AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782757887370
720 pages
Points (11/03/2021)
4.2/5   42 notes
Résumé :
Octobre 2011 : ancienne gloire des Stups de Paris, le policier déchu Christian Kertesz est recruté par des truands corses pour relancer un trafic de cocaïne. En parallèle, il espionne pour une société de renseignement privée le haut responsable d'une multinationale du BTP afin de l'écarter d'un marché prometteur en Libye. Le pays est en pleine ébullition ; Kadhafi vient d'être renversé et tué.

En France, François Hollande sort vainqueur de la primaire... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
DoubleMarge
  05 novembre 2020
"La Défaite des idoles est un polar enlevé et violent, qui coche toutes les cases du genre noir avec des flics désespérés et au bout du rouleau, des ex-flics pourris, des trafiquants des cités du 93, jeunes, doués, mauvais comme pas possible, des truands de l'île de Beauté, vieux et aguerris, un gang d'Albanais teigneux, des officines privées qui recyclent des flics à la retraite, vivent de la prostitution et de la drogue, des immersions dans des machinations politiques dingues qui paraissent très crédibles quand on connaît un peu l'affaire Sarkozy-Kadhafi. La collusion entre aventuriers internationaux et caisses noires de parti politique est détaillée, de même que le récit compliqué de l'élimination des traces des pétrodollars libyens qui ont abondé les caisses du parti Les Républicains, à cela s'ajoutent des réseaux djihadistes bien plus intéressés par le trafic de drogue que par l'appel à la guerre sainte.
C'est dire si le roman est riche. Dès le début, on est pris par le tourbillon des événements et la maestria de l'auteur. On le voit à l'aise aussi bien dans les scènes intimistes que dans les reconstitutions épiques comme la mort de Kadhafi, dans les règlements de compte entre malfrats que dans la plongée dans l'univers mental d'une flique, la capitaine Laurence Verhaeghen, qui prend très à coeur son métier, ou plutôt sa carrière, au risque de sa vie et de celle de son enfant.
Bon, tout cela ne va pas sans certains excès, et lire que la capitaine tabasse les gens qu'elle interroge dans leur propre bureau, ou qu'un commissaire d'un autre service la fait tabasser par ses sbires avant de l'enrôler, laisse un peu dubitatif, mais ça n'empêche pas de continuer à tourner les pages.
Car c'est aussi une écriture qui tabasse, elle est nerveuse, épurée, riches de détails sordides parfois, avec des effets de style assez réussis. Elle fait fortement penser à Ellroy, on y trouve la même méchanceté, la même violence, des personnages aussi déjantés, une histoire très politique, des politiques obnubilés par leur seule carrière.
Personne n'en réchappe, la droite est bien dans le collimateur avec ses hommes de main qui veulent récupérer encore plus d'argent libyen et surtout supprimer toutes les preuves, mais la gauche et ses réseaux savent aussi y faire question collusion, manipulation, extorsion de fonds. (...)
Bref un très bon polar, qui fait suite d'ailleurs à La Sirène qui fume, qui avait été remarqué en son temps."
François Muratet pour Double Marge
Lien : https://doublemarge.com/la-d..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          481
Derfuchs
  02 avril 2021
Polar noir de chez noir où toutes les facettes du genre se trouvent entremêlées.
En pleine campagne présidentielle qui verra s'affronter, d'un côté N. Sarkozy, président sortant et F. Hollande prétendant au sacre, Laurence Verhaeghen, capitaine à la brigade criminelle, puis commandante à la DCRI, policière militante soutenant Sarkozy, s'oppose à Christian Kertesz, flic déchu, reconverti dans le grand banditisme.
De son passé, que nous recevons, par-ci, par-là, comme des confessions ou elle rabâche, sans cesse ses malheurs de jeunesse, elle a accumulé un tel sommet de frustrations, qu'elle déteste tout ce qui bouge sur terre et notamment Kertesz qui l'a humiliée du temps où ils étaient dans le même service de police.
Kertesz, lui s'est mué en gros bras de la mafia corse, Messieurs les hommes, le milieu comme on disait à une certaine époque, auquel est venu s'arrimer toute une population de nouveaux vauriens de tous bord dont le seul dieu est l'argent, le fric, le pognon...
Kertesz bras armé des fournisseurs de drogue, cocaïne principalement, mais autres variétés aussi, exécuteur des basses oeuvres, tueur et liquidateur des empêcheurs de fournir en rond.
Pour faire échouer la construction d'un hôtel, Kertesz y est dépêché pour tout casser. Une bavure et un tué mettront Verhaeghen sur la piste de celui-là, persuadée qu'elle est que c'est sa responsabilité.
S'ensuivra une course poursuite à multiples rebondissements et une haine féroce de l'autre.
L'auteur, B. Dierstein réalise, ici, un roman allant à cent à l'heure avec une époque 2011/2012 où l'on verra le monde bouger, les printemps arabes, la chute et la mort de certains responsables politiques, dont Kadhafi qui est accusé d'avoir financé la campagne de Sarkozy en 2007.
Le panier de crabes y va de fausses nouvelles, fausses accusations, mais quel que soit le camp de faire chuter l'autre en ajoutant une couche après une couche.
Le lecteur est épuisé par le changement continuel de rythme, les poursuites, les nuits sans sommeil, les coups de revolver ou autres joyeusetés, les abus de caféine, les poursuites en voiture, les modes de transports, bateaux, avions ainsi qu'une violence volontaire et malsaine.
Tout est bon pour arriver à ses fins, coups et blessures, chantage, vol, mensonges, exécutions, magouilles et corruption.
Et on voyage, Lybie, Autriche, Belgique, Albanie, Sahara pour faire coucou aux Touaregs et en France bien entendu. Mais ici les voyages sont mortifères et ne forment pas vraiment la jeunesse.
Un livre qui se lit d'une traite.
Âme sensible s'abstenir.
Je remercie Babelio pour cette masse critique ainsi que les éditions Points Policier pour l'envoi de ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
SerialThrillers
  05 avril 2021
Clinique.
Incisif.
Percutant.
Étouffant.
Ancré dans notre Histoire.
Flics déchus, services de renseignement politisés.
Grand banditisme, politique.
Grand banditisme, terrorisme.
Tu ne sais pas encore où tu mets les pieds. Attention lecteur, Benjamin DIERSTEIN aime le noir et la violence.
Entamer "La défaite des idoles" équivaut à entrer dans une ruelle sinistre en pleine obscurité.
Maintenant que tu y es, soit méfiant, un pied après l'autre, les paragraphes s'enchainent.
N'aie pas peur cher lecteur, tu vas prendre ton pied.
Verhaegen, officier de police traînant sa haine et son désir de reconnaissance, veut à tout prix coincer Kertesz, ancien collègue, dorénavant au service des corses dans le grand banditisme, et d'une société de renseignements privée qui pratique occasionnellement l'espionnage industriel.
En plein coeur de l'élection présidentielle en France de 2012 et la mort de Kadhafi, ex dirigeant de la Lybie, les services de renseignements français utilisent leur arme de prédilection, à savoir l'information, pour faire pencher la balance du côté de Sarkozy ou du côté d' Hollande, selon le parti soutenu.
Tous les coups sont permis, ou presque, dans ce jeu de pouvoir, qui couronnera le futur président de la République française.
Récit de fiction, alimenté par des informations précises et réelles, tu seras happé dans les rouages de ce thriller politique teinté de pourpre. La suite de "La Sirène qui fume" est un roman coup de poing, à l'ambiance aussi noire et explosive que la série Braquo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
monromannoir
  28 juin 2022
Trash et déjanté sont les deux qualificatifs pouvant désigner l'ensemble de l'oeuvre de Benjamin Dierstein et plus particulièrement sa trilogie policière débutant notamment avec La Sirène Qui Fume qui nous plongeait dans les méandres du milieu de la prostitution et plus particulièrement d'un réseau d'escort-girls mineures, victimes d'un tueur sadique laissant toute une série de cadavres démembrés derrière lui. Il faut bien avouer que l'on était secoué par la violence qui émergeait d'un texte imprégné d'une énergie brute alimentant le périple halluciné d'un duo d'enquêteurs dévoyés dont les péripéties se succédaient au rythme infernal de leurs investigations se heurtant parfois de plein fouet en faisant émerger leurs dissensions respectives. Second volet de cette trilogie, on retrouve avec La Défaite Des Idoles le lieutenant Christian Kertesz tandis que la capitaine Laurence Verhaeghen, personnage secondaire du roman précédent, occupe désormais le devant de la scène en donnant une dimension plus politique au récit se situant durant la période électorale de 2012 où François Hollande, chef de file du Parti Socialiste, défiait le président en place Nicolas Sarkozy alors qu'émergeait les affaires de financement occulte de la campagne électorale alimentée par des fonds en provenance du pouvoir lybien.
France, octobre 2011. Même s'il a été acquitté des charges de corruptions qui pesaient sur lui, le lieutenant Christian Kertesz a préféré démissionner en évitant ainsi le risque de nouvelles enquêtes diligentées à son encontre par l'Inspection Général des Services de police. Déchu de ses prérogatives, il travaille désormais à plein temps pour le compte du Milieu corse avec lequel il s'était lié durant ses années au sein de la police judiciaire. Outre la remise à flot d'un trafic de cocaïne, Kertesz doit espionner, pour le compte d'une entreprise de sécurité privée, les dessous d'une multinationale qui souhaite s'implanter en Lybie alors que le pays est en pleine ébullition depuis la chute de son leader Mouammar Kadhafi. C'est dans ce contexte explosif que se déroulent la campagne présidentielle qui oppose François Hollande au président sortant Nicolas Sarkozy et que la capitaine Laurence Verhaegen, proche des hauts dirigeants Sarkozystes implantés au sein des états-majors de la police, enquête sur un meurtre qui va la mettre sur la piste de son ancien collègue Christian Kertesz en lui permettant de se confronter à d'autres policiers dont elle s'est jurée d'avoir la peau. Sur fond de rivalités entre deux courants politiques qui se livrent une lutte à mort pour accéder au pouvoir et aux hautes instances policières, Kertesz et Verhaegen vont s'affronter tout en soulevant des affaires peu reluisantes de corruption qui laminent les institutions du pays.
La Défaite Des Idoles fait référence à la chute de Mouammar Khadafi dont on découvre les péripéties de son exécution qui fait office de prologue à une intrigue sur laquelle plane l'ombre omniprésente de Nicolas Sarkozy, l'autre personnalité adulée, parfois idolâtrée, par un grand nombre de membres des forces de police française avec une hiérarchie noyautée par ses fervents partisans placés durant son mandat comme ministre de l'Intérieur qui lui servit de tremplin pour la conquête du pouvoir. C'est ce vacillement du pouvoir en place que l'on va observer durant la période électorale de 2012 où l'on découvre les mécanismes de corruption avec la Lybie afin d'alimenter les comptes de la campagne présidentielle de l'UMP. On distingue ainsi le télescopage de ces deux destinées au gré d'une intrigue construite sur la dualité entre les deux personnages centraux que sont l'ex lieutenant Christian Kertesz et la capitaine Laurence Verhaegen avec une alternance des investigations qui vont les conduire, parfois à leur corps défendant, à côtoyer toute une série de personnalités inquiétantes que sont les mercenaires, hommes d'affaire et politiciens de haut rang qui ont trempé dans le cloaque de ces connexions libyennes plus que douteuses. L'intérêt de ce roman énergique réside bien évidemment dans l'aspect réaliste des événements que Benjamin Dierstein égrène notamment par l'entremise des dépêches qui jalonnent l'ensemble d'un récit extrêmement complexe au cours duquel l'on pourrait aisément se perdre s'il n'y avait pas cette rigueur omniprésente qui nous ramène dans le fil de l'intrigue. On appréciera également la folie et le jusqu'au-boutisme de Kertesz, fou amoureux de Clotilde le Maréchal, "sirène" survivante de l'opus précédent, et dont le parcours semble s'acheminer vers un destin funeste tandis que l'on découvre l'extrême violence mais également la compromission et l'ambition de Verhaegen côtoyant les huiles de la direction de la police à l'instar de Guéant, de Squarcini et de Péchenard qui évoluent désormais dans un climat de fin de règne où tout le monde s'affole face à la montée en puissance du parti adverse que l'on tente de discréditer à tout prix. Tout cela nous donne un roman dantesque s'imprégnant du réalisme de l'histoire qui se décline au gré d'une intrigue policière et politique d'une puissance peu commune qui dévaste tout sur son passage.
Benjamin Dierstein : La Défaite Des Idoles. Editions Nouveau Monde 2020. Editions Points 2021.
A lire en écoutant : Make It Happen de The Record Compagny. Album : All Of This Life. 2018 Concord Records.

Lien : https://monromannoiretbiense..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
RomansNoirsEtPlus
  29 mars 2020
Le premier roman de Benjamin Dierstein voyait l'affrontement homérique entre deux flics : Gabriel Prigent et Christian Kertesz . Exit Prigent , l'ex-flic Kertesz blanchi , voici l'entrée en jeu de la capitaine Laurence Verhaegen .
Le combat sera tout aussi sanglant .
Rappel des forces en présence :
d'un côté un ancien flic de la Brigade de Répression du Proxénétisme , reconverti en gros bras pour la mafia corse et accessoirement enquêteur en Libye pour un ancien barbouze des RG . Fric, trafic de came en tout genre et quelques cadavres sur les bras . Côté sentiment Kertesz est fou amoureux de sa petite sirène qui n'est pas sorti en un seul morceau du précédent épisode .
de l'autre une flic de charme et de choc , syndicaliste typée droite , qui enquête sur une mort suspecte dans un hôtel en réfection où elle place Kertesz d'emblée comme suspect Numéro 1 . Laurence a les dents longues et elle se verrait bien monter en grade rapidement et passer de la Brigade Criminelle à la DCRI en tentant de mettre la main sur des documents compromettants dans les mains d'anciens officiels du régime Kadhafi qui risquerai de mettre en péril l'équipe Sarkozy à l'approche des élections ..
Le contexte géo politique de cette fin 2011 est effectivement en pleine ébullition avec la chute de Kadhadi et les élections présidentielles françaises qui battent leur plein . Tous les coups bas sont permis alors que le business «  as usual «  de la drogue cherche de nouveaux débouchés et que son acheminement se complique avec l'arrivée d'extrémistes islamistes en Afrique de l'Ouest et au Maghreb .
Chacun avance ses pions comme il peut dans cette atmosphère de fin de règne pour le Président Français , certains pontes de la Police et la Françafrique mais avec les premiers crimes des islamistes sur le sol français . Un bouillon incandescent parfaitement indigeste .

Benjamin Dierstein frappe à nouveau très fort avec ce deuxième opus ( il peut se lire indépendamment du premier ) . Roman politico-narco-financier dont les intrigues s'enchainent à vitesse grand V , laissant très peu de temps pour souffler à nos principaux protagonistes comme aux lecteurs - prévoir la dose de caféine adéquate pour tenir le tempo !
On retrouve chez l'auteur , le style et les graines semées par des DOA ( au meilleur de sa forme ) ou Frédéric Paulin , témoins de leur temps et de ses dérives . On sent derrière ces histoires protéiformes un gros travail de recherches et de documentation afin de rendre le récit plausible . Et il l'est ! On y croise une belle brochette de personnages réels qui s'entremêlent avec d'autres de fiction dans une osmose parfaite . En toile de fonds à ses histoires qui dépassent largement les frontières de l'hexagone, on retrouve les clefs de voute des relations entre figures politiques de tout acabit , services secrets , criminels en cols blancs et ceux qui mouillent leurs chemises sur le terrain . Magouilles, corruption , argent sale , gros bras , bras cassés , visages tuméfiés ou de beaux macchabées troués de part en part par quelque arme de poing non identifiée .
Une belle bouillabaisse comme savait si bien la préparer la mère de Michel Morroni .
Un roman terriblement addictif que je recommande !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
JeanDouxJeanDoux   21 juillet 2022
Elle craque tout d’un coup…
Elle pleure dans les bras de sa mère…
Elle pleure ...
Elle pleure ...
Elle ouvre la porte de la chambre…
Tout doucement, pour ne pas la réveiller…
Elle s’avance à tâtons …
Elle se déshabille…
Elle se glisse dans le lit …
Elle serre sa fille fort dans ses bras ...
Elle s’endort…
Plus de Barbier,
Plus de Prigent,
Plus de Kertesz,
Plus de Morroni,
Plus de Jacquie,
Plus de magouilles,
Plus de trahisons,
Plus de morts,
Juste
Elle et sa fille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
DoubleMargeDoubleMarge   05 novembre 2020
Les Corses, la DCRI, les magistrats, ils sont tous dans le même moule – tous des putains de gauchistes laxistes qui veulent l’empêcher de faire son boulot comme elle l’entend.
Commenter  J’apprécie          130
SerialThrillersSerialThrillers   04 avril 2021
Le père sur le banc des accusés.
La mère shootée aux médocs.
La fille au cimetière.
C'est l'heure de la grande défaite, pour toute la famille.
Commenter  J’apprécie          80
DerfuchsDerfuchs   02 avril 2021
Un quart des bénéfices. Un million d'euros minimum. Un salaire de footballeur.
Commenter  J’apprécie          120
RomansNoirsEtPlusRomansNoirsEtPlus   19 mars 2020
Tu suis Michel jusqu’à la réserve derrière le bar . Il s’assied sur un fût de bière .Une main sur sa flûte et l’autre qui se gratte les couilles. Michel a toujours subtilement allié classe et vulgarité.La marque indélébile des nouveaux riches.Tu l’as déjà vu parler de la période cubiste de Braque à des acheteurs millionnaires, tout en essuyant ses doigts pleins de graisse sur le futal de son costard sur-mesure .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Benjamin Dierstein (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Benjamin Dierstein
Benjamin Dierstein - La cour des mirages
autres livres classés : campagne présidentielleVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox