AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 293044066X
Éditeur : Atelier de l'Agneau (20/08/2013)

Note moyenne : 3/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Textes, graphismes,notes, photos, slogans autour de la poésie, Dicenaire invente une science divinatoire la potentiologie, ou art d'explorer les possibles par le langage.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Junie
  30 octobre 2013
Un texte patchwork qui mélange joyeusement les mots, les phrases, les expressions qu'on retrouve à toutes les sauces médiatiques, un méli-mélo de technologie, de discours technocratique, de salade journalistique, de baratin politique, de foutaises pseudo-scientifiques.
Un extrait: "pour être révolutionnaire, il faut défoncer d'une manière approfondie le somnambule qui dort en nous en le scarifiant à coup de rituels exotiques. Il est par conséquent possible de réaliser une telle défonce par l'exploitation du sentiment d'exister ou par l'harmonisation des spasmes d'angoisse secouant la biographie du performeur."
On trouvera ça génial façon Illuminations, ou indigeste façon pizza garnie lardons/saumon/mozzarelle/chocolat. Je penche pour le deuxième terme. Si Boris Vian a laissé des réminiscences à Sébastien Dicenaire, ça ne suffit pas pour que son inspiration nous fasse tripper.
On s'ennuie au bout de quelques pages.
Reçu dans le cadre de Masse Critique d'octobre. Merci à l'éditeur.
Commenter  J’apprécie          120
chriskorchi
  10 novembre 2013
J'avoue que j'ai été très surprise par ce livre. Il est assez déroutant car inclassable et unique de par son contenu et sa forme.
L'auteur invente un art d'explorer les possibles par le langage et pense que la poésie peut sauver le monde. le livre est semé de textes, dessins, slogans.
Suivre le guide, on vous explique ce qu'est la potentiologie.
Il s'agit de poésie mais pas sous sa forme habituelle, parfois écrite comme à la main, il y a des photos, des dessins.
Des poésies longues et d'autres extrêmement courtes.
Poussant jusqu'à l'absurde la logique d'une langue où tout, littéralement, peut prendre la place de tout. Où tout est interchangeable.,comme les médias, les gens, l'auteur s'amuse , triture, transforme, il détourne des publicités, des médias.
Le moins qu'on puisse dire c'est que l'auteur a un style bien à lui et que ce recueil ne laissera personne indifférent que le lecteur aime ou pas. Il aime triturer, décortiquer et jouer avec les mots pour créer une poésie dans l'air du temps.
J'ai trouvé que c'était inégal mais intéressant et il y a quelques pépites parmi ces poèmes . Je ne peux pas dire que j'ai adoré mais je ne peux pas dire que j'ai détesté .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ivy-Rose
  22 octobre 2013
Si je devais résumer ce livre en un seul mot, je dirais "déstabilisant".
Sebastian Dicenaire explore la potentiologie qu'il définit comme une "science qui utilise la faculté de la poésie à explorer les possibles". Impossible à expliquer en quelques lignes, cependant son écriture m'a rappelée celle de Boris Vian (dont j'ai étudié "L'écume des jours" l'année dernière).
L'auteur nous parle par exemple de la perchitude. " La perchitude est ce qui relie (conceptuellement l'oiseau, l'alpiniste, l'actionnaire, le chat et le baron.": ils aiment tous "se percher sur les extrémités. Sur les hauteurs. Sur tout ce qui dépasse". Ils cherchent tous des monticules où se percher. L'oiseau dispose de nombreux monticules où se percher mais il reste sur son fil électrique. Et il chante. Concept que l'auteur explique en s'aidant de schémas et des étapes de son raisonnement.
Dans tout le recueil, il met en avant l'idée d'un monde qui bascule vers le capitalisme et qui devient de moins en moins vivable.
Un passage m'a choquée: 4 pages de "publicité" (intitulé "Super Méga Promo") qui auraient été amusantes si ça n'avait pas été aussi obscène et surtout duré aussi longtemps. J'avoue que lors de ma deuxième lecture, je n'ai pas relu ce passage en entier.
Malgré cela, "Dernières nouvelles de l'avenir" est intéressant à lire si vous aimez la poésie potentiologiste. Ou la poésie moderne tout simplement.
Enfin je suis restée bouche bée devant la dernière phrase, laconique, "Laissez cicatriser quelques minutes".
Déstabilisant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2
  07 mars 2014
Imperfection salutaire d'une rude poésie machinisée du capitalisme technique terminal.
Désormais sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2014/03/07/note-de-lecture-dernieres-nouvelles-de-lavenir-sebastian-dicenaire/
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
chriskorchichriskorchi   10 novembre 2013
On a retrouvé dissimulée au fond d’un puits une riche machine américaine en plein bonheur chimique de ses éléments. Un filet de fumée indépassable et célibataire s’échappait, noir, de la machine jouissive, quotidiennement défoncée par un turbo-alternateur jaloux. La mémoire de la boîte noire, décomplexée, offrait au premier venu la liste complète de ses données intimes. L’alerte a été donnée par les marqueurs pornométrique scrutant nuit et jour la toile. Les autorités ont électrocuté sans tarder l’air heureux de son visage et ont colmaté avec succès les brèches de sa putain de carcasse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
chriskorchichriskorchi   10 novembre 2013
Un commando de techno-paysans gays s’est ligoté silencieusement aux ruines industrielles d’un parc d’attraction antique. Leur action vise à dénoncer, avec une certaine nostalgie, la tendance actuelle de la société à séparer définitivement libido, spiritualité et hautes technologies.
Commenter  J’apprécie          00
chriskorchichriskorchi   10 novembre 2013
À la télévision une étude récente montre que même in vitro la morale des cerveaux artificiels réagit massivement à la chute de popularité de leur icône cannibale sur les réseaux sociaux bouchers.
Commenter  J’apprécie          00
Ivy-RoseIvy-Rose   22 octobre 2013
La frénésie est dans toutes les têtes. A la télévision il n'y a personne pour décrypter les danses primitives de l'humanité en proie aux spasmes assis debout couchés.
Commenter  J’apprécie          00
chriskorchichriskorchi   10 novembre 2013
Dans les airs les oiseaux étouffent du manque d’adrénaline de leur mémoire.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : poèteVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
601 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre