AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782714476234
Belfond (15/06/2017)
3.83/5   324 notes
Résumé :
Quatre jours et quatre nuits se sont écoulés avant que la police ne retrouve la victime dans cette ferme isolée. Quatre jours et quatre nuits de cauchemars, de douleurs et de souffrances, peuplés de cris et de visions imaginaires en face de ce jardin dans lequel elle a été enterrée vivante.
Sur un autre continent, loin de cet enfer, Fanny vit avec son mari et leurs jumeaux Victor et Arno. Leur existence bien réglée serait parfaite si elle ne percevait pas, au... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (131) Voir plus Ajouter une critique
3,83

sur 324 notes

Ce roman , je l'avais " dans le viseur " depuis un moment mais vous savez ce que c'est , la PAL monstrueuse avec tous ces " collègues" qui attendent depuis ...un certain temps et ceux qui , chaque jeudi , font leur apparition ....Et puis , il y a eu Gérard...Qui ? Ben Gérard Collard , tiens , au magazine de la santé. Avec sa verve un peu " déjantée " si je puis m'exprimer ainsi , il m'a convaincu et ...je suis passé à l'acte , pour mon plus grand plaisir et quelques heures , oui car , une fois " dedans " , difficile de résister, le page-turner vous emporte , difficile de résister au tsunami .

Ah , au fait , quel rapport avec " la santé " ? C'est bien simple , dans ce roman , on parle de docteurs , c'est tout bête...Oh non , pas des déserts médicaux, non , quoi que , au train où ça va , dans l'histoire , on peut se demander ...Et puis , la folie , les traumatismes du passé sur des individus plus ou moins fragiles ...Vous ne me suivez plus ? Et ben , qu'est - ce que vous allez devenir dés la quinzième ou vingtième page ..Oui , parce que ce livre , fort bien écrit au demeurant va vous balader d'un continent à un autre , vous faire passer d'un point de vue à un autre , bref , pas question de se laisser distraire au risque de s'égarer. C'est qu'il s'y connait François- Xavier Dillar pour vous " anesthésier " ( tiens , je l'aime bien , celle - là ) et plus si affinités , si bien que vous risquez de devoir revenir en arrière . ( Ça m'est arrivé, c'est pour cela que ..) Mais je vous connais , chez Babelio , il n'y a que des élèves studieux et attentifs . Aucun risque . Ricanez pas , vous là-bas , on en reparlera .

N'ayons pas peur de le dire , on croit tout savoir , tout connaître, tout avoir deviné alors , on se relâche. Pourtant , la tension est permanente et toutes les portes ne doivent pas être " poussées " sans précautions...Et puis , ne prenez pas de risques inutiles , les personnages , à mon avis , ne sont pas vraiment attachants , enfin , pour la plupart . Essayez donc de " lister " ceux que vous pourriez inviter chez vous pour dîner...Ça va pas vous coûter cher , y'aura pas grand monde . Tant mieux , parce que les inviter tous , " ça pourrait vous coûter cher " . Vous suivez toujours ? Oui ? Et ben , vous voyez , quand vous voulez .

Dans la famille Hutchinson , il y a Fanny , la mère , fleuriste , Mickaël, le père, artiste - peintre reconnu et Victor et Arno , des jumeaux, l'un calme et posé , l'autre plus ...turbulent . Une famille aisée , une famille qui pourrait faire bien des envieux s'il n'y avait pas une chape de plomb sur son passé....Un lourd voile noir que l'arrivée, dans la maison voisine , d'un pianiste de talent , Glenn , pourrait bien déchirer. Mais ça, c'est une autre histoire ....Que d'artistes .....Trop d'artistes ?

Vous avez attaché vos ceintures ? Et bien c'est parti , les amies et amis et ...gare aux turbulences ...Si vous ne vous sentez pas bien , pas de panique , les docteurs veillent sur vous .

Commenter  J’apprécie          700

Tout d'abord un grand merci à Babelio et son opération Masse critique, aux Éditions Belfond et à l'auteur pour ces heures de lecture très plaisantes…

Plaisantes certes mais waouh, angoissantes également ! Amateurs de sensations fortes, ce livre est fait pour vous ! En revanche, si vous êtes à la recherche d'un médecin… ben… euh, vous risquez de l'attendre longtemps ! Parce que les médecins, dans ce bouquin, tombent comme des mouches. [Fallait pas augmenter les tarifs !] Les [petites natures] victimes sont torturées et les sévices subis en ferait pâlir Vlad, le chic type qui empalait les gens à la vitesse de l'éclair (oui, bon, ça va, on a le droit de faire une petite touche d'humour quand même, non !). Bref, si votre toubib met du temps à répondre, allez voir à la cave s'il n'est pas ventilé façon puzzle.

Bien, bien, bien, mais quel est le rapport avec Fanny, cette mystérieuse mère de famille qui a imposé à son mari de ne jamais lui demander de raconter son passé et dont l'un des mioches a l'air d'être inspiré par le personnage de Massacre à la tronçonneuse ? Et vous pensez vraiment que je vais vous le dire ?

Allez, hop, on note précieusement ce livre sur sa liste ! Oui, oui, je sais, la PAL va s'écrouler…


Lien : https://promenadesculturelle..
Commenter  J’apprécie          742

- Dans la famille des médecins, je voudrais le chirurgien plasticien.

- Désolé mais ... il est mort.

- Est-ce qu'alors tu aurais le généraliste ?

- Mort aussi.

- le pneumologue ?

- Mort.

- L'obstétricien ?

- Attends, je cherche ... Non plus, mais lui, il a juste disparu. Tu peux piocher.

Les temps sont durs pour les ex-étudiants en médecine de l'Université parisienne Denis Diderot. Une véritable épidémie les décime les uns après les autres. A grand renfort d'éviscérations, de tortures et d'os brisés, ils tombent comme des mouches à une allure inquiétante. Ils n'ont pas été choisis au hasard. Quel secret peut bien les relier ?

L'enquête, de la plus haute importance, est confiée au commissaire divisionnaire Dubois, qui essaiera de déterminer l'identité de ce tueur en série.

En interrogeant l'ex-femme de la première victime, il s'apercevra que certains de ces médecins ne faisaient pas l'unanimité dans leur entourage.

"C'était un type violent et malsain, qui n'avait aucun respect pour les autres, et encore moins pour les femmes."

- Dans la famille Thomas je voudrais ...

- Je te coupe tout de suite, tu ne risques pas d'avoir grand monde là non plus.

La famille Thomas vivait dans une ferme australienne, loin de tout, et élevait des moutons. Mais un jour, c'est le carnage. On retrouvera enterrés dans le jardin les corps de quasiment toute la famille : le père et les enfants, à l'exception d'un. Qui, malgré la balle qui lui a été tirée dans la tête, a réussi à se libérer de sa bâche et à gratter les quatre mètres de terre sous lesquels il avait été enseveli. Errant quatre jours durant dans la demeure familiale avant d'être retrouvé par les autorités.

"Il paraît que je suis un vrai miracle, que la balle a ricoché sans avoir causé de réels dommages."

"C'est elle, c'est maman qui a les a tous tués, c'est elle ... Elle a tiré sur moi !"

- Dans la famille Hutchinson, je voudrais la mère.

- Ah, on va pouvoir commencer à jouer. Tiens, la voilà.

Fanny Hutchinson est une femme notamment connue pour avoir publié deux livres sur les compositions florales.

Si vous voulez le dire avec des fleurs, c'est donc à elle qu'il faut s'adresser.

Si vous voulez le dire à papa en revanche, elle risque de mettre son veto.

"Nous n'avons pas besoin de raconter ça, ne dis rien à papa, lâche-t-elle."

- En parlant du père, aurais-tu également sa carte ?

Mickael est une célébrité également. Il est un peintre renommé et travaille d'ailleurs actuellement sur une toile commandée par le ministère de la Culture.

- Avec leurs jumeaux Victor et Arno, ça me fait une famille !

Les deux garçons, s'ils sont nés le même jour, ont des caractères diamétralement opposés.

"Comment des frères jumeaux peuvent-ils être si différents ?"

Arno est plutôt du genre timide et réservé tandis que Victor est davantage dans la provocation, voire la violence. Par exemple, il démembre les poupées de ses camarades de classe. Sa maman ne devrait peut-être pas lui raconter autant d'histoires qui font peur.

Une famille malgré tout normale en apparence, mais avec ses petits secrets quand même. Mickael et Fanny se sont rencontrés tardivement, et leur union tient en partie à une promesse que Mickael a faîte à son épouse.

"Je ne veux pas parler de mon passé, jamais. Tu dois m'accepter comme je suis et te tourner, si tu le veux, avec moi vers l'avenir."

Un lien avec l'absence d'affection prodiguée par la mère de Fanny ?

"Ma mère était une femme sans amour, froide, terrible."

"Une femme qui n'avait jamais su dire son amour à son enfant."

De nombreux chapitres leur seront consacrés, aux parents comme aux enfants, ainsi qu'à leur nouveau voisin, encore plus célèbre. Glenn est en effet un musicien classique extrêmement réputé.

Soixante-deux chapitres très courts alternent donc de petites séquences en multipliant les points de vue de tous ces protagonistes. Les médecins, les policiers, les jumeaux, les parents... Avec également de nombreux chapitres en italiques, qui nous plongent probablement dans le passé mais sans jamais nous donner de repères temporels et poussant le vice jusqu'à ne pas nous donner le sexe de certains personnages pour ne pas nous faciliter la tâche de la recomposition des évènements.

Des évènements qui ont lieu sur deux continents que séparent des dizaines de milliers de kilomètres, et qui vont bien sûr se rejoindre.

La construction rappelle le précédent roman solo de l'auteur, et forme une unité avec Fais-le pour maman. Il ne s'agit pas d'une suite, mais d'un nouveau roman où la famille, dans sa version la plus destructrice, est à l'honneur.

Il s'agit avant tout d'un thriller, assez violent d'ailleurs par moments, mais le livre n'est pas dénué de réflexions, souvent poussées à leur paroxysme.

Il est bien sûr question de l'éducation, de la transmission de génération en génération, du couple, des traumatismes, mais surtout :

- L'amour des parents pour leurs enfants est-il toujours inné, inconditionnel ? Peut-on comprendre ou excuser une mère qui ne ressentirait rien pour la chair de sa chair ?

- A l'inverse, l'amour d'un fils ou d'une fille pour sa mère est-il essentiel ? le besoin d'aimer et d'être aimé prime-t-il sur tout le reste ? Peut-on tout pardonner pour obtenir enfin l'amour parental ? La complicité, la tendresse, l'approbation des parents est-elle primordiale pour le bien-être de l'enfant ?

Malgré quelques fausses pistes et des repères un peu brouillés, on comprend très vite comment ces meurtres sont reliés, qui est réellement qui, et la façon dont les pièces de ce puzzle géographique, temporel et familial va s'emboîter. Ce qui n'empêche pas quelques surprises dans l'enchaînement des évènements et une fin, inéluctable pourtant, qui viendra surprendre et en particulier le twist final qui fait que le livre s'achève sur une très bonne note.

Le tout rédigé de façon à ce que les pages et les chapitres s'enchaînent facilement, parce qu'on est happé par le rythme imposé par François-Xavier Dillard et qu'on a besoin de savoir comment tout cela va se conclure.

Mon impression finale est donc approximativement la même que celle que m'avait laissé Fais-le pour maman. Ne dis rien à papa ne réserve pas énormément de rebondissements inattendus ( à part à la fin ) pour qui est coutumier du genre, et on ne peut pas tout à fait y croire tant cette succession de réactions et d'évènements paraît parfois improbable, ou tout au moins tirée par les cheveux. Pour autant, force m'est d'avouer que c'est un livre qui se lit avec beaucoup de plaisir, presque d'une seule traite, et qu'il remplit en tout cas haut la main sa fonction de pur divertissement.

Et comme il manque beaucoup trop de cartes pour jouer aux sept familles, je vais plutôt faire une belote.

Commenter  J’apprécie          3812

"Ne dis rien à papa " est un thriller noir pour le moins sanglant et terrifiant.

Le roman commence par une scène terrifiante, on comprendra bien plus tard ce qu'elle signifie. Entre-temps, on est embarqué dans une histoire plutôt sordide avec Hélène jeune étudiante qui se fait violer par "des camarades" de promo. Et puis, on fait connaissance avec Fanny au passé trouble qui, on le sent bien, est fragile et borderline .

François-Xavier Dillard nous fait passer d'une histoire à une autre, d'une époque à une autre, ce qui perturbe un peu mais c'est pour mieux nous rattraper après ! Ce livre est vraiment très noir et certaines scènes sont violentes, je pense qu'il vaut mieux les lire que les voir!!!

L'atmosphère est troublante, pesante et même dérangeante par moment. Les relations entre Fanny et son mari sont compliquées, celles entre leurs enfants, 2 petits gars jumeaux ne sont pas très tendres ni aimantés.

On avance dans ce roman sur la pointe des pieds car on sent bien que cette pesanteur et ce climat malsain vont finir par éclater.

On ne peut pas dire que l'auteur nous ait beaucoup ménagé , nous sommes pris dans une tension quasi permanente... mais c'est un peu ce que l'on recherche lorsqu'on ouvre ce type de roman ;-)

Commenter  J’apprécie          391

J'avais déjà lu très rapidement le précédent livre de François-Xavier Dillard Fais le pour maman et pour celui-ci une petite journée a suffit.

C'est dire si le livre est addictif et il est vraiment très difficile d'arrêter sa lecture.

Tout débute par un mystérieux personnage laissé pour mort qui arrive par miracle à s'en sortir. Et puis nous sommes également embarqué sur un autre continent dans une série de meurtre de médecins qui sont tués selon un procédé vraiment cruel ils sont retrouvés les os complétements brisés.

Nous suivons les policiers chargés de l'enquête et également une famille celle de Fanny Hutchinson avec ces deux jumeaux Arno et Victor et son mari. On se doute bien rapidement que Fanny cache un passé sombre mais elle semble avoir passé ce cap et vivre sa vie normalement désormais.

Rien ne semble lier tous ces évènements à première vue et le récit oscille également entre le présent et le passé.

Un page turner au rythme haletant on a très vite envie de tourner les pages et de voir ou va nous mener toutes ses pièces de puzzle disséminées dans le récit pour former le dessin final.

Quel fin également pour ce récit, car pour un thriller psychologique la fin a également une grande importance pour la réussite du récit.

Une réussite avec ce livre si vous aimez les thrillers psychologiques foncez!

Commenter  J’apprécie          310

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation

- Ce que tu es bête… Tu te souviens des anciens voisins dans la maison avec les volets bleus, au bout de la rue ? Tu sais, on jouait avec les enfants, une fille qui s’appelait Sophie. Tu te souviens ? (…) Eh bien, leurs parents ont divorcé… Parce que leur maman aussi avait rencontré un monsieur très sympa. (…) Ce que je veux dire, c’est que les gens très sympas parfois peuvent apporter des ennuis, qu’il faut se méfier. Personne n’est gentil juste comme ça, pour rien.

- N’importe quoi ! Tu racontes n’importe quoi, comme d’habitude… Va-t’en, laisse-moi tranquille. J’en ai marre de tes bêtises. Je vais le dire à maman.

Victor se lève et, avant de refermer la porte, il se retourne et lance, en signe d’avertissement :

- Si j’étais toi, je dirais rien à maman. Ça pourrait la mettre en colère. Très en colère.

Commenter  J’apprécie          20

En se garant dans la cour intérieure des Grands Moulins de Paris, réhabilités à grands frais pour y accueillir le siège de l'université de Paris-VII Denis-Diderot, Rémi Dubois se dit que, finalement, le site n'a pas perdu sa vocation première. Il y a encore un peu de blé dans ces moulins...

Commenter  J’apprécie          50

- allez docteur balance ton scoop et ne fais pas trop durer le plaisir.

Flachat minaude, il fait mine de se concentrer, fait le tour du bloc, jette un œil à sa montre, soupire longuement puis se lance :

- eh bien voilà, la plupart de ses os ont été cassés, ses doigts, les clavicules, l'humérus, le fémur, le péroné….Messieurs, vous avez devant vous un homme brisé, au sens propre du terme.

Commenter  J’apprécie          30

Il se souvient que, quand il était enfant, il adorait poser tout un tas de questions à leur médecin de famille, sur ses études, sur son travail. Il avait finalement choisi la médecine générale, la seule qui comptait. Celle qui vous permettait d'établir un lien véritable avec vos patients, de suivre leurs enfants, de les accompagner dans les épreuves.

Commenter  J’apprécie          30

Son fils hésite, il aimerait lui dire tant de choses, il aimerait se blottir dans ses bras, pouvoir lui confier ses doutes, ses peines et ses chagrins. Mais tout cela, tout ce qu’un enfant pourrait attendre d’une mère, il n’y a jamais eu droit.

Commenter  J’apprécie          40

Videos de François-Xavier Dillard (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François-Xavier Dillard
Prendre un enfant par la main de François-Xavier Dillard aux éditions Pocket
https://www.lagriffenoire.com/1092811-romans-prendre-un-enfant-par-la-main.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #conseillecture #éditionspocket
autres livres classés : thriller psychologiqueVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Austerlitz 10.5

En 1910, le niveau maximal de la Seine avait atteint :

8.60m
8.62m
8.64m
8.66m

15 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Austerlitz 10.5 de François-Xavier DillardCréer un quiz sur ce livre