AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Alain Dorémieux (Traducteur)
EAN : 9782070309542
384 pages
Éditeur : Gallimard (06/07/2006)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 70 notes)
Résumé :
La trilogie divine, Tome 03 :
La transmigration de Timothy Archer

II y a des jours où le karma vous tombe dessus. C'est ce que se dit Angel Archer, la narratrice, alors qu'elle assiste à un séminaire sur le soufisme le jour même où John Lennon vient de se faire assassiner. Désormais, elle croit savoir pourquoi nous sommes sur terre. « C'est pour découvrir que ce que vous aimez vous sera enlevé, sans doute à cause d'une erreur en haut lieu plu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
CendreBleue
  04 décembre 2020
Je vais seulement te donner trois éléments remarquables de ce livre. le reste, ce sera à toi de le découvrir.
Premier élément: ce n'est pas un roman de science-fiction, mais le testament philosophique de l'un des maîtres de la SF du vingtième siècle. Certains pourraient décrire ce livre comme un roman psychologique, je préfère le définir comme une amusette philosophique.
Deuxième élément: c'est une voix féminine qui parle. La narratrice est une femme, Angel, la belle-fille du révérend Timothy Archer. Et je considère l'irruption de cette voix féminine et attachante, sous la plume de Philip K. Dick, comme la réconciliation de celui-ci avec le fantôme de sa soeur jumelle, Jane, décédée dans les semaines qui suivirent leur naissance parce que sa mère, paraît-il, n'avait pas assez de lait pour nourrir les deux nourrissons. Il me semble que ce livre est une tentative réussie d'expiation: en laissant parler cet « ange », cette soeur décédée qu'il n'a pas connue, mais dont le fantôme au royaume des anges l'a hanté toute sa vie, Philip K. Dick se dépouille de sa propre culpabilité et se réconcilie avec sa soeur défunte, c'est-à-dire avec lui-même.
Troisième élément: il s'agit du dernier volet de la « Trilogie divine », le livre qui l'achève et l'illumine. Certains lecteurs remettent en question cette appartenance à la Trilogie en prétextant que le lien avec les deux premiers livres est ténu, voire inexistant, si ce n'est l'affirmation de l'écrivain que les trois livres ont le Christ pour objet. Or, c'est bien de cela dont il s'agit: la Trilogie est un chemin qui mène son écrivain au Christ… Écoute ce que le personnage du révérend dit à Angel, lorsque celle-ci lui déconseille de publier un livre inepte qui détruira sa réputation: « Non, il faut le laisser sortir. J'ai des années d'expérience dans ce domaine, on doit affronter sa propre folie — je parle bien entendu de la mienne — et ensuite, ensuite seulement, entreprendre de la rectifier. Cette rectification sera mon prochain livre. » Est-ce que tu saisis cette mise en abîme? « On doit affronter sa propre folie — je parle bien entendu de la mienne »: c'est évidemment l'écrivain qui parle, l'écrivain qui a sombré dans la folie; qui a produit de cette folie une « Exégèse »; qui a publié un premier livre de convalescence touchante, « VALIS », traitant de cette exégèse, puis qui écrit un second livre, « L'Invasion divine », une sorte de purgatoire, avant de « rectifier cette folie », dans ce « prochain livre » qui est, de fait, « La Transmigration de Timothy Archer ». « La Transmigration de Thimothy Archer » est oeuvre de rectification, oeuvre de réconciliation, oeuvre d'intégration: Philip K. Dick meurt guéri, et quel meilleur titre pour annoncer cette guérison que celui de la transmigration? Notre âme n'est-elle pas immortelle et inaltérable, nous rappelle l'écrivain? Ne fait-il pas écho à Socrate qui au soir de sa vie, après avoir bu la ciguë, demande un sacrifice à Asclépios, puisque la mort, en libérant son âme du corps, couronne l'oeuvre de sa vie qui a été de se libérer de la corruption et de l'illusion de la dualité? La Trilogie divine n'est pas une oeuvre de science-­fiction: c'est le récit d'une guérison, le récit d'un écrivain de science-fiction partageant son expérience de la folie et de la guérison. Et que nous enseigne-t-il, fondamentalement, cet écrivain? Que sa folie résultait d'une recherche biaisée de la Sagesse, qu'il s'était perdu dans la recherche naïve d'une illumination totalisante, d'une connaissance toute-puissante, et que sa guérison, c'est là, note bien, la révélation importante, résulte de la découverte de la compassion. Compassion que l'écrivain s'autorise d'abord pour lui-même, à travers ses personnages, mais compassion qui le réconcilie aussi avec le genre humain, grâce notamment à cette corde de salut qui a été la sienne tout le long de son oeuvre: l'humour, humour encore à l'oeuvre dans la chute typiquement « phildickienne » du livre. Et je te laisserai ici, futur lecteur, découvrir de toi-même vers quel corps l'âme du pasteur a transmigré, en te proposant néanmoins de répondre à cette question: s'agit-il d'une chute pessimiste et effrayante, fidèle aux tendances gnostiques de l'oeuvre de K. Dick? Ou bien s'agit-il d'une chute revigorante, car emplie de compassion et d'amour? Je vois que tu hésites. Tu me demandes un indice ? Eh bien, soit, ce vers du « Paradis » de Dante, que cite Philip K. Dick pour que nous puissions mieux l'accompagner dans son cheminement: “Au feu profond je pus voir enfouis, reliés par l'amour en un seul livre, tous les feuillets épars de l'Univers.”
L'amour est le grand liant de l'Univers: ce qui réconcilie et qui rassemble, ce qui signifie et qui justifie. le leg ultime de P. K. Dick.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
eterlutisse
  26 juillet 2016
La transmigration de Timothy Archer est un Philip K Dick déroutant car d'une certaine manière, il ne dérape pas. Ce n'est presque pas un roman fantastique à cause de sa narratrice -cela aussi m'a surprise -. Pas de narrateur omniscient ici.
Elle est très proche de l'auteur : la même formation culturelle -, études littéraires à Berkeley-, le même métier refuge -, disquaire-. Elle est notre ancre dans le réel, la gardienne du sens commun. Elle est confrontée à des personnages qui vivent des expériences paranormales mais, elle, elle se contente d'observer puis rejeter tout ce qui ne cadre pas avec la réalité consensuelle.
Ce livre est un précipité de la réflexion dickienne sur la réalité, la folie. le lecteur est laissé libre de choisir en quelle facette ou dimension de la réalité du roman il croit. Fous officiels, autorités ou personnages du quotidien, tous sont embullés par leur obsessions, leur croyances. Aucun des personnages n'apporte de "preuve" au lecteur que la compréhension qu'il a du réel en est la bonne interprétation.
Enracinée dans la réalité de l'auteur donc dans la notre, abordable, je trouve que cette ultime fiction est la plus pédagogue. Elle est truffée de références littéraires, bibliques et même musicales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LeCombatOculaire
  05 mars 2018
Le ton de ce dernier tome se veut cynique, détaché, désabusé et paranoïaque. Angel, la narratrice, une femme ordinaire de Berkeley à cette époque, intéressée par la littérature et la musique, n'y touche rien en religion ni en mystique. Mais après avoir fini par tout perdre, toutes les relations auxquelles elle s'accrochait et qui rythmaient sa vie tout autant que la foi et l'envie de vérité rythmait celle de Tim Archer, elle commence à se poser certaines questions.
On ne retrouve pas aussi particulièrement l'auteur dans ce livre, mis à part au moment où Angel devient vendeuse de disques, mais on y retrouve une personne réelle qui lui a été très chère à un moment donné de sa vie, le vrai Timothy Archer, qui est dépeint ici sûrement d'une façon assez similaire et proche, constituant donc un hommage à un homme qu'il considérait comme grand, puissant, révolutionnaire, charismatique, visionnaire, mais aussi un peu perdu.
On ne retrouve pas non plus l'idée de réalité parallèle ou distordue, et peu d'éléments sortent de l'ordinaire, si ce n'est la présence d'un certain au-delà, de façon vague et tiède, seulement pour appuyer l'intrigue. Les références musicales, elles, sont très présentes, comme dans L'invasion divine, avec un amour certain pour la musique classique, les orchestres majestueux, mais aussi une grande part d'humour lorsque Tim Archer essaye de trouver un groupe rock à faire passer lors d'une messe.
La boucle est-elle bouclée ici ? Nous revenons dans un espace-temps qui était celui de Philip K. Dick à l'époque, une réalité tangible où la science-fiction a moins sa place que l'élan christique. Ici, beaucoup de remises en cause concernant le christianisme puisque l'essence même de Jésus se voit bouleversée, et que les origines remontent à plus loin, dans ce qui pourrait bien être... un champignon. On peut donc dire que plutôt que d'avoir fini par trouver une réponse à ses questionnements, l'auteur a délibérément construit un labyrinthe en plusieurs dimensions spatio-temporelles pour exposer chacun de ses raisonnements, parcours de foi et théories théologiques. Est-ce qu'on peut dire qu'il a noyé le poisson ? Disons plutôt que cela forme un tout complet et étalé et que ça aura posé un nouveau genre de la science-fiction.
(voir la critique intégrale sur le blog)
Lien : http://lecombatoculaire.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
klagg36
  13 décembre 2014
Vous aimez la science fiction qui ressemble à quelque chose ou vous voulez découvrir la science fiction ? Alors lisez Philip K.Dick. de façon générale et cette trilogie en particulier.
Chaque livre est une oeuvre en soi. « Siva » accompagne la perception humaine et la croyance, « l'invasion divine » donne la parole aux Dieux, « la transmigration de Timothy Archer » vous parlera de conversion.
Et tout cela est traité avec une telle érudition, que cela en est frustrant. Mais il y dans chaque chapitre tant de réflexions sur la Terre, Dieu, les Dieux, les hommes, le monde, que notre propre réflexion s'affine, page après page.
Ces livres sont des guides, des encyclopédies pour nous aider à voir ou à discerner notre perception de ce que nous sommes et de ce que nous faisons ici-bas. « La Trilogie divine » : un monument.
Commenter  J’apprécie          30
TheodoreB
  20 janvier 2013
Le meilleur volume de la Trilogie ? le meilleur livre de Philip K. Dick ? Peut-être bien. Un chef d'oeuvre en tout cas que l'on peut lire séparément du rester de la trilogie en gardant bien à l'esprit qu'il s'agit d'une histoire "vraie" au sens où la folie décrite fut réelle. La fin aussi... A réserver aux gens ouverts d'esprits et attirés par... les autres réalités ;-)
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
gillgill   17 septembre 2012
"Barefoot tient ses séminaires sur sa péniche à Sausalito. Cela coûte cent dollars pour comprendre les raisons de notre présence sur cette terre. On vous offre aussi un sandwich, mais je n'avais pas faim ce jour là.
John Lennon venait de se faire tuer et je crois savoir pourquoi nous sommes sur cette Terre. C'est pour découvrir que ce que vous aimez le plus vous sera enlevé, sans doute à cause d'une erreur en haut lieu plutôt qu'à titre délibéré".
Ainsi parle Angel Archer, la narratrice de ce roman qui, un soir qu'elle lisait "La divine Comédie" en se saoulant au Boubon pour cause de rage de dents, a traversé les apparences.
Comme les a traversées Timothy Archer, évêque, le jour où il s'est demandé si Jésus-Christ n'était qu'un trafiquant de drogue. Comme les a traversées enfin Dick le camé, le paranoïaque, le schizo, le magicien du simulacre et du délire.
(quatrième de couverture de l'édition parue à "Présence du futur" en 1982)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   05 mars 2018
« Vous demandez une preuve. Si je vous disais à cet instant même que j'ai entendu la voix de Dieu me parler, est-ce que vous le croiriez ? Non, bien entendu. Nous considérons comme pieux les gens qui s'adressent à Dieu mais nous traitons de fous ceux à qui Dieu s'adresse. C'est une époque de peu de foi. Ce n'est pas Dieu qui est mort ; c'est notre foi qui est morte. »
Commenter  J’apprécie          30
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   05 mars 2018
Le type de folie caractérisé par l'idée fixe est un phénomène fascinant. Je parle de l'idée fixe obsessionnelle, celle dont l'esprit ne peut se détacher. Cela représente une possibilité insoupçonnée de dysfonctionnement du cerveau humain. Il faut avoir vu une idée fixe à l’œuvre pour en apprécier pleinement la force. Une fois introduite dans un esprit, l'esprit d'un être humain donné, non seulement elle n'en part plus jamais, mais elle consume aussi tout ce que cet esprit contient d'autre, de sorte que finalement l'individu n'existe plus, son esprit en tant que tel n'existe plus : seule subsiste l'idée fixe qui a tout détruit autour d'elle.
Comment débute un tel processus ? A quel moment débute-t-il ? Jung parle quelque part - j'ai oublié dans lequel de ses livres - d'une personne, une personne normale, dans l'esprit de laquelle surgit un jour une certaine idée, et cette idée n'en sort plus. De plus, ajoute Jung, après l'apparition de cette idée dans l'esprit de la personne en question, plus rien de nouveau n'arrive jamais à cet esprit ; le temps pour cet esprit s'arrête et il est mort. L'esprit en tant qu'entité vivante et croissante est mort. Et pourtant la personne, en un sens, continue de vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   05 mars 2018
Quelquefois, je suppose, une idée fixe pénètre dans l'esprit sous la forme d'un problème, ou d'un problème imaginaire. Ce n'est pas si rare. (...)

L'idée fixe peut également se présenter, non comme un problème ou un problème imaginaire, mais comme une solution.

Si elle survient sous forme de problème, votre esprit la repoussera, car personne n'a envie des problèmes ou ne les aime ; mais si elle survient sous forme de solution, une solution fausse, bien sûr, alors vous ne la rejetterez pas car elle aura une grande valeur utilitaire : c'est quelque chose dont vous avez besoin et que vous avez fait surgir pour résoudre à ce besoin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
pikkupaapikkupaa   03 août 2012
Cela coûte cent dollars pour comprendre les raisons de notre présence sur cette terre. On nous offre aussi un sandwich, mais je n'avais pas faim ce jour là.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Philip K. Dick (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philip K. Dick
"Blade Runner", "Minority Report", "Inception"... Philip K. Dick est l'un des auteurs les plus adaptés au cinéma. Portrait d'un visionnaire paranoïaque, qui a prédit les dérives du monde moderne avec 50 ans d'avance.
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Test Voight-Kampff

Un collègue de travail vous apprend qu'il a malencontreusement écrasé un petit insecte. Quelle est votre réaction ?

Vous êtes infiniment triste
Bof,ce n'était qu'un insecte
Vous compatissez, mais au fond, vous vous en fichez un peu
Tant mieux ! Vous detestez ces petites bêtes

6 questions
515 lecteurs ont répondu
Thème : Blade Runner / Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. DickCréer un quiz sur ce livre