AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756419389
Éditeur : Pygmalion-Gérard Watelet (20/04/2016)

Note moyenne : 3.14/5 (sur 14 notes)
Résumé :
« Bonjour ! Je m’appelle Gibus. Je suis un pur SPA et fier de l’être. Quand Rose et Julien m’ont recueilli, je pensais couler des jours sereins dans leur grande maison avec jardin et croquettes de premier choix à volonté. Or, « patte à tra » : ils divorcent ! Bien sûr, ils ont tout prévu : garde alternée pour les enfants, partage équitable des meubles, nouvel appartement… Et qu’en est-il de moi ? Pour m’avoir, tous les coups sont permis. Mais c’est sans compter sur ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
cocomilady
  30 mai 2016
Les aléas de la vie d'un couple vus et commentés par leur chien.
J'étais très enthousiaste à l'idée de lire ce roman. L'idée était très bonne, je m'attendais à beaucoup d'humour, de légèreté, et même si l'histoire a été agréable dans l'ensemble, j'ai été parfois déçue dans mes attentes.
Pour commencer, le roman est bien écrit, l'intrigue assez bien menée. Il y a des passages que j'ai trouvés très cocasses, notamment la scène où les enfants se scotchent autour de la niche du chien et militent avec les voisins pour faire plier leurs parents. Les remarques des enfants étaient d'ailleurs toujours très drôles, et c'est ce que j'ai le plus apprécié dans ce roman.
Par contre, j'ai été dérangée par plusieurs petites choses.
En effet, c'est un chien qui devrait parler d'après le résumé, or le langage utilisé, trop châtié, n'était pas approprié et a vraiment alourdi le texte. Les termes employés auraient dû être plus simples. J'ai eu l'impression que c'était la mère de famille BCBG qui s'exprimait et pas un toutou. D'autre part, tout cela a manqué d'action et de dialogues. C'est vraiment dommage...
Cependant, il s'agit d'un avis subjectif et comme je le dis toujours, ce n'est que le mien. Je vous invite donc à le découvrir pour vous faire votre propre avis :)

Lien : http://cocomilady2.revolublo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Lecturepissenlit
  10 juillet 2019
Alors que leur fils Paul était à peine plus haut que trois pommes, Rose et Julien décident de lui faire la plus belle des surprises à Noël en allant adopter un chien à la SPA.
C'est ainsi que Gibus est devenu le chien de la famille Vaudrielle.
Peu de temps après, Rose et Julien ont donné naissance à Sophie, faisant de Paul et Gibus de fiers et heureux grands frères !
Des années de bonheur sans nuages passent, jusqu'au jour où Gibus surprend une dispute entre ses maîtres. Il comprend qu'ils ne s'aiment plus et souhaitent divorcer.
Gibus étant un chien de la SPA qui avait été abandonné par sa première famille, l'idée de la séparation de ses maîtres ravive chez lui cette crainte de l'abandon, cette peur d'être séparé de sa nouvelle famille, et surtout des enfants.
Rose et Julien, pour ne rien arranger, se disputent égoïstement la garde de Gibus, sans tenir compte de son bonheur et de celui de leurs enfants qui ne veulent pas être séparés de leur chien.
Truffe et sentiments est une lecture distrayante, parsemée d'humour, de réflexions sur le couple et sur la séparation, mais aussi sur le bien-être post séparation et comment gérer cette douloureuse étape de vie.
J'ai rapidement eu cette impression qu'on m'a vendu ce livre comme étant le récit d'un chien qui essaye, avec l'aide des enfants de la famille, de faire annuler cette séparation ou bien de faire les 400 coups pour être gardé par l'un de ses maîtres. Bref, ce n'est pas ce que j'ai lu, du moins pas majoritairement.
J'ai eu l'impression de lire un livre sur le bien-être personnel, masqué sous les traits d'un chien savant qui prétend savoir beaucoup de chose, être très intelligent et comprendre à 100% les humains.
Une fois cette petite déception avalée et le fond du livre accepté, l'histoire se déroule de façon plutôt réaliste.
L'humour et les réflexions de Gibus sont parfois touchantes, parfois hilarantes mais souvent philosophiques, et il est vrai qu'à de nombreuses reprises, je me suis dit que ce chien avait totalement raison !
J'ai cependant été contrariée par la toute fin que je trouve complètement irréaliste.
Je ne dévoilerai rien, mais j'ai refermé ce livre sur un très mauvais ressenti. Je me suis dit que pour écrire quelque chose comme ça, l'autrice devait :
a) ne jamais avoir eu de chien
b) détester les chiens
c) être antipathique
Je me dois aussi de soulever un autre gros point négatif. Emilie Devienne est une châtelaine ou quelqu'un issu de la haute bourgeoisie ? C'est quoi ce langage ? Si l'autrice s'exprime réellement comme ça, il est fort dommage de ne pas avoir fait l'effort de changer de ton et d'utiliser un vocabulaire un peu plus commun, surtout quand on fait parler un chien.
L'autrice a utilisé une ribambelle de mots compliqués, en chargeant au maximum ses phrases, ce qui m'a empêché d'avoir une lecture fluide. Certains passages, plus fournis que d'autres, étaient assez éprouvants à lire et ne me divertissaient en rien.
J'attendais énormément de ce livre, et même si j'ai réussi à entrer dans l'histoire en mettant de côté mes attentes, cette fin vient définitivement gâcher ma lecture.
C'est donc avec un avis plutôt neutre que je referme ce livre, pour moi il n'est ni bon ni mauvais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Thalyssa
  28 juin 2016
[ 3.5/5 ] Chez les Vaudrielle, il y a les parents : Rose et Julien, et les enfants : Paul (treize ans) et Sophie (sept ans). Rose est du genre hyperactive avec forte prédisposition au stress ; elle essaie tant bien que mal de se convaincre qu'elle peut adopter une attitude zen. Son mari est publicitaire et gère sa propre agence avec un ami depuis un bon bout de temps. Déformation professionnelle oblige, il a tendance à introduire du vocabulaire anglais dans bon nombre de ses phrases. Ils incarnent une famille sans histoires comme il y en a tant, une famille à qui la réussite sourit en toute modestie. Alors que tout semble aller pour le mieux, Rose proclame soudain que tout est parti à vau-l'eau. Au grand désespoir de Julien, elle décide unilatéralement qu'il n'y a plus rien à sauver et lui fait quitter le lit conjugal. Au milieu de ce gâchis, Gibus, le chien de famille adopté en SPA, compte les points et continue de veiller à l'équilibre des enfants perturbés par le divorce imminent de leurs parents. La question à mille points qui se pose à priori : Rose traverse-t-elle une sorte de crise de la quarantaine ou le malaise au sein de son couple est-il réel et la scission inéluctable ?
Même si l'intrigue tourne fortement autour des états d'âme de Rose, c'est bien Gibus la vedette. Il nous relate ses aventures avec humour et tendresse, en parsemant le texte d'expressions bien à lui et d'analogies de tout poil. Contrarié de devoir soudain partager son canapé avec Julien la nuit, il est pourtant d'un soutien indéfectible pour les deux parties, tour à tour preux chevalier et brigand malin. Émilie Devienne a recours à de très forts anthropomorphismes mais on se prête volontiers au jeu. Les dialogues manquent un peu de naturel au tout début de l'aventure, mais l'auteure prend rapidement ses marques et les échanges se font plus fluides. L'intérêt de cette histoire n'est pas de se demander si un chien peut réellement être aussi clairvoyant et entreprenant, mais plutôt de découvrir à travers son regard aimant et innocent tous les enjeux d'un divorce, et ainsi de mieux appréhender tous les dommages collatéraux.
J'ai trouvé Rose particulièrement odieuse d'un bout à l'autre du roman. Elle veut se séparer de Julien sans même essayer de trouver un compromis ou de dialoguer autour de son mal-être et de leur couple. Elle met son mari devant le fait accompli alors qu'il ne semble pas être un mauvais bougre. Il n'est pas parfait, certes, mais j'ai souvent eu du mal à comprendre pourquoi Rose s'acharnait autant sur lui, à lui prêter tous les maux et à hausser la voix rien qu'en entendant son nom. D'où lui vient toute cette colère, cette rancoeur, cette tendance à noircir volontairement le tableau ? Cherche-t-elle à nourrir l'incendie qui ravage leur couple pour se prouver qu'elle a raison de tout remettre en question ? Comme si elle redoutait d'avoir agi de façon trop impulsive ? Elle veut que tout soit réglé au plus vite mais tergiverse sans fin sur la garde de Gibus. Elle veut le divorce mais refuse de voir Julien dans les bras d'une autre à l'avenir. Elle ne sait pas ce qu'elle veut et se montre volontiers capricieuse. Sa manie d'exiger de son entourage des choses dont elle est elle-même incapable m'a régulièrement fait froncer les sourcils. On a du mal à suivre son raisonnement.
Malgré ce personnage qui n'a pas su me conquérir dans ses doutes et ses dilemmes, j'ai pris du plaisir à parcourir l'évolution de la famille Vaudrielle. À voir chacun de ses membres tirer des leçons au fil des épreuves et en ressortir grandi. Les manigances des enfants avec Gibus sont attendrissantes et amusantes, dignes des meilleurs films de comédie familiale. C'est mignon à souhait et cela a le mérite de rythmer l'intrigue entre deux énièmes disputes de Rose et Julien. Je m'attendais à une histoire très fleur bleue mais au final, ce roman est bien plus que ça. La fin m'a surprise dans le bon sens, ce n'est pas celle à laquelle je m'étais attendue en entamant cette lecture et elle est bien amenée par l'auteure. Sur un ton léger et humoristique, « Truffe et Sentiments » pose les bonnes questions sur le mariage et le divorce, la routine du quotidien et le besoin de renouveau, la fission et la reconstruction du noyau familial. Et surtout, sur l'importance d'une bonne communication.
Lien : https://dragonlyre.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Perlune
  05 septembre 2018
C'est à la SPA que Gibus, jeune border collie, a croisé pour la première fois ceux qui sont maintenant devenu sa famille. Après le traumatisme de son abandon, le voilà entouré d'amour, de stabilité, de sécurité, de confiance et de bonheur. Mais voilà que « patte à tra », des cris, un oreiller en pleine tête et la décision tombe… La mère de famille annonce le divorce… Fini le bon vieux temps, les moments de jeux, de balades et de détente tous ensemble… Avec les deux jeunes enfants, le voilà pris au coeur des tourments de cette famille qui vole en éclat. Et lui dans tout ça ? Impossible de rester sans rien faire quand on risque d'y laisser son pelage… En tant que membre à part entière de cette famille, il a aussi son mot à dire, ses avis et le droit d'agir pour le mieux afin que se retrouve bonheur et équilibre. Étudiant et analysant attentivement les ressentis de ceux qui sont si chers à son coeur, Gibus nous dépeint ainsi avec discernement, philosophie et psychologie, la vie d'une famille autrefois parfaite, qui doit aujourd'hui tout reconstruire...
Un roman qui s'annonçait prometteur avec une idée de départ vraiment sympathique et originale. La quatrième de couverture laissait ainsi présager une histoire pleine d'humour avec situations cocasses en tout genre pour un roman de développement personnel pittoresque, prenant et divertissant. Mais au final, bien que soit effectivement présent quelques notes d'humour et quelques situations cocasses, la psychologie demeure au premier plan, donnant lieu à une histoire relevant plus de l'observation et ainsi malheureusement plutôt décousue, brouillon et partant parfois à vau-l'eau… Et c'est vraiment dommage car Truffe et sentiments se dévoile sans conteste au fil des pages un beau roman de développement personnel nous offrant comme annoncé un touchant et réaliste tableau des relations humaines mais aussi un beau plaidoyer pour nos amis à quatre pattes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ILLE
  01 octobre 2016
Ce livre arrivé dans ma PAL par hasard,au départ ne m'inspirait pas vraiment....
et puis voilà au bout de quelques pages je me suis prise au jeu
Parce que ce chien nous raconte avec détails et émotions les sentiments des 4 membres de la famille quand le divorce et son lot de misères arrive dans la famille.
Les sentiments des enfants sont bien vus,bien analysés,leurs questions premières restent leur quotidien et les adultes ont peut-être tendance à l'oublier.
Quand aux adultes ,même Rose la mère qui est à l'origine de ce tsunami on la découvre fragile,pleine de questions,qui se cherche,l'auteure va chercher loin dans l'analyse des sentiments et des contradictions de sa solitude.
Les grands- parents ne sont pas oubliés,ils assurent pleinement leurs rôles auprès des enfants.
Alors le temps passe et la vie reprend ses droits pour les uns et les autres.
Gibus, est bien sûr un chien diablement intelligent, mais Emilie Devienne parvient grâce à lui ,à nous expliquer le ressenti de tous, avec émotions et une très fine analyse des sentiments .
Bien vu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
laure14laure14   11 juin 2016
Je veux la brosse à dents, la fièvre, les copains qui entrent et qui sortent, le bazar légendaire des ados, les réunions de profs, les raviolis en boîte, les Disney à noël, les anniversaires chez MacDo, je veux tout ! Je veux leur transmettre des valeurs, des souvenirs, des tas de machins, des tas de bêtises, moi, à mes mômes. Shit !
Commenter  J’apprécie          40
PerlunePerlune   24 mai 2019
"Quand je suis allé à l'école, ils m'ont demandé ce que je voulais être quand je serais grand. J'ai répondu : "Heureux". Ils m'ont dit que je n'avais pas compris la question. J'ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie." John Lennon.
Commenter  J’apprécie          10
LecturepissenlitLecturepissenlit   06 juillet 2019
Les humains dans leur complexité se montrent finalement assez binaires : beau ou moche, juste ou injuste, sympathique ou antipathique, douche ou bain, Mac ou PC, noir ou blanc, réussi ou raté, bon ou mauvais, interdit ou obligatoire, zen ou zap… On suit un régime, ou on s’empiffre. On fait confiance, ou l’on suspecte. Voilà des grands écarts harassants. De la nuance, que diable, de la nuance.
Commenter  J’apprécie          00
LecturepissenlitLecturepissenlit   06 juillet 2019
Il y a autre chose dans la vie que le travail. En revanche, il n’y a pas autre chose dans la vie que le bonheur.
Commenter  J’apprécie          20
LecturepissenlitLecturepissenlit   06 juillet 2019
L’histoire familiale imputait à un crabe la mort de ce monsieur. Cette explication me semblait étrange, sans que toutefois je pousse plus loin les investigations. Je me contentais d’en déduire que les bords de mer étaient dangereux, et les crabes, mortels.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Émilie Devienne (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Émilie Devienne
Cigale ? Fourmi ? Les clés d'une bonne relation à l'argent
autres livres classés : divorceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
856 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..