AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782917817100
96 pages
Éditeur : Contre Allée (06/10/2011)

Note moyenne : 3.23/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Les tribulations de deux auteures aux prises avec une commande d’écriture à quatre mains, au sein d’un quartier à l’histoire ouvrière en berne. Au fil de rendez-vous fixés dans les cafés du coin pour faire le point sur l’avancée de leur travail, elles évoquent les difficultés de l’exercice. Des conversations autour d’une histoire en train de s’écrire, de personnages ou de conflits d’ego.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
ATOS
  22 avril 2012
"Un Editeur se livre" dans la cadre de l'opération menée par LIBFLY.com ? deux auteures nous y invitent.
Oui.... en fait qu'est ce qu'on apprend à naître dans le Nord ? Qu'est ce qui fait que l'on peut être et se reconnaître du Nord ? Amandine Dhée et Carole Fives nous disent avec beaucoup d'humour, leur pas de deux en écriture à quatre mains et d'un seul coeur de la commande qui leur a été demandée par un éditeur : mémoire d'un patrimoine, histoire d'un territoire ...
La tâche est ardue... difficile de se pencher sur Fives, banlieue est de Lille. le portrait d'une fileuse sera leur fil conducteur.
Fives autrefois fleuron de l'industrie textile, métallurgique, automobile.
Que reste t il à présent de ce temps ? Une gloire qui ne profita jamais à ceux qui l'avaient forgée....?
Fives est en devenir, sur des terres laissées en friche apparaissent peu à peu de nouveaux décors. En assistant aux échanges de ces deux femmes du Nord on s'aperçoit que le plus riche patrimoine du Nord réside dans la voix des hommes.
Un façon d'être qu'importe la manière de naître.
Un mélange constant, une population en transit, un brassage des destins. Si vous êtes du Nord vous connaissez les réunions des femmes dans les cuisines autour d'un café,à l'chuchette. Vous avez un voisin au prénom italien, polonais, ou marocain. Les gens du Nord sont toujours en partance. "On refera le monde, on quittera la mine, on crèvera pas à l'usine..."
Ils sont mélancoliques, révoltés, résignés, insupportables, attachants, excessifs, jusqu'au boutistes, conscients et utopistes. Uniques et multiples. Un paradoxe ? Une énigme ?...
Merci à Libfly et aux Editions la Contre Allée de nous avoir invités à suivre Amandine et Carole à la Grappe d'or, aux Tilleuls, au Pénalty, au Flandre, au Casanova, au Marigny, au Petit Coin, au Musical, chez Roberto, à la Douane, au Métro. Merci à tous ces visages croisés. Fives mérite son avenir.
Astrid SHRIQUI GARAIN
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
emeralda
  05 janvier 2012
J'avais déjà eu l'occasion de lire au début de cette opération un autre ouvrage d'Amandine Dhée, je ne suis donc plus tout à fait en terrain inconnu (enfin, je crois).
En revanche dans le cadre de ce petit roman, il s'agit d'une écriture à quatre mains et parfois cela peut tout changer. J'ai déjà vécu pareille aventure et cela n'avait pas été terrible.
Au final, non, je n'ai pas été déstabilisée, du moins par le ton. C'est énergique, enjoué, rythmé, sans temps morts, jeune avec un brin d'audace et d'effronterie !
Il faut quelques pages pour bien comprendre comment va se construire le roman et son récit. Ce n'est pas une histoire linéaire, mais une somme de petites histoires qui forme la Grande Histoire de l'industrialisation de cette région avec en trame de fond l'aventure littéraire dans laquelle se sont embarquées les deux auteurs. Cela donne un joyeux méli-mélo pas prétentieux pour un sous. C'est bouillonnant au contraire. On s'affranchie des limites imposées pour aller de l'avant.
Il n'est pas très évident de parler d'un tel ouvrage. Cela se lit, cela se vit point barre en fait.
Impossible de s'ennuyer durant cette lecture qui est très spontanée, mais on y trouve également le soucis du détail véridique.
J'ai une formation d'historienne et les passages sur l'existence des ouvrières, leurs conditions de vie ou de travail, leurs conditions sociales sont bien rendues sans que l'on tombe dans le ton universitaire ou dans le larmoyant.
C'est un bel ouvrage qui rend hommage à notre Nord du pays, à ses petites mains qui ont tant fait.
L'humour est également très présent pour justement contrebalancer un tantinet. Cela rend la lecture plus facile et plus ludique.
Tout en faisant référence au passé, l'écriture reste très contemporaine, c'est un beau tour de force. Bravo car avec deux auteurs, cela n'était pas si évident à mettre en place, enfin, je suppose. Toutefois, cette bonne humeur, on peut la ressentir dès le titre même choisi pour ce livre : "ça nous apprendra à naître dans le Nord". Voilà une certaine auto-dérision qui m'amuse.
La maison d'étron innove également et souhaite se démarquer (je trouve cela fort bien également) en offrant aux lecteurs un supplément audio gratuit à télécharger sur son site. Voilà un petit plus qui fait plaisir et un peu différent de ce que l'on trouve un peu partout (pas de standard ici,ouf, de l'originalité !!!!).
Vous l'aurez compris, j'ai passé un agréable moment de lecture avec ce petit roman contemporain. Je vous le recommande, il sort de l'ordinaire donc il ne conviendra peut-être pas à tout le monde, mais essayez quand même, on ne sait jamais.

Lien : http://espace-temps-libre.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Bazart
  29 novembre 2011
Cet ouvrage résulte d'une commande provenant d'une résidence d'artistes locaux, EN APARTE, dont le but est d'ouvrir "un espace de dialogue en développant un travail de questionnement des mémoires autour d'un territoire donné". Je ne connaissais pas la finalité du projet avant d'ouvrir le livre, je l'ai appris ensuite, et je trouve que ce genre d'entreprise est tout à fait salutaire, puisqu'il permet de valoriser un patrimoine donné.
Et les 2 auteurs en question, Caroline Fives et Amandine Dhée, ont décidé d'aller enquêter sur la mémoire de leur quartier d'origine, Fives (même nom que l'auteur, mais simple coeincidence), un quartier populaire de Lille ( ville natale de mon père, donc que je connais un petit peu). Et l'originalité du point de vue des 2 écrivains est de jouer la carte de la transparence : on assiste ainsi à un work in process, et les auteurs ne nous cacherons rien de leurs doutes, de leurs tatonnements et de leur incompréhension par rapport au projet initial. Et évidemment, Fives et Dhée témoignent, pour ce faire, d'une auto dérision et d'une complicité à toute épreuve, qui fait plutot du bien dans un secteur (l'étude universitaire) qui a tendance à trop se prendre au sérieux. La mémoire de ce quartier ouvrier est un sujet oh combien sérieux et important, les auteurs ne l'ignorent pas, mais loin des thèses pompeuses sur le sujet, prennent le parti de l'humour et du léger.
Le revers de la médaille est qu'à la fin du livre, on n'a pas beaucoup avancé, et on est toujours resté sur ce terrain de l'anecdotique et de l'humour. L'ouvrage m'a en fait paru trop court ( 96 pages en petit format). J'aurais aimé, pour qu'il soit plus accompli une seconde partie où les auteurs abordent plus frontalement le sujet, toute en gardant le même ton badin.

Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Marcelline
  03 décembre 2011
Ce sont d'abord le titre et la présentation (une jolie couverture cartonnée rouge , une typographie aérée, du papier recyclé) qui ont attiré mon oeil; puis la 4ème de couverture a achevé de me convaincre de l'acheter: on y parle du quartier où je vis et travaille depuis une dizaine d'années!...
Un peu déconcertée par l'alternance de dialogues très vivants qui m'ont fait sourire et de passages plus poétiques, à la recherche d'une ouvrière fivoise à laquelle il faudrait rendre hommage, j'ai finalement beaucoup apprécié cette lecture qui m'a fait découvrir des aspects et des personnages méconnus de mon quartier; je suis en particulier très contente de désormais connaître l'histoire de certains personnages qui ont donné leur nom à des rues du secteur (Madeleine Caulier, van Troyen,...), j'ai beaucoup aimé voir ce quartier comme une entité ayant une histoire riche et qui lui est propre, avec un passé industriel florissant qui a contribué à la richesse de Lille.
Commenter  J’apprécie          10
marionf
  05 janvier 2016
Quatrième livre de l'opération Un éditeur se livre de Libfly et des éditions Contre allée. Un livre écrit à quatre mains dont deux appartiennent à l'auteur du precedent livre de l'opération, Amandine Dhée.
Comme pour du bulgom et des hommes je n'ai absolument pas accroché. Tout ce que je n'ai pas aimé dans le précédent livre de l'opération était là. Je l'ai finit, il ne fait que 85 pages (je compte les pages numérotées, toutes les pages à la fin qui n'ont rien à voir avec le texte ne comptent pas quand je donne un nombre de pages de manière générale) et se lit très vite, mais je ne me suis pas amusée, le livre ne m'a pas interpellée, pas fait sourire, pas fait réfléchir, je me suis quand même ennuyée.
Les petites anecdotes, sans plus. Les dialogues, bof. Surtout le premier qui semble être prétexte à introduire le livre, la démarche, alors qu'un petit paragraphe de quelques lignes aurait suffit.
Le livre aurai porté sur mon quartier, mon arrondissement à la rigueur, oui j'aurai sans doute été plus emballée. En fait la démarche est bonne, très bonne, mais je ne vois pas pourquoi on en a fait un livre. Les petites anecdotes et cie qui s'y trouvent c'est la même chose que ce qu'on va lire dans le magazine gratuit du quartier, le genre de choses qu'on entend à la caisse de la supérette. Ce n'est vraiment pas le genre de livre qui m'intéresse. Il n'y a pas d'évolution, pas de réflexion, on stagne et moi s'il ne se passe rien on me perd très vite. A mon avis, comme du bulgom et des hommes, Ça nous apprendra à naître dans le Nord s'adresse à ceux qui connaissent les lieux, pas vraiment aux autres. Rappé pour moi.
J'ai reçu ce matin le cinquième livre de l'opération, le genre à l'air totalement différent, j'espère vraiment que la lecture se passera mieux.
Lien : https://troisiemesansascense..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
BazartBazart   21 novembre 2011
J’ai une de ces pressions… Et mes ancêtres besogneux qui n’ont toujours
pas quitté mon bureau.
— T’as des ancêtres ouvriers, toi ?
— Quand t’es née dans le Nord, t’as forcément des ouvriers qui se raccrochent
désespérément aux branches de ton arbre généalogique, un sandwich
à l’omelette à la main. »
Commenter  J’apprécie          60
AliceWAliceW   08 novembre 2011
La Grappe d'Or, deux crèmes

- Faudra pas oublier de parler du passé. C'était quelque chose, Fives. Filatures, brasseries, céramiques et tiens-toi bien : le premier moteur Diesel !
- Quelle fierté ! On se rend pas compte, de tout ça, quand on rue Pierre Legrand...
- Quand on attrape le métro à la station Marbrerie.
- Quand on se prend un kebab chez Istanbul Island.
- Ce passé somptueux...
- On pourrait parler de saga, note ça, "formidable saga".
- Est-ce qu'on ajoute : "un essor technique sans pareil" ?
- "Une ambition industrielle inouïe" !
- Et surtout, parlons de dignité ouvrière.
- Très important, la dignité ouvrière. Mais je t'avoue que ça me crée des angoisses. Dès que j'écris sur le passé, j'entends les gros sabots des besogneux d'avant qui s'agitent dans mon dos. Ça toussote, ça renifle, ça joue les humbles Non pas besoin de chaises, ne vous embêtez pas... mais je sais qu'ils partiront pas.
- Ils attendent l'hommage...
- A les entendre, y'a que le Nord qui aurait un passé. Mais je suis pas dupe, dans ce livre, Lille d'Antan, y'avait plein d'autres titres dans la même collection : Strasbourg d'Antan, Marseille d'Antan, Nantes d'Antan, Lyon d'Antan, et même Saint-Tropez d'Antan !
- Ecrire sur Saint-Tropez d'antant, ç'aurait quand même été plus marrant.
- Plus marrant, si y'avait eu plus de Jean-Paul Belmondo et moins de métallos !
- Plus de paillettes, moins de bobinettes !
- Ça nous apprendra à naître dans le Nord...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
julienraynaudjulienraynaud   15 novembre 2015
plus on me paye pour écrire et moins j'en ai envie.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Amandine Dhée (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Amandine Dhée
L'excellente Amandine Dhée est dans le Zinc Confiné. On y parle féminité, littérature, et écriture. Le Zinc Confiné, c'est un (e) auteur/autrice que l'on aime et que l'on veut vous faire découvrir. Ils nous parlent de leur livre en cours, donnent des conseils d'écriture, et de lecture.
autres livres classés : ouvrierVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16497 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre