AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1030702128
Éditeur : Au Diable Vauvert (13/09/2018)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Adolescent sans famille, Syffe est réduit à l’esclavage, dans une époque de guerres et de grandes épidémies. Lorsque la peste s’abat sur les mines où il est prisonnier, il trouve l’occasion de prendre la fuite. Une seule idée l’obnubile, retrouver Brindille, son amour d’enfance, captive des énigmatiques Feuillus. Son périple mouvementé au travers des Primautés de Brune le conduira à se faire tour à tour instructeur, vagabond et mercenaire, tandis qu’il assiste, impu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Crazynath
  18 septembre 2018
Suite à une opération Masse critique de Babelio, J'avais découvert il y a quelques temps ( il y a à peine deux mois, pour être plus précise ), le très bon « Enfant de poussière » de Patrick K. Dewdney. J'avais beaucoup apprécié cette lecture, séduite à la fois par l'histoire et par la qualité de l'écriture de l'auteur, et je m'étais promis de le suivre de près, histoire de pouvoir continuer à découvrir la suite des aventures de Syffe . Je ne pensais pas tenir ma parole aussi vite, mais quand je suis passé chez mon libraire, la semaine dernière, mon oeil acéré a tout de suite repéré « La peste et la vigne » dans le coin littératures imaginaires.
Difficile d'ailleurs de le rater, ce livre, tant la couverture ressemble au premier tome. Même si les nuances tirent plus vers les gris bleu, on a de nouveau ces silhouettes d'arbres qui se détachent et qui frappent l'imagination du lecteur.
Comme en plus je suis en congés, il a été facile pour moi de me plonger avec délectation-il faut bien le dire – dans la suite des aventures de Syffe. Apres tout, on le laissait en fort mauvais posture à la fin du premier tome, puisque prisonnier des Carmides, il allait être envoyé aux mines.
On va le retrouver dans les sinistres mines d' Iphos dans des conditions plus que misérables et précaires. Il va réussir à en sortir au bout de quelques années, marqué par son séjour et les conditions de vie de cet endroit où la vie humaine n'a aucune signification ni aucune valeur.
Il n'a plus qu'un but dans sa vie : retrouver son amour d'enfance, Brindille. Pour cela, il va devoir affronter bien des épreuves à l'issue d'un périple qui va se révéler bien difficile.
L'épique traversée des montagnes qui suit son évasion m'a beaucoup plu, ainsi que sa rencontre avec le mystérieux peuple des Arces.
Évidemment, j'ai retrouvé avec plaisir le style très soutenu de l'auteur, qui lui permet de créer un monde vraiment particulier.
Challenge Pavés 2018
Challenge ABC 2018/2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Dup
  10 octobre 2018
Lorsque nous retrouvons Syffe, cinq années ont transformé le gamin qu'il était en jeune homme. Cinq ans dans les mines d'Iphos, le bagne des Carmides. Mais il va nous raconter son calvaire par le menu. Cinq ans à attendre la faille, la brèche qui lui permettra de fuir, de rentrer chez lui. Et celle-ci va se présenter sous la forme la plus sournoise qui soit : la peste venue des îles marquaises qui décimera les quelques six mille prisonniers, mais également tous les gardiens.
Marqué sur la joue au fer rouge du triangle des esclaves carmides il ne peut se risquer sur les routes, aussi choisit-il de traverser le Mur Carmois, cette haute chaîne de montagnes qui borde au sud la zone d'Iphos et fait office de frontière avec Grisarme, Collinne... Là où il a été capturé après la défaite de la bataille d'Aigue-Passe.
Presque la moitié de ce volume sera consacrée à cette traversée, et à sa rencontre avec le peuple des Arces, des montagnards reclus qui y vivent en autarcie complète. Cette partie du roman est tout simplement magique, grâce aux descriptions sublimes de l'auteur qui manie avec justesse l'émerveillement et l'angoisse de son lecteur devant les situations critiques, périlleuses que traverse Syffe. Même s'il va passer pratiquement une année auprès des Arces, prisonnier volontaire le temps de se refaire une santé, il a toujours le même but : rejoindre la ville de Spinelle, retrouver le pérégrin et enfin Brindille, son amour d'enfance. L'empathie que l'on éprouvait pour l'enfant Syffe se trouve encore renforcée pour le jeune adulte qu'il est devenu.
La suite sur le blog ;)
Lien : https://bookenstock.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JessSwann
  11 octobre 2018
J'attendais avec une grande impatience ce second tome après avoir découvert l'auteur suite à une Masse Critique. Je n'ai pas du tout été déçue de cette suite ! le monde s'étoffe encore et c'est un vrai bonheur de lire les déboires de Syffe (j'avoue je suis un peu sadique). Une fois de plus, le personnage me rappelle le Fitz de Robin Hobb en raison de ses aventures et de son manque de chance mais la comparaison s'arrête là : les deux univers sont radicalement différents ! Ici nous découvrons un monde en guerre et la spiritualité à travers les croyances des différents peuples est largement exploitée. J'aime l'incroyance de Syffe et la manière dont il reçoit des explications ( que je ne dévoilerait pas dans ma chronique) sur son rôle et sa place. le personnage évolue également beaucoup à mesure que l'histoire avance et aussi de ses rencontres. J'aime beaucoup l'homme qu'il devient au fil du récit et la fin du tome m'a laissée dans une grosse expectative. J'ai hâte de connaitre les conséquences pour Syffe (et les autres) du rebondissement final tout comme de lever le voile sur les autres zones d'ombre de l'histoire.

Ce que j'aime : la richesse de l'histoire, la qualité de l'écriture, le personnage de Syffe, la fin

Ce que j'aime moins : ne pas savoir quand la suite sera disponible

En bref : Un excellent second tome qui continue à approfondir son univers

Ma note

8,5/10
Lien : http://jessswann.blogspot.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Philemont
  12 décembre 2018
Peut-être moins original que L'enfant de poussière, La peste et la vigne est doté d'une prose toujours aussi fluide et plaisante.
Lien : http://philemont.over-blog.n..
Commenter  J’apprécie          00
JustAWord
  18 août 2018
En mai dernier, Patrick K. Dewdney faisait une entrée fracassante dans le milieu de l'imaginaire français avec L'Enfant de poussière, premier volume d'un ambitieux cycle de fantasy en sept volumes.
L'auteur d'Écume et de Neva poursuit le chemin de son héros, le jeune Syffe avec ce second volume sobrement intitulé La Peste et la Vigne. Toujours publié Au Diable Vauvert et superbement illustré par la talentueuse Fanny Etienne-Arthur, ce deuxième opus pose la question cruciale que tous les lecteurs enchantés par le premier roman se posent : le Cycle de Syffe tient-il toutes ses promesses ?
Lien : https://justaword.fr/le-cycl..
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
Elbakin.net   14 septembre 2018
La peste et la vigne ou le second chapitre d’un cycle de fantasy humaniste, d’une grande authenticité et qui se garde bien de tout manichéisme. Il ne nous reste qu’à nous armer de patience avant de pouvoir renouer avec la plume de l’auteur ; voix singulière et talentueuse venue se joindre nouvellement au chœur des littératures de l’imaginaire. A suivre de très près.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
StelphiqueStelphique   18 septembre 2018
Nous étions six mille damnés, œuvrant de jour à nous briser l'échine, entassés de nuit dans des baraquements crasseux en aval des mines.
Commenter  J’apprécie          170
Charybde2Charybde2   11 septembre 2018
Le corps du Feuillu pendait mollement contre la sphaigne éclaboussée, et pas le moindre bruit n’était encore sorti des rangs des soudards. Les regards, le mien y compris, étaient rivés sur l’acier brillant que Matésé avait entrepris de décrasser à l’aide d’un chiffon rougi. Le Trésilien agissait comme si nous n’étions pas là, et cela ne faisait qu’accroître son magnétisme. Lorsque le Feuillu était mort, j’avais pensé que nous avions atteint l’apogée, le clou du spectacle, mais je me trompais. La tension dramatique ne retomba pas. Matésé construisit autre chose par-dessus l’exécution à laquelle nous venions d’assister, un récit tissé d’abjection tantôt ordinaire, tantôt étrangère, où chacun était rendu complice de ce qui venait de se passer, sans pour autant que cela ait ressemblé à la vengeance attendue. La piétaille avait été dépossédée d’une manière qu’elle ne comprenait pas tout à fait, qui avait appartenu à Matésé et à lui seul, et dont il s’était servi pour affermir son emprise sur la troupe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   11 septembre 2018
Je restai longtemps sans esquisser un seul geste, à demi écrasé par l’angoisse qu’enfantait la liberté retrouvée, et les bouffées de la culpabilité qu’il y avait à vivre. Aucun réconfort, si maigre soit-il, ne se trouvait dans la chaleur qui imbibait mes couvertures de laine grossière. Même les bruissements sauvages de la forêt m’emplissaient de désarroi. Je me sentais étranger à l’existence. En quête d’un refuge, mes pensées se tournèrent vers Vaux, puis les conifères immenses de la Forêt de Pierres, et je hoquetai tout à coup sans comprendre pourquoi je n’étais pas mort comme les autres. L’accablement enfla par bouffées jusqu’au paroxysme, paralysant tout le reste. Il y avait trop à reconstruire et à oublier. J’en vins à effleurer la facilité avec laquelle il me serait possible de rester là, allongé dans la pinède, plutôt que d’essayer de rejoindre un monde duquel j’avais été absent depuis si longtemps. J’eus le regret de n’être pas tombé aux côtés de Uldrick à Aigue-Passe.
Comme un claquement de fouet, je pris la mesure du danger que je courais. Cela ne venait pas des Carmides cette fois, ni des chiens ou de la peste. Cela venait de moi, et des fantômes que je portais. Je serrai la mâchoire à m’en faire mal, à la recherche de mon calme de bataille. Les lèvres retroussées, j’enroulai les doigts autour du poignard de bronze. Les Vars m’avaient appris à choisir mes combats et celui-ci en valait la peine. Je rassemblai les morts qui m’assiégeaient pour les brandir comme un drapeau, et m’extirpai rageusement des couvertures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
CrazynathCrazynath   18 septembre 2018
La montagne n'était pas mon univers, et je doutais de parvenir à m'y sentir chez moi un jour, mais cela ne m’empêchait pas de me repaitre de ces nuits déchiquetées et des des panoramas époustouflants, qu'ils réverbèrent le soleil de plomb ou se dévoilent fragilement derrière un rideau crépitant.
Commenter  J’apprécie          30
CrazynathCrazynath   18 septembre 2018
Quelque chose d'animal, une frayeur crépitante, s’était greffée à notre course et cherchait désormais à en prendre les rênes.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Patrick K. Dewdney (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick K. Dewdney
Nous étions au Salon Fnac Livres 2018, du 14 au 16 septembre 2018 à la Halle des Blancs-Manteaux (Paris 4e). L'occasion d'y animer des débats (avec Claire Chazal, Samuel Benchetrit, Zeina Abirached et Mathias Enard), d'y rencontrer des auteurs et des lecteurs, et de vous rapporter ces quelques images. Découvrez l'ambiance de cet événement littéraire.
0:07 Adeline Dieudonné reçoit le prix du Roman Fnac 0:13 Serge Joncour en interview Babelio pour 'Chien-Loup' (Flammarion) 0:18 Clara Dupont-Monod évoque 'La Révolte' (éditions Stock) 0:26 Zeina Abirached et Mathias Enard en interview Babelio pour 'Prendre Refuge' (Casterman) 0:32 Alain Mabanckou en interview Babelio pour 'Les cigognes sont immortelles' (Seuil) 0:54 Valérie Manteau en interview Babelio pour 'Le Sillon' (Le Tripode) 1:04 Un lecteur croisé au salon 1:18 Rencontre avec Zeina Abirached et Mathias Enard animée par Babelio 1:34 Rencontre avec Maylis de Kerangal pour 'Un monde à portée de main' (Verticales) 1:48 Claire Chazal en dédicace pour 'Puisque tout passe' (Grasset) 1:50 Cyril Pedrosa en dédicace pour 'L'Age d'or' (Dupuis) 1:51 Michel Ocelot en dédicace 1:52 Patrick K. Dewdney en dédicace pour 'L'Enfant de poussière' (Au Diable Vauvert) 1:53 Jean-Pierre Jeunet en dédicace pour 'Je me souviens... 500 anecdotes de tournage' (LettMotif) 1:54 Christopher Priest en dédicace pour 'Conséquences d'une disparition' (Denoël)
Et retrouvez nos photos du Salon Fnac Livres juste ici : https://www.facebook.com/pg/babelio/photos/?tab=album&album_id=10155892306395678
Retrouvez-nous aussi sur : F A C E B O O K : https://www.facebook.com/babelio/ T W I T T E R : https://twitter.com/babelio I N S T A G R A M : https://www.instagram.com/babelio_/ L I N K E d'I N : https://www.linkedin.com/company/babelio P I N T E R E S T : https://fr.pinterest.com/babelio/ S N A P C H A T : @babelio_off
+ Lire la suite
autres livres classés : esclavageVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1199 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre