AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Guichard (Traducteur)
ISBN : 2742740988
Éditeur : Actes Sud (06/11/2002)

Note moyenne : 4/5 (sur 10 notes)
Résumé :

Ce livre n'est pas une étude, une enquête, ni l'exposé d'un intellectuel sur la réalité ouvrière. C'est un témoignage, celui de Tommaso Di Ciaula. Ouvrier lui-même, petit-fils de paysans, il vit et travaille près de Bari (Italie du Sud - mais là ou ici, n'est-ce pas la même histoire ?), enfile tous les jours son bleu, fait ses huit heures, écrit le soir après l'usine, de toutes ses forces, a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Claire45
  15 février 2015
Bari dans la région des Pouilles au sud de l'Italie. le narrateur évoque tantôt ses souvenirs d'enfance heureuse et vagabonde, tantôt son travail de tourneur harassant et déprimant. Tuta blu est le bleu de travail de l'ouvrier, rivé au tour, contraint aux 3/8 et soumis à toujours plus de rendement. Satire féroce de l'industrialisation, des petits chefs, des syndicats et du consumérisme organisé qui fait perdre aux paysages et aux hommes leur identité.
Le traducteur, Jean Guichard, précise que la langue très personnelle et créative de l'auteur n'a pas été facile à rendre.
Belle édition dans la collection "les inépuisables" chez Actes Sud.
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   12 janvier 2014
Je me sentais plus fatigué que jamais. Les heures passaient lentement. Huit heures de travail. Pourtant je ne reste jamais huit heures à manger. Huit heures de suite à dormir, huit heures de suite à m'amuser toujours, huit heures à faire l'amour, et pourtant ici je dois rester à travailler pendant huit longues heures. (p.188-189)
Commenter  J’apprécie          20
fanfanouche24fanfanouche24   20 juin 2013
Dans les villages, les princes et les marquis viennent encore toucher le fermage de leurs terres. Histoires de fous, nous sommes allés sur la lune et il existe encore des princes et des barons, princes de merde. On devrait tous leur couper la tête. (p. 22)
Commenter  J’apprécie          20
fanfanouche24fanfanouche24   20 juin 2013
Qu'est-ce qu'on attend pour mettre des singes sur ces machines? Moi je proposerais ça à Agnelli: les singes à l'usine et les ouvriers dans les arbres. Quelquefois, j'ai l'impression que nous sommes plus bêtes que des singes. (p. 18)
Commenter  J’apprécie          10
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique (557)
autres livres classés : classe ouvrièreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
518 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre