AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782259205528
552 pages
Plon (22/06/2006)
4.38/5   130 notes
Résumé :
Vous savez que j'ai un esprit scientifique. Or récemment, j'ai fait une découverte bouleversante ! En observant la matière de plus près... j'ai vu des atomes... qui jouaient entre eux... et qui se tordaient de rire ! Ils s'esclaffaient ! Vous vous rendez compte des conséquences incalculables que cela peut avoir ? Je n'ose pas trop en parler, parce que j'entends d'ici les savants : " Monsieur, le rire est le propre de l'homme ! " Et oui ! Et pourtant ! Moi, j'ai vu, ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
4,38

sur 130 notes
5
14 avis
4
1 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Giraud_mm
  11 mars 2022
J'ai toujours beaucoup aimé l'humour de Raymond Devos, fait de jeux de mots, de situations qui tournent à l'absurde, d'autodérision et de poésie
Lisant, plus de quinze ans après sa mort, l'intégrale de ses textes (période 1956-1991), c'est ce dernier caractère qui me saute au coeur. Raymond Devos n'était pas un humoriste mais un poète qui se moquait des gens trop sérieux !
J'ai retrouvé avec un énorme plaisir les sketchs que j'avais découverts dans les années 1970-1990, à la radio ou lors des quelques spectacles où j'avais pu l'écouter et le voir (car à ses qualités de poète, il fallait ajouter, sur scène, des qualités de mime et de comédien).
Je ne peux pas résister à la tentation de vous livrer quelques extraits de sketchs que j'ai particulièrement appréciés, et que j'ai toujours gardé en mémoire :
"- Où est la mer ?
- La mer... elle est démontée !
- Vous la remontez quand ?
- Question de temps."
(La mer démontée)
"Moi je suis au-dessus de ça !
Si je méprise celui qui est en dessous,
ce n'est pas parce qu'il est en dessous,
c'est parce qu'il convoite l'appartement
qui est au-dessus, le mien !"
(Sens dessus dessous)
Que du bonheur !

Lien : http://michelgiraud.fr/2022/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          829
alberthenri
  02 juillet 2021
Je n'étais pas un fan de Raymond Devos, mais j'appréciais ses sketchs et sa façon si personnelle de jouer avec le sens et le sons des mots.
Quelqu'un comme moi, qui a appris l'humour dans l'almanach Vermot, en y découvrant des auteurs comme Alphonse Allais, Tristan Bernard et consorts, retrouve chez Devos ce goût pour la langue détournée dans le but d'amuser.
Car Devos était un amuseur et ce n'est déjà pas rien, et un amuseur qui amusait en jouant avec les mots, sans méchanceté ni grossièreté gratuite, mais avec un sens aigu de la formule, de l'absurde et du poétique.
Matière à rire, rassemble 165 textes de Raymond Devos, il n'est pas de ces livres qui se lisent d'une traite, mais de ceux qui se dégustent à petites doses.
Il y a des gens qui n'aiment pas les jeux de mots ni les calembours.
Ces personnes trouvent que c'est "facile"...
Je leur propose de tenter de "faire du Devos", et de constater que le calembour peut être un art !
Commenter  J’apprécie          477
Mimimelie
  21 mai 2013
Mesdames et messieurs ... Je vous signale tout de suite que je vais parler pour ne rien dire.
Oh ! je sais !
Vous pensez :
" S'il n'a rien à dire ... il ferait mieux de se taire ! "
Evidemment ! Mais c'est trop facile ! ... c'est trop facile !
Vous voudriez que je fasse comme tous ceux qui n'ont rien à dire et qui le gardent pour eux ?
Eh bien non ! Mesdames et messieurs, moi, lorsque je n'ai rien à dire, je veux qu'on le sache !
Je veux en faire profiter les autres !
Commenter  J’apprécie          464
Levant
  18 avril 2021
Inégalé. le roi. le maître absolu. Un artiste, un vrai. Capable de jouer de n'importe quel instrument, jongler avec balles et massues comme avec les mots, pourvu qu'il soit tirés de cette belle langue, la nôtre, qu'il a su dompter quand il le fallait, apprivoiser le plus souvent.
Bannies obscénités, moqueries, mesquineries, le spectateur tout âge, toute race, toute confession, toute classe sociale confondus écoute ébahi, admire, applaudit.
Matière à rire, ou l'intégrale des sketchs de Devos : un livre, que dis-je un bréviaire, que l'on peut prendre par les deux bouts, dans lequel on peut picorer au hasard, mais surtout garder à portée de main pour se donner une impulsion quand le spleen nous gagne. Et surtout admirer le parler rehaussé au rang de spectacle.
Devos, le génie de la langue, l'orfèvre de la formule, le trublion de la grammaire, le magicien du vocabulaire. L'humour en habit de soirée. Avec un nez rouge, car il ne faut surtout pas se prendre au sérieux, on risque de retomber dans la vraie vie. Et c'est là que ça se gâte.
Chapeau l'artiste !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          354
paroles
  07 août 2013
J'ai un gros nez rouge
Deux traits sur les yeux
Un chapeau qui bouge
Un air malicieux... 🎶🎶🎶
Cette petite chanson pourrait bien être le portrait de cet immense artiste qu'est Raymond Devos.
Il jongle avec les mots : "tu ois mon chien qui aboie le soir au fond des bois ?"
Il fait le mime : "Lorsque j'ai entrepris de faire du mime, j'ai commencé par mimer la marche sur place. Très vite, j'ai compris que cela ne me menait pas loin, pour ne pas dire nulle part !"
Parfois, il marche sur la corde raide : "Il y a des choses qui n'ont pas de sens ! Tenez ! Moi qui vous parle, j'ai le pied gauche qui est jaloux du pied droit, alors quand j'avance le pied droit le pied gauche qui ne veut pas rester derrière... passe devant...lLe pied droit en fait autant... et moi... comme un imbécile... je marche !..."
Jongleur de mots, musicien, roi de la dérision, mime, il est aussi poête :
"Je hais les haies
qui sont des murs.
Je hais les haies
et les mûriers
qui font la haie
devant les murs.
Je hais les haies
qui sont des houx.
Je hais les haies
qu'elles soient de mûres
qu'elles soient de houx !
Je hais les murs
qu'ils soient en dur
qu'ils soient en mou !
Je hais les haies
qui nous emmurent.
Je hais les murs
qui sont en nous !"
La force de Devos, c'est de nous faire embarquer avec lui dans tous les sens d'un mot, de le triturer, de le retourner. On est au manège du grand huit des mots. Quelle force ! Quelle belle tête Devos ! Bon j'avais envie, j'ai bien le droit, non ! C'était juste un essai. Trois fois rien quoi ! Mais "Trois fois rien, c'est déjà quelque chose".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
iarseneaiarsenea   27 avril 2010
Sens dessus dessous

Actuellement,
mon immeuble est sens dessus dessous.
Tous les locataires en dessous
voudraient habiter au-dessus !
Tout cela parce que le locataire
qui est au-dessus
est allé raconter par en dessous
que l'air que l'on respirait au-dessus
était meilleur que celui que l'on respirait à l'étage
en dessous !
Alors, le locataire qui est en dessous
a tendance à envier celui qui est au-dessus
et à mépriser celui qui est en dessous.
Moi, je suis au-dessus de ça !
Si je méprise celui qui est en dessous,
c'est parce qu'il convoite l'appartement
qui est au-dessus, le mien !
Remarquez... moi, je lui céderais bien
mon appartement à celui du dessous,
à condition d'obtenir celui du dessus !
Mais je ne compte pas trop dessus.
D'abord, parce que je n'ai pas de sous !
Ensuite, au-dessus de celui qui est au-dessus,
il n'y a plus d'appartement !
Alors, le locataire du dessous
qui monterait au-dessus
obligerait celui du dessus
à redescendre en dessous.
Or, je sais que celui du dessus n'y tient pas !
D'autant que, comme la femme du dessous
est tombée amoureuse de celui du dessus,
celui du dessus n'a aucun intérêt à ce que
le mari de la femme du dessous
monte au-dessus!
Alors, là-dessus...
quelqu'un est-il allé raconter à celui du dessous
qu'il avait vu sa femme bras dessus,
bras dessous avec celui du dessus?
Toujours est-il que celui du desssous
l'a su!
Et un jour que la femme du dessous
était allée rejoindre celui du dessus,
comme elle retirait ses dessous...
et lui, ses dessus...
soi-disant parce qu'il avait trop chaud en dessous...
Je l'ai su, parce que d'en dessous,
on entend tout ce qui se passe au-dessus...
Bref ! Celui du dessous leur est tombé dessus !
Comme ils étaient tous les deux soûls,
ils se sont tapés dessus!
Finalement, c'est celui du dessous
qui a eu le dessus !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          781
54vftnwzhm_164720533819454vftnwzhm_1647205338194   17 novembre 2022
- Monsieur, est-ce que les histoires que vous racontez ne vous empêchent pas de dormir?
Je dis:
- Si, mais comme ce sont des histoires à dormir debout, je récupère!
Commenter  J’apprécie          40
iarseneaiarsenea   27 avril 2010
Où courent ils ?

L'artiste (entrant):
Excusez-moi, je suis un peu essoufflé !
Je viens de traverser une ville
où tout le monde courait...
Je ne peux pas vous dire laquelle...
Je l'ai traversée en courant.
Lorsque j'y suis entré, je marchais normalement.
Mais quand j'ai vu que tout le monde courait...
je me suis mis à courir comme tout le monde,
sans raison !
A un moment, je courais coude à coude
avec un monsieur...
Je lui dis:
-Dites-moi... pourquoi tous ces gens-là
courent-ils tous comme des fous ?
Il me dit:
-Parce qu'ils le sont !
!
Il me dit:
-Vous êtes dans une ville de fous ici...
vous n'êtes pas au courant ?
Je lui dis:
-Si, des bruits ont couru !
Il me dit:
-Ils courent toujours !
Je lui dis:
-Qu'est-ce qui fait courir tous ces fous?
Il me dit:
-Tout ! Tout!
Il y en a qui courent au plus pressé.
D'autres qui courent après les honneurs...
Celui-ci court pour la gloire..
Celui-là court à sa perte !
!
Je lui dis:
-Mais pourquoi courent-ils si vite ?
Il me dit:
-Pour gagner du temps !
Comme le temps, c'est de l'argent...
plus ils courent vite, plus ils en gagnent !
Je lui dis:
-Mais où courent-ils?
Il me dit:
-À la banque.
Le temps de déposer l'argent qu'ils ont gagné sur un compte courant... et ils repartent toujours en courant, en gagner d'autre !
Je lui dis:
-Et le reste du temps?
Il me dit:
-Ils courent faire leurs courses...
au marché !
!
Je lui dis:
-Pourquoi font-ils leurs courses en courant ?
Il me dit:
-Je vous l'ai dit... parce qu'ils sont fous !
Je lui dis:
-Ils pourraient aussi bien
faire leur marché en marchant...
tout en restant fous !
Il me dit:
-On voit bien que vous ne les connaissez pas !
D'abord, le fou n'aime pas la marche...
Je lui dis:
-Pourquoi?
Il me dit:
-Parce qu'il la rate !
!
Je lui dis:
-Pourtant, j'en vois un qui marche !?
Il me dit:
-Oui, c'est un contestataire !
Il en avait assez de toujours courir comme un fou.
Alors, il a organisé une marche de protestation!
Je lui dis:
-Il n'a pas l'air d'être suivi?
Il me dit:
-Si ! Mais comme tous ceux qui le suivent courent, il est dépassé !
!
Je lui dis:
-Et vous, peut-on savoir ce que vous faites dans cette ville ?
Il me dit:
-Oui! Moi, j'expédie les affaires courantes.
Parce que même ici, les affaires ne marchent pas !
Je lui dis:
-Et où courez-vous là ?
Il me dit:
-Je cours à la banque !
Je lui dis:
-Ah !... Pour y déposer votre argent ?
Il me dit:
-Non ! Pour le retirer !
Moi, je ne suis pas fou !
Je lui dis:
-! Si vous n'êtes pas fous,
pourquoi restez-vous dans une ville
où tout le monde l'est ?
Il me dit:
-Parce que j'y gagne un argent fou!
C'est moi le banquier !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
iarseneaiarsenea   27 avril 2010
Je zappe

Hier soir, après dîner, ma femme me dit:
-Qu'est-ce qu'on donne ce soir à la télé ?
Je lui dis:
-Il y a deux films.
Sur une chaîne, il y a Thérèse dans un genre pieux...
enfin, classé pieux!
Et sur l'autre chaîne, il y a Emmanuelle dans
un genre tout à fait différent, classé X!
Elle me dit:
-Eh bien moi, je vais me coucher... Pas toi?
Je lui dis:
-Non, je crois que je vais rester encore un peu voir le film.
Elle me dit:
-Lequel ?
Je lui dis:
-Emma... (rectifiant)... le pieux...
le pieux avec un X !
Elle me dit:
-Bon, tu me raconteras !
Je lui dis:
-C'est ça !
Elle sort. Je ferme soigneusement la porte derrière elle.
J'allume ma télé. Je prends mon zappeur...
parce que j'aime zapper !
J'aime passer d'une chaîne à l'autre !
Je dis: Voyons Thérèse puisque c'est ce que j'ai
décidé mais auparavant, je vais jeter un petit coup
d'oeil sur Emmanuelle par acquit de conscience...
pour m'en faire une petite idée.
Et je zappe sur Emmanuelle.
Rhahh! La belle femme!
Elle était chez son médecin qui lui dit:
-Qu'est-ce qui vous arrive ?
Elle lui dit:
-J'ai une crise de foie...
Il lui dit:
-Dévêtez-vous, je vais vous palper !
Elle commence à retirer lentement ses effets...
Oh ! j'ai dit, je vois le genre. Allez, tout de suite
au pieux !... Au film !
Je zappe sur Thérèse.
En extase ...!
Elle était chez son confesseur qui lui dit:
-Qu'est-ce qui vous arrive ?
Elle lui dit:
-J'ai une crise de foi!
Il lui dit:
-Il faut prendre le voile. Voilez-vous!
J'ai dit: Le temps qu'elle le mette, moi je vais
les mettre sur Emmanuelle.
Je zappe sur Emmanuelle.
Elle avait tout dévoilé !
Alors là, je me suis dit: Il faut que tu choisisses...
Ou tu vois le «voilé» ou tu vois le «dévoilé» !
Voilà ! Alors, le «voilé» ou le «dévoilé»?
Ah, j'ai dit, vois-les... Vois les deux !
Et j'ai zappé avec une telle rapidité que les images
n'arrivaient plus à suivre !
A un moment, elles se sont superposées.
Quand j'ai vu le visage de Thérèse
sur le corps d'Emmanuelle, j'ai dit:
Oh ! Oh ! Où tu vas là ? Si Thérèse te trouble
à ce point, reste sur Emmanuelle...! Enfin...!
Et c'est juste au moment où je venais de zapper
sur Emmanuelle que ma femme est entrée...
-Je n'ai pas sommeil...
Aussitôt, j'ai zappé sur Thérèse.
Ma femme me dit:
-Tu regardes toujours Thérèse là?
Je lui dis:
-Plus que jamais !
Elle me dit:
-Tu n'as pas bonne mine ! Qu'est-ce qui t'arrive ?
Je lui dis:
-J'ai une crise de fois!
Elle me dit:
-De quel «foie»?
Je lui dis:
-Des deux «fois» !... enfin, on a pas deux foies...
J'ai une crise de ce foie-ci... (il le désigne),
le foie que l'on peut palper, et puis de l'autre foi,
l'impalpable ! J'ai mal aux deux «mots» à la fois.
J'ai mal à mon foie et à ma foi...
Elle me dit:
-Tu as déjà eu mal à tes «fois»?
Je lui dis:
-Bien des fois, autrefois, mais jamais aux deux
«fois» à la fois ! Tandis que là, pour la première fois,
je souffre de ce foie-ci et de cette foi-là...
tu comprends?
Heureusement qu'elle ne m'écoutait pas !
Elle regardait Thérèse...
Elle me dit:
-Mais pour qui Thérèse prie-t-elle?
Je lui dit, en toute bonne foi:
-Pour le repos du corps d'Emmanuelle !
Elle me dit:
-Pourquoi? Qu'est-ce qu'elle a fait
de son corps, Emmanuelle ?
Là, de mauvaise foi, j'ai dit:
-Comment veux-tu que je te le dise ? Tu ne m'a pas
laissé voir le film!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
iarseneaiarsenea   27 avril 2010
«À tort ou à raison»

On ne sait jamais qui a raison ou qui a tort. C'est difficile de juger. Moi, j'ai longtemps donné raison à tout le monde. Jusqu'au jour où je me suis aperçu que la plupart des gens à qui je donnais raison avaient tort ! Donc, j'avais raison! Par conséquent, j'avais tort ! Tort de croire qu'ils avaient raison. C'est-à-dire que moi qui n'avais pas tort, je n'avais aucune raison de ne pas donner tort à des gens qui prétendaient avoir raison, alors qu'ils avaient tort. J'ai raison, non? Puisqu'ils avaient tort ! Et sans raison, encore ! Là j'insiste, parce que... moi aussi, il arrive que j'aie tort. Mais quand j'ai tort, j'ai mes raisons, que je ne donne pas. Ce serait reconnaître mes torts !!! J'ai raison, non? Remarquez... il m'arrive aussi de donner raison à des gens qui ont raison aussi. Mais, là encore, c'est un tort. C'est comme si je donnais tort à des gens qui ont tort. Il n'y a pas de raison! En résumé, je crois qu'on a toujours tort d'essayer d'avoir raison devant des gens qui ont toutes les bonnes raisons de croire qu'ils n'ont pas tort !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360

Videos de Raymond Devos (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raymond Devos
Faites l'amour.
Dans la catégorie : Satire, humourVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Satire, humour (171)
autres livres classés : humourVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Complétez les titres de Raymond Devos

Ça n’a pas de ... (1968)

sens
limite
prix
raison d'être

10 questions
44 lecteurs ont répondu
Thème : Raymond DevosCréer un quiz sur ce livre