AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290315419
Éditeur : J'ai Lu (01/11/2001)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 343 notes)
Résumé :
Que la Terre, en ce lointain futur, soit chaque jour un peu plus torride - bientôt il faudra fuir la planète! -, c'est là une réalité indubitable. Le doute, en revanche, règne sur l'identité des êtres. Qui est qui?
Tous drogués, devenus "cognitifs" et télépathes, les Terriens ne vivent plus que dans le fantasme et l'illusion. Et Leo Bulero qui détient le secret de la "poudre" fait la loi.
Jusqu'au jour où il lui faut affronter Palmer Eldritch, un avent... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
Millencolin
  05 février 2018
Ne venez pas me faire croire que Philip K. Dick ne buvait que de l'eau et ne consommait que du tabac... A grands coups de D-liss et de K-priss qu'il l'a écrit ce roman, je vous le dis !
A ceux qui ont lu Ubik et qui l'ont adoré alors n'hésitez pas et foncez ! On retrouve les thèmes qui sont chers à l'auteur, à savoir des parallèles, et même des perpendiculaires, entre monde réel et monde imaginaire /rêvé / fantasmé. le tout s'imbrique, se mélange jusqu'au stade où le lecteur devient comme les personnages du livre, à ne plus savoir comment démêler le tout, puisque l'irréel, provoqué dans l'esprit à grands renforts de drogues concurrentes, devient tellement envahissant qu'il déborde sur le réel en laissant à la vue de n'importe qui les fameuses stigmates auquel le titre du bouquin, en version originale, fait référence.
Philip K. Dick nous embrouille l'esprit, nous soumet différentes questions, pour nous faire douter de ce que l'on pense voir et savoir de la réalité des choses qui nous entourent. Il vient même nous proposer une réflexion sur ce qui fait qu'un Dieu l'est effectivement, par son emprise, son pouvoir, son omniprésence... ne pourrait-on pas même parler de don d'ubiquité !?
Oui il était tordu cet auteur, un peu complètement barré même dans sa tête, mais c'est pour ça qu'on l'aime....
Toutefois, je tiens à préciser que malgré, le caractère certes confus et de plus en plus compliqué de l'intrigue, ce livre est extrêment facile de lecture. Les personnages sont plaisants et le tout est assez visuel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
Pavlik
  10 avril 2017
"Le Dieu Venu du Centaure"...un des romans les plus réputés de Dick.
Il y décrit un monde mélancolique : le Terre est en proie à un réchauffement spectaculaire (80°C à New York à midi) mais les hommes s'y accrochent, même si l'ONU organise la colonisation d'autres mondes habitables, dont la lune et Mars...Ainsi, dans ce monde on n'essaye pas d'échapper au service militaire mais à l'affectation sur Mars. Car dans les colonies, la vie est inepte et monotone et les colons sont plus ou moins abandonnés à eux-même. Il s'adonnent donc massivement à la drogue...
L'histoire de la confrontation entre Léo Buléro et Palmer Eldritch (le Dieu venu du Centaure, donc), pour le contrôle du marché de la drogue, n'est qu'un prétexte pour l'auteur...C'est assez souvent ce que je ressens à la lecture de Dick : une histoire qui n'est qu'un prétexte à mettre en forme ses obsessions, ses visions...Et je trouve que ce manque d'attention portée au "romanesque" même, se traduit dans son style (dialogues peu crédibles, personnages qui sont souvent un peu les mêmes)...mais c'est ce qui fait son charme.
Ici, on retrouve les sempiternelles questions sur la réalité (qu'est-elle ?) ainsi que le reflet des préoccupations religieuses de l'auteur, notamment sur l'existence d'un "dieu du mal", sur la réincarnation etc... On pourra également goûter la critique au vitriol de la société de consommation, et de la jouissance inepte qui l'accompagne...Dans cet univers, même l'évolution (au sens darwinien du terme) s'achète^^
On passe donc un bon moment avec ce roman, pour peu qu'on aime Dick, et si on ne le connait pas, on peut tout à fait le découvrir à travers ce Dieu venu du Centaure...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Luniver
  05 février 2013
Le réchauffement de la Terre a atteint de telles proportions que l'homme est désormais obligé de coloniser Mars, entreprise lancée par l'ONU. Les conditions de vie là-bas ne sont pas très réjouissantes, et les candidats sont envoyés de force. Les colons ne supportent leur vie qu'à l'aide d'une drogue illégale nommée D-Liss, qui provoque une hallucination collective, et permet à chacun, le temps d'un instant, de s'incarner en Pat ou Walt, sorte de Barbie et Ken de ce monde virtuel.
Le retour de Palmer Eldritch dans notre système solaire change la donne pour les fournisseurs du D-Liss : parti depuis dix ans vers Proxima du Centaure, il revient avec une drogue nettement plus puissante : fini de se retrouver à cinq ou dix dans le même avatar ! Avec le K-Priss, chaque consommateur pourra désormais créer son propre univers et refaire le passé à l'infini. Malheureusement pour les clients, Eldritch en personne semble s'insinuer dans chacune de leurs hallucinations.
Dick utilise dans ce roman ce qu'il sait faire de mieux : une réalité floue, insaisissable, qui rend le lecteur paranoïaque : on craint à chaque page un nouveau « twist », on n'ose plus s'attacher à la moindre tentative d'explication des évènements de peur qu'elle soit de nouveau balayée un peu plus loin. Et pourtant, tous ces retournements de situation s'enchaînent avec fluidité. « Le dieu venu du Centaure » a été pour moi purement jubilatoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
bilodoh
  21 novembre 2017
D-liss contre K-priss, guerre commerciale pour le contrôle du trafic de drogue ou offensive religieuse pour le contrôle des esprits…

Avec le réchauffement climatique, la Terre est devenue invivable : sortir en plein midi condamne à rôtir, une mort pas très agréable. Des colonies sont implantées sur les autres planètes, mais la vie y est tellement difficile qu'on a besoin d'une drogue qui apporte des moments de bonheur grâce à une « translation » dans des poupées d'un monde miniaturisé.

Mais la translation, moment où les esprits quittent les corps et ne font qu'un, n'est-ce pas une forme de transsubstantiation, un élément clé d'une religion néochrétienne? Et le K-Priss qui promet la vie éternelle!

Et que vient faire Palmer Eldrich dans tout ça? Est-ce bien un homme ou une créature venue de l'espace? Un Proxien qui veut détruire la Terre?

Un roman de SF bien touffu, c'est sa qualité et son défaut, il faut bien se plonger dans l'histoire si on ne veut pas s'égarer. Une littérature qui demeure crédible, mais un peu comme les trous noirs en science, on n'en comprend pas toujours la complexité.

Et si le coeur vous en dit, une incursion dans un univers qui offre une occasion de s'interroger sur la spiritualité et le sens de la vie…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
jamiK
  26 septembre 2018
J'ai eu du mal à entrer dans ce roman. Pendant une longue partie, l'action est centrée sur le trafic de drogue. Il ne semble être question de son marché et de conflit d'influence, de tensions hiérarchiques, de concurrence... Ce n'est pas un sujet qui me passionne, et un autre aspect m'a aussi dérangé, c'est cette omniprésence du spirituel, du religieux, pourquoi faut-il toujours tout ramener à un hypothétique Dieu. Les personnages ne sont ni assez développés, ni assez consistants, pour pouvoir apprécier cet aspect du roman. Passé ces écueils, j'ai savouré quelques moment véritablement jubilatoires. Il faut atteindre la moitié du roman pour qu'il s'emballe, que ça parte en vrille. À ce moment, ça devient sacrément costaud. J'ai adoré quand il joue avec la perception de la réalité, de la conscience, cette façon de nous perdre, où les rêves et la réalité ne sont plus discernables, là, c'est du pur bonheur de lecture. Il me semble bien que c'est dans ce domaine que Philip K. Dick excelle, d'après ce que j'en connais. Alors, c'était une lecture qui a oscillé entre l'ennui et l'extase, sentiments très contrastés, mais au final, le second à pris largement le dessus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
PavlikPavlik   02 avril 2017
Je prendrai leur toxine, se dit-il, et j'irai devant les tribunaux poursuivre ces crapules pour les beaux yeux de Léo. Je lui dois bien ça. Mais je ne retournerai pas sur la Terre. Je me débrouillerai ici ou alors nulle part. Avec Anne Hawthorne, si possible, ou sinon tout seul, ou avec quelqu’un d'autre. Je vivrai selon la loi de Doberman, comme Faine l'a prédit. Mais n'importe comment ce sera ici, sur cette pauvre planète, cette "terre promise". Dès demain matin, se promit-il, je déblaierai le sable de cinquante mille siècles pour créer mon premier jardin potager. C'est par là qu'il faut commencer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
LuniverLuniver   04 février 2013
Il traversa dans toute sa longueur le jardin qui lui avait été attribué, passant au milieu des feuilles dentelées dont aucune n’avait résisté aux attaques des micro-parasites locaux. S’il pouvait trouver une seule plante encore saine, cela suffirait à lui remonter le moral. Tous les insecticides de la Terre avaient échoué ici. Les parasites locaux prospéraient à merveille. Pendant dix mille ans ils avaient attendu, armés de patience, que quelqu’un s’avisât de faire pousser quelque chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
PavlikPavlik   26 mars 2017
A vrai dire, ils n'avaient réussi que grâce à la bonne vieille méthode, l'unique : la drogue apportée par les pourvoyeurs furtifs. C'est grâce au D-Liss que tout était possible ; ils continuaient à ne pas pouvoir s'en passer. Ils n'étaient libres en aucune façon. Tandis que les genoux de Fran enserraient ses flancs nus, il se dit : Et en aucune façon nous ne voulons être libres.
Commenter  J’apprécie          160
ange77ange77   18 avril 2016
— Est-ce que ça a marché ? Est-ce qu’il… (elle désigna la valise) a réussi à te rendre malade ? Barney se tourna vers l’extension portative du Dr Sourire.
— Qu’est-ce que vous en dites ?
La valise répondit :
— Malheureusement vous êtes encore tout à fait apte au service, Mr Mayerson. Vous êtes capable de supporter dix Freuds de tension mentale. J’en suis navré. Mais il nous reste plusieurs jours ; nous ne faisons que commencer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
PouchouPouchou   19 mai 2010
- Tout le monde commet des erreurs, déclara le taxi d'un ton sentencieux.
- Mais certaines sont fatales, dit Barney. (Surtout quand elles concernent ceux qui vous sont chers, votre femme, vos enfants et même votre patron, ajouta-t-il en son for intérieur.)
Et puis, se dit-il, bercé par le bourdonnement du taxi, arrive l'instant où vous commettez votre erreur ultime. Celle qui concerne votre vie entière et la résume. Entrer chez Eldritch ou accepter d'être recruté. Telle est l'alternative. Et quelle que soit la réponse, il y a une chose qui est sûre : C'est la mauvaise solution.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Philip K. Dick (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philip K. Dick
"Ubik" de Philip Dick (Alchimie d'un roman, épisode n°14)
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Test Voight-Kampff

Un collègue de travail vous apprend qu'il a malencontreusement écrasé un petit insecte. Quelle est votre réaction ?

Vous êtes infiniment triste
Bof,ce n'était qu'un insecte
Vous compatissez, mais au fond, vous vous en fichez un peu
Tant mieux ! Vous detestez ces petites bêtes

6 questions
458 lecteurs ont répondu
Thème : Blade Runner / Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. DickCréer un quiz sur ce livre
.. ..