture) est de mêler une analyse cognitiviste avec une approche psychanalytique.. Outre que la lecture de ce document suppose quelques connaissances préalables en psychologie, ce travail n'apparait pas vraiment convaincant..
Des hypothèses un peu hasardeuses, un raisonnement flou, un manque de rigueur scientifique et des résultats interprétés à partir d'un échantillon de six personnes seulement (!): tout cela donne plutôt l'impression d'un brouillon de recherche universitaire non aboutie... Un peu déçue donc par cette lecture car le sujet et même l'hypothèse de recherche auraient pu être intéressantes.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   01 décembre 2013
Notre travail révèle, nous semble-t-il, en quoi les approches comportementales et cognitivistes constituent une réponse cohérente mais incomplète à la prise en charge clinique dans la mesure où leur champ n’inclut pas –ou pas assez- les enjeux inconscients du joueur, parmi lesquels le masochisme au premier plan. Ce hors-champ est d’autant plus préjudiciable dans le cas du jeu pathologique que les buts conscients et inconscients sont ici strictement antagonistes : gagner ou perdre. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
colimassoncolimasson   16 juillet 2013
Le choix du terme d’addiction s’inscrit aussi, selon nous, dans une « euphémisation » destinée à lisser le langage et à en évacuer les connotations stigmatisantes. La toxicomanie devient addiction comme l’aveugle devient non-voyant ; le balayeur, technicien de surface ; le chômeur, demandeur d’emploi ; le patron, chef d’entreprise ou le Noir, personne de couleur. Il en va ainsi du langage officiel, sous l’influence du politiquement correct, constituant ainsi, pour reprendre une expression du journaliste Pierre Merle, un « français précieux » du XXIe siècle qui n’aurait rien à envier à celui des précieuses (ridicules ?) du XVIIe siècle !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          73
colimassoncolimasson   15 novembre 2013
Maintenant, si vous voulez la preuve que je suis une droguée, je vais vous raconter un truc. Il y a quelques années, c’était un matin, j’étais chez moi et j’étais en train de me maquiller pour aller au casino. Mon fils m’appelle de Paris et m’annonce que mon petit-fils vient d’être transporté d’urgence à l’hôpital à la suite d’un accident de la circulation. Il avait l’air complètement paniqué au téléphone. Et moi, ben moi… je n’en avais rien à foutre. Je n’avais qu’un seul but : aller jouer. Je suis allée jouer et je n’ai pensé à rien du tout. Vers 13 heures, je suis sortie du casino et c’est là que j’ai repensé au coup de fil de mon fils. A mon petit-fils que j’adore. Et c’est là, seulement, que j’ai été prise de panique et que, évidemment, j’ai sauté dans le premier avion pour monter à Paris. Mais avant que j’aie joué, j’étais totalement insensible à tout ce qui aurait pu arriver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
colimassoncolimasson   12 juillet 2013
[…] il existerait des cognitions erronées ayant pour fonction de concilier volonté consciente de gagner et désir inconscient de perdre. Pour préserver sa cohérence interne, le joueur ne mettrait-il pas en scène des cognitions erronées destinées à attribuer à autrui une volonté de le faire perdre ?
[…] Si l’hypothèse est infirmée, nous en déduirons que seul le champ du conscient, déjà largement étudié par les travaux des cognitivistes, fait appel au concept de cognition erronées. Si elle est confirmée, nous pourrons nous proposer d’enrichir et d’élargir le concept même de cognitions erronées et d’en proposer une nouvelle typologie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
colimassoncolimasson   13 novembre 2013
En posant l’hypothèse du jeu pathologique comme symptôme du masochisme moral et de la pulsion de mort qui s’y rattache, nous faisons du jeu pathologique un comportement dont le but inconscient est la perte et la jouissance mortifère qu’elle provoque chez le sujet.
De la même manière que les cognitions erronées rendent conciliables la volonté de gagner et l’aléa défavorable, nous posons l’hypothèse selon laquelle il pourrait exister d’autres cognitions erronées dont la fonction psychique serait justement de rendre conciliables le but conscient de gagner et le but inconscient de perdre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          58
Video de Emmanuel Deun (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuel Deun
Emmanuel Deun. L'étrange affaire Portal
autres livres classés : addictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Emmanuel Deun (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
297 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre