AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 213079999X
Éditeur : PUF (Presses Universitaires de France). (01/03/2018)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
L'année 2016 a été consacrée comme celle de la "post-vérité". Selon le dictionnaire d'Oxford, qui en fait son mot de l'année, ce terme désignerait des "circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d'influence pour former l'opinion publique que l'appel à l'émotion et aux croyances personnelles". Ce livre prend le parti de retourner à la source de cet état des lieux et l'identifie dans le concept de "bullshit" théorisé par le philosophe Harry Frankfurt ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Apoapo
  02 septembre 2018
Cet essai d'épistémologie sérieux, austère, pointilleux dans la traduction de la terminologie anglaise (y compris dans le choix que j'approuve de ne pas traduire « bullshit »), minutieux dans l'explication de notions parfois complexes, impressionnant dans l'envergure de ses références, entend faire l'état des lieux de deux concepts : la « post-vérité », terme entré dans le dictionnaire d'Oxford pour désigner : « les circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d'influence pour former l'opinion publique que l'appel à l'émotion et aux croyances personnelles », et surtout le « bullshit », qui a fait couler beaucoup d'encre depuis une plaquette de Harry Frankfurt (2006) qui reproduisait un texte du même philosophe datant de deux décennies auparavant.
On dirait que l'ambition de l'auteur, conformément à son aveu de faire la lumière sur un thème dont l'étude est encore embryonnaire, n'est que de dissiper le soupçon que celui-ci ne soit lui-même du « bullshit »... Deux tiers du livre ne contiennent donc que les différentes tentatives de définition du bullshit, notamment par rapport à son éventuelle distinction avec le mensonge (et leur compatibilité ou incompatibilité), à l'intentionnalité du producteur, récepteur, diffuseur de bullshit vis-à-vis de la vérité, aux problématiques des fondements de la communication et de la théorie de la connaissance, dans une perspective éminemment épistémologique. Au bout d'un premier périple de points de vue précédant et succédant Frankfurt (ch. 1er et 2), l'on comprend que l'auteur n'adhère en fait à aucune de ces définitions, et de surcroît qu'il renonce à en proposer une de se cru, préférant provisoirement se concentrer sur « la réception et production du bullshit » (ch. 3), pour ensuite revenir à la charge sur la « nature du bullshit » (ch. 4) qui ne parvient cependant toujours pas à une définition conclusive, tout en introduisant certains aspects essentiels (cf. nature performative, etc.)... le ch. 5 est une étude de cas sur les théories du complot comme exemple de bullshit, et seulement le ch. 6 (en guise de conclusion), qui est le plus intéressant car le plus riche d'ouvertures et le plus empirique, pose les fondations du pont entre bullshit et « post-réalité » dont, hélas, les instances sont sous nous yeux, même si les questions de l'éventuel triomphe de celle-ci, et de ses rapports avec les technologies d'information ainsi que d'autres déterminants socio-économiques (croissance des inégalités, perte de confiance dans les médias et les institutions, déclassement économique et culturel, prolifération du relativisme épistémique, etc.) demeurent en suspens, et même à peine énoncées...
On attend donc dans un prochain ouvrage, sans doute avec l'avancement de l'âge de l'auteur et espérant qu'il ne lâche pas un sujet aussi prometteur, un traité plus accompli, plus empirique aussi, et surtout qui prête davantage d'attention aux antidotes contre un problème tout-à-fait contemporain, innovant par rapport à l'intemporelle problématique de la vérité et du mensonge, et qui pourrait être ou devenir un vrai fléau de notre moyen d'accéder au savoir outre qu'une mine flottante dans les eaux de la démocratie...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          74
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ApoapoApoapo   02 septembre 2018
« Le relativisme épistémologique propre au postmodernisme est en effet déjà du bullshit. […]
[…] le postmodernisme et la post-vérité sont tous deux le produit du bullshit, c'est-à-dire le fruit d'une pseudorationalité performative conduisant à la production d'assertions bidon et la croyance qu'on peut accéder à la connaissance simplement en le décidant, plutôt qu'en fournissant le travail qui risquerait d'aboutir à des conclusions non désirables. L'avide consommateur de fake news, l'adhérent aux théories du complot les plus futiles, les climatosceptiques, créationnistes et autres anti-vaccins les plus acharnés, "raisonnent" en réalité de la même manière que nombre de sociologues, philosophes et intellectuels (dé)constructivistes, marxistes, anti-réalistes et relativistes. C'est simplement au gré des circonstances que les uns sont devenus des gogos, tandis que les autres sont parvenus à se hisser au rang de gourou. » (pp. 312-313)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ApoapoApoapo   02 septembre 2018
« […] l'opprobre associée au mensonge n'encouragerait-elle pas, en définitive, le développement de formes plus insidieuses et subtiles de manipulation, qui s'accompagneraient d'un sens exacerbé de la vertu ? Cette suggestion soulève des questions intéressantes quant aux conséquences des politiques de transparence totale et de moralisation, et renvoie également à la différence qu'entretiennent la propagande sous une dictature et la propagande (ou la "com'") dans une démocratie libérale. En d'autres termes, puisqu'il n'est plus possible (ou plus toléré) de mentir, il faut baratiner, enfumer, intimider, et produire toutes sortes de foutaises à la place. » (pp. 46-47)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Sebastian Dieguez (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sebastian Dieguez
Sebastian Dieguez : "Qu'elles soient fiables ou pas fiables, les gens partagent les infos qu'ils... .L'invité des Matins de France Culture.Comprendre le monde c'est déjà le transformer(07h40 - 08h00 - 30 Avril 2018)Retrouvez tous les invités de Guillaume Erner sur www.franceculture.fr
autres livres classés : neurosciencesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
291 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre