AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290157287
Éditeur : J'ai Lu (18/07/2017)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 1078 notes)
Résumé :
Le mouton n'était pas mal, avec sa laine et ses bêlements plus vrais que nature - les voisins n'y ont vu que du feu. Mais il arrive en fin de carrière : ses circuits fatigués ne maintiendront plus longtemps l'illusion de la vie. Il va falloir le remplacer. Pas par un autre simulacre, non, par un véritable animal. Deckard en rêve, seulement ce n'est pas avec ses maigres primes que lui rapporte la chasse aux androïdes qu'il parviendra à mettre assez de côté. Holden, c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (98) Voir plus Ajouter une critique
Dionysos89
  22 février 2015
Autant déformé que mis en lumière par son adaptation cinématographique « Blade Runner », Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques est un court roman fabuleux de Philip K. Dick que, paradoxalement, il ne semblait pas apprécier.
Se lisant d'une traite, ce livre repose tout entier sur la question contenue dans le titre : les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? Où se trouve alors la frontière entre les humains et les androïdes ? Quelle capacité avons-nous, ont-ils de rêver, de vivre ? Sur une Terre désertée au fur et à mesure par les humains pouvant la fuir, Rick Deckard va devoir affronter non seulement ses questionnements psychologiques et métaphysiques, mais aussi et surtout les quelques androïdes qui cherchent à se cacher parmi les humains restants. Ces nouveaux Nexus-6 semblent parfaits pour ressembler à leurs « modèles », mais le sont-ils vraiment ? Et surtout, quelles vont être les différences persistantes entre ces deux espèces ? Comme à son habitude, Philip K. Dick formule une intense réflexion sur le sens de la vie, les différences entre humains et androïdes et l'ironie de notre existence. Les questions fusent et les pistes métaphysiques foisonnent, pourtant en peu de mots.
Que l'on s'attache davantage à la course-poursuite entre les personnages ou bien aux aspects plus conceptuels de l'auteur, l'édition proposée par J'ai Lu a l'avantage de contenir des propos du spécialiste dickien, Étienne Barillier, qui aident largement à comprendre l'étendue de l'oeuvre du maître Philip K. Dick.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7210
Erik35
  02 octobre 2017
Androïde, trop androïde.

> loi Zéro : Un robot ne peut pas porter atteinte à l'humanité, ni, par son inaction, permettre que l'humanité soit exposée au danger ;
> première Loi : Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu'un être humain soit exposé au danger, sauf contradiction avec la Loi Zéro ;
> deuxième Loi : Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la Première Loi ou la Loi Zéro ;
> troisième Loi : Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n'entre pas en conflit avec la Première ou la Deuxième Loi ou la Loi Zéro.
Tout lecteur de SF connait inévitablement les trois fameuses lois de la robotique - auxquelles il dû ajouter une loi Zéro, après avoir constaté au fur et à mesure de ses expériences et de mises en situation via l'écriture qu'elles étaient insuffisantes - inventées par le romancier et scientifique Isaac Asimov dans les années 50 et qui servent, même encore aujourd'hui, à bien des théoriciens et auteurs, relativement au développement présent ou futur des robots.
Et bien ces lois, aussi essentielles peuvent-elles être, sont totalement mises de côté par cet autre génie de la SF, de la prospective et du questionnement existentiel que fut cet autre monstre sacré, au destin par ailleurs si troublé, qu'était Philip K. Dick. En fait, les androïdes présents de ce livre au (vrai) titre très intrigant, "Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques", vont contrevenir globalement à toutes ces règles définies une quinzaine d'années plus tôt par l'auteur américano-russe. de fait, très vite, Philip K. Dick se désintéresse totalement de ce point de vue théorique pour en aborder un autre, pour ainsi dire en miroir et aussi différent qu'il est absolument crucial : que reste-il de notre humanité, quelle différence fondamentale peut-il y avoir entre nous autres, êtres de chair, de sang, d'esprit et d'émotion dès lors que des machines reproductibles à l'infini nous égalent voire nous dépassent en certains domaines ?
Ainsi, sommes-nous en 1992. La terre a été dévastée par un conflit nucléaire dont nous ne saurons pas grand chose, sinon que les retombées sont terribles et que la majeure partie des survivants de cette apocalypse a fui la planète pour aller coloniser le sol pourtant ingrat de Mars (certains voyages en direction de Proxima ont aussi été tentés). Cette colonisation se fait avec l'aide d'androïdes de plus en plus technologiquement parfaits, à raison d'un par humain.
Mais tous n'ont pas eu cette chance ou cette envie de changer de vie du tout au tout, malgré les dangers inouïs de la vie sur terre. Les personnes trop âgées au moment du cataclysme n'ont pas eu leur billets, de même que certains humains déclassés, suites au dégâts psychologiques et intellectuels causés par les retombées. Ceux-ci sont techniquement qualifiés de personnes "spéciales" mais en réalité tout le monde les surnomme les "têtes de piaf"et sont considérés ni plus ni moins comme des sous-hommes, presque sans droit ni reconnaissance.
L'existence est devenue pour ainsi dire vide de sens mais ce vide ne saurait être laissé en suspens. Ainsi est-il partiellement comblé par l'écoute continue d'un présentateur vedette répondant au nom de "L'ami Buster" et qui, malgré l'accumulation invraisemblable d'heures d'antenne et de radio semble ne jamais se répéter, apportant son lot de fraîcheur, de divertissement et d'enquête à un monde qui manque tant de motif d'être heureux. Par ailleurs, ces survivant en quête d'empathie les uns envers les autres s'adonnent-il à une espèce de religion montante, promue par un certain Mercer, sorte de christ moderne accomplissant sans relâche la montée de son propre Golgotha au cours d'une Passion sans cesse revécue que ses adorateurs peuvent toucher pour ainsi dire physiquement et en continu via un bizarre appareil appelé "boite à empathie".
L'autre moyen de remplir un peu ce vide dans ce monde où il est devenu relativement pénible et dangereux de subsister, est de s'occuper d'un animal. En effet, ceux-ci ont presque entièrement disparus (à commencer par tous les oiseaux et la plupart des animaux sauvages), et ils font l'objet d'une véritable adoration privée, et d'une réelle jalousie entre voisins, selon le prix d'achat (induisant leur rareté) de ces malheureuses bêtes presque autant divinisée que chosifiées, bien que (ou parce que) choyées au-delà de l'imaginable.
D'ailleurs, à propos de jalousie, Rick Deckard, le personnage central et principal du roman, ne s'en cache qu'avec peine devant son voisin, heureux propriétaire d'une belle jument de trait. Lui n'a qu'un malheureux mouton. Comble de l'hypocrisie et de la déchéance, ce mouton est l'un de ces nombreux robots électriques reproduisant très convenablement les originaux pourvu qu'on ne s'en approche pas trop. Rick se le procura en douce après que son précédent mouton, un vrai celui-là, fut atteint d'un tétanos brutal et mortel. Depuis, son existence s'en va à vau l'eau, son couple est en crise, sa femme en dépression, et il désespère de pouvoir faire l'acquisition d'un animal véritable de même standing tant ceux-ci dépassent ses capacités financières dès qu'il consulte le "Sydney", référence mondiale des prix de ces trop rares compagnons encore vivants.
Pourtant, ce rêve n'est pas hors de portée de Rick, son "métier" lui permettant parfois de gagner beaucoup en assez peu de temps. En effet, il est "Blade Runner", c'est à dire chasseur de prime pour le compte de l'état de Californie. Son rôle en tant que tel est assez simple : éliminer - dans sa branche, on dit "retirer" - ces androïdes qui, pour fuir leur condition d'esclaves robotiques et s'échapper de Mars n'ont d'autre moyen que de tuer leur maître humain. Une fois sur terre, ils font leur maximum pour s'intégrer sans se faire reconnaître par la population. Mais ces androïdes, développés par la firme Rosen, sont de plus en plus difficiles à détecter, malgré la mise en place d'un test pourtant très au point appelé Voigt-Kampff et qui s'apparente à nos détecteurs de mensonge à ceci près qu'il détecte le degré d'empathie (ou son absence) chez les personnes interrogées. Car là réside la faille de ces non-humains pourtant de plus en plus sophistiqués : ils n'éprouvent pas cette émotion tellement humaine, ne s'entraident jamais gratuitement, sont incapable de pitié et s'ils sont particulièrement intelligents, probablement plus que la plupart des humains en ce qui concerne le dernier modèle, les «Nexus 6», il n'en demeure pas moins que ce sentiment qui leur est étranger est aussi leur faille, tout n'étant pour eu que conjecture et jeu strictement intellectuel. Ce qui les rend potentiellement aussi dangereux qu'ils sont partiellement dénué d'humanité. La seule faille de ce test : il ne différencie pas les androïdes des psychopathes humains... (L'état de robot très avancé serait-il celui d'un aliéné qui s'ignore...?)
Dans le même temps, nous allons suivre le parcours d'un des ces humains déclassés, déconsidérés, parfois employés mais à des postes toujours subalternes, leur QI étant souvent déclinant et leurs aptitudes physiques et physiologiques s'étiolant peu à peu. Ce «spécial» se nomme John R. Isidore, vit dans un «conept» (un genre d'immeuble) en ruine d'une banlieue lointaine et totalement abandonné de ses anciens locataires (tous morts ou partis pour Mars). Il travaille comme chauffeur d'un pseudo-vétérinaire, qui n'est qu'une couverture à l'une de ces nombreuses petites entreprises de réparation de ces fameux animaux électriques (souvenons-nous que ceux qui les possèdent en ont généralement socialement honte). Par le plus grand des hasards, son destin va croiser celui d'une, puis de deux autres de ces androïdes en fuite, qui se savent traqués, mais déterminés à défendre chèrement leurs... circuits après que cinq de leurs compagnons d'infortune aient déjà été «retirés», trois d'entre eux par le seul Rick Deckard en une même journée, d'ailleurs. Ce qui va d'ailleurs permettre à ce dernier de faire l'acquisition d'une chèvre noire de Nubie, hors de prix, bien entendu.
Bien entendu, ceci n'est que la trame, le déroulement du roman. Rédigé dans un style d'une efficacité exemplaire, il permet en réalité au lecteur à suivre d'une part une succession de rencontres et d'action de la manière aussi limpide possible car, en réalité, ce qui importe - et qui fait de ce texte de Science-Fiction l'un des modèles du genre - c'est toute la réflexion intellectuelle, laquelle progresse au fur et à mesure de l'intrigue, de notre chasseur de prime et, moindrement, celle du «spécial» qui ne cessent de se poser des questions sur leur humanité, mise en abîme par l'entremise de la présence de ces androïdes surdoués qui, s'il manquent absolument d'empathie, ne sont pourtant pas dénués de désirs, d'envies, de sentiments et, c'est la question même posée par le titre de l'ouvrage, de rêves. Or, à partir de ce questionnement sur des êtres fabriqués de toute pièce mais devenus si semblables aux hommes, que d'autres humains (via cette fameuse entreprise commerciale) n'ont de cesse de perfectionner, Philip K. Dick se demande ce qui, à partir d'un tel point de non retour technologique, fonde notre essence ainsi que notre supériorité, devenue fondamentalement relative dès lors qu'une autre espèce d'êtres est à même de nous imiter, de nous égaler, voire de nous dépasser. C'est d'ailleurs l'un des plus importants distinguo d'avec le film qu'en tira Ridley Scott en 1982, qui met le doute quant à la propre humanité du chasseur, mais seulement celle-ci : L'auteur du fameux Ubik met ici l'ensemble de la qualification de la nature humaine en question et s'il n'apporte pas de réponse définitive, il en précise tout de même en partie les bornes éventuelles.
On pourrait aussi longuement épiloguer sur ces rapports très ambigus de ces hommes de demain (du moins, à l'époque de la rédaction du livre), d'un demain volontairement proche - encore une différence d'avec le film qui situait, symboliquement, son action après l'an 2000, en 2019 pour être précis -, un avenir presque tangible même dans les années 60, avec ce qu'il reste de nature encore vivante après qu'ils aient à peu près tout détruit par leur folie, leur irresponsabilité. Bien entendu, notre technologie est bien éloignée d'en être au niveau de ce que Philip K. Dick prévoyait. Pire : dans les années 90, c'est tout juste si l'informatique entrait enfin massivement dans les foyers. Quant à la robotique, elle ressemblait plus à ces bras articulés capables de gestes répétitifs en atmosphère confinée (par exemple) qu'à ces androïdes presque parfait que sont les «Nexus-6», pas même plus à des animaux crédibles, serait-ce de loin. C'est que Philip K. Dick ne s'encombre guère de cette dimension-là de la faisabilité proche de ses inventions (dont on pressent qu'elles sont pourtant sur le point de voir le jour). Car c'est très clairement sur le terrain de l'existentialisme, de l'humanisme et de la métaphysique qu'il situe son oeuvre (et d'ailleurs pas que celle-ci), dans une vision pour le moins inquiète, tragique même, de cet avenir que l'homme est sur le point de se créer sans l'aide de personne d'autre que son irraisonnable goût de la connaissance et de la surpuissance.
N'en sommes-nous d'ailleurs pas rendus à l'idée folle mais pourtant en vogue de la trans-humanité ? Ne nous promettons-nous pas des hommes-machines, réparés ici et là comme ces vulgaires robots de la SF de papa ? Nos "anciens", quasiment mis au rebut dans ces machines à déshumaniser que sont certaines - si bien nommées - maisons de retraite ? le "véganisme", dans ses attentes les plus politiques et parfois extrémistes ne préfigure-t-il pas cet amour parfaitement inconsidéré, gênant, jaloux pour les quelques malheureuses bestioles qui subsistent encore sur cette terre imaginaire, saturée de poussières dangereuses et de pollutions diverses - que l'auteur dénomme d'ailleurs du qualificatif génial de "tropismes" -, de même que nous semblons aujourd'hui, collectivement ou individuellement, éprouver parfois plus de rage, de colère, d'empathie (nous y revenons) pour des animaux maltraités ou supposés tel - quand ils ne sont tout simplement pas destinés à notre consommation - que pour nos semblables miséreux ou lointains, tandis que tous les signes concordent pour dire que nous sommes en train de provoquer, exactement au même moment, l'une des plus grandes disparitions massive d'êtres vivants, que ce soient des végétaux ou des animaux, au point que de plus en plus de chercheurs qualifient cette ère très particulière du nom d'anthropocène ? Il en est encore de même au sujet de la réflexion de K. Dick, prévoyant le regain de la spiritualité, mais un genre de regain kitsch et techno-maniaque à travers de Mercerisme et sa boite à empathie, quoi qu'il ne s'agisse en réalité que de faire une nouvelle marmelade avec de vieilles recettes, en l'occurrence christique, mais cela aurait pu être n'importe quelle autre.
Il ne s'agit pas de faire de cet ouvrage, ni de l'oeuvre de K. Dick, seulement une sorte de grande oeuvre d'anticipation. Si c'est en partie le cas, cela serait par trop réducteur tant il explore une diversité de champs de réflexions sur notre humanité moderne, de celle dont le destin est lié, inexorablement, à celui de la machine et aux conséquences que leur présence implique dans une telle société. Ainsi a-t-on raisonnablement pu estimer que c'est ce romancier américain à l'existence si troublée que l'on doit les premières pierres de ce genre aujourd'hui qualifié de "cuberpunk", mais là encore, c'est une mise en case par trop réductrice à qui souhaite rendre hommage à sa perspicacité et à son intelligence. de la même manière, le cinéma de Ridley Scott, pourtant brillant, ne comprend-il et n'entreprend-il pas toutes les répercussions et conséquences de la réflexion Dickienne, là où une excellente série suédoise contemporaine, intitulée «real-human», en déplie de manière très astucieuse et inquiétante, un pan difficilement exploitable dans un cinéma américain par trop féru d'effets spéciaux et de décors époustouflants pour toujours savoir creuser suffisamment ses sujets. La série suédoise est pour ainsi dire débarrassée de toutes les scories technologiques ce qui, par bien des aspects, en fait une digne héritière de Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques, qui demeurent, plus que jamais, un très grand classique de la littérature de Science Fiction à découvrir et à redécouvrir. Ajoutons, pour tous ceux que ce genre rebute - et il peut s'en trouver d'excellentes raisons, au-delà de seules histoires de goûts - que ce titre est une excellente porte d'entrée à ce genre littéraire, tant le monde qui s'y trouve décrit pourrait passer pour un futur proche en tout point plausible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
MissSherlock
  19 mars 2015
Une fois n'est pas coutume, j'ai découvert l'adaptation cinématographique avant le roman. BLADE RUNNER de Ridley Scott est un film que j'adore : il est dans mon panthéon personnel des meilleurs films du monde. Je l'ai vu et revu je ne sais combien de fois sans me lasser, je le connais par coeur.
C'est pourquoi j'ai mis des années à lire LES ANDROÏDES RÊVENT-ILS DE MOUTONS ÉLECTRIQUES ? de Philipp K. Dick, le roman à l'origine du film car je pensais que je n'aurais pas beaucoup de surprises. Et j'avoue que je craignais que le film ne perde de sa superbe après la lecture du roman comme cela arrive si souvent.
Au final, j'ai été surprise pendant toute ma lecture tant le livre et le film sont différents. Ridley Scott n'a pour ainsi dire gardé que la trame principale et le nom des protagonistes.
Dans le roman, on suit le chasseur de primes Rick Deckard sur une journée qui va changer sa vie à jamais. Il doit retirer de la circulation six androïdes venus de Mars s'il veut toucher ses primes et réaliser son voeu le plus cher (et le plus cher de son épouse) : acheter un véritable animal. En effet depuis la guerre, les animaux se font rares et Rick doit se contenter d'un mouton électrique.
Le roman est court et se lit très vite tant il est bien écrit et passionnant. Philipp K. Dick pose de nombreuses questions d'ordre philosophique. Quelle est la différence entre un Homme et une machine dotée d'intelligence ? Qu'est-ce qui caractérise l'Humanité alors même que les Hommes ne cessent de se faire la guerre, de détruire leur environnement et de se montrer individualiste ? L'Homme est-il capable de faire preuve d'une réelle empathie envers les êtres vivants ?
En peu de mots, l'auteur questionne le lecteur sur le sens de la vie et propose des réponses intelligentes qui font réfléchir. Ce livre m'a remuée car la vision du futur qu'il propose n'est pas ridicule et ça fait froid dans le dos. Et ce qui m'a le plus émue c'est de constater que nous vivons déjà des événements décrits par le roman : mise à l'écart des marginaux, destruction de la planète, désintérêt pour les personnes qui nous entourent, utilisation à outrance de la technologie pour sortir de l'isolement (les réseaux sociaux faisant office de «boîtes à empathie»), etc.
LES ANDROÏDES RÊVENT-ILS DE MOUTONS ÉLECTRIQUES ? est un roman que j'ai beaucoup aimé et que je ne peux que recommander aux amateurs de SF.
Je vous conseille l'édition de «J'ai lu» car elle contient une postface passionnante signée Étienne Barillier qui nous éclaire sur l'oeuvre de Dick.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          417
Missbouquin
  22 mars 2012
Peu après avoir vu le film Blade Runner, j'ai eu la curiosité de chercher la nouvelle originelle de P. K. Dick. J'avais d'abord commencé à la lire en anglais, mais la science-fiction est toujours un genre délicat dans une langue étrangère … (en bref je ne comprenais rien à ce monde bizarre ..) Par exemple, impossible de comprendre ce qu'était un orgue à empathie : “Devant sa console à elle, il composa un 594 : soumission reconnaissante à la sagesse supérieure de l'époux dans tous les domaines.” ..
J'ai donc dû renoncer et me le suis procuré en français (et j'ai bien ri quand j'ai enfin compris les implications de l'orgue à empathie, et les exemples qu'il donne !) Et je me suis rapidement rendue compte qu'encore une fois, le film était très éloigné de l'oeuvre originale.
Certes le personnage est le même et il chasse des robots. Mais le réalisateur a élagué toute la partie réflexive sur l'empathie et sur le rapport aux animaux des derniers humains sur Terre : se procurer un animal vivant coûte une fortune (et c'est une preuve de réussite sociale), la plupart du temps, ils ne peuvent donc se payer que des imitations électriques, ce qu'il s'agit de cacher à son voisin. C'est la raison d'être du titre de la nouvelle, qui a été totalement modifiée pour le film, et raccourcie en “Blade Runner“.
C'est un roman assez complexe, comme tous ceux de P. K. Dick, et qui aborde des thèmes variés mais qui interrogent tous la notion de nature humaine, et de ce qui nous différencie d'un robot ou d'un animal. A mon avis, il appelle à une deuxième lecture pour appréhender les différentes subtilités qui le traversent.
Ce qui m'a frappé, c'est que c'est un monde extrêmement différent de celui qu'on connaît, doté de mécanismes radicalement modifiés. Et pourtant j'ai réussi à m'identifier au personnage, par ma capacité à comprendre cette question d'empathie et de relation aux animaux (qui symbolisent une quête de la vie, alors que tout le reste est mort sur Terre). Dans cette humanité égarée qui cherche un sens, dans la télévision, la boîte à empathie ou le mercerisme (une expérience collective où tous ceux qui sont accrochés à leur boîte à empathie vont vivre avec un personnage, Mercer, qui fait une sorte de chemin de croix.) A côté de ces humains, les androïdes, qui n'ont pas cette capacité ni ce besoin empathique, et son corollaire : la volonté de survivre. En effet, quand un robot est pris, il cesse de lutter. Alors que l'homme est incapable d'accepter son destin, refuse la mort, a peur. Ce dont un androïde n'est pas capable, par un pragmatisme à l'épreuve de toute faiblesse.
“Pour Rick Deckard, un robot humanoïde en fuite, un robot qui avait tué son maître, qui possédait une intelligence plus vaste que celle de bien des êtres humains, mais qui ne respectait pas les animaux et se trouvait dénué de la faculté empathique qui lui eût permis de se réjouir des succès et de pleurer les défaites d'une autre forme de vie que la sienne, pour Rick Deckard, un tel être était le parangon du tueur.”
Car “La faculté empathique ne pouvait appartenir qu'à un animal social. [..] de toute évidence, le robot humanoïde était un prédateur solitaire.”
Cependant, P.K. Dick refuse la facilité de laisser croire que les androïdes et les hommes sont si radicalement opposés, et il laisse planer le doute : à certains moments, les androïdes Nexus 6, les plus développés, montrent qu'ils ont peur de se faire capturer et mis hors service. La perfection de la création technologique tendrait-elle finalement vers de “l'imperfection” ?
Comme vous le voyez, il est difficile de rendre compte d'un tel roman. Mais contrairement à d'autres oeuvres, j'ai réussi à réfléchir sur ses thèmes sans dévoiler l'histoire … Vous pouvez donc réfléchir aussi sur tout ça, et vous précipiter sur le livre ! (évitez de voir le film avant, ça ne vous donnera pas envie …)
Lien : http://missbouquinaix.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
MissG
  07 juin 2012
Originellement appelé "Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?" le livre a été rebaptisé "Blade runner suite à la sortie du film de Ridley Scott.
Certes, ce titre était certainement moins accrocheur, mais il avait le mérite de refléter le contenu du livre et surtout les questions philosophiques sous-jacentes tout au long du récit.
Avec ce livre, Philip K. Dick offre un formidable roman de science-fiction qui pourrait apparaître comme démodé mais qui finalement ne l'est pas et recèle au contraire des richesses, avec une philosophie et de vrais questionnements derrière l'histoire, notamment à travers les personnages des androïdes.
Dès le début se met en place une ambiance oppressante, avec la quête perpétuelle de posséder un véritable animal domestique et non un robot, puisque cela est symbole de richesse et d'ascension sociale.
Rick Deckard n'y échappe pas, il cache que son mouton est un robot et veut à tout prix posséder un animal, c'est même l'une de ses motivations pour rechercher et éliminer les androïdes venus sur Terre.
Finalement, le lecteur sait peu de choses sur les humains partis dans les colonies de l'espace, il n'y a que trois catégories de personnages : ceux dits sains car non contaminés, les spéciaux et les androïdes, et l'un des aspects dominants est la distinction qui est faite entre ces trois catégories.
Cela n'est pas sans rappeler la quête de l'Homme parfait, du monde idéal, où ceux sortant du rang doivent être éliminés.
D'ailleurs, peut-être que les colonies représentent le monde idéal.
Comme dans d'autres récits de science-fiction, la religion est également très présente et a une forte influence sur les personnages lorsqu'ils y croient ou alors aucune lorsqu'ils la rejettent. Il n'y a pas de demi mesure, soit on croit soit on ne croit pas.
La religion est ainsi un point de repère pour certains, tandis que d'autres s'en affranchissent, ce qui est le cas de Rick Deckard avant un retournement en fin d'histoire. Il sait que ce qu'il fait est mal, mais il doit le faire : "Mercer a dit que c'était mal, mais je devais le faire quand même."
Car la religion développée par Philip K. Dick est le mercerisme qui via des boîtes à empathie permet la fusion de chacun avec Wilbur Mercer, un homme capable d'inverser le temps.
Que ce soit la quête d'avoir un véritable animal ou celle de la religion, de la recherche de la fusion via la boîte à empathie, ce n'est au fond qu'une quête perpétuelle de la non solitude où chacun essaie de ne pas être seul. Paradoxalement, les humains dits normaux ne se tournent pas vers les androïdes, et cette quête apparaît comme désespérée, et si au fond tout cela n'était que le reflet d'une Humanité qui se meurt ?
L'histoire est rythmée et ne s'essouffle jamais, d'autant qu'il y a des scènes très fortes et hautement symboliques.
Deux scènes m'ont particulièrement marquées : lorsque Rick Deckard fait passer le test Voight-Kampff à Rachel, et lorsque Rick Deckard se fait dénoncer par une androïde à la police et que celle-ci lui met alors un doute dans la tête, prétendant n'avoir jamais entendu parler de lui ni de son supérieur, lui affirmant même que le quartier général des Blade runners n'est pas à l'adresse qu'il indique mais à une autre.
Pendant toute cette partie, l'auteur a réussi à semer le doute dans ma tête, et je me suis demandée si Rick Deckard n'était pas en fait lui-même un androïde, un de ces Nexus 6 si performants.
C'est pour moi l'un des moments les plus forts du récit, d'ailleurs cette interrogation est également sous-jacente dans la version cinématographique.
J'ai également trouvé un côté misogyne à ce récit car les femmes n'ont pas le beau rôle.
Elles sont présentées comme pénibles (la femme de Rick Deckard), pour les humaines, et manipulatrices (Rachel, Priss Stratton, Irmgard Baty), pour les androïdes.
Elles ne sont pas franchement dotées de qualité et sont même plutôt dépeintes sous un mauvais jour, d'autant que Rachel est une séductrice, qu'elle le sait, et qu'elle joue de son charme sur les Blade runners pour les court-circuiter et les rendre inaptes à leur fonction.
"Blade runner" est l'un de ces livres incontournables, un des piliers de la science-fiction, et j'ai pris beaucoup de plaisir à le lire.
Il soulève de vraies questions et propose une dimension philosophique au récit, ce qui le rend riche et extrêmement plaisant à lire.
Je pense même qu'il faut en faire plusieurs lectures pour saisir toutes les subtilités développées par l'auteur.
Un très bon moment de lecture et d'évasion dans un monde futuriste quelque peu angoissant, oppressant mais intrigant et attachant.
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Citations & extraits (66) Voir plus Ajouter une citation
Anis0206Anis0206   17 octobre 2017
Traîner sur Terre, c’était s’exposer à la menace d’être un jour ou l’autre décrété biologiquement inacceptable, taré, dangereux pour la préservation de l’espèce. Une fois étiqueté spécial, et quand bien même stérilisé, on sortait littéralement de l’Histoire.On cessait de faire partie de l’humanité.
Commenter  J’apprécie          10
Anis0206Anis0206   18 octobre 2017
L’humanité a besoin de davantage d’empathie
Commenter  J’apprécie          42
MortuumMortuum   10 octobre 2014
« — Mais songez un peu à ceci, poursuivait Buster. Demandez-vous à quoi sert le mercerisme. S’il faut en croire ses innombrables tenants, le mercerisme permet la fusion… »

— C’est cette empathie, que possèdent les humains, dit Irmgard Baty.

« — … des hommes et des femmes de tout le système solaire en une seule et unique entité globale. Mais une entité gouvernable à volonté par la soi-disant parole télépathique de « Mercer ». Remarquez bien cela, je vous prie. Maintenant, imaginons un dictateur en herbe, un type du genre de Hitler… »

— Non, c’est cette histoire d’empathie, répéta Irmgard avec conviction. (Les poings serrés, elle se jeta à la rencontre d’Isidore, dans la coulisse.) N’est-ce pas, n’est-ce pas ? N’est-ce pas que c’est pour prouver que vous, les humains, êtes capables de faire quelque chose dont nous sommes incapables ? Parce que, s’il n’y avait pas cette histoire de Mercer, votre empathie, il faudrait y croire sur parole, non ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Erik35Erik35   30 septembre 2017
Les androïdes rêvent-ils ? se demanda Rick. De toute évidence, la réponse est oui, sans quoi il ne leur arriverait pas de tuer leurs employeurs pour s'enfuir ensuite sur la terre. Pour y trouver une vie meilleure, sans servitude.
Commenter  J’apprécie          230
MissSherlockMissSherlock   13 mars 2015
Bien sûr, certains de leurs animaux étaient eux aussi des contrefaçons électroniques. Mais il n'était bien sûr jamais allé y mettre le nez, pas plus que ses voisins n'étaient venus voir de près la nature véritable de son mouton. Rien n'aurait pu être impoli que de demander à quelqu'un s'il possédait un animal authentique. C'eût été plus grossier encore que de s'informer sur l'authenticité des dents ou des cheveux d'un citoyen - voire de ses organes internes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Philip K. Dick (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philip K. Dick
Interview de Philip K Dick à Metz en 1977
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Test Voight-Kampff

Un collègue de travail vous apprend qu'il a malencontreusement écrasé un petit insecte. Quelle est votre réaction ?

Vous êtes infiniment triste
Bof,ce n'était qu'un insecte
Vous compatissez, mais au fond, vous vous en fichez un peu
Tant mieux ! Vous detestez ces petites bêtes

6 questions
408 lecteurs ont répondu
Thème : Blade Runner / Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. DickCréer un quiz sur ce livre
. .