AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Philip K. Dick : Nouvelles - Pr... tome 2 sur 8

Alain Dorémieux (Traducteur)Pierre-Paul Durastanti (Traducteur)Emmanuel Jouanne (Éditeur scientifique)
EAN : 9782207249970
195 pages
Denoël (22/02/2000)
3.5/5   22 notes
Résumé :
Martiens, voyages dans le temps, astronefs, ordinateurs, robots... Jusqu'ici tout va bien. Sauf que l'auteur n'est autre que Philip K. Dick et que, d'un seul coup, les machines renvoient l'humanité au stade tribal, les musiques se transforment en animaux et les animaux ne sont pas ce qu'ils semblent être... Un recueil halluciné, dont Le Grand O - véritable duel philosophique entre l'humanité fracassée et la machine toute-puissante - est le morceau de bravoure. [Sour... >Voir plus
Que lire après Le grand OVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
"Le grand O" est un recueil de sept nouvelles et d'un essai, publiées en 1953 dans différentes revues américaines et rééditées par Présence du futur chez Denoël en 1988, dont voici la table des matières :
- Introduction, d'Emmanuel Jouanne
- L'homme et l'androïde
- Des nuées de Martiens
- La clause du salaire
- La machine à conserver
- Les braconniers du cosmos
- Dans le jardin
- le grand O
- le problème des bulles

J'ai adoré l'hommage de Philip K. Dick à Ray Bradbury dans "Des nuées de Martiens", me suis régalée avec la notion d'incursion dans le futur de "La clause du salaire" (la "pelle temporelle", chargée de récupérée des informations sur le futur, n'est pas si sf que ça... imaginez, que les chercheurs trouvent, un jour lointain, le moyen d'envoyer une cellule quantique dans le futur ; sa jumelle restée dans le présent pourra nous renseigner sur ce futur que sa soeur expérimente... Cela sera la "pelle récupératrice d'infos" de K. Dick... ça va être possible un jour, vous verrez, enfin, vos arrières petits-enfants le verront...il fait bon rêver, allez ;)
M'est avis aussi que Riddley Scott n'est pas allé pêché que le scénario de Blade Runner chez K. Dick... La nouvelle intitulée "Les braconniers du cosmos" me rappelle étrangement ce qui pourrait être le préquelle d'une histoire d'aliens un peu envahissants...
Et puis cet essai "L'homme et les androïdes", intéressant au possible, sur le fonctionnement de K. Dick, son inspiration, ses démons... K. Dick par K. Dick.
Un recueil fort plaisant, où le style de K. Dick et ses thèmes privilégiés commencent à se préciser.
Commenter  J’apprécie          210
Histoires de martiens, de voyages dans le temps, de machines, d'astronefs, d'ordinateurs, de robots, tous les thèmes classiques de la SF sont abordés comme au bon vieux temps de l'âge d'or par Philip K Dick dans ce recueil.
Ce deuxième tome (des huit qui reprennent l'intégralité des nouvelles de Philip K Dick dans la collection "présence du futur") contient une préface et sept nouvelles qui démontrent s'il en était encore besoin que cet auteur est un formidable raconteur d'histoires et un des maîtres de de la SF contemporaine..
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Dans mon roman "Le Dieu venu du Centaure" qui est une étude sur le mal absolu, le protagoniste, après avoir rencontré Eldritch, retourne sur Terre où il dicte un mémorandum. Ce petit épisode, qui occupe un paragraphe, apparaît en épigraphe du texte du roman. Et en fait, c'est ce "paragraphe" qui EST le roman même ; ce qui suit n'est qu'une sorte d'épilogue ou plutôt un flash-back qui expose tous les événements à l'origine de ce roman d'un seul et unique paragraphe. J'ai péniblement élaboré 75 000 mots, au cours de longs mois simplement pour qu'ils servent de toile de fond à la seule petite déclaration du livre qui ait vraiment de l'importance. (D'ailleurs elle ne figure même pas dans l'édition allemande. Cette déclaration représente mon crédo - non pas tant en Dieu, qu'il soit bon, méchant, ou les deux à la fois, mais plutôt en nous-mêmes. Voici cette déclaration, qui constitue en fait tout ce que j'ai à dire et que j'aurai sans doute jamais à dire :
"Tout bien considéré, nous ne sommes après tout que poussière. Admettons-le et ne l'oublions jamais : c'est bien peu de chose. Pourtant, même avec ce peu dont nous disposons, je trouve que nous ne nous débrouillons pas si mal. Personnellement, je suis convaincu que nous pouvons tout de même nous en sortir, malgré la situation pourrie dans laquelle nous nous trouvons. Vous me suivez ?"
Commenter  J’apprécie          60
Cela nous amène à faire une incursion dans le royaume de Spinoza selon lequel, et je trouve cette idée fort judicieuse, si une pierre pouvait raisonner, elle penserait dans sa chute : « Je veux tomber à la vitesse de 360 mètres par seconde. » Le libre arbitre pour nous, c'est-à-dire le désir, la conscience que nous avons de vouloir faire ce que nous faisons, pourrait bien n'être qu'illusoire ; et la psychologie des profondeurs semble le confirmer : nombre de nos pulsions dans la vie trouvent leur origine dans un inconscient qui échappe à notre contrôle. Nous agissons comme les insectes, bien que le terme d' « instinct » ne s'applique peut-être pas à l'homme. Quel que soit le terme employé, il n'en demeure pas moins que notre conduite, qui nous semble résulter de notre libre arbitre, pourrait bien pour une grande part nous contrôler à tel point que dans la pratique nous ne sommes que des pierres qui tombent, condamnées à tomber à une certaine vitesse obéissant aux lois de la nature, aussi rigides et immuables que les forces qui entraînent la formation d'un cristal. Chacun de nous se sent peut-être unique et doté d'une destinée propre et sans précédent dans l'univers... pourtant nous sommes sans doute pour Dieu des millions de cristaux identiques aux yeux du Grand Savant du Cosmos.
Commenter  J’apprécie          20
"Le grand O" constituera certes une surprise. On y retrouve un auteur plus proche des grands classiques de la science-fiction que de ces jeunes iconoclastes souvent géniaux qui l'ont admiré et défendu contre vents et marées.
Quoi ? Dick rédigeant des textes aux titres aussi ringards que "Les braconniers du cosmos" ou "Des nuées de martiens" ?
Mais Dick, si l'on y regarde de près, n'a jamais abandonné les thèmes fondamentaux de la science-fiction. On retrouve des extraterrestres, des vaisseaux spatiaux, des unvers parallèles et autres éléments du "folklore" science-fictif jusque dans des romans apparemment aussi peu SF que "Siva", "L'invasion divine" ou "Radio libre Albemuth"...
(extrait de l'introduction, signée Emmanuel Jouanne, de l'édition parue chez "Denoël" en 1988)
Commenter  J’apprécie          20
- Le voyage dans le temps.
- Non. Pas le voyage dans le temps. Berkowsky a démontré son impossibilité. Il s'agit bien d'une pelle temporelle, un miroir pour observer et une pelle pour collecter les objets. Ces babioles. L'une au moins provient du futur. Ramassée, ramenée dans le passé.
- Comment le savez-vous ?
- Elle est datée.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Philip K. Dick (48) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philip K. Dick
Depuis Jules Verne, de Philip K. Dick au groupe Limite, la science-fiction n'a cessé d'évoluer jusque dans ses propres définitions. Ainsi, ses différentes déclinaisons se démarquent d'abord entre elles pour mieux se mêler ensuite. Quand le genre mille fois déclaré mort sort du cadre et rebat les cartes pour mieux se réinventer…
Avec : Serge Lehman, Olivier Paquet, Hervé de la Haye, Guilhem Modération : Caroline de Benedetti
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (91) Voir plus



Quiz Voir plus

Test Voight-Kampff

Un collègue de travail vous apprend qu'il a malencontreusement écrasé un petit insecte. Quelle est votre réaction ?

Vous êtes infiniment triste
Bof,ce n'était qu'un insecte
Vous compatissez, mais au fond, vous vous en fichez un peu
Tant mieux ! Vous detestez ces petites bêtes

6 questions
578 lecteurs ont répondu
Thème : Blade Runner (Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?) de Philip K. DickCréer un quiz sur ce livre

{* *}