AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de gavarneur


gavarneur
  17 août 2016
Mais qu'est-ce qu'un conte ?
Pour moi c'est surtout une histoire imaginée, pas la réalité.
Il paraît que c'est une histoire destinée aux enfants ?
Une critique de Florencem me rappelle que nombre de contes (destinés aux enfants) ont une morale, quand ils ne sont pas étiologiques.

En tous cas ce n'est ni un compte ni un comte. Mais quand Magritte écrit « ceci n'est pas une pipe », ou une pomme... comment faut-il le comprendre ? Et quand Joseph Kosuth nous montre « One and three chairs » ? La représentation n'est pas l'objet, son nom non plus ?
C'est avec ce genre d'idées en tête que je me suis jeté sur ce texte de Diderot, oubliant que je l'avais lu quelques années auparavant. Et ? Je crois que le titre signifie seulement que le narrateur nous prévient qu'il va dire la vérité, toute la, rien que la... Il prend ses précautions : un interlocuteur bienveillant est lui aussi témoin des faits rapportés, et garantit qu'ils sont bien connus. Bref, les gros souliers.
Et tout ça pour ? Nous expliquer qu'il y a des femmes ingrates qui abusent d'hommes amoureux d'elles. Quelle horreur ! Mais « heureusement » l'exemple opposé nous est aussitôt présenté : un cynique abuseur.
Finalement, à part la chasse aux grosses ficelles, ce court texte ne m'a pas apporté grand-chose, et en tous cas rien qui préfigure surréalisme ou art conceptuel.
Commenter  J’apprécie          154



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (14)voir plus