AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070399161
320 pages
Gallimard (28/10/2010)
3.26/5   50 notes
Résumé :
Rien n'avait préparé Shadrach Jones à voir arriver le roi des elfes et sa suite au grand complet clans sa station-service. Et pourtant, aussi incroyable que cela paraisse, il est bien là, devant lui, et plutôt mal en point. Les derniers mutants qui menacent encore la Terre sont traqués à mort. Mais Cris Johnson, cet homme intégralement doré et à la beauté divine, peut-il être un monstre?

Ernest Elwood est plutôt rêveur, ces derniers temps. Rien d'aut... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Luniver
  18 mars 2014
Ce recueil de nouvelles aura de quoi surprendre les habitués de Dick, car il aborde cette fois-ci des thèmes qui lui sont très inhabituels : les histoires comportent en effet des elfes, du space-opera, du fantastique, … J'ai particulièrement apprécie le clin d'oeil aux autres auteurs de son époque, devenus quelques siècles plus tard des oracles dont toutes les prédictions se sont révélées exactes, et les revues de science-fiction dans lesquelles ils ont écrit leurs nouvelles des prophétie conservées religieusement.
Je ne conseillerais l'ouvrage qu'aux fans de Philip Dick, qui veulent connaître toutes les facettes de l'auteur. Les nouvelles ne sont pas vraiment inoubliables, et loin du niveau de ses thèmes de prédilection.
Commenter  J’apprécie          170
Tesrathilde
  11 août 2015
J'avais au départ acheté ce recueil pour mon compagnon (anniversaire), mais le format nouvelles ne l'avait pas plus branché que ça. de mon côté je comptais bien le lire un jour, autant parce que K. Dick reste une référence en matière de SF, et ce livre-ci en particulier, comme les Chroniques martiennes de Bradbury auxquelles il m'a fortement fait penser, bien que les deux auteurs n'aient pas le même style, que parce que le résumé et la couverture m'intriguaient fortement… Un challenge entre bloggeurs était une bonne occasion de sortir ce petit poche argenté de ma bibliothèque et me laisser enchanter par les petites mais savoureuses histoires de cet écrivain à la créativité florissante.

Le Constructeur : Ernest Elwood construit un bateau, un sacré beau bateau d'ailleurs. Sa femme, son patron, ne comprennent pas l'intérêt subit de cet homme tout à fait ordinaire par ailleurs pour ce hobby pour le moins singulier. Une petite nouvelle à la chute très brève mais efficace pour nous mettre dans le bain. (si j'ose dire)
Le Roi des elfes : un homme également très banal, pompiste de son état, voit débarquer des petits bonshommes vêtus de couleurs fantasques, portant leur souverain en piteux état. le reste est un conte de fées moderne : l'auteur joue sur les codes, les adapte à l'univers qui se veut réaliste et qui finit par conséquent par ne plus l'être tant que ça, et s'autorise une fin que j'ai appréciée.
La Dame aux biscuits : la nouvelle que j'ai préférée de ce recueil, résolument fantastique, et un peu trop courte (13 p.) pour que je me hasarde à vous la résumer sans en dévoiler trop. Disons qu'un thème majeur de la littérature fantastique est remis, une fois de plus, au goût du jour. (Moi, faire des jeux de mots pourris ? Mais non.)
L'Homme doré : nous ramène à la science-fiction, avec le thème de la mutation génétique / évolution de l'Homme. Si j'ai apprécié les personnages et l'intrigue, la nouvelle m'a laissé sur un sentiment mitigé, entre frustration et rire jaune (oui je suis en forme) – mais je crois que c'est là l'intention de l'auteur.
Si Benny Cemoli n'existait pas… : une très bonne nouvelle sur l'information et le pouvoir qu'elle peut donner, étonnamment dense pour ses 35 pages. N'était pas spécialement faite pour me plaire, avec ses agents « spéciaux » et son ordinateur sapient, mais m'a définitivement convaincue.
Projet Argyronète : un « gros » texte de 50 pages faisant la part belle à la science-fiction elle-même, et aux écrivains qui en étaient les piliers à l'époque de l'auteur. Des savants d'un futur lointain kidnappent font venir Poul Anderson des années 1950 pour qu'il leur livre une formule permettant le vol interstellaire sans séquelles pour les utilisateurs. Outre le très net aspect humoristique de cette nouvelle (qui fait dans le cocasse et le potache) j'ai beaucoup aimé ses réflexions sur l'existence, la création, l'aspect « humain », le choc des cultures. Là aussi une nouvelle que j'ai commencé un poil dubitative mais achevée avec plaisir.
La Guerre contre les Fnouls : peut-être le récit qui m'a le moins plu, l'humour étant ici peut-être un peu trop potache pour moi, et des personnages que je n'ai pas trop aimés car trop stéréotypés et pas bien aimables, mais la chute m'aura tout de même fait sourire. Un air de Men in Black.
La Sortie mène à l'intérieur : Bob Bibleman (c'est là que vous voyez que je ne suis pas la seule à faire des jeux de mots pourris) se fait enrôler au détour d'un concours – gagné en achetant un hamburger – dans une université étrange et prestigieuse. Au programme : philosophie présocratique et plans secrets. Comment notre héros va-t-il s'en sortir ? Une fable sur la liberté et l'apprentissage. Pas mal.
Chaînes d'air, réseau d'éther : la dernière nouvelle m'a laissé un peu pantoise. McVane est cloîtré dans un dôme bourré de technologies, perdu sur une planète hostile, à seule fin de recevoir et de transmettre des chaînes d'information et de musique. Un jour il apprend que sa voisine (ah oui c'est vrai il avait une voisine… elle ressemblait à quoi, déjà ?) est gravement malade, au point de délaisser son propre dôme. S'ensuit une histoire attendue tournant autour de l'humain (l'une cradouille dans sa maladie et à moitié délirante, l'autre froid et distant, préférant s'occuper de ses bandes-son) et de la technologie. Touchant, mais lent, très descriptif et sans véritable fin, un peu étrange, m'a fait penser à Ballard.
Un recueil de nouvelles d'un grand Maître de la SF, que j'accepte désormais de considérer comme tel ! Je conseille sans modération à ceux qui veulent découvrir l'auteur, la SF, le format nouvelle…
Lien : https://croiseedeschemins.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Dempiller
  12 mars 2011
Voici un recueil qui se démarque des habitudes et du domaine de prédilection de l'auteur.
De fait, il aborde ici le fantastique et vaguement la fantasy. Mais rassurez-vous, les nouvelles de science-fiction dont il a le secret sont évidemment de la partie, elles aussi.
Venez assister au changement mystique qui bouleversera définitivement la vie de Shadrach. Il voit des elfes ! Serait-il devenu dingue ? Ou ces petite créatures existent-elles vraiment ? Il sera vite fixé au détriment de ses habitudes qui pourraient bien disparaitre à jamais...
Cet homme doré est-il à considérer au même titre que les autre mutants peuplant la terre ? Il parait pourtant si humain, hormis sa couleur. Quoi qu'il en soit, il vaut mieux le mettre en quarantaine ; simple mesure de prévention. Mais cela risque de chambouler tout ce que les experts savent sur les différentes formes de vie. Cela semble comporter de très bonne choses mais aussi d'autres qui pourraient être désastreuses pour la race humaine...
Nous sommes dans le futur et nous ne parvenons pas à régler un problème très ennuyeux : Nous avons réduit la taille d'un équipage pour lui permettre d'aller sur une planète lointaine de manière bien plus rapide qu'il ne serait nécessaire à notre taille normale. Mais nous ne parvenons pas à leur rendre leur taille normale par la suite. En fouillant dans les archives, on constate que des Prescients (une sorte de médiums) ont publiés un article annonçant ce souci avec des détails correspondants à la réalité actuelle bien des générations plus tôt. On décide alors d'envoyer quelqu'un dans le passé, afin de ramener l'auteur de cet article. Mais, même avec un maximum de précautions, jouer avec le cours du temps est une chose très dangereuse.
Il nous propose donc neuf nouvelles ayant des contextes bien distincts qui nous donnent presque l'impression de lire divers auteurs. Son fantastique et sa fantasy font usage de thèmes relativement classiques ni très originaux ni surprenants.
Cependant, que ca soit sur de la science-fiction ou tout autre domaine, K. Dick possède une écriture immersive et excellente. Les nouvelles sont donc toute bien écrites et on n'a pas de mal à plonger dans leurs différents univers.
On constate malgré tout, et sans trop de surprise, qu'il y a une différence de maitrise assez flagrante entre les genres auxquels il s'essaie et celui dont il est coutumier. C'est une expérience sympathique, probablement autant pour l'auteur que pour le lecteur, sans pour autant être extraordinaire.
Il faut tout de même admettre que si on aime cet auteur, c'est un recueil à posséder. D'autant plus que l'on peut affirmer que les deux plus grosses nouvelles de science-fiction qu'il possède sont vraiment extraordinaires et marquantes !
Vous pouvez retrouver cette critique sur mon blog :
Lien : http://lazonelibre.eklablog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
dedanso
  07 mars 2014
J'ai été plutôt déçue par ce recueil de nouvelles fantastiques et de science-fiction. J'en attendais peut-être trop....
Ce qui m'a vraiment déplu est le fait de ne pas avoir de fin pour beaucoup des nouvelles de ce recueil. Je ne suis pas contre le fait de laisser l'imagination faire, mais vraiment là l'histoire s'arrête très (trop?) abruptement pour certaines! J'ai eu beaucoup de mal à m'accrocher aux personnages, et mon plaisir de lecture en a donc été diminué. Et ne me dites pas qu'une nouvelle ne permet pas de s'attacher aux personnages ou de créer un monde imaginaire complet et innovant! Il n'y a rien de plus faux! Sauf qu'ici je n'ai vraiment pas accroché, ni aux personnages, ni aux univers dans lesquels ceux-ci évoluent. Quelques nouvelles valent cependant la peine d'être lues.
Je conseillerais donc la lecture de cet ouvrage aux fans inconditionnels de la science-fiction. Mais si ce n'est pas tellement votre genre, commencez par une autre oeuvre!
Commenter  J’apprécie          20
den
  04 janvier 2011
Difficile de mettre une étiquette sur ce livre-ci, et je n'arrive toujours aps à savoir ce qu'il m'inspire vraiment...
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
LuniverLuniver   14 mars 2014
— Il est peut-être inoffensif. Tu pars toujours du principe que les dèves représentent une menace. Il peut même se révéler bénéfique. Quelqu'un a bien pensé que les femmes de Denver pourraient s'intégrer. Cette créature peut peut-être faire progresser l'espèce, elle aussi.
— Mais quelle espèce ? Pas l'espèce humaine en tout cas. C'est la vieille histoire qui dit : « L'opération a réussi mais le malade est mort. » Si nous incorporons un mutant histoire de progresser, ce sont les mutants, et pas nous, qui hériteront de la terre. Les mutants qui survivront pour leur propre compte. Ne crois surtout pas qu'on puisse leur attacher un boulet au pied et en faire des esclaves. S'ils sont réellement supérieurs à l'Homo sapiens, ce sont eux qui l'emporteront. Pour survivre, nous devons leur distribuer dès le départ des cartes truquées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
LuniverLuniver   15 mars 2014
Ça se passait comme ça, chez les Fnouls : quand l'un d'eux adoptait une forme particulière, tous les autres l'imitaient. Naturellement, les agents de la C.I.A. avaient beaucoup moins de mal à les détecter. Mais ça les rendait ridicules, et Hauk n'aimait pas devoir combattre un ennemi ridicule ; c'était contagieux et cela avait même tendance à se répandre dans ses propres bureaux.
Commenter  J’apprécie          110
laulauttelaulautte   23 février 2022
Anderson [Poul] resta perplexe ; en fait, son expression s'était même accentuée. "Hum, dit-il, qu'entendez-vous par "mon époque" ? Suis-je mort ?" Il paraissait très triste à présent. "Je voyais plutôt l'au-delà façon Walhalla, avec des Vikings et tout ça. Pas comme un décor futuriste.
[Projet Argyronète]
Commenter  J’apprécie          40
TesrathildeTesrathilde   12 août 2015
"Qui êtes-vous ?" s'enquit Shadrach.
La silhouette se redressa. "Je suis le roi des elfes, et je suis trempé."
Shadrach en resta muet de stupeur.
"C'est juste, dit un des porteurs. Nous sommes trempés."
Commenter  J’apprécie          30
TrepanBouBTrepanBouB   06 mars 2012
Ah, l'instance des faibles, pensa-t-il encore. Quel redoutable pouvoir ! C'est tellement facile de jeter son corps souffrant à la tête de ceux qui sont robustes !
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Philip K. Dick (47) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philip K. Dick
Nicolas Patin présente l'oeuvre de Philip K. Dick à l'occasion des 40 ans de sa disparition. Entretien avec Pierre Coutelle. En partenariat avec les éditions J'ai Lus.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2591124/philip-k-dick-blade-runner-les-androides-revent-ils-de-moutons-electriques
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Test Voight-Kampff

Un collègue de travail vous apprend qu'il a malencontreusement écrasé un petit insecte. Quelle est votre réaction ?

Vous êtes infiniment triste
Bof,ce n'était qu'un insecte
Vous compatissez, mais au fond, vous vous en fichez un peu
Tant mieux ! Vous detestez ces petites bêtes

6 questions
538 lecteurs ont répondu
Thème : Blade Runner / Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. DickCréer un quiz sur ce livre