AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207030115X
Éditeur : Gallimard (01/01/1968)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Émilien Dombe s'engage comme chef de culture dans une ferme du hameau de Rieux qui domine une vallée livrée aux ronces et aux épines. On y raconte une étrange légende, prétexte aux intrigues où les intérêts se mêlent aux passions amoureuses : une jeune fille inconnue apparaîtrait de temps à autres dans la campagne. Un jour, Émilien rencontre une jeune fille et découvre qu'elle n'est qu'un fantôme. Sa vie s'en trouve entièrement bouleversée...

"L'azur"... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
dourvach
  02 mars 2017
"L'azur" est l'aventure du temps qui passe, soit le brillant 30ème des 49 "romans et récits" dus à l'étonnante prodigalité de l'étonnant (et bien sûr toujours largement méconnu) romancier-conteur oriental que restera André DHÔTEL [1900-1991].
"Conteur oriental", oui ! Rappelons que l'Ardennes et la Champagne demeurent "ses" Chasses domaniales (universelles) les plus familières...
Bien sûr retrouvées ici - d'un roman à l'autre - cette clarté absolue, cette prodigieuse richesse et cette si curieuse "fausse simplicité" de la langue dhôtélienne. Matériau noble que certains apôtres du "parler Cash" despentien - habituels lecteurs de prose-magazine suffisamment surlignée - pourront juger "désuète"... (Je rigole). Bref, vertus vraies devenues "exotiques" à pas mal de lecteurs : c'est ainsi ! Donc, vive l'exotisme (sincère) et la caducité des camaïeux, émaux ou autres yeux et mots bleus (Cf. "La tribu Bécaille"[1963])...
Ne nous emballons pas.
Car - selon notre goût personnel - "L'azur", publié en 1968 est loin d'être une oeuvre sans défauts. Peut-être parce qu'il se situe dans le sillage d'un chef d'oeuvre : son "Pays natal" [1966] (qui sera suivi d'un roman que nous jugeons beaucoup moins inspiré : "Lumineux rentre chez lui" [1967]) et qu'il précédera 3 nouveaux chefs d'oeuvre : le célèbre conte "L'enfant qui disait n'importe quoi" [1968] puis deux romans d'une maîtrise sans égale : l'épais "Un jour viendra" [1970] puis "La maison du bout du monde" [1970], sorte de cristal romanesque quasi-parfaitement épuré de toutes scories...
Quelques petits nuages passent dans "l'Azur" et s'y étirent, ma foi, parfois un peu inutilement : tel cet épisode bien longuet des taureaux échappés de l'enclos des Desterne, avec sa profusion des demoiselles rencontrées et des amourettes dévoilées [pages 69 à 91 de l'édition "folio" de poche]... ou ce dénouement volontairement "saboté" en 3 pages finales [329 à 331] : dame ! on sent ben que le p'tit père Dhôtel était pressé de passer à autre chose, crebleu, et donc de se débarrasser le plancher à ces coeurs envahissants d'Emilien et Fabienne !
Profusion supra-balzacienne des personnages (mais on finit par s'y retrouver et le chat-conteur ardennais retombe toujours sur ses quatre pattes !).
Nul n'est parfait, Dhôtel se flattait d'être un "romancier mineur" (une conviction délirante parmi d'autres), involontairement "produisait beaucoup"... et nous devons partir à l'assaut de son Continent pour y trouver NOS chefs d'oeuvre... Je rappelle tout cela puisque l'étiquetage ou le tri subtil entre "textes romanesques parfaitement maîtrisés" et "les autres" n'a toujours pas été produit à ce jour, ni donc subjectivement "assumé" par tel ou tel fin connaisseur-explorateur de l'Oeuvre généreuse d'André DHÔTEL : ce qui est fort dommageable à l'Oeuvre d'A.D. puisqu'entretemps, l'amnésie du lectorat "de masse" poursuit sa carrière... [Mon propos actuel ne se veut point "élitiste" mais plutôt réaliste.. et la belle énergie collective, grandement convaincante et enthousiasmante des débuts de notre chère association "La Route Inconnue" me semble devenue aujourd'hui assez globalement roupillante... Bref, dommage !]
Dans l'un de ses entretiens, Dhôtel semble se rire du côté parfois redondant, grandiloquent et parfois assez artificiel de ce qu'on nomme "LA" poésie - tout comme de la langue "calibrée" et si peu inventive de pas mal de "poètes" autoproclamés (bien qu'ayant commis 3 essais sur son compatriote Rimbaud)
Je rejoindrais l'avis de notre amie babéliote Eleonora, parlant de sa découverte du style de l'un des "nos" romanciers favoris et (bien sûr) méconnus, A.D. : "émerveillée par son écriture, sa simplicité miraculeuse, ces merveilles cachées au sein du quotidien, la réalité et le divin qui cohabitent à chaque ligne".
Mais je n'en dirai pas plus et vous laisse découvrir TOUT l'univers champêtre (avec ses fantastiques clairières parisiennes) d'Emilien Dombe, Fabienne, Jenny Janret, son "visage de chat" et son frère Edouard, son père Hector et Mme si effacée, de Blanche et Alcide Desterne, d'Aurore (la fille chapardeuse de Ralph), de Prabit l'usurier avare et son frère Amédée disparu à la poursuite d'une inconnue, de la dynastie ruinée des Comtois (le fils Léon fait l'horloger rural), des gamins du charpentier chercheurs d'un trésor envasé dans la rivière, de Chimard le botaniste (l'âme cachée et la mémoire du hameau sauvage), d'Edmée Biermes et sa famille si "BCBG", des Seurdon, du hameau des Rieux, de Dongy, de Reims, de Gibraltar...de la fille-fantôme au grand chapeau de paille et au sourcil légèrement fendu...
Amitiés !
Lien : http://www.regardsfeeriques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
eleonoramissa
  01 février 2017
Je découvre cet auteur et suis émerveillée par son écriture, sa simplicité miraculeuse, ces merveilles cachées au sein du quotidien, la réalité et le divin qui cohabitent à chaque ligne. J'ai adoré l'Azur et vais commencer La tribu Bécaille.
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
dourvachdourvach   07 février 2017
Le ciel était noir au-dessus de Saint-Sulpice avec des quantités d'étoiles. Emilien regagna le boulevard Saint-Michel et remonta le long du trottoir animé. Il se devait d'être mélancolique, mais cela ne lui disait rien de mener cette mélancolie jusqu'à l'infini. Tous ces gens sen fichaient d'ailleurs et ignoraient complètement Emilien. Les enseignes des cafés et des cinémas resplendissaient. il buta sur Fabienne. Il s'écria :
‒ Encore toi !
‒ Tu viens au cinéma, dit-elle ?
‒ Une idée, dit Emilien.
Quel film ? Cela n'avait pas tellement d 'importance.
‒ Tu l'as raté, ton rendez-vous.
‒ Complètement raté dit Emilien.
‒ Ce sera pour une autre fois.
‒ Je pars demain matin.
Le film était commencé. Une histoire en couleurs à la frontière du Mexique. L'azur. Une fille superbe. Et puis des tas de discussions. Encore l'azur.
‒ Fabienne, souffla Emilien.
Qu'est-ce qu'il voulait lui dire ? Il dit :
‒ Embrasse-moi !
Elle lui donna un baiser. Un film sans un baiser ça n'a pas de sens.

[André DHÔTEL, "L'azur", 1968, éditions Gallimard ; réédition collection "folio", 2003, 336 p. - pages 14-15]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
dourvachdourvach   12 février 2017
‒ Ce soir, [...] le vent crie à travers le pont de fer, là bas.[...]
‒ Qu'est-ce qu'ils ne veulent pas entendre ?[...]
‒ Ce que personne ne veut entendre[...]
Emilien se trouvait toujours pris de court avec Chimard, et cette fois il fut plus incertain que jamais. D'abord il y avait de la part de Chimard une sorte d'amitié difficile à comprendre. Ce qu'il disait, il semblait qu'on ne parviendrait à y répondre qu'au bout d'un temps très long. Ce temps très long peut-être c'était l'amitié. Il y eut une pause dans le vent. Ils écoutèrent ensemble.

[André DHÔTEL, "L'azur", 1968, Gallimard ‒ réédition collection "folio", 2003, 336 p., page 54]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
dourvachdourvach   19 février 2017
Le vieux Comtois regardait l'eau immobile.
‒ Je me demande comment on peut supporter ces mensonges, observa Emilien.
‒ Si les gens se complaisent dans les mensonges, qu'y pouvons-nous ?
‒ C'est votre faute.
Comtois prit une brème de moyenne taille et se mit à parler de la façon d'accommoder les brèmes. Emilien revint à la ferme.

[André DHÔTEL, "L'azur", 1968, Gallimard ‒ réédition collection "folio", 2003, 336 p., page 161]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
dourvachdourvach   12 février 2017
Chimard fit entrer Emilien chez lui ce soir-là, pour lui offrir un verre. Il le servit sans prononcer un mot. Le vent soufflait de plus en plus fort à travers la pluie. Il s'y mêlait des intonations variées comme dans une toupie allemande. Chimard écoutait.

[André DHÔTEL, "L'azur", 1968, Gallimard ‒ réédition collection "folio", 2003, 336 p., page 53]
Commenter  J’apprécie          100
dourvachdourvach   13 août 2016
Les nouvelles du pays. Un tel est mort. Le fils d'Alfred s'est marié le mois dernier. Cela ne changerait rien à ces champs plats qu'on voyait par la fenêtre entre deux villas. Les Dombe se demandaient si leur fils s'aviserait bientôt de se marier lui aussi, mais ils ne disaient rien à ce sujet. Plus on se tait, mieux ça vaut. Oui, un des lapins s'est sauvé dans le jardin. Il faut le rattraper.

[André DHÔTEL, "L'azur", 1968, éditions Gallimard ; réédition collection "folio", 2003, 336 p. - page 18]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lire un extrait
Videos de André Dhôtel (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Dhôtel
Vidéo de André Dhotel
autres livres classés : amnésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

le pays où l'on n'arrive jamais

Quel est le nom du personnage principal ?

Hèlene
Gaspard
Lou
Gérard

3 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Le Pays où l'on n'arrive jamais de André DhôtelCréer un quiz sur ce livre