AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Là où la terre est rouge (10)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
andy86
  27 août 2014
Pour son premier roman, Thomas Dietrich nous fait voyager sur un continent qu'il connait bien : l'Afrique. Il y dépeint un pays imaginaire, la République du Tshipopo, et son atmosphère politique et sociale. Un pays imaginaire pas si éloigné de certains pays existants vraiment. le sujet principal de son roman : les rouages et manoeuvres politiques d'un groupe de pseudo militaire, qui se sont révolté contre le pouvoir établie, et qui ont accédé au pouvoir. Apothéose et chute d'un gouvernement africain.

L'idée de départ est originale, et peu faire penser au film « le dernier roi d'Ecosse ». Notre protagoniste, Icare, est un jeune français oisif. Enfant, on lui a dit qu'il était un surdoué. Depuis, il ne fait plus rien. Il simule des études à Sciences Po, mais en réalité, il bulle dans Paris ; Un jour, en visitant les Invalides, il rencontre un général africain, Anténor. Il se lie d'amitié avec lui, et se met à fréquenter la diaspora de Tshipopo. Entre imposture et goût pour le pouvoir, l'argent et le sexe facile, il se retrouve propulsé consultant politique dans le ministère de son ami, promue ministre de la Santé. du Paris gris et humide, le voilà à Pendéré, capitale de cet état, ou le soleil brule la peau, et ou la terre est rouge.

Icare, tel le héros de la mythologie, va voler haut dans le monde politique, mais ne risque-t-il pas de se bruler les ailes. Il sera le témoin d'évènements bouleversants, mais au lieu de s'émouvoir, de s'indigner, i penche la tête et accepte tout, du moment que ça rapporte. Son point de vue sur la situation du pays va-t-il changer au contact de la fille de l'ambassadeur de France, la belle Alceste… Il faut lire le livre pour le savoir.

Un roman vraiment très intéressant, qui est une critique de certains états africains, qui sont passé maître dans les élections truquées et les coups d'états. Les relations franco-africaine sont aussi la cible de ce roman, qui dépeint une françafrique peu glorieuse.

Un roman des plus intéressants, surtout lorsque l'on se penche sur la biographie de son auteur. Une jeune homme impliqué dans l'opposition du régime tchadien.

Un premier roman très prometteur, ou l'on apprend des choses, et qui nous questionne sur la légitimité d'un pouvoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
fannyvincent
  03 mars 2014
« Là où la terre est rouge » constitue le premier roman de Thomas Dietrich, étudiant à Sciences po, lequel connaît très bien le continent africain pour avoir notamment passé son enfance au Togo.
Icare est un jeune provincial oisif installé à Paris. Il rencontre de façon fortuite Anténor, un général de l'armée de la République du Tshipopo, lequel l'introduit dans les milieux africains de la Capitale. Lorsque Anténor est nommé Ministre de cette République, il emmène Icare avec lui en Afrique, en le nommant comme conseiller. Icare va alors devenir un proche du Régime dirigeant de façon brutale ce pays…
Ce roman est une version moderne du mythe d'Icare, ce jeune homme s'étant brûlé les ailes pour s'être approché trop près du soleil. N'étant pas (loin de là) un spécialiste de la mythologie grecque, j'ignore si Icare est semblable au personnage si antipathique de « là où la terre est rouge ». Car, il faut bien avouer que dans ce roman, Icare semble concentrer sur sa personne de nombreux défauts : il est lâche, profiteur, affabulateur, opportuniste, n'en jetez plus.
Pourtant, ce personnage va finalement (mais très lentement) évoluer en se confrontant à la terrible réalité de ce régime qu'il va pourtant si docilement servir initialement. Dommage pour lui que cette prise de conscience soit si tardive…
Cette évolution est d'ailleurs soulignée au niveau de l'écriture : le roman est généralement écrit à la 3ème personne, à l'exception des passages dans lequel Icare, ayant fui la République de Tshipopo (je n'en dévoile pas les circonstances), s'exprime à la 1ère personne, un peu sous forme de confession. On découvre un personnage plus humain, plus lucide vis-à-vis de ce régime de terreur, à la recherche d'une forme de rédemption.
Un premier roman bien écrit et au final assez plaisant à lire, en dépit de ce personnage central vraiment détestable, ce « teint clair » qui va (comme tant d'autres) largement profiter des largesses d'un pouvoir autoritaire et corrompu. Un roman qui souligne aussi la sombre réalité de nombreux pays encore aujourd'hui, lesquels sont aux mains d'une petite minorité armée qui confisque l'ensemble des richesses, et qui ne recule devant aucun moyen pour conserver le pouvoir (l'Afrique n'ayant malheureusement pas le monopole en la matière)…
En conclusion, je souhaite remercier Babelio et Albin Michel pour m'avoir fait parvenir un exemplaire de ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
blablablamia
  18 avril 2014
Icare, jeune homme blanc associal, glandeur et menteur, aux parents totalement démunis, se retrouve sans réelles bases, et à force de balades et rencontres fortuites dans Paris, se découvre une famille d'adoption au sein de la diaspora africaine, entre Château rouge, Clignancourt et Château d'eau.
Thomas Dietrich retranscrit, je crois, avec réalisme la vie de ce microcosme parisien fait d'énergie, de couleurs, de parfums, et de solidarité dans lequel Icare s'intègre facilement. Et il finit par partir en Afrique avec Anténor, nommé ministre en République de Tshipopo, celui-ci lui ayant proposé amicalement de le suivre, croyant aussi qu'il pourrait lui être utile, vu qu'Icare prétend faire des études à Science-Po.
Sans le détromper, Icare saute sur l'occasion, sans aucune velléité humanitaire, mais ne songeant qu'à son propre intérêt/confort, et son envie de devenir enfin "quelqu'un d'important" (ce qui lui semble totalement inaccessible en France), ceci quite à perdre son âme, la fin justifiant parfois les moyens...

Il découvrira alors un continent, tombera amoureux d'une ville (Pendéré = "belle" en langue Sango), et d'une fille d'ambassadeur inaccessible qui voudrait l'aider à sauver son âme, sentiments rendus dans des passages introspectifs emplis d'une jolie poésie.
Mais, dans sa lente prise de conscience, il connaîtra aussi de grandes désillusions, observant de près les manigances des pouvoirs en place ou celles de leurs opposants qui se valent dans les bassesses/violences dont ils sont capables...
Car dans les deux camps, Thomas Dietrich nous parle d'hommes ayant des moments de lucidité et de faiblesse, mais que l'avidité de pouvoir rend "fous"… (il fait assez clairement allusion à un Président qu'il a connu, et aux affrontements fréquents qui ont lieu en République de Centrafrique - actuellement en plein conflit avec le Tchad).
L'intégralité:
Lien : http://blablablamia.canalblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
19chantal
  03 avril 2014
J'ai dû lire ce livre qui fait partie d'une sélection de prix littéraire.Ce type de sujet ne m'attirait pas.Un jeune paumé, Icare, va être propulsé par hasard au sommet de l'état d'une "république" africaine. Il va y savourer les bienfaits d'une dictature quand on se trouve du côté des corrompus, lâches et avides de pouvoir.Il est conscient de ce qui se passe et choisit de fermer les yeux, jusqu'au moment où il va se brûler les ailes. Et là, miracle, il va suivre le chemin de la rédemption. Je n'y ai pas cru une seconde. La fin ne réussit pas à me le rendre un peu sympathique.
Toutefois l'intrigue est maîtrisée. J'ai aimé les passages qui parlent de la ville de Pendéré et de ces petites gens. On sent que l'auteur sait de quoi il parle et on ressent de l'émotion.
Commenter  J’apprécie          50
Thomas23
  05 novembre 2014
Commenter  J’apprécie          40
zarline
  21 mars 2014
Là où la terre est rouge est un excellent premier roman d'un jeune auteur de 23 ans, Thomas Dietrich. Mélange de tragédie grecque et de récit initiatique, Là où la terre est rouge conte l'ascension rapide d'Icare et sa chute inévitable. Car en s'approchant trop du pouvoir et de la puissance offerte par le régime du général Hélios, il ne pourra empêcher ses ailes de brûler.

Vous l'aurez compris, tout en peignant le tableau très réaliste d'une "république" africaine, Thomas Dietrich s'amuse à peupler son roman d'une sage Alceste, d'un puissant Protée, d'un ambitieux Phaeton et d'une intrigante Circé qui vous feront, sans aucun doute, réviser votre mythologie grecque. Je me suis beaucoup amusée à, à la fois, comparer les personnages du roman à leur équivalent mythologique, mais aussi à rapprocher les événements de Tshipopo à l'histoire récente de plusieurs états africains, péjorativement décrits comme la Françafrique. Des terres à l'atmosphère enivrante mais prises en étau par une série de régimes cleptomanes et d'intérêts internationaux.

Le livre alterne entre le récit à la 3ème personne relatant le parcours d'Icare et les confessions personnelles du jeune homme. J'ai particulièrement aimé ces dernières, écrites d'une très belle plume, poétique et inspirée; des passages qui contrastent avec le style plus sec et factuel, mais non moins très bien maîtrisé du reste du roman.

Pour résumer, un excellent premier roman, maitrisé et bien mené, mélangeant les mythes et des références plus que réalistes à la politique africaine. Une très belle découverte!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Guardians
  23 février 2018
L'Afrique, vaste continent, riche de sa culture, de ses traditions et ses petits "arrangements", nous est joliment décrit par T. DIETRICH.

Un roman où l'histoire est présentée telle une confession, une sorte de demande de pardon (virant parfois à la fable) du personnage principal Icare, jeune homme opportuniste, sans limite, sans foi ni loi qui a usé, abusé, profité pleinement d'un poste de ministre au sein d'un gouvernement renversé.

Ce roman est savoureux, Icare nous fait partager sa passion de ce continent dont il est très épris.

Ce qui est étonnant quand on se penche un peu sur la biographie de l'auteur, c'est son jeune âge (un peu plus de 20 ans) alors que sa plume est sûre, ses connaissances de l'Afrique imposantes.


Commenter  J’apprécie          30
moussatidjani77
  10 août 2015
Icare est jeune, un peu con, un peu fainéant, un peu voleur. Il a une vingtaine d'années, il loge chez sa parentèle en banlieue. Mais c'est à Paris qu'il aime exercer ses errances.
Icare est blanc.
Icare boit le monde.
Au cours de ses promenades solitaires, il fait la connaissance d'un grand "black" frénétique du nom d'Anténor.
Peu à peu Icare, pourtant handicapé car il n'est qu'un "teint clair" sera toléré dans la communauté de la diaspora de la République du Tshipopo. Riche et imaginaire pays d'Afrique.
Selon le proverbe, ce n'est pas la blancheur du boubou qui fait le marabout.
Toute la partie du roman se déroulant à Paris est vraiment excellente. de subtiles descriptions, une plume légère sans être pompeuse... tout y est
L'Afrique a des coutumes révolutionnaires, et c'est au cours de l'une d'elle qu'Anténor sera nommé ministre dans le nouveau gouvernement et proposera à Icare un poste là-bas.
Là-bas il fait chaud, les nuits sont mangeuses d'hommes et le temps est long comme une Harangue de Fidel Castro.
Icare sera confronté à toutes les horreurs de la misère.
Désabusé il aura cette phrase :"Il est des heures où, entre chien et loup, la fatigue expurge le mensonge du monde et révèle nos âmes à nu... noires et sublimes à la fois"

Un très bon "premier roman".
Lien : http://www.critiqueslibres.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JOE5
  08 décembre 2015
Opinion partagée sur ce roman. Peut-être à cause du caractère odieux du personnage principal ! mais non, on a lu bien pire. Je crois plutôt que c'est l'aspect peu crédible du personnage qui me gène, ce côté surréaliste du roman et aventures improbables. Si Icare peut berner les clients et la serveuse, il est plus difficile d'admettre la crédulité du général qui va jusqu'à le nommer dans son gouvernement. de plus Icare montre dans son caractère de trop grandes oppositions. Opportuniste, calculateur, narcissique, cruel sans coeur ni conscience ... il se découvre tout à coup une âme de poète devant Pondéré et celle d'un amoureux passionné. Autre non-sens : Icare se voit confier la mission de négociateur privilégié pour éviter le conflit !!
Un récit toutefois bien documenté, une satire politique bien menée même si de nombreux clichés viennent alourdir l'histoire.
Commenter  J’apprécie          10
Oliviaderosiere
  10 mars 2014
Excellent livre ! Un chef d'oeuvre...
Commenter  J’apprécie          10
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Thomas Dietrich (1) Voir plus




Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
266 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre