AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B001855ULA
Éditeur : (30/11/-1)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Petit extrait d'un échange radiophonique entre André Dhôtel, Germaine Beaumont et Patrick Reumaux, pour une série de cinq émissions réalisées pour les auditeurs de France-Culture en 1975 :

[Patrick Reumaux ] : – Germaine Beaumont, je sais qu’il y a des années que vous êtes passionnée par l’œuvre d’André Dhôtel et particulièrement par ses personnages.

[Germaine Beaumont ] : – Oui. Le premier qui m’a passionnée, c’est ce personnage des "R... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
dourvach
  20 juin 2015
[ http://www.laprecaritedusage.blog.lemonde.fr/.../les-livres-de-mes-annees-90-1-andre-dhotel/ ]
[EXTRAIT d'un article daté du 5 janvier 2010 paru sur le site "La précarité du sage" concernant le roman d'André DHÔTEL "Les rues dans l'aurore, ou les aventures de Georges Leban"]
" Chez les bouquinistes, je cherchais les romans épuisés de Dhôtel. Certains m'ont donné beaucoup de mal, car ils étaient introuvables et pourtant très cités dans les thèses et les essais que je lisais pour mes recherches : "Les Rues dans l'aurore", par exemple, je ne l'ai jamais trouvé. Aujourd'hui, avec internet, ce serait plus facile sans doute. Mais des ouvrages comme "Ce Lieu déshérité", "Campements", "La Route inconnue", sont de véritables captures de guerre. "
Lien : http://www.laprecaritedusage..
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
dourvachdourvach   16 juin 2015
Rien en vérité ne changeait jamais dans Verziers, où les semaines se distinguaient seulement par les anomalies atmosphériques de certains de leurs jours, comme cette étrange après-midi précocément orageuse. Aucun événement n'aurait pu faire dévier des habitants qui semblaient enchantés par la douceur de leurs allées et venues entre les magasins d'alimentation, le lieu de leur travail et leur logis. [...] Cette tranquillité urbaine était décidément l'expression d'une profonde obscurité qui pesait sur un monde d'années indéfini. A moins qu'une transformation monte soudain un jour (sans signe extérieur d'un "déclanchement") comme de la profondeur même des pavés.

[André DHÔTEL, "Les Rues dans l'aurore, ou les aventures de Georges Leban", 1945, (incipit) pages 7-8] (extrait choisi par Jean-Yves Debreuille en son article "Les apprentissages d'André Dhôtel" de l'ouvrage collectif "Lire Dhôtel", pages 63-81, sous la direction de Christine Dupouy, Presses Universitaires de Lyon, 2003, 190 p.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
dourvachdourvach   10 août 2016
Indiscutablement cette appréciation des professeurs : élève moyen. Cela n'empêche pas de travailler, de rire, de patiner sur les mares gelées, de mépriser l'avenir, de connaître d'indépendantes sensualités, et tout ce qui va de travers vous emporte aussi dans la beauté de l'inconnu.

[André DHÔTEL, "Les Rues dans l'aurore, ou les aventures de Georges Leban", 1945, éditions Gallimard, 352 pages]
Commenter  J’apprécie          30
Videos de André Dhôtel (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Dhôtel
Vidéo de André Dhotel
autres livres classés : mensongesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

le pays où l'on n'arrive jamais

Quel est le nom du personnage principal ?

Hèlene
Gaspard
Lou
Gérard

3 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Le Pays où l'on n'arrive jamais de André DhôtelCréer un quiz sur ce livre