AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782355741135
64 pages
Éditeur : Akileos (23/08/2012)
4/5   6 notes
Résumé :
Il était une fois Noémie, une jeune fille de 12 ans.
Le jour de l’enterrement de son grand-père, elle découvre l’automne de la vie, les brumes de la tristesse et les larmes de son père.
La nuit qui suit, alors qu’elle s’endort avec difficulté dans la demeure familiale, Noémie entend un appel à l’aide. Dans un rêve lointain, un jeune prince vient de voir son Roi vaincu et enlevé par l’Estompe, inquiétante créature ennemie du Royaume.
Elle va alor... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
TheWind
  04 octobre 2017
Une bien jolie BD qui traite du thème du deuil avec justesse et délicatesse.
Noémie, une jeune fille de douze ans, se rend à l'enterrement de son grand-père avec ses parents.
"Mon grand-père allait disparaître avalé par la terre et tout continuerait sans lui, comme si de rien n'était. J'ai senti mon père trembler et j'ai compris que je me trompais."
Cette nuit là, alors que son père contemplait le portrait de son père, envahi par la tristesse, Noémie s'endort et rejoint le pays des rêves.
Entre rêve et réalité, conte de fée et monde fantastique, univers médiéval et paysage fabuleux, Noémie nous entraîne au Royaume de l'Estompe.
De toute beauté, d'un lyrisme simple et enchanteur, cette BD m'a vraiment ravie. J'ai aimé cette façon d'aborder la mort d'un être cher. le ton est loin d'être péremptoire mais il peut apporter des réponses à qui en cherche encore.
Commenter  J’apprécie          301
Bubu-le-bourguignon
  05 avril 2013
Quand j'ai acheté cet album, ce n'était pas uniquement pour avoir la dédicace de Tatiana Domas (dessinatrice). C'était surtout pour avoir une oeuvre qui est réalisé en aquarelle. La dessinatrice ne maîtrisant pas encore totalement cette technique, je voulais voir les progrès.
A la base, en voyant la couverture, je me suis dit que ce devait être un scénario type "Le royaume" de Feroumont ou "Beauté" de Kerascoët.
Et bien non. Ce n'est pas non plus copié sur Alice aux pays des merveilles.
Ce conte est bien à part. L'action se déroule d'entrée, à notre époque. Une jeune fille, Noémie, assiste avec ses parents à l'enterrement de son Grand-Père paternel. Elle constate à quel point la mort affecte son père. La nuit venue, elle est plongé dans un rêve qui la transpose dans un Royaume où l'Estompe, une créature sombre, cherche constamment le conflit contre le Roi du royaume en question.
Cette fois-ci, le Roi a été capturé et l'équilibre entre les deux états (l'Estompe et le royaume) sera rompue. Toute une aventure s'engage entre les protagonistes représentant le Royaume, Noémie compris, et la créature.
En réalité, dans cet album, se retrouve mélanger, la vie, le songe et la mort.
Mais l'amour semble plus forte entre les êtres ce qui permet une fin heureuse.
Le scénario de Jean-Christophe Deveney m'avait quelque peu chamboulé, dérouté au début. Peut être suis je devenu insensible aux contes, aux merveilleux et à la beauté... Mais "Le royaume d'Estompe" se laisse lire et fait rêvé, non pas à l'histoire que nous avons en main, mais à celui que nous aurions pu vivre quand un évènement identique nous touche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
alouett
  17 septembre 2012
En ce jour d'automne, Noémie se rend chez ses grands-parents paternels. Habituellement, elle ne vient ici que pour les vacances d'été. Mais aujourd'hui est un jour de tristesse. Son grand-père vient de mourir et le paysage de ses vacances prend un tout autre visage. Les rires et les jeux ont laissé la place à la tristesse et aux larmes.
Le soir de l'enterrement, Noémie a du mal à trouver le sommeil. Les multiples petits craquements de la maison, habituellement silencieuse, attire l'attention de l'enfant. Elle a pourtant perdu l'habitude de se blottir contre un doudou mais ce soir-là, elle ressent le besoin d'avoir Mister Piggs à ses côtés. Une voix, portée par le vent, la réveille en pleine nuit. Sur l'invitation de Piggs qui a pris vie, Noémie va le suivre dans un pays imaginaire. Devenue ambassadrice d'un rêveur en péril, sa quête va la conduire par monts et par vaux dans un éprouvant combat contre une créature malfaisante.
-
Dès les premières pages, la luminosité des couleurs nous assaille. Elles introduisent derechef une ambiance propice au voyage et à l'émerveillement. de même, le lecteur sera sensible à la tonalité du récit à la fois grave et nostalgique. On comprend que le narrateur est la jeune fille. Jean-Christophe Deveney respecte les capacités de raisonnement et le niveau de langage de son personnage (une douzaine d'années), mais la voix-off imprime un recul qui n'est pas celui d'une enfant de cet âge. Cela crée un décalage intéressant. Il respecte la part d'imaginaire de l'enfant et lui donne une mélancolie qui charme le lecteur. En effet, cela donne un côté poétique à la narration.
" Il est temps de prendre la clé des songes ".
Cette réplique de Piggs conclut le prologue. La partie introductive – d'une vingtaine de pages – est ancrée dans la réalité ; elle laisse ensuite la place au voyage et à la quête de la jeune fille. Dès lors, les repères habituels se tordent pour laisser place à de nouveaux paysages et des rencontres atypiques. Comme la petite Alice, Noémie ne reculera pas devant le danger et l'inconnu. Portée par son désir de venir en aide à un rêveur en détresse, elle accepte de s'enfoncer toujours plus loin dans cette épopée. Piggs sera son guide principal. Comme le lapin blanc dans Alice au pays des merveilles, cet individu a la lourde tâche de transmettre les codes de ce nouveau monde. le duo va ensuite accueillir un jeune Prince qui, à mesure que le récit se développe, rajeunira. Enfin, un dernier compagnon complète cette équipe de courageux aventuriers ; il s'agit du Chevalier Mulhot (un rongeur). Tous quatre vont unir leurs forces pour combattre l'Estompe, mystérieuse créature des ténèbres. La présence de ce personnage donnera également tout son sens (propre et figuré) au titre de l'ouvrage…
…qui développe un monde remplit de magie et de légendes.
Tatiana Domas donne vie à un univers somptueux. le trait est minutieux, les couleurs chatoyantes. Seul grief que je pourrais émettre sur la partie graphique : les expressions sont parfois trop figées, ce qui casse le rythme et le lyrisme du récit. Nous sommes-là face à une épopée d'héroïc-fantasy qui s'adresse à un lectorat que je ciblerais sur les 8-12 ans. Tous les ingrédients y sont présents : la quête, le groupe de personnages hétéroclites, le Roi et la Princesse, le Mal, la Magie.
Dans l'ensemble, j'ai alterné des temps de lecture où j'étais totalement prise par l'histoire et d'autres moments où j'étais simple spectatrice. A plusieurs reprises, j'ai été contrariée par le fait que les enchainements entre les scènes ne sont pas suffisamment construits. Puis, passée la page 50, tout se bouscule, les solutions arrivent trop vite et s'imposent sans être réellement argumentées. Pris par l'action, les personnages interagissent indépendamment de l'histoire et intègrent à leur logique des éléments narratifs qui n'avaient pas été portés auparavant à la connaissance du lecteur.
Je n'ai pas proposé cette lecture à Monsieur Lutin. Malgré le voyage que m'a offert cet ouvrage, je reste cependant dans l'expectative quant à son dénouement… pour le moment, je ne saurais le rendre accessible à mon fils. Pourtant, la réflexion qu'il sous-tend est pertinente. Voici ce que l'éditeur en dit : « le Royaume d'Estompe est un récit qui, à travers le conte et l'onirisme, aborde le thème du deuil et de ce qui fait que l'on continue à vivre, alors que ceux que l'on aime ont disparu ».
En conclusion, il me semble que quelques pages supplémentaires, aux 68 pages consacrées à ce récit, auraient été les bienvenues. Peut-être aurait-elle permis que le scénariste s'attarde davantage sur certains éléments narratifs pour permettre au lecteur de s'imprégner totalement de cet univers et de ses protagonistes.
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
saphoo
  10 janvier 2016
Une jolie BD qui traite du deuil, la perte d'un grand-père, difficile autant pour les petits enfants que les parents eux-mêmes. le soir de l'enterrement, la petite, fait un drôle de rêve, où il est question d'un royaume étrange, menacé par une bête des plus bizarre l'estompe. tout cela bien sûr est en rapport avec le deuil, le souvenir qu'on doit préserver pour que les disparus continuent de vivre en nous.
Les dessins sont sublimes, l'histoire bien menée et la plume très belle. Une très belle BD.
Commenter  J’apprécie          90
popo2501
  10 juin 2013
Une découverte magique ! Cette bande dessinée nous plonge dans un rêve, un nouvel univers qui est celui de l'Estompe.
Une jeune fille de 12 ans, Noémie, revient dans la demeure familiale pour l'enterrement de son grand-père. Alors qu'elle cherche difficilement le sommeil elle est entend un appel à l'aide. de là, Noémie va basculé dans un rêve, un rêve lointain, celui d'un jeune prince qui vient de voir son père enlevé par l'Estompe, ennemie du Royaume. Elle va alors se lancer à la recherche du Roi disparu et plonger dans un monde onirique dont elle est la clé.
Cette histoire, destinée aux enfants et relatant le thème du deuil, est sublimée par le dessin de Tatiana Domas. Avec un dessin léger et enivrant, un trait souple et soigné, des couleurs en accord avec les différentes émotions des personnages, elle nous ouvre un monde où il fait bon y entrer.
Ce qu'il faut retenir c'est que la perte d'un être cher n'efface pas les souvenirs qu'on en a, il vivra toujours à travers nous.
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
BDGest   02 octobre 2012
Avec une colorisation particulièrement appropriée, [Tatiana Domas] fait « vivre » les émotions exprimées dans cette fable. […] Un livre juste et touchant sur un thème toujours délicat à aborder.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
alouettalouett   17 septembre 2012
Au cimetière, l’automne était partout. Dans les branches, les racines et sur les visages. Et tandis que je l’admirais, je me demandais comment on pouvait être si triste au milieu de tant de beauté
Commenter  J’apprécie          50
popo2501popo2501   10 juin 2013
Beaucoup de temps a passé depuis cette nuit-là. J'ai grandi, vécu d'autres joies et croisé d'autres peines... Pourtant, malgré les années, la saveur de ce rêve est restée en moi. Alors j'ai conservé son murmure, j'ai porté son mystère comme un secret qui va bientôt éclore et qu'il me tarde de te confier...
Commenter  J’apprécie          10
YaneckYaneck   03 avril 2014
Les gens qui comptent vraiment continuent de vivre à travers nous.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jean-Christophe Deveney (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Christophe Deveney
Oyez oyez ! Venez découvrir l'histoire de Sadima et des épreuves qui l'attendent dans le château de Lord Henderson ; et celle de Céleste, la géante qui parcourut le monde à la recherche de la liberté ♥
J'avais très envie de partager avec vous deux lectures très inspirantes, que j'ai beaucoup aimées et qui se répondent l'une l'autre : "D'or et d'oreillers", le dernier roman de Flore Vesco, et le roman graphique "Géante" de JC Deveney, magnifiquement illustré par Nuria Tamarit.
L'occasion de parler de conte, de l'archétype de la princesse (et de comment on y échappe), de liberté... et de tant de choses encore ! Vous me suivez ?
+ Lire la suite
autres livres classés : heroic fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1871 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre