AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Agnès Botz (Traducteur)Jean-Luc Fidel (Traducteur)
ISBN : 2070776727
Éditeur : Gallimard (11/05/2006)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 243 notes)
Résumé :
C'est un signe des temps. Il n'y a guère, dans l'euphorie du développement, Fernand Braudel proposait une Grammaire des civilisations, étude des évolutions lentes mais imperceptibles exercées sans fin "par les contraintes des espaces, des hiérarchies sociales, des psychés collectives, des nécessités économiques". Aujourd'hui, devant l'urgence des problèmes climatiques, écologiques et de renouvellement des ressources, Jared Diamond définit une syntaxe, nerveuse, perc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  27 novembre 2014
Effondrement est l'autre versant du livre précédent de Jared Diamond intitulé (en français) De L'Inégalité Parmi Les Sociétés. Le premier offrait un très instructif panorama des hasards et des nécessités qui ont conduit à creuser les différences entre les diverses sociétés humaines, mettant l'accent sur le " pourquoi ? " certaines d'entre elles ont " réussi " mieux que d'autres.
Ici, avec Effondrement, c'est résolument l'inverse, à savoir que l'auteur dresse un bilan des causes et des effets qui font que dans l'histoire, certaines sociétés vouées, a priori, au succès, se sont effondrées.
Le constat de l'auteur est assez univoque et tend à démontrer que les sociétés qui ont négligé l'exploitation durable de leur environnement ont périclité. À mon avis, ce livre est un ton en-dessous du précédent et se veut plus engagé, — ce qui est louable de la part de l'auteur qui, au lieu de rester les deux pieds dans le même sabot, essaie de remuer, à son échelle, les consciences.
Je partage entièrement les convictions écologiques de l'auteur. Ceci étant, lorsque je lis un essai, j'aime beaucoup avoir l'illusion de l'objectivité, j'aime autant les bilans plus contrastés et moins unilatéraux, j'aime mieux les livres moins ouvertement militants. Ça me donne l'illusion d'être moins manipulée par les exposés des différents auteurs, ce qui, dans l'absolu est probablement faux, c'est juste que la manipulation est plus ou moins visible, et non plus ou moins présente. Pour emporter la conviction de quelqu'un, il faut sans doute toujours un peu le manipuler, c'est humain...
Bref, peu importe mes convictions, selon moi, le grand point d'orgue de l'ouvrage est l'extraordinaire partie concernant les Vikings du Groenland. Le cas des habitants de l'île de Pâques est également bien détaillé, d'autres sociétés comme les Mayas, Japonais, Rwandais, Australiens, Chinois sont également abordées mais moins dans le détail et plus pour étayer le propos général de l'auteur.
Diamond, notamment au début et à la fin de l'ouvrage, s'intéresse plus particulièrement aux États-Unis d'aujourd'hui et en profite pour donner des coups de coude à l'administration américaine qui ne fait pas tout ce qu'elle devrait. C'est la partie la plus militante et, vous l'avez deviné, qui m'a le moins plu. Il essaie aussi, comme par acquis de conscience, de présenter des évolutions positives récentes.
En conclusion, encore un très bon ouvrage, qui cherche à alerter l'opinion sur les risques encourus par une société qui négligerait trop son environnement, mais que je trouve un peu moins " al dente " que De L'Inégalité Parmi Les Sociétés qui, lui, et selon mes critères, est exceptionnel.
Vous remarquerez que les termes que j'emploie sont extraordinairement subjectifs, et n'expriment que mon misérable avis, susceptible de s'effondrer, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1074
Hugo
  14 juin 2013
L'auteur parle des sociétés passé qui se sont effondrées, pourquoi et comment. Il parle aussi des sociétés qui ont su anticiper, changer et continuer.
Alors notre société est-elle condamnée à s'effondrer ?
Ce bouquin te résume en 800 pages comment c'est sacrément la merde sur terre. Que finalement ça l'a toujours été, les humains sont complexes, les sociétés sont complexes, mais pas que.
Alors des fois on fait des trucs bien pour nettoyer, préserver, mais le plus souvent on oublie, on profite à court terme et on condamne à long terme.
Des sociétés s'effondrent depuis toujours : 12 facteurs expliquent ces effondrements, tous différents, vous pouvez toujours en éliminer 11, un seul suffit.
Moi quand j'étais petit, je voulais des « Nikes air PUMP », je voulais être un Ninja, me battre comme « Bruce Lee », danser comme « Michael », chanter comme « Mariah », je voulais une télé, une console, un scoot, une meuf, une meuf nue, finalement je voulais un tas de trucs comme les copains…
Personne ne m'avait expliqué à quel point j'étais un privilégié, à part le soir petit quand ta mère t'invite gentiment en hurlant de finir ta putain d'assiette d'endives dégueulasses parce que les petits Somaliens n'ont pas cette chance. Ouais bah si les Somaliens savaient comment c'est dégueulasse les endives, bah ils préféreraient certainement crever de faim, enfin c'était ce que j'imaginais à huit ans.
Ma mère était championne de la culpabilisation catholique, et j'étais très réceptif, n'empêche que je les bouffais pas ses endives quitte bien sur à finir en enfer.
Quand tu deviens adulte, il est déjà trop tard, tu as été formaté à vivre comme un homme du nouveau monde, un consommateur de viande avide de fric, tu veux te pavaner dans ta belle voiture, bosser 35 heures pendant 42 ans en suçant le système jusqu'à la moelle pour profiter de ton confort sereinement sur la bases de tes acquis du passé dépassés par l'avidité des anciens.
Les pauvres tu les connais pas pourtant sans eux : pas de voiture, pas de téléphone, pas de télé, pas grand-chose finalement, le déni est universelle et le système corrompue par toutes ces inégalités.
Aujourd'hui l'ancien c'est toi, c'est nous, finalement on recommence, certain tire la sonnette d'alarme : attention danger si vous continuez à tout détruire, à tout modifier, à nier l'inévitable, les futurs anciens vont morfler encore plus, ça va pas être beau mais finalement :
Moi je m'en « branle » je serais plus là pour voir ça… Mais qu'est ce que j'en ai bien profité au final.
Il faut lire ce bouquin dès l'adolescence, il faut éduquer nos gosses, leur expliquer pourquoi et comment nous préserver.
Oui cette lecture m'a bouleversé : regarder « Nicolas Hulot » vous expliquer du haut de son ULM écolo que c'est beau la terre et qu'il faut changer, est une chose.
Lire un bouquin qui vous explique en détails pourquoi on en est là aujourd'hui et comment faire pour remédier aux problèmes en est une autre.
Franchement c'est assez flippant de penser que pour des hommes intelligents : on est quand même des sacrés cons.
A plus les copains
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5724
finitysend
  24 août 2012
Effondrement , est une monographie passionnante , variée et assez exhaustive dans ses développements thématiques ...
Cet ouvrage présente cependant quelques-uns des défauts caractéristiques de ces oeuvres que signe un seul auteur , alors qu'elles sont le résultat d'une entreprise collective ..
Trouver un angle d'approche qui justifie un commentaire de plus , alors que bien d'autres et d' excellents , existent déjà est difficile ..
Je souhaite donc SIMPLEMENT attirer l'attention sur deux chapitres de ce livre , qui sont très soignés et passionnants , alors que les références bibliographiques en français sur les deux aires culturelles concernées , frise l'indigence ..
Les développements consacrés à l'ile de Pâques d'une part , et un autre chapitre, qui est lui , consacré à l'entreprise de colonisation nordique du Groenland par les scandinaves au moyen-âge , sont de véritables bijoux indispensables aux francophones amateurs d'histoire . Ces deux chapitres sont en effet , aussi solides et méticuleux , et d'un nombre de caractères assez important , d'autant plus précieux que la bibliographie est pauvre en français et que les ouvrages sont désespérément rares ...
La problématique de l'écosystème de ces deux territoires en rapport avec les schémas d'occupation des sols , leurs impacts culturels et politiques sur des durées historiques significatives sont magistralement mis en lumière . C'est fait en mobilisant des sources multiples , et cela constitue une lecture plaisante et passionnante , qui est marquée par la précision et le sérieux des arguments comme des références bibliographiques et documentaires .
Sur l'implantation viking au Groenland , vous ne trouverez RIEN d'aussi solide , d'aussi bien documenté et d'aussi pointu , avec autant de dimension et d'envergure en langue française ( totalement impossible , encore que : il y aurait , un Boyer sortit très récemment sur le sujet , parait-il !? ) , à part les trois sagas ( Vinland .... ) qui sont en elles-mêmes la presque ( mais pas tout à fait les seules ) totalité des sources historiques sur ce précoce épisode colonial de peuplement européen .
Pour l'ile de Pâques , il y a le Alfred Metraux et bien évidement les relations de voyages de Cook ...
Si ces deux sujets historiques vous interpellent , c'est ici que cela se passe ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
LaSalamandreNumerique
  29 mars 2019
Il n'y a plus, aujourd'hui, personne qui, sérieusement, nie que nous vivons dans l'holocène, au sein de la sixième extinction de masse de l'histoire de la terre. le taux de disparition des espèces animales et végétales est de 100 à 1 000 fois plus rapide que la norme, plus de 70% de l'ensemble des plantes et près de 1/3 des insectes sont menacés d'extinction à brève échéance, avec les conséquences en cascade que chacun peut imaginer. Sur le plan non des espèces mais du nombre d'animaux la situation est tout aussi alarmante. Une récente étude allemande, pouvant être étendue à l'ensemble des pays similaires sur le plan agricole, montre une disparition de 80% des insectes pollinisateurs depuis 1989, impactant tant les cultures que les oiseaux qui s'en nourrissent. de façon empirique toute personne de plus de 40 ans peut se souvenir combien rouler plusieurs centaines de kilomètres amenait à avoir d'insectes écrasés sur les pare brises… ce qui n'arrive plus guère. le réchauffement climatique est sans cesse plus perceptible, les coraux meurent tout comme les abeilles et chacun est sensibilisé à la disparition des grands mammifères.
***
Mais, pour qui se soucie avant tout des sociétés humaines et pas de la nature, est-ce si important ? La question est légitime.
***
Dans « Effondrement » Diamond apporte des éléments de réponse cruciaux à cette question. En effet il s'attache à analyser les causes principales ayant mené de très nombreuses sociétés humaines ayant précédé les nôtres à échouer et à disparaître et démontre, de façon scientifique et convaincante, les liens fondamentaux unissant l'homme à son environnement. Il étudie précisément ce qui a pu causer l'effondrement de plusieurs sociétés passées, des difficultés considérables pour des populations au début du XXIe siècle et s'interroge enfin sur les menaces probables pour les nôtres dans un futur proche.
*
Diamond démontre avec rigueur, dans un langage plaisant et accessible pour chacun, que les sociétés qui ont disparu ont été affectées par un ou plusieurs des facteurs suivants :
- L'épuisement par les hommes des ressources naturelles, avec un rôle particulier pour les forêts, source de bois mais aussi élément essentiel pour garantir la fertilité des sols.
- Les changements climatiques.
- La pression, largement militaire, de voisins hostiles.
- Les rapports de dépendance avec des voisins sur le plan du commerce
- Les réponses que les sociétés peuvent apporter aux problèmes rencontrés, avec deux axes principaux qui sont la sagesse ou l'irresponsabilité des élites d'une part et les choix de l'ensemble des citoyens d'autre part.
*
Ce livre étudie différentes sociétés passées, allant de cas relativement simples sur des îles de petite taille (l'exemple le plus approfondi et riche étant celui de l'île de Pâques) à des sociétés plus étendues comme les Mayas, les Khmers et une étude très documentée et développée sur la disparition des Vikings du Groenland. Il démontre que, dans chaque cas, la disparition de ces sociétés a été largement multi-causale, associant des difficultés écologiques à des choix peu judicieux des populations.
.
Diamond s'attache ensuite à diverses sociétés actuelles, insistant sur des aspects parfois méconnus par la plupart d'entre nous. Selon lui les massacres au Rwanda pouvaient largement être anticipés et sont très dépendants d'une surpopulation par rapport aux possibilités nutritives des sols. de la même façon diverses raisons historiques font que, sur une même île, la République Dominicaine offre un cadre de vie bien plus soutenable que Haïti. Globalement nous pouvons constater que les 5 facteurs relevés dans le cadre des sociétés s'étant effondrées dans le passé restent d'actualité.
.
Enfin cet auteur s'attache à mettre en évidence divers problèmes que le XXIe siècle va devoir affronter comme :
- La destruction des habitats naturels (terres agricoles, forêts, marais…)
- La disparition des aliments sauvages, avant tout marins, jouant aujourd'hui encore un rôle majeur pour l'alimentation de très nombreuses populations
- La disparition de la biodiversité
- La dégradation des sols arables et donc de leur capacité à nous nourrir
- L'épuisement des ressources énergétiques (et le coût de leur remplacement)
- le manque d'eau douce
- La disparition de terres utiles pour des habitats naturels (et les conséquences entre autre pour le climat et l'oxygénation)
- Les différentes pollutions liées à nos productions (pesticides, insecticides, herbicides, mercure, détergents, plastiques…)
- Les espèces invasives nuisant à des zones entières (lapins en Australie par exemple) avec un coût écologique mais aussi économique conséquent
- Production de différents gaz nuisibles (fréons, gaz à effet de serre…)
- Croissance démographique (nombre et impact sur les ressources naturelles de la hausse du niveau de vie d'une fraction croissante de cette population)
*
Loin de se vouloir un livre catastrophiste Diamond veut, au contraire, faire passer un message positif, montrant que, par le passé, diverses sociétés ont pu et su résoudre de graves soucis et survivre. Il illustre ce point par exemple en louant les islandais qui, après des erreurs initiales, ont réussi à conserver une île vivable dans un contexte difficile ou le Japon du XVIIe siècle qui a su préserver ses forêts, il nous instruit aussi sur l'île de Tikopia où les populations ont pu survivre durablement grâce à un contrôle rigoureux de la natalité.
Pour autant il réfute un certain angélisme qui voudrait que les sociétés passées ayant disparu, moins évoluées que la nôtre, ne sauraient nous instruire sur des risques actuels. Au-delà de la boutade consistant à inviter qui pense que les soucis environnementaux sont mineurs à aller cultiver du blé au pôle nord Diamond insiste sur le fait que tout progrès technologique apporte des solutions mais aussi de nouveaux problèmes. Il rappelle une anecdote saisissante : aux débuts de l'automobile cette dernière était vue comme la solution idéale pour avoir des villes propres et silencieuses car enfin débarrassées des chevaux. de façon plus profonde il montre que certaines élites et populations, pourtant parfaitement informées des conséquences à long terme de plusieurs de leurs choix, ont continué à épuiser les ressources naturelles jusqu'à la fin : coupant par exemple les derniers arbres sur l'île de Pâques ou refusant jusqu'au bout au Groenland de s'adapter à différentes contraintes ou de privilégier des structures sociales moins inégalitaires.
Nos sociétés ont plus de moyens que celles du passé… mais leurs impacts sur nos environnements croissent simultanément, avec des effets cette fois planétaire.
***
Ce livre présente quelques défauts (qu'il serait trop long de détailler, comme l'intégralité de son contenu) mais il me semble l'un de ceux qu'il est le plus fondamental de lire aujourd'hui. Outre son évident intérêt historique incluant l'étude admirable et très approfondie de la disparition de deux sociétés particulières (sur l'île de Pâques et au Groenland avec les vikings) il permet de prendre conscience des liens fondamentaux qui unissent l'homme et son cadre de vie, hier comme aujourd'hui et pour demain.
.
L'écologie ce n'est pas seulement (même si ce serait suffisant à mes yeux) la défense de la beauté d'un monde animal et végétal, c'est aussi la base de la survie d'une humanité prospère.
.
Diamond nous rappelle que ce sont les choix de chacun, dirigeants mais aussi de tous les individus à leur échelle parfois modeste, qui conditionneront à assez court terme sinon la survie de l'humanité du moins le fait que cette dernière puisse rester prospère et vivre dans un monde capable de satisfaire nos principaux besoins. Et il le fait non en tenant un discours moralisateur mais en nous démontrant de façon largement rigoureuse que chacun de nos actes a des conséquences qui impacteront la survie des sociétés que nous connaissons comme le bien-être de nos enfants.
.
L'avenir est entre nos mains. Par le passé certains groupes humains ont fait de bons choix, parfois courageux et contraignants, et ils sont toujours présents sur cette planète. D'autres ont été plus avides, moins efficaces, moins lucides, parfois aussi moins chanceux. Ils ont disparu. Qu'en sera-t-il de nous ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3013
ibon
  17 août 2015
Jared Diamond a signé en 2006 cet essai remarquable. Comment une société peut-elle s'effondrer? Comment les sociétés DÉCIDENT de leur disparition ou de leur survie? 15 chapitres et 12 éléments de réponses formulés à partir d'un tour du monde dans le temps et dans l'espace.
Les géants de l'île de Pâques qui gisent, brisés sur le sol pour certains, servent d'illustration à cet essai. le Rwanda sombrant dans le génocide de sa propre population. L'état du Montana ou l'Australie englués dans des problèmes de pollution ou de désertification à cause de l'activité minière intensive ou des lapins. le peuplement viking du Groenland qui ne donne plus signe de vie dès 1450. Haïti. La Chine.
Voilà les chapitres passionnants, certains sont terrifiants. Quand on sait par exemple que le Rwanda souffrait avant tout de surpopulation et d'un manque de terrain pour nourrir tous ces gens, on comprend mieux le massacre. Cela est raconté comme une histoire souvent tragique comme ici.
L'auteur explique aussi, qu'avec la mondialisation ce n'est plus une société perdue au milieu de l'océan Pacifique qui risque de souffrir mais le monde entier, passé sous les fourches caudines de la surpopulation, de la pollution et de la déforestation.
En lisant cet ouvrage, le rôle des arbres, qui maintiennent les sols et régénèrent l'air que nous respirons, s'avère essentiel. le Japon, très peuplé, l'a bien compris en préservant d'immenses espaces forestiers et en se servant ,en pillant, aussi ailleurs: en Australie. Et combien d'autres exemples trouve-t-on encore de par le monde.
Cet essai fait écho à une actualité bientôt brûlante: la conférence sur le climat à Paris. A voir si les grands pollueurs vont faire quelque chose pour éviter l'effondrement.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362

critiques presse (1)
LeMonde   17 décembre 2018
A travers une série d’exemples (les Vikings du Groenland, les Mayas de la période classique, les Amérindiens anasazis, le Rwanda contemporain…), il montre comment des sociétés peuvent s’effondrer de n’avoir su s’adapter aux bouleversements de leur environnement.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
HugoHugo   13 juin 2013
Des économistes justifient rationnellement ce souci exclusif des profits à court terme en arguant qu’il peut-être de meilleur aloi de récolter une ressource aujourd’hui que demain, dès lors que les profits d’aujourd’hui peuvent être investis et que les intérêts de cet investissement entre aujourd’hui et demain tendent à rendre la récolte d’aujourd’hui plus valable que celle de demain. Quitte à ce que les conséquences néfastes soient supportées par la génération à venir, qui, par définition, n’est pas encore ici pour faire droit à une prospective à long terme. (page 672)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
urbanbikeurbanbike   19 février 2008
Par ailleurs, je ne connais aucun cas dans lequel l’effondrement d’une société ne serait attribuable qu’aux seuls dommages écologiques d’autres facteurs entrent toujours en jeu.Lorsque j’ai formé le projet de cette enquête, je n’avais pas mesuré l’ampleur de sa complexité, naïvement convaincu que je n’aurais à traiter que de dommages environnementaux. Je suis finalement parvenu à définir une grille d’analyse constituée de cinq facteurs potentiellement à l’œuvre que je prends désormais en compte quand j’entends comprendre tout effondrement environnemental éventuel.
Quatre facteurs — dommages environnementaux, changement climatique, voisins hostiles et partenaires commerciaux — peuvent se révéler significatifs ou pas pour une société donnée. Le cinquième facteur — les réponses apportées par une société à ses problèmes environnementaux — est toujours significatif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
LuniverLuniver   09 mars 2013
Tous autant que nous sommes – propriétaires, investisseurs, politiques, administrateurs d'universités, etc. –, nous pouvons nous permettre de négliger un certain nombre de gaspillages lorsque la conjoncture économique est bonne. Nous oublions toutefois que les conditions fluctuent et qu'il est possible que nous ne soyons pas capables d'anticiper le moment où la conjoncture se retournera. À ce moment-là, nous nous serons peut-être déjà habitués à un mode de vie dispendieux, ce qui ne nous laisserait comme issue qu'une alternative : la réduction drastique de notre mode de vie ou l'effondrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
LuniverLuniver   06 mars 2013
On se prend à imaginer ce que put être l'état d'esprit du Pascuan qui abattit le dernier palmier au moment précis où il l'abattait. Comme les forestiers modernes, s'est-il écrié : « Du travail, pas des arbres ! » ? Ou : « La technologie va résoudre nos problèmes, il n'y a rien à craindre, nous trouverons des substituts au bois » ? Voire : « Nous n'avons aucune preuve qu'il n'existe pas de palmier ailleurs sur l'île de Pâques, il faut chercher encore, votre proposition d'interdire la coupe des arbres est prématurée et n'est motivée que par la peur » ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
PerleDulacPerleDulac   27 septembre 2015
[Chapitre Crépuscule sur l'île de Pâques]
Telles furent les conséquences immédiates de la déforestation et d'autres actions de l'homme sur l'environnement. Les conséquences ultérieures prirent la forme d'une famine et d'une chute dramatique qui firent sombrer la population dans le cannibalisme. Les récits faits par les insulaires survivants de cette famine sont graphiquement confirmés par la prolifération de petites statues appelées moaï kavakana, qui montrent des individus affamés aux joues creuses et aux côtes saillantes. Le capitaine Cook, en 1774, décrivit les Pascuans comme des êtres "petits, maigres, effarouchés et misérables". Le nombre de sites d'habitation sur les basses terres côtières, où se concentrait la majorité de la population, diminua de 70% par rapport à son chiffre maximal atteint en 1400-1600 et les années 1700, suggérant une diminution identique du nombre d'habitants. Pour remplacer leurs anciennes sources de viande sauvage, les Pascuans se tournèrent vers la source la plus abondante et qui jusqu'alors n'avait pas été exploitée : les humains, dont on vit apparaître fréquemment les os non seulement dans les cimetières mais aussi (brisés pour en extraire la moelle) sur les tas de détritus des Pascuans de la fin de la période. La tradition orale des insulaires est riche de récits hantés par le cannibalisme; la pire injure que l'on pouvait lancer à un ennemi était : "la chair de ta mère est coincée entre mes dents".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Dans la catégorie : Ecologie humaineVoir plus
>Sciences sociales : généralités>Influence des facteurs naturels sur les processus sociaux>Ecologie humaine (56)
autres livres classés : écologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
434 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre
.. ..