AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Bernard Grasset Editeur (01/01/1954)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
" Dans tout ce récit, romanesque à plaisir, que de souplesse et d'aisance, que de savants éclairages et d'adroites perspectives, qui nous prennent au jeu, nous baignent en des remous de fantaisie, de mystère, de poésie -- la poésie des êtres et des choses. Au vrai, André Dhôtel est un conteur pleut-être plus qu'un romancier, s'il faut distinguer, et si l'on veut que le roman soit une batterie de projecteurs dressés sur la réalité. Mais qu'est-ce que la réalité ? Où ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
dourvachdourvach   28 juin 2015
" UN RECIT ROMANESQUE A PLAISIR "

[Une critique du roman d'André DHÔTEL, "le Maître de pension", Grasset, 1954 -- par Maurice Faure, "France-Observateur" n° 204, 8 avril 1954]

" Dans tout ce récit, romanesque à plaisir, que de souplesse et d'aisance, que de savants éclairages et d'adroites perspectives, qui nous prennent au jeu, nous baignent en des remous de fantaisie, de mystère, de poésie -- la poésie des êtres et des choses. Au vrai, André Dhôtel est un conteur peut-être plus qu'un romancier, s'il faut distinguer, et si l'on veut que le roman soit une batterie de projecteurs dressés sur la réalité. Mais qu'est-ce que la réalité ? Où s'arrête-t-elle ? Pourquoi ne pas regarder au-dessus ou derrière ? C'est ce que fait Dhôtel. Bref, il reste ouvertement celui qui raconte. Et son attitude, nonchalamment, se joue des prétentions du roman objectif, sans écran et sans témoin, puisqu'il donne autant que les plus chevronnés des techniciens modernes le sentiment de la réalité.
D'ailleurs, il témoigne d'un réalisme incontestable. Il est attentif au détail, minutieusement. La campagne, le village, ses maisons, les visages et les corps, les attitudes, l'heure et la saison, tout est décrit, cerné d'un trait vif, juste et pittoresque. Mais à cette vérité exacte et ordinaire, il excelle à ajouter la transparence ou l'ombre obscure de l'étrange. Il suggère dans le tableau, dans la péripétie, et dans l'expression de l'âme, les profondeurs indicibles où l'on se perd. "

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
dourvachdourvach   28 juin 2015
Le vent se mit à souffler. Un grand vent ferme et doux venu de l'ouest. Ramusot fut le premier à remarquer l'événement l'événement, et fit signe aux autres de regarder en l'air. Là-haut le brouillard se déchiroit et les lambeaux montaient dans le ciel, aussitôt emportés par le souffle de l'air. Les horizons de la lande se dégagèrent en quelques minutes, et même des rayons de soleil passèrent à travers les volutes de l'énorme brouillard qui s'enfuyait sous forme de nuées. Signe de pluie, c'était sûr, mais pour l'heure les garçons se sentaient un peu trop visibles dans l'étendue. On découvrait soudain la maison, le hameau de Bissiges et tout près les ruches de Ferrier, au loin les bois de bouleaux et de pins.

[André DHÔTEL, "Le Maître de pension", Grasset, 1954 -- page 257]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
dourvachdourvach   28 juin 2015
" LA POESIE DES PAYSAGES LES PLUS DESHERITES "

[Une critique du roman d'André DHÔTEL, "le Maître de pension", Grasset, 1954 -- par Charles EXBRAYAT, "Le Journal du Centre", 9 avril 1954]

" André Dhôtel a une maîtrise, un art qui nous laissent pantois (car on se demande à la fin de chaque chapitre comment il va pouvoir repartir), et nous démontre qu'on peut faire naître la poésie des payage les plus déshérités. Lorsque nos écrivains méridionaux font chanter la garrigue, lorsque nos robustes romanciers paysans peuplent de fantômes leurs forêts auvergnates ou ardennaises, nous "marchons" car le décor est naturellement prêt pour l'histoire la plus fantastique. Mais tenir la gageure de réussir la même belle aventure en prenant pour toile de fond ces pays affreusement tristes, affreusement désolés que sont les plaines de la Marne, c'est très fort. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
dourvachdourvach   28 juin 2015
On bavardait aussi dans les coins avec des filles, ou avec des garçons d'écurie. Alors on demandait des nouvelles du monde. Rien que ce vent de tempête qui pendant tout novembre souffla sans répit, avec des bourrasques à faire remuer la cloche au fond du clocher. Des tuiles de temps à autre se promenaient dans les rues comme des feuilles.
-- Tu ne connais pas ce vent-là, disait Tatane à Michael.
C'était un vent extraordinaire, pour qui savait l'entendre. Cela faisait un glissement continu comme une dizaine de cascades. Puis les arbres, les poteaux et les cheminées qui sifflaient. Du fond des cours montaient des grondements. Plus loin et plus haut, on sentait un chant clair et abandonné, comme si toutes les fleurs de l'été avaient ressuscité quelque part et s'étaient mises à parler. Ou, si vous voulez, là-haut le vent parlait des fleurs, des arbres chargés de feuilles pures, des herbes de la lande, et même peut-être des beaux magasins allumés dans les villes.

[André DHÔTEL, "Le Maître de pension", Grasset, 1954 -- pages 51-52]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
dourvachdourvach   28 juin 2015
Avant la Révolution un Bassarier avait été fermier général. Tous les représentants de cette famille s'étaient appliqués à maintenir en même temps que leur prestige une tradition de paresse solennelle. Ils s'enfermaient dans leur maison comme des princes déchus par une erreur essentielle de l'univers, inaccessibles, excentriques, occupés de chasse et de lectures. Ils ne cultivaient pas les terres, dédaignaient même de gérer leur patrimoine, se bornant à recueillir des héritages qui fondaient sur eux, ou des revenus dont la source sembla toujours mystérieuse. On disait qu'ils possédaient des mines. Ils dissipaient leur fortune avec ennui, de temps à autre partant pour de longs voyages, achetant des chevaux, des trésors d'art, puis bazardant ce qu'ils possédaient lorsque le notaire parvenait à les convaincre qu'ils s'étaient ruinés.

[André DHÔTEL, "Le Maître de pension", Grasset, 1954 -- pages 44-45]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de André Dhôtel (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Dhôtel
Vidéo de André Dhotel
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

le pays où l'on n'arrive jamais

Quel est le nom du personnage principal ?

Hèlene
Gaspard
Lou
Gérard

3 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Le Pays où l'on n'arrive jamais de André DhôtelCréer un quiz sur ce livre