AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 224618259X
Éditeur : Grasset (01/01/1967)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
« Il y a peut-être des lieux où l'on se trouve soudain comme dans le ciel. » (André Dhôtel)

"Mémoires de Sébastien", un roman d'André DHÔTEL, Grasset, 1955, 272 pages ; réédité par Grasset dans sa collection "Les cahiers verts", 1967
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
dourvachdourvach   21 juin 2015
C'est alors que je vis la jeune fille. Elle était debout dans l'ombre d'un buisson. Ses cheveux blonds s'étaient accrochés à une ronce et elle s'efforçait de se dégager. Je pensai la reconnaître. Sans hésiter je suis allé vers elle. J'ai cassé la ronce puis j'ai pris la jeune fille par le bras et je lui ai dit de se jeter par terre le long du petit talus. Nous étions allongés face contre face lorsque les avions passèrent au-dessus de nous.On entendit bientôt une mitraillade dans l'éloignement, après quoi ce fut un grand silence.

[André DHÔTEL, "Mémoires de Sébastien", Grasset, 1955 (réédité dans la collection "Les Cahiers Verts",1967) -- page 18]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
dourvachdourvach   21 juin 2015
Le bocage avait toute sa richesse d'été. Le vent de mer agitait les feuilles des ormes. Des oiseaux nombreux traversaient les forêts, les landes et les marécages. Je m'arrêtais parfois sur une route à la croisée des petits chemins pour assister à la promenade d'une salamandre, au va-et-vient des abeilles sauvages, ou bien aux jeux de quelques gamins sous l'ombre des haies. Je parlais à quelque paysanne. De brèves paroles échangées. La grâce des regards, la douceur des seins et des bras m'étonnaient plus que jamais, comme si Jenny m'avait fait mieux comprendre l'inimaginable beauté des filles et du monde qui les entourait. J'avais bonne mine d'être si peu désespéré et si avide de beauté. C'est bien ici le journal d'un propre à rien. Disons tout de suite qu'un jour je me rendis à Sainte-Luce.

[André DHÔTEL, "Mémoires de Sébastien", Grasset, 1955 (réédité dans la collection "Les Cahiers Verts",1967) -- pages 127-128]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
dourvachdourvach   21 juin 2015
Nous avions un but que nous ignorions nous-mêmes. Nous croyions jouer un jeu. Certes, je me montrais assez désorienté, et Jenny toujours sûre d'elle-même. Et pourtant nous avions la même prétention. Nous nous jetions dans les événements sans savoir que nous voulions je ne sais quel véritable et impossible amour. Elle avait pu rêver de moi et ne pas trouver en moi ce qu'elle avait rêvé. Pour moi, c'était le contraire. J'acceptais tout ce qui était en elle, mais sans savoir ce qu'elle était. Nous vivions pour quelque chose d'absolument inconnu, comme tous les êtres le font sans doute. Mais nous avions mis en branle des événements qui s'étaient précipités dans le sens de nos voeux impossibles et inconscients, avec une force si effrayante que quelqu'un devait périr sans doute.

[André DHÔTEL, "Mémoires de Sébastien", Grasset, 1955 (réédité dans la collection "Les Cahiers Verts",1967) -- page 258]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
dourvachdourvach   16 juin 2015
Il y a peut-être des lieux où l'on se trouve soudain comme dans le ciel.

[André DHÔTEL, "Mémoires de Sébastien", Grasset, 1955 (réédité dans la collection "Les Cahiers Verts",1967)]
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de André Dhôtel (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Dhôtel
Vidéo de André Dhotel
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

le pays où l'on n'arrive jamais

Quel est le nom du personnage principal ?

Hèlene
Gaspard
Lou
Gérard

3 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Le Pays où l'on n'arrive jamais de André DhôtelCréer un quiz sur ce livre