AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782707319586
186 pages
Editions de Minuit (06/04/2006)
4.83/5   6 notes
Résumé :

" J'ai vu, un jour, dans les Alpujarras, un oiseau immobile dans le ciel. C'était un petit rapace. Son corps, à mieux y regarder, esquissait bien quelques gestes infimes : juste ce qu'il fallait pour demeurer dans le ciel en un point aussi précis qu'intangible. Sans doute était-ce le sitio convenable pour bien guetter sa proie. Mais il lui avait fallu, pour cela même, renoncer à voler vers un but, ne surtout pas "fendre l'air... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
ATOS
  16 décembre 2013
De l'ombre à la lumière il n'y a que nos pas.
De la terre au ciel encore un pas.
C'est ça la danse flamenca. le « temple ».
Le fil tenu de la vie, là où se plante la tragédie, dans la profondeur de ses fibres, comme banderilles dans nos chairs.
Faire face à la tragédie. L'homme seul, face au monde jusqu'au bout de lui même.
Je ne savais pas avant d'entendre ces phrases là ce qui battait dans le ventre du flamenco.
Résonance, consonance, transe, langage du chant profond.
Rythme, rythme, à la mesure d'un geste qui articule toute la démesure de l' être. La « Poésie de la peur ». le risque est là. le passage au risque de la fêlure.
C'est aux pas de ce Nijinski du flamenco, Israel Galvan, que Georges Didi Huberman nous convie. Évidement le combat est là. J'ai vu des lames, des éclats, du sable, de la cendre, le sang des hommes dans l'arène du monde.
On « temple » à la limite du déséquilibre.
Le fil c'est le rythme, le contrepoids : un corps suspendu à l'immobilité du temps.
On marque, on frappe, on percute, on arrête le temps, le mouvement, la commotion se transmet, se transporte.
Racines, rhizome, émergence, renaissance, survivance. On déchire, on entaille, on entre en flamenco.
La percussion d'un sentiment : le vivant. On devient images vivantes.
Pour entendre ça, pour se relier à nos solitudes, pour les danser, pour aller procéder à leur lecture, il faut prendre le rythme, en prendre le risque.
«  Celui qui percevrait la totalité de la mélodie serait à la fois le plus solitaire et le plus communautaire ». RM Rilkes.
«  bailer jondo », le danser profond.
«  Je vis sur la terre
sans espérance ;
il ne sera pas nécessaire de m'enterrer
car je suis déjà enterrer vivant ».
Le flamenco, comme la tauromachie, est un art de la terre, des entrailles. Une entrée dans la matière.
Être seul pour se reconnaître en tous, jusqu'au bout de tout.
On ne s'enfouit pas, on resurgit. C'est ça le saut du flamenco. L'élan ultime. En flamenco , on apparaît, on ne paraît jamais.
C'est ça l'élégance du geste. Il « signifie » celui qui vient danser dans l'arène, sur la scène.
Le pacte : on affirme la dignité de sa peur, on ne la nie jamais.
« la musique tue, la solitude sonore » ( Jean de la Croix- Cantique spirituel)
On trace un passage. On râcle la dalle. On sculpte l'instant infini. Il n'y a pas de moment, il n'y a qu'un événement surgissant de la nuit. La nuit du premier langage. de l'origine.
Celui du geste, celui d'avant la lettre.
« La nuit est le vaste creuset des images et des solitudes. Cela ne veut pas dire : l'écrin du rêve, par exemple. Cela désigne aussi la nuit comme boite de Pandore par excellence toril sans fond- d'où surgit un réel qui nous laisse esseulés plus que jamais. Dans le nuit, toute chose étrangère, toute chose impossible peut advenir et bouleverser d'un coup l'ordre de notre histoire. Dans la nuit nous sommes plus nus que jamais, car nous attendons ce moment, ce destin, toutes nos solitudes et nos peurs se réunissant pour se mettre à trembler, à bruire, à danser ensemble ».
Voilà l'ultime expérience nocturne, les « ruissellements intérieurs ».( G. Bataille, l'Expérience intérieure).
Mais ne nous trompons pas de mesure : «  cette danse est joie » et d'  « une beauté suppliciante ».
Son analphabétisme la protège. Danse de pure intelligence dans laquelle on risque sa vie. Y renoncer nous condamnerait au pire. On prend le rythme et on se livre au combat.
On y risque sa vie, comme se risque soi même à son origine.
« Il danse avec son geste comme fait un chanteur avec son poème : il le coupe et l'entrecoupe, il l'attaque comme on brise un diamant, il en dégage tous les éclats et jette en l'air les bribes, les fusées ».
Il entre en éclat.
Folie et profondeur. Jusqu'à la syncope : le silence du geste.
« Décevoir l'attente et susciter le désir' », cet événement où se dispersent tous les possibles. Ce pas, sur la pointe duquel repose en équilibre le temps, l'espace, « à la frontière de l'improbable ».
Tout cesse sans cesse, et pourtant rien ne s'arrête. Paradoxe. « Tout est là dans ce rapport entre danse et stature,...entre l'air et la force, la force et la pierre, la sculpture et le mouvement : profil de vent, profil de feu, profil de roc ».
« Je ne saurais croire qu'en un Dieu qui sache danser… »F.Nietzsche
De la beauté au sublime, pour finir il n'y a qu'un pas.

Astrid Shriqui Garain .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
DaubamnusDaubamnus   10 décembre 2019
Israel Galván, lui aussi, bégaie légèrement quand il parle. Ses phrases cherchent toujours le sens le plus court et le plus serré, comme s’il dansait. D’un côté, bien sûr, sa danse est l’envers de sa parole […] D’un autre côté, j’aurais envie de dire qu’il danse comme il parle […] Il sait terminer sans “clôturer” […] Il danse avec son geste comme fait un chanteur avec son poème : il le coupe et l’entrecoupe, il l’attaque comme on brise un diamant, il en dégage tous les éclats et jette en l’air les bribes, les fusées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Georges Didi-Huberman (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Didi-Huberman
Ce 28 mars 2022, Les Rencontres Philosophiques de Monaco ont organisé une soirée de solidarité avec le peuple ukrainien et de soutien aux intellectuels, chercheurs et étudiants victimes de la guerre en Ukraine. Cette soirée était l'occasion pour les intervenants comme pour le public d'exprimer la profonde solidarité politique et morale avec le peuple ukrainien, de saluer son courage et de soutenir l'Ukraine dans l'épreuve qu'elle traverse actuellement.
Interventions de Abd al Malik, Dov Alfon, Charlotte Casiraghi, Barbara Cassin, Catherine Chalier, Hélène Cixous, Marc Crépon, Georges Didi-Huberman, Michel Eltchaninoff, Maria Galkina, Zoriana Haniak, Luba Jurgenson, Jean-Jacques Roche, Constantin Sigov et Raphael Zagury-Orly. Vous aussi pouvez faire un don sur philomonaco.com/ukraine #philomonaco
+ Lire la suite
autres livres classés : philosophie de l'artVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1024 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre