AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nicole Bensoussan (Traducteur)
ISBN : 2757820214
Éditeur : Points (18/11/2010)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 20 notes)
Résumé :

La mort accidentelle de la petite Angela plonge la famille Flood dans le désespoir. Charley, le père de famille, veut tuer le responsable, qui se trouve être son propre voisin. Mais ce policier corrompu travaille, comme Charley, pour la mafia de Philadelphie. Il est protégé par le parrain du gang. En allant au bout de sa vengeance, Charley va précipiter le destin de chacun des membres de la famille Flood...

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
fleurdusoleil
  08 juin 2011
Je tiens d'abord à remercier les Editions Points et Livraddict pour ce partenariat riche en émotions.
Je sais que le mot " émotions" peut sembler inapproprié pour parler d'un polar, mais c'est pourtant le premier qui me vient à l'esprit après la lecture de cet excellent livre.
Car dans ce roman noir, on prend littéralement une claque en suivant la vie de Peter, le fils aîné de la famille Flood. Car contrairement à ce que laisse présager le résumé, c'est bien de Peter Flood dont il est question ici.
La mort accidentelle de sa petite soeur et le besoin de vengeance de son père font basculer sa vie et scelle son destin.
Elevé par son oncle, qu'il ne ressent pas, sa vie sera faite de silence et d'abnégation face à ce monde qu'il rejette.
Sa rencontre avec Nick, un ancien boxeur lui offre une perspective de vie meilleure, toute d'honneur et d'amour. Mais il sait que telle ne sera jamais la sienne. Car tout autour de lui n'est que dureté, mensonge et désillusion. Alors il cogne, il cogne tant qu'il peut. Mais il encaisse surtout. Les coups sont pour lui une preuve qu'il est Peter Flood.
Bon sang ! on est secoué par le destin de Peter. On ne ressent que colère, tristesse, horreur face à cette vie gâchée. On est aussi très ému de sa volonté d'être quelqu'un de bien. Mais comment peut-il faire ? Sa famille le tire inexorablement vers le bas.
Dès les premières pages, on pressent un drame. La fatalité est omniprésente. A l'instar des romans du genre, tout est mis en oeuvre pour que l'inévitable flotte sur tout le récit. Mais le plus de ce roman est que l'histoire est tournée principalement sur la vie d'un personnage et non sur un événement en particuliers.
Et bien entendu, on ne peut rester de marbre face à un homme déchiré. Moi en tout cas !
L'écriture de Pete Dexter, que je découvre, est un plaisir pour le lecteur. Des phrases simples, fluides et un rythme soutenu. Pas de détours inutiles, mais des mots choisis avec justesse pour instaurer l'ambiance voulue.
On entre dans l'histoire sans difficultés et l'on est rapidement attiré par les différents personnages.

Bref, vous l'aurez compris, j'ai vraiment passé un bon moment de lecture et je garderais un grand souvenir de ce roman noir . J'ai même l'audace de dire qu'il fait parti de mes coups de coeur.
Lien : http://lacaveauxlivres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Godefroid
  22 novembre 2015
A Philadelphie, les Flood sont les piliers de la mafia irlandaise locale ; ils tirent leur pouvoir d'influence du syndicat des couvreurs qui est complètement entre leurs mains. Charley est taciturne, peu expansif, il habité de certaines valeurs qui font presque figure de boulets dans son milieu... et puis c'est une inébranlable tête de mule. Phillip (le frère de Charley) est tout à l'opposé : grande gueule, faux cul, cruel et passablement stupide. Les deux frères ont chacun un fils, respectivement prénommés Peter et Michael, à leur image ou peu s'en faut.
1961. La petite fille de Charley est renversée par un flic ripoux à la solde du syndicat. Elle meurt sur le coup. Phillip exhorte son frère à ne pas se venger, en vain. Charley, jugé incontrôlable, sera éliminé et Phillip recueillera Peter qui sera élevé avec Michael.
1966. 1972. 1974. 1986. Les enfants ont grandi. Entre temps, Phillip a mal fini lui aussi. C'est donc Michael qui prend la direction des opérations et qui doit assurer la pérennité de l'entreprise face aux vieux italiens dont l'influence n'est pas morte, loin de là. Peter se traîne dans l'ombre de son cousin Michael, sans jamais se laisser bouffer. Si Peter ne cède jamais ou presque aux lubies imbéciles et sadiques de Michael, ils ne s'affrontent jamais ouvertement, ou alors tout ça est étouffé très vite. Jusqu'à ce que le gros Michael aille trop loin et que le châtiment tant attendu s'abatte.
Après la légende (Deadwood, 1986) et les traditions (Cotton point, 1988), c'est le poids de l'hérédité qui écrase cette fois-ci les personnages tourmentés de Pete Dexter. L'hérédité des caractères, tant les deux cousins sont les répliques – à peine réactualisées – de leur paternel ; mais aussi celle des actes terribles commis alors que Peter et Michael n'étaient que des enfants, et que ces derniers subissent comme un joug tiré vers un inéluctable dénouement. L'écriture de Dexter est constante dans son intelligence et sa remarquable simplicité, jusque dans les dialogues toujours impeccables et percutants. Encore un texte très noir, plombant (on a l'habitude) et vraiment remarquable, même s'il n'a pas tout à fait la puissance des deux précédents cités plus haut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AxelRoques
  02 septembre 2014
Encore une excellente mise sous tension du lecteur orchestrée par Pete Dexter.
Dans un environnement hostile, une famille américaine est confrontée à plusieurs événements tragiques.
Nous assistons, impuissants, à son explosion.
Axel Roques
Lien : http://axelroques.blogspot.fr/
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   17 mars 2018
Il aperçoit les saletés du chien –c’est l’expression qu’emploie sa mère, « les saletés du chien », mais il connaît le terme exact –, une masse fumante aussi grosse que la tête de l’animal, de l’autre côté de l’allée. Elles ne sont pas recouvertes de neige et brillent au soleil.
Peter sent, comme à l’accoutumée, ses jambes se raidir, il jette de nouveau un regard dans le parc de l’autre côté de la rue, écoutant le cliquetis d’une médaille sur un collier. Il a peur des chiens, surtout de celui-là, mais il ne le dit à personne. Il est censé ne pas avoir peur des chiens, tout comme il est censé rester dans la cour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   17 mars 2018
Quand quèqu’chose comme ça se produit, y a deux solutions, ou tu passes l’éponge ou bien tu l’descends, mais tant qu’c’est pas réglé, ça rend dingue.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   17 mars 2018
Si tu veux devenir quelqu’un, faut que t’ailles à l’école.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Pete Dexter (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pete Dexter
PAPERBOY von Pete Dexter
autres livres classés : vengeanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1709 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre