AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070130827
Éditeur : Gallimard (14/04/2011)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Mornau est né à la campagne. Près d'une autoroute. Après les jeux de gamin, les défis tordus de l'adolescence, fatigué de l'endroit, il monte à Paris. Déchargeur aux halles par défaut, il s'ennuie. Jusqu'à une rencontre : celle qui déterminera toutes les autres. Grâce à Brunard, il apprendra ainsi son vrai métier et participera à l'avènement d'une nouvelle force politique. Après les deux mandats du Petit et le quinquennat sans saveur conduit par une sociodémocratie ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
JS_R
  06 septembre 2016
C'est un décor qui se met en place sans bruits, avec une sorte d'évidence : une France de 2022, que l'on n'a guère le temps d'apercevoir. C'est l'évidence même. Nous sommes dans le présent ; c'est à notre porte, comme 2022 le sera en 2022, sans aucun pouvoir évocateur. Une date que l'on peut recouper, avec précision, d'après les informations distillées dans le roman. Et en premier lieu en découvrant cette France grise ; grise comme quelque chose qui aurait à voir avec l'air du temps. Mais sans emphase, comme on le respire, une fois encore, au présent.
Ce qui occupe la France, c'est le bruit de fond que génère la perspective des prochaines élections présidentielles, et du résultat d'un second tour. On apprend que le pays a, en 2012, une nouvelle fois élu le Petit (ça ne s'invente pas) .... Puis qu'il a donné sa voix à un candidat socialisant, pour un autre quinquennat. Et c'est ce dernier, en lice pour sa propre succession, qui affronte le candidat Saulnier. Candidat du Parti Franc (ce qui ne s'invente pas non plus). Que tous les pronostics voient vainqueur.
(Uchronie ? Pas vraiment. Nous étions, à l'époque de cette parution, en 2011, et dans l'expectative de proches élections présidentielles, qui ont donné les résultats que l'on sait. En rien ceux-ci n'invalident la logique qui préside à la construction de ce récit, sinon son propos)
Mornau est un des chiens de garde du parti. Il a une longue histoire à raconter ; et c'est dans le bureau d'un inspecteur qu'il le fait. Je vous laisse découvrir ce qui l'y a mené...
Qu'est-ce qui nous intéresse le plus, dans Préparer l'enfer ? Est-ce l'enfance de Mornau ? Près d'une autoroute, dans une région désolée et surtout délaissée par les autorités ? le croisement d'un destin et d'une personnalité pour le moins particuliers, avec une forme d'engagement envers l'extrême, qui accueillera Mornau en son sein ? A moins qu'il ne s'agisse de cette réalité suspendue, sans heurts, qui voit s'élever un parti portant aux nues, dans ses rouages, la démagogie, la communication, et qui emprunte les chemins de traverse vers une nouvelle sorte de totalitarisme ? Un peu tout ça, tour à tour.
Ce sont des discussions, parfois un peu sclérosantes pour le roman et en même temps fascinantes par le dévoiement des signes, du langage et des concepts, qui nous enseignent ce qui porte le Parti Franc vers la gloire annoncée, et par quelles répliques, en interne, se fomente une pensée faite pour le "peuple". T. di Rollo semble prendre en tenaille le jeu médiatique, les impasses auxquelles sont confrontées, par manque de courage ou par immobilisme, certains de nos chers candidats à l'élection présidentielle. Il répond à mon sens à une question qui ressemble un peu à ça : que se passe-t-il, quand les journalistes sont pris au piège de leur propre jeu d'élucidation de ce marché truqué, dans la traque systématique des vérités, l'éclairage des pouvoirs, la surveillance des crédibilités, l'institutionnalisation, finalement, de leur fonction vers des sphères qui les tient toujours davantage liés à leurs chères proies politiques ? Quand le jeu faussé, l'impuissance de tous est mise en lumière, où s'achemine-t-on, avec toujours plus de lumière à faire ? Il se dévoile une scène où nous nous demandons, nous mêmes aujourd'hui, quelle place reste-t-il à prendre. Et s'il reste la moindre place, et bien, pour quel genre de formation politique ? Pour quoi reste-t-il de la place ?
C'est en tout cas une physionomie du changement que s'attèle à décrire T.Di Rollo, pour le pire, bien entendu. On retrouve, tant dans le déroulé de sa narration, dans le tristement ironique "Préparer l'Enfer", dans cette patience reptilienne qui caractérise la montée molle d'un extrêmisme politique, un épisode d'actualité lasse et désabusée, sur fonds de relents de bistrot, de vacarme d'autoroutes, de tueries mécaniques, et d'enfances faites pour chavirer. Mornau, Mornau le mort-né.
Il est parfaitement à l'aise, se ralliera d'un haussement de sourcils au Franc, comme pour couper court à une conversation de bar, et faire taire un voisin un peu trop bavard. Non, il ne lui en faut pas plus pour continuer, comme cette France, son chemin personnel vers l'enfer, qu'il connaît si bien.

Ce n'est pas un roman qui vous portera aux nues, et vers la joie de l'élucidation, comme certains polars prétendent le faire. Ce roman de la "Série Noire" ne revêt les oripeaux de la fiction qu'à contrecoeur ! Car Préparer l'Enfer, c'est un programme qui semble parfois, malheureusement, tenir plutôt bien la route.

Le seul bémol, c'est qu'en son temps, ce roman semblait né d'une certaine actualité, ceci dit sans considérations péjoratives. Confrontés comme nous le sommes à des temps plus sombres encore dernièrement, cette fiction paraît manquer, pour assombrir davantage son lecteur, de quelques éléments supplémentaires ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2
  19 mars 2013
Formidable début en noir d'un auteur issu de la SF !
Premier contact avec Thierry di Rollo, à l'occasion de ce "Préparer l'enfer", première excursion en Série Noire, qui vient de paraître.
L'un de mes libraires préférés (Scylla, Paris XII) m'avait dit beaucoup de bien de cet auteur, jusqu'ici principalement actif dans une SF réputée sombre... le noir lui va fort bien : le jour du second tour d'une élection présidentielle, dans une France au proche futur, une candidate, que l'on appelait encore, peu de temps auparavant, "d'extrême-droite", va l'emporter. Un tueur à gages, au bout du rouleau et de sa propre quête, employé par l'organisation de la candidate en question, se laisse arrêter par le système de sécurité publique déjà très bien rodé, et se confesse dans les dernières heures avant la proclamation des résultats, à un inspecteur de police pas encore tout à fait désabusé...
Récit patient d'une mise en place méthodique, "Préparer l'enfer" justifie bien son titre. Surtout, se démarquant de nombreux romans d'anticipation politique à l'alarmisme robuste, bien agréable mais souvent convenu, celui de Thierry di Rollo souligne avec habileté le caractère insidieux et mécaniste d'un glissement totalitaire "ultra-moderne", qui prend appui et se nourrit de chaque travail, de chaque initiative venant de ses concurrents classiques, de droite conservatrice comme de gauche socio-démocrate...
"Les vraies dictatures modernes ont toutes compris cela, petit. La liberté circonscrite permet aux gouvernés d'entretenir leur propre espace de contestation.
- Mais tu parles d'une cohésion sociale fragile...
- Oui. Et précisément parce qu'elle est contenue, qu'elle ne peut s'exprimer totalement, elle reste difficile à maîtriser. Et c'est là qu'intervient tout le travail de communication, largement facilité par les médias modernes - grâce en soit rendue à ce cher et inestimable vingt et unième siècle et à son insolente facilité d'accès à l'information. La frustration engendrée par la réduction douce des libertés doit être équilibrée par une lecture positive, consensuelle, et surtout compatissante des événements. L'illusion du libre arbitre passe par la culture du groupe. Je suis malheureux, mais je ne suis pas le seul. Nous sommes malheureux et les médias relaient notre mal-être, ne l'occultent pas, même s'ils prennent soin de rester à distance."
"En démocratie adaptée, les chiens galeux auraient droit de cité, parce qu'ils seraient trop peu nombreux pour se montrer réellement dangereux."
Seul reproche sans doute : la trame romanesque restant mince et relativement fragile, avec ses 150 pages ramassées, le roman prend par moments une trop forte allure d'essai, passionnant au demeurant, manquant ainsi, pour l'instant, l'installation épique aux côtés du "Citoyens clandestins" de DOA ou du, par exemple, "Bien connu des services de police" de Dominique Manotti.
Avec ce coup d'essai dans le genre qui frôle le coup de maître, l'auteur a toutes les chances de rejoindre rapidement à l'avenir mon panthéon dans le domaine...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
kikibaba
  22 novembre 2014
Un dénommé Mornau est arrêté après le meurtre d'un SDF. le meurtre a été filmé par une caméra de surveillance. Pendant l'interrogatoire découvre en Mornau un tueur en série responsable de la mort de plusieurs SDF mais aussi et surtout un homme de main du parti populiste dont le candidat est bien placé pour gagner les élections. Petit à petit, l'inspecteur découvre la machination imaginée par les responsables du parti pour arriver au pouvoir. Un histoire bien menée qui fait froid dans le dos et peut-être pas si éloignée de la réalité du monde politique.
Commenter  J’apprécie          30
MissAlfie
  27 mars 2012
L'ouvrage tient sur deux qualités. D'une part, la construction de l'histoire est originale et bien foutue. Les chapitres alternent entre discussion entre policier et assassin et les flash-backs sur les différents épisodes de la vie de l'assassin. D'autre part, et c'est là l'intérêt majeur, c'est la construction de l'ascension au pouvoir de ce parti extrème. C'est évidemment un parti-pris, c'est parfaitement subjectif et ça sort de l'imagination de l'auteur. On notera quand même certaines similitudes avec le fonctionnement et les idées de la politique actuelle. Ca reste crédible, toutes les sphères de l'Etat sont abordées et donc, forcément, ça fait un peu peur. Préparer l'enfer propose donc une alternative crédible à l'avenir du pays. Après, si tout le monde voulait bien ouvrir les yeux sur le comportement des politiques, des journalistes et plus généralement de tout ceux qui influencent l'opinion et le vote des personnes trop facilement influençables... C'est sans doute l'objectif de l'auteur.
Lien : http://croqlivres.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
HariSeldon
  04 octobre 2014
Un roman court malgré le grand format (160 pages) qui alterne le huis clos et les flashbacks, sorte de pèle-mêle d'événements qui ont fait de Mornau ce qu'il est devenu. Ici di Rollo se lance dans la politique-fiction avec un polar des plus surprenants. de nombreux sous-entendus donnent un petit côté hyperréaliste à l'ensemble. le dernier Président étant surnommé le "Petit" par exemple. Forcément ça fait peur et réfléchir.
La lecture de Préparer l'enfer m'a souvent fait penser à Garde à Vue, film de Claude Miller avec Ventura et Serrault à cause du huis clos. Un texte sombre et âpre, vraiment bon malgré une construction peut-être légèrement déjà vue. Je ne peux que le conseiller.
Lien : http://www.noire-planete.com..
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ManeroManero   31 juillet 2017
— Il y a des moments, dans une vie, où les vérités sur soi-même sont révélées par d’autres. Le catalyseur, ça ne peut jamais être toi, l’ami.
Commenter  J’apprécie          60
ManeroManero   02 août 2017
Tuer, c’est relativement facile avec une bonne arme et une certaine élasticité des scrupules.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Thierry Di Rollo (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thierry Di Rollo
Thierry di Rollo - Meddik .A l?occasion des Utopiales 2013 à Nantes, Thierry di Rollo nous présente son oeuvre, dont « Meddik » publié chez Folio SF, et nous parle de ses influences. Pour en savoir plus : http://www.mollat.com/livres/di-rollo-thierry-meddik-rire-sourd-9782070321131.html http://www.mollat.com/auteur/di-rollo-thierry-1361178.html Notes de musique : treasureseason, Return to Dope Mountain, Fjords ®
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2977 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre