AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782205067408
56 pages
Éditeur : Dargaud (20/05/2011)
3.31/5   85 notes
Résumé :
1863, aux États-Unis, en pleine guerre de Sécession. Telle une enclave perdue dans l'État d'Indiana, une petite communauté a été créée par un groupe d'hommes et de femmes qui souhaite ainsi vivre une expérience audacieuse. Chacun partage ses biens, mais la communauté « Fraternity » - ainsi appelée en raison des valeurs sur lesquelles s'appuie ce modèle de microsociété - repose sur un équilibre fragile. Très vite les dissensions apparaissent, surtout après l'intégrat... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,31

sur 85 notes
5
3 avis
4
5 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis

Imaginoire
  18 octobre 2020
Milieu du 19 ème siècle en Amérique du Nord, nous sommes en pleine guerre de sécession, au sein d'une communauté, un modèle utopiste essaie d'exister, Fraternity. On veut y faire régner le partage, l'égalité, l'athéisme ... Seulement depuis la mort du fondateur, l'équilibre est bancale. L'arrivée d'Émile, un enfant sauvage et l'apparition d'une créature mystérieuse met encore plus à mal la communauté...
Une atmosphère particulière avec de très réussies illustrations, un scénario mêlant habillement histoire et fantastique font de ce premier tome une réussite.
Commenter  J’apprécie          150
PaKa
  29 mai 2011
Diaz Canales, scénariste du génial Blacksad, s'offre une petite incartade et abandonne momentanément son félin de détective pour se consacrer à Fraternity, nouveau diptyque dont le premier tome vient de sortir chez Dargaud.
Changement d'époque, changement de thème, changement d'ambiance… et même changement de dessinateur. Mais s'il reste bien une chose qui ne change pas, c'est la qualité !
Talentueux raconteur d'histoire, Canales nous embarque ici pour une mystérieuse histoire au fin fond de l'Amérique du XIXème siècle, à la croisée du film le Village (Night M Shiamalan) et d'une relecture du mythe de Thésée. du Village, nous retiendrons cette communauté autarcique, volontairement coupée du monde et de ses dérives (ici, la Guerre de Sécession qui déchire le tout jeune pays), son côté utopiste et difficilement viable ; de Thésée, nous retrouverons le labyrinthe inextricable, sa féroce créature menaçant le peuple et le jeune homme prêt à l'affronter pour revenir en héros.
Une histoire dense, flirtant habilement avec le récit historique, philosophique, et fantastique…
Une histoire dense, donc, et ô combien captivante !
Cette qualité, nous l'apprécierons aussi au niveau du graphisme : au fil des albums, Munuera se lâche et s'affirme de plus en plus pour nous régaler d'un dessin toujours plus élégant, raffiné, et racé. Sa maîtrise est totale, qu'il s'agisse des plans serrés où nous pouvons lire une tonne d'émotion(s) sur des visages si fins et si expressifs, des plans larges où nous sommes éblouis par des décors à la profondeur et aux détails à couper le souffle, en encore du découpage et des cadrages si dynamiques que nous nous attendons presque à voir ses personnages prendre vie sous nos yeux ébahis !
Et si le trait de Munuera nous transporte et nous plonge à 200% dans cette histoire, l'immersion n'en est que plus parfaite grâce aux fabuleuses couleurs de Sedyas qui collent si bien à l'ambiance ; ses tons sépia et passés, d'un côté, rappelant immédiatement les vieilles photos jaunies de l'époque, et ses teintes sombres et inquiétantes, d'un autre, apportant la noirceur nécessaire aux scènes les plus terrifiantes.
Tellement de qualité(s), en fait, qu'au final s'en est presque frustrant : ce premier album nous réjouis tellement avec son visuel implacable et son histoire accrocheuse qui ouvre des dizaines de pistes toutes plus intéressantes les unes que les autres, qu'arrivés à la dernière page, on a envie de s'écrier : « oh, mais ça va pas bien, là ?! Vous pouvez pas nous laisser comme ça sans rien nous dévoiler de ce qui se trame vraiment derrière tout ça ! »
Messieurs les auteurs, gare à vous pour le second tome : maintenant que vous nous avez ouvert l'appétit de la sorte, nous serons impitoyables quant au dénouement de cette aventure !
Lien : http://www.anglesdevue.com/r..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Aurelivre
  21 novembre 2011
Un chef d'oeuvre par le sénariste de Blacksad!
Je vous conseille de lire le tome 1 et 2 en même temps pour rester dans l'ambiance de la BD.
Résumé: L'histoire se déroule dans une société utopique, durant la guerre de cessecion aux Etats-Unis. Cette société prone la non violence, l'atheisme, la raison, l'égalité, le partage... La découverte d'un enfant sauvage (qui n'a eu aucune autre éducation que celle de la nature) et les différences d'opinon au sein de la communauté vont mettre à mal les principes qui en sont à l'origine. Les croyances refont surface, le manque de nourriture pousse les membres à remettre en cause le principe d'égalité, faut-il prendre partie dans la guerre?
De plus, un enfant sauvage est découvert, ce qui va les amener à se poser des questions sur l'éducation et la nature humaine. Une bete fantastique fait son apparition...
Cette BD aborde de nombreux thèmes: Egalité, violence, guerre, racisme, croyance, supériorité, raison, barbarie, meurtre... une société utopique est-elle vraiement possible?
Outre l'histoire qui est magnifique et le sujet très bien traité, on peut aussi remarquer la beauté des dessins avec des grandes fenêtres et parfois de magnifiques pages A4 et doubles pages, sans dialogue.
Enfin, on apprécie le fait que la série n'est constituée que de 2 épisodes ce qui nous évite d'attendre à chaque fois pour avoir la suite et de dépenser une fortune pour completer une saison qui ne semble pas avoir de fin (comme c'est de plus en plus le cas en BD).
Lien : http://aurelivre.blogspot.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
temps-de-livres
  11 juillet 2011
New-Fraternity est un nouveau modéle de nation bati par Robert McCorman. Lui et d'autres personnes ont cessé d'être américains. Ils vivent dans l'Indiana selon certaines règles. Si les loies de savoir-vivre (selon la société) sont rejetées, il n'en est pas de même des consciences. Alors quand un enfant sauvage est adopté, on hausse les sourcils. Quand des hommes s'installent sans travailler, on parle. Quand des soldats perdus appairaissent, les questions arrivent... Mais nous sommes en 1863, et à l'extérieur, la guerre gronde...
Ce premier livre de Fraternity frappe par la densité de son scénario : Histoire, philosophie, sociologie, tout est minutieusement pesé pour que le lecteur se pose des questions. Robert McCorman a t'il raison de croire en New Fraternity? l'ancien modèle de société est-il meilleur? Au fur et à mesure des évènements, la dissension nait à l'intérieur des dirigeants de la ville. Emile, le garçon sauvage regarde çà sans comprendre. il est l'âme pure de cet album. On ne connaît ses pensées que par son regard. le reste des personnages sont "malheureusements" humains. On suppose déjà que Fraternity va à sa perte, mais la force du scénario donne envie d'en savoir plus. Qui frappera le coup mortel de Fraternity? McCorman et ses idéaux? Les gueux qui veulent être libre? La "haute-société" prête à renoncer? Les soldats? Un tome d'introduction magnifique de mise en place et d'intrigues imbriquées. Mais pouvait-on espérer autre chose de la part du scénariste Diaz Canales? Polar, comédie ou philosophie, le scénariste explore à sa façon l'âme humaine.
Munuera n'est pas en reste. On connaissait ses séries aventurières ou comiques. L'artiste fait un virage et nous offre un graphisme semi-réaliste. Grace, action et animalité sont au coeur du trait pour raconter cette histoire tragique. le cadrage montre le peu d'espoir qu'il y a à espérer. Il n'y a pas d'horizon, tout semble exigu. Quant aux couleurs de Sedyas, elles plombent exactement l'ambiance. Un trio d'auteur époustouflant.
Fraternity tome 1
Auteur : Diaz Canales
Dessinateur : Munuera
Coloriste : Sedyas
Editions : Dargaud
Lien : http://temps-de-livres.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Yvan_T
  14 novembre 2020
1863, en pleine guerre de Sécession. Située dans l'État d'Indiana, la petite communauté de New Fraternity a de plus en plus de mal à faire respecter ses idéaux de partage et d'égalité. le manque de nourriture et les tensions internes commencent à peser sur l'équilibre fragile de cette microsociété qui vit à l'écart du monde. Sans parler des menaces qui viennent de l'extérieur, comme ce groupe de déserteurs qui vient de solliciter l'asile ou cette créature monstrueuse qui rôde aux alentours de la bourgade et qui semble étrangement liée à Émile, un enfant sauvage recueilli quelques années plus tôt dans la forêt avoisinante.
Fruit de la collaboration entre deux auteurs espagnols de renom, cette première partie de diptyque mêle étonnamment historique et fantastique. Il y a tout d'abord ce village utopique, fondé par un riche idéaliste, vivant en autarcie selon un concept de partage équitable des biens et des tâches. Mais il y a également des événements extérieurs qui viennent mettre à mal cette colonie jusqu'à présent épargnée par le conflit qui divise le nord et le sud des Etats-Unis. En alliant ce modèle de société utopique qui bat de l'aile à des éléments fantastiques, Juan Diaz Canales livre un récit surprenant, mais qui manque encore de cohérence. le scénariste de Blacksad pose un décor intriguant et des protagonistes intéressants, tels que cette bête féroce qui s'attaque sauvagement au gibier dans les bois ou ce jeune héros solitaire, enfermé dans son mutisme et cherchant régulièrement refuge dans un labyrinthe où personne n'ose trop s'aventurer, mais l'auteur peine malheureusement encore à donner une véritable direction à son intrigue.
En attendant de voir vers où cette histoire se dirige, visuellement, il y a déjà de quoi se régaler. le trait de José-Luis Munuera (Le Signe de la Lune, Nävis) fait à nouveau merveille, donnant vie à des personnages particulièrement expressifs et proposant des décors somptueux et très fouillés. Si l'ambiance envoutante de ce récit fait mouche, la mise en couleurs maîtrisée de Sedyas ni est certainement pas étrangère. En passant habilement de tons sépia qui distillent un côté rétro à des teintes plus grisâtres qui entretiennent savamment l'atmosphère angoissante du scénario, la colorisation donne beaucoup de cachet au graphisme de cet album.
Un mise en bouche mélangeant de nombreux ingrédients, présentée avec maestria, mais dont la sauce à encore un peu de mal à prendre.

Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (4)
BDGest   05 août 2011
Si l’ambiance envoutante de ce récit fait mouche, la mise en couleurs maîtrisée de Sedyas ni est certainement pas étrangère. [..] Un mise en bouche mélangeant de nombreux ingrédients, présentée avec maestria, mais dont la sauce à encore un peu de mal à prendre.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDSelection   27 juin 2011
Un western social, aussi sombre que déroutant, car flirtant avec l’horreur et le surnaturel !
Lire la critique sur le site : BDSelection
BulledEncre   23 juin 2011
José Luis Munuera réalise un album dans la continuité du Signe de la lune, en effet ce récit avec son côté historique laisse une large part au fantastique. […] L’ensemble est captivant.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BullesEtOnomatopees   16 juin 2011
Une communauté atypique, un monstre effrayant, un garçon mystérieux, des enjeux humains et politiques… Fraternity propose un scénario intrigant et une ambiance toute particulière laissant présager un second tome prometteur.
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
ChrisbookineChrisbookine   16 janvier 2014
Emile est un enfant sauvage recueilli par une communauté qui cherche à créer un monde meilleur, de partage mais cette utopie est en train de tourner court. La découverte d'un monstre dans la forêt toute proche et l'arrivée de déserteurs noirs achève d'exploser les convictions de chacun.
Commenter  J’apprécie          10
ImaginoireImaginoire   18 octobre 2020
Il n'y a pas pire bête que celle qui dénie le droit à la nourriture et à la dignité à un frère.
Commenter  J’apprécie          30
mairessemairesse   05 août 2013
Une palette de couleurs très sombres et monochromes. On a envie d'un événement qui apporte de la lumière dans le deuxième tome.
Commenter  J’apprécie          10
Florian07Florian07   11 octobre 2016
Bienheureuse innocence et maudite ignorance
Commenter  J’apprécie          40
blandine5674blandine5674   18 avril 2021
- Comme toutes les guerres. Pour le moment, le perdant est le même que celui de toujours : le peuple.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Juan Díaz Canales (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Juan Díaz Canales
On le connaît pour la série Blacksad, qu'il publie de 2000 à 2013 aux côtés de Juan Díaz Canales. Un polar animalier baignant dans une atmosphère de film noir américain des années 1950,et dont le héros, John Blacksad, un chat noir, exerce comme détective privé. Un nouveau tome est prévu pour 2020, et l'oeuvre a même eu droit à son propre jeu vidéo en novembre 2019 : "Blacksad Under the skin" (Microids), dont la création a été supervisée par ses deux auteurs.
La Grande table Culture d'Olivia Gesbert – émission du 12 décembre 2019 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/saison-26-08-2019-29-06-2020
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤13DKToXYTKAQ5¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1 Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : communautéVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Blacksad, quelque part entre les ombres

Quel animal est Blacksad ?

Un chat
Un léopard
Un singe
Un chien

7 questions
31 lecteurs ont répondu
Thème : Blacksad, tome 1 : Quelque part entre les ombres de Juan Díaz CanalesCréer un quiz sur ce livre