AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2923550854
Éditeur : Alto (01/07/2011)

Note moyenne : 3.23/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Le romancier portatif : 52 chroniques à emporter
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
StudioC1C4
  03 août 2012
Excellent recueil de ses chroniques. À lire.
Commenter  J’apprécie          10
julielitaulit
  15 janvier 2016
Ce recueil de textes aurait pu être présenté comme Stimuler sa créativité tout en appuyant la cause de l'alphabétisation. Ce livre est du carburant pour les créatifs et chaque vente soutient financièrement la Fondation pour l'alphabétisation!
Lien : http://julielitaulit.com/201..
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
AnneMarcouillerAnneMarcouiller   29 février 2012
«Ca sert à quoi de lire des livres?...»

De nos jours, la plupart des objets culturels sont intégrés dans une approche multitâches. Autrement dit, on peut écouter de la musique en lavant la vaisselle, visionner un film en bavardant avec son voisin ou lire huit sites web en simultanée.

Le livre, en revanche, demeure l'un des seuls objets culturels qui exigent de tout arrêter. Pour exister, il exige une attention exclusive. Impossible de lire un bouquin en pensant à autre chose.

Dans un monde multitâches, consacrer tout son temps à une seule activité revient à perdre son temps - ce qui explique sans doute en partie pourquoi on lit moins de livres qu'auparavant. L'intérêt du livre se trouve pourtant là: il exige certes plus d'efforts, mais il dilate les heures.

Le livre est, en somme, une machine à courber le temps.

(...)

...je ne vois plus les libraires de la même manière. Je passe désormais leur porte avec un respect renouvelé - comme si j'entrais non pas chez un simple marchand de papier relié, mais chez un détaillant de machines à voyages dans le temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AnneMarcouillerAnneMarcouiller   01 mars 2012
Le problème c'est que tous ces livres dûment oubliés nous ont tout de même construits, et peuvent encore exercer une influence sur nous.

Heureusement, la mémoire est comme la mer: elle n'avale pas tout, et il lui arrive de recracher, de temps en temps, d'intéressantes carcasses. Poupées décapitées, espadrille orpheline, serpent de mer.
Commenter  J’apprécie          60
AnneMarcouillerAnneMarcouiller   04 mars 2012
Voilà ce qui, en réalité, distingue le livre d'un banal instrument: le livre ne cesse pas d'agir dès la seconde où il quitte votre champ visuel.

Un marteau ne plante des clous que lorsque vous l'avez en main. Le livre, au contraire, continue d'agir même une fois fermé (ou éteint). La lecture change la configuration de vos neurones: des fragments du texte se retrouvent entreposés dans différents endroits de votre cerveau, où ils continuent de fonctionner plus ou moins fréquemment.

Pour tout dire, un livre qui n'agirait pas de la sorte serait inutile, inutilisable.

Le livre est davantage qu'un instrument, davantage qu'une prothèse: il s'agit d'un dispositif qui, par définition, s'implante dans celui qui l'utilise. plus qu'un innstrument, plus qu'une prothèse, il contamine le lecteur, devient le lecteur.

Il existe un nom pour désigner une personne à laquelle on greffe des dispositifs inamovibles: il s'agit d'un cyborg.

Le marteau sert à construire des maisons. Le téléscope à observer des objets très éloignés. La cuillère à manger de la soupe. Le livre sert à créer des cyborgs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AnneMarcouillerAnneMarcouiller   04 mars 2012
Cela révèle au fond l'étrangeté fondamentale de la lecture. Nous nous absorbons pour une période prolongée dans un livre - cela peut durer de quelques heures à plusieurs mois - qu'il sera impossible de mémoriser dans ses moindres détails. La mémoire est une faculté puissante, mais pas à ce point, si bien que la pllus grande part d'un livre est larguée après usage.

Le livre agit, en définitive, comme un réacteur nucléaire dont les entrailles gigantesques, après d'innombrables et complexes opérations, se contentent de chier une infime crotte de plutonium, une noisette de matière incroyablement dense: la citation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
M-PiM-Pi   04 février 2012
[...] je ne vois plus les librairies de la même manière. Je passe désormais leur porte avec un respect renouvelé -- comme si j'entrais non pas chez un simple marchand de papier relié, mais chez un détaillant de machines à voyager dans le temps.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Nicolas Dickner (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Dickner
Rafaële Germain Un présent infini Atelier 10
Nicolas Dickner Nikolski Le romancier portatif Éditions Alto
Mylène Bouchard L'imparfaite amitié La Peuplade
Inscrivez-vous à notre chaîne pour être informé des nouveautés !
https://www.youtube.com/c/AireLibreMtl
Pour nous aider à grandir, à rester indépendant et à continuer à promouvoir les auteurs et les artistes, supportez-nous ici :
autres livres classés : création littéraireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
397 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre