AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Varloot (Autre)
ISBN : 2070375471
Éditeur : Gallimard (12/04/1984)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 32 notes)
Résumé :
La plus célèbre des correspondances du siècle des Lumières, un document de premier ordre sur la société littéraire et " philosophique " de l'époque. Mais aussi un bien curieux roman d'amour. Ce fut, comme disait Diderot lui-même qui rencontra en 1754 Louise-Henriette Volland rebaptisée Sophie, une " liaison douce ", une affaire de tête et d'estime plutôt qu'une passion charnelle. Peut-être parce que Mme Volland surveillait de très près sa fille ou parce que celle-ci... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Marti94
  09 février 2019
Ah, il l'aimait sa Sophie !
Et Denis Diderot nous séduit par la sincérité de son amour tardif. Car il a plus de 40 ans quand il rencontre Louise-Henriette Volland qu'il préfère appeler Sophie, joli prénom qui veut dire Sagesse en grec.
On ne sait pas grand chose sur la femme aimée et admirée par le philosophe du siècle des lumières en dehors des descriptions qu'il fait dans sa correspondance entretenue durant plus de vingt ans. La première lettre connue de Diderot à Sophie est datée du 10 mai 1759. de ses lettres à elle, il n'en reste aucune, malheureusement.
On apprend qu'elle vivait avec sa mère, veuve d'un financier et très exigeante, et avec sa soeur avec qui elle entretenait des relations intenses.
Pendant leurs nombreuses séparations, Diderot tenait Sophie au courant des moindres événements de sa vie. Il lui parlait d'art, de poésie, de philosophie et d'amour. Diderot aimait sa personne et estimait son esprit comme son jugement car elle était très cultivée et pouvait jouer le rôle de confidente.
Très belle correspondance amoureuse, ces lettres sont aussi un témoignage sur la société de l'époque.
Lu en février 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
stekasteka   02 avril 2015
Un repas délicieux; une lecture douce; une promenade dans un lieu frais et solitaire; une conversation où l'on ouvre son cœur, où l'on se livre à toute sa sensibilité; une émotion forte qui amène les larmes sur le bord des paupières, qui fait palpiter le cœur, qui coupe la voix, qui ravit d'extase, soit qu'elle naisse ou du récit d'une action généreuse, ou d'un sentiment de tendresse; de la santé, de la gaité, de la liberté, de l'oisiveté, de l'aisance; le voilà, le vrai bonheur. Je n'en connaîtrai jamais d'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
Fl0rineFl0rine   15 janvier 2013
Quels ennemis nous avons ! qu'ils sont constants ! qu'ils sont méchants ! En vérité, quand je compare nos amitiés à nos haines, je trouve qu'elles sont minces, petites, fluettes. Nous savons haïr, mais nous ne savons pas aimer ; et c'est moi, moi, ma Sophie, qui le dis.

Lettre 14, à Isle, le 18 août 1759.
Commenter  J’apprécie          30
gelinasguy14gelinasguy14   05 janvier 2015
30 décembre 1765
Elle est même logée sur le Palais-Royal, et dans un très bel appartement. J'ai eu le plus grand plaisir à la revoir et à la revoir en santé. Nous avons déjà fait une ou deux causeries à perte de vue.
Commenter  J’apprécie          40
DanieljeanDanieljean   17 avril 2018
On serre toujours contre son sein celui qu'on aime et l'art d'écrire n'est que l'art d'allonger ses bras.
Commenter  J’apprécie          10
Marti94Marti94   08 février 2019
Partout où il n'y aura rien, lisez que je vous aime.
Commenter  J’apprécie          31
Videos de Denis Diderot (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Denis Diderot
Littérature & cinéma #1 « Romancier INT. Jour – Boîtes noires » Avec Yannick Haenel Cycle proposé & animé par Nathalie Azoulai & Frédérique Berthet
Si les passerelles entre littérature et cinéma paraissent anciennes et nombreuses, ce cycle entre plus spécifiquement dans la profondeur des imaginaires romanesques contemporains qui se nourrissent de septième art. L'invité y expose son rapport au cinéma comme territoire et vivier de fiction, qu'il s'agisse de scènes particulières, de films, de tournages, de figures de metteurs en scène, d'actrices ou d'acteurs etc.
En partageant avec Nathalie Azoulai, Frédérique Berthet et le public les liens qu'entretiennent leurs textes et le cinéma, les écrivains ouvrent leurs « Boîtes noires » lors d'un séminaire de discussion qui se veut scénique, ponctué de lectures et de projections, de sons et d'images.
Le premier invité, Yannick Haenel, reviendra sur la manière dont il a écrit son roman Tiens ferme ta couronne, tout entier aimanté par la figure du cinéaste épique et mystérieux Michael Cimino.

Avec le soutien de la Maison des écrivains et de la littérature et du Service culture de l'Université Paris Diderot / Université de Paris.
À lire – Yannick Haenel, Tiens ferme ta couronne, Gallimard, 2017 – Nathalie Azoulai, Clic-Clac, P.O.L, 2019 – Frédérique Berthet, La voix manquante, P.O.L, 2018.
* étudiants de l'Université de Paris (Paris Diderot et Paris Descartes)
Le mardi 1 octobre 2019 à 19h
+ Lire la suite
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie des écrivains (238)
autres livres classés : epistolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le " vieux" dans les titres

Le vieux qui ne voulait pas fêter ....... Jonas Jonasson

la victoire
son anniversaire
Noël

15 questions
277 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature françaiseCréer un quiz sur ce livre