AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782956773542
96 pages
Éditeur : Blast (15/01/2021)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 6 notes)
Résumé :
C'est à Guède, dans les replis de l'indigo et du pastel, qu'Irène perd le souffle. Dans l'entreprise qui l'embauche, la verticalité l'assomme. A mesure qu'elle incorpore les directives qu'elle reçoit et dont elle est relai, elle assiste à son propre effacement. Quelque chose dysfonctionne au bureau : la hiérarchie, les objectifs de la boîte, les rapports de pouvoir entre services et personnes, le sexisme décomplexé.
Le climat propice à l'emprise exacerbe l'ab... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
hcdahlem
  26 avril 2021
Le blues de la cadre supérieure
Dans un percutant premier roman, Lou Dimay raconte l'horreur économique. La pression mise sur une cadre supérieure pour réussir un projet industriel sous le regard croisé de ses supérieurs et de ses collaborateurs.
Irène a quitté sa ville pour un nouvel emploi. En arrivant à Guède, elle trouve un petit hôtel, mais pourra très vite le quitter pour un logement que lui a proposé Jihane, lorsqu'elle s'est rendue compte qu'elle était nouvelle dans la région.
Côté travail, il y a tout à faire. Son poste d'«interfaceuse» vient d'être créé, dans le but de rassembler les productions d'indigo et de pastel, jusque-là en concurrence. «Notre rôle est de les connecter, de les mettre en synergie pour construire de nouvelles procédures, inventives mais rentables, pour que les teintes produites se diversifient en réponse à la demande du marché.» Projet ambitieux dans lequel elle s'investit totalement sous l'oeil de Romuald qui a tracé sa route et avec l'aide de Colombe qui avait un temps lorgné son poste de direction. L'équipe se compose en outre de Camille, Julie, Angèle et Frank. Après les premiers tâtonnements, les problèmes de communication, le projet semble avancer, les rôles bien répartis. Mais la charge de travail devient de plus en plus lourde: «Pause méridienne raccourcie, Sandwich avalé rapidement. Ventres alimentés devant les écrans bleus. Abattre le travail, nourrir les machines, rédaction de conventions, préparation de guides financiers, rapports d'activité intermédiaires, lettres officielles, travaux à superviser, avenants...» Une pression qui transforme les relations, crispe les hiérarchies et pousse au crime. La jalousie vient se mêler à la tension, le sexisme à la rivalité, l'envie à la vengeance.
Lou Dimay raconte dans ce petit conte cruel la vie de l'entreprise qui, sous couvert de performance et de grands projets, met les cadres sous pression et les pousse à bout. Quand quelqu'un réussit, alors cette personne est mise en lumière. Mais toute lumière déploie sa part d'ombre. Une ombre propice aux tractations secrètes et aux coups bas. le tout s'achevant dans un bain... d'indigo.
Ce fulgurant récit de la violence économique gagnerait à être distribué dans toutes les écoles de commerce!
Seul petit bémol, l'emploi de l'écriture inclusive qui entrave la lisibilité du texte.

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Maks
  15 février 2021
Nous sommes ici sur un court roman, une novella même car il y a ni plus ni moins cent pages dans un format poche, cela n'enlève rien à la qualité du récit.
Récit que j'ai apprécié, lors des premières pages on se demande un peu où nous emmène l'auteure mais très vite l'histoire s'installe et là ça devient intéressant.
Le lecteur suit "Irène" dans son nouvel emploi, un poste compliqué et peu défini par la hiérarchie.
Elle va se démener, se battre, sombrer dans cette histoire qui parle de la pression au travail, des coups bas, des mensonges, du harcèlement moral en entreprise au nom de la productivité et de l'efficacité.
La plume de Lou Dimay est très belle et forte, parfois mélancolique ou encore poétique, belle dans la forme, forte dans les émotions ce qui fait que l'on se sent vraiment auprès du personnage d'Irène.
Seul point faible à mon goût, la fin, car même si je l'ai comprise, la dernière action m'a laissé ahuri et désarmé par rapport au reste de l'histoire.
L'illustration de couverture, elle, est très sympa, et signée "Camille Laforcenée".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LesMauxDits
  22 janvier 2021
Je tenais à remercier les Éditions Blast et Babelio qui m'ont permise de faire cette jolie découverte dans le cadre de l'opération « Masse Critique ».

Un texte court, en tension, tout en finesse et subtilité. Des non-dits, des situations criantes effleurées, montrées, devinées. Une histoire que se lit d'une traite, qui étouffe petit à petit, jusqu'à l'expiration finale. On peut respirer, reprendre son souffle arrêté.
Ce roman de Lou Dimay est d'une simplicité et d'une maîtrise vraiment plaisante. Elle narre la banalité du mal, la souffrance infligée, déshumanisée, la machine implacable du travail qui essore, utilise, détruit. Jusqu'à la perte de sens totale. Autrice, chercheuse et enseignante, Lou Dimay décrit sa démarche sur son blog : « […] j'ai trouvé dans l'écriture les conditions de la survie, l'activation d'autres possibles et la vitalité de la révolte face aux violences ordinaires et aux rapports de domination de « l'ordre social » ».
« Combien de fois faudra-t-il mourir pour être en vie? »
Irène va prendre un nouveau poste dans une ville inconnue. Elle quitte tout sans regret pour cette nouvelle vie qu'elle semble attendre avec impatience, pour « retrouver la surface ». Elle arrive dans la ville de Guède, où tout est bleu, du pastel à l'indigo. C'est d'ailleurs dans une usine de production de couleur qu'elle va travailler. Jeune « bleue » pleine d'entrain, elle se verra directrice de l'innovation, où on l'accueille avec des « bon courage ». le ton est donné.
Elle commence à peine à prendre ses marques que les attaques vont arriver, de sa propre équipe. Colombe, qui occupait plus ou moins son poste mais a finalement renoncé, tente de la déstabiliser. Elle semble fragile, et pourtant si pleine de ressources et incroyablement forte pour poser problème à Irène. Tout reste professionnel en surface, les traces écrites sont parfaites, mais tout est fait en sous-main pour viser Irène. La situation se tend, les coups bas s'accumulent, ca devient irrespirable.
Tout en métaphores poétiques autour du bleu, qui distille l'ambiance de vague à l'âme, de douceur mais aussi de froideur glaçante, j'ai beaucoup aimé ce roman sur la souffrance au travail, le harcèlement et la la malveillance humaine. Et attention aux apparences…
Lien : https://lesmauxdits.fr/2021/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
soeurcierelitteraire
  25 janvier 2021
Irène arrive dans la ville fictive de Guède pour son nouveau travail dans une entreprise fabriquant des teintures pastel et indigo. le bleu — et le blues — s'immiscent dans toutes les failles de sa vie, dans le nom de sa ville, dans les costumes, sur les écrans, dans l'eau, dans le ciel.
Deux langues s'affrontent dans « le souffle » : celle de l'entreprise et celle de la poésie. D'un côté, il y la productivité effrénée, la verticalité de la hiérarchie, les fonctions aux noms obscurs. de l'autre, le mouvement du vol des oiseaux. D'un côté, les énumérations de responsabilités qui donnent le tournis. de l'autre, des vers comme une respiration.
Le style de Lou Dimay reflète parfaitement le choc entre vie professionnelle et prendre le temps. Entre onirisme et dure réalité, son texte nous révèle à nous-mêmes. Et à notre besoin de reprendre, enfin, notre souffle.
Commenter  J’apprécie          40
lapauselibrairie
  26 janvier 2021
L'objet livre va vous surprendre, son format qui tient dans une main, 90 pages à lire d'une traite et ce bleu...
Cette illustration indigo réalisée au coup de crayon et ce visage qui se reflète dans la tasse, démontrent parfaitement l'ambiance oppressante de l'histoire.
Irène, elle directement ou à la troisième personne, suivant le saut des chapitres, témoigne des agissements en entreprise, des incongruités qui rendent la vie difficile à en perdre haleine, le souffle...
Première fois que je lis un ouvrage avec l'écriture inclusive et c'est aucunement dérangeant !
Un ouvrage court mais direct, qui vous fera aimer le confinement et le télétravail !
"Je ferme la porte de mon bureau pour laisser l'air entrer"
Très bonne découverte de cette autrice et de cette maison d'éditions ! Merci Babelio pour l'opportunité !
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LesMauxDitsLesMauxDits   22 janvier 2021
Tous les matins, le même rituel.

Irène arrive la première dans les bureaux. Elle ouvre les portes, les fenêtres. Allume la cafetière, jette le vieux filtre de la veille à la poubelle. Le café disparaît à vue d’oeil.

Elle connecte son ordinateur. Salue parfois la femme de ménage, dont elle ne connaît pas le nom, qui quitte son poste quand Irène prend le sien. Service externalisé
Commenter  J’apprécie          20
LesMauxDitsLesMauxDits   22 janvier 2021
Combien de fois faudra-t-il mourir pour être en vie?
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : harcèlementVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

La ferme des animaux ( G. Orwell )

Comment s’appele Le plus vieux cochon qui apparaît au début du livre ?

Brille babil
Ancien cochon
Sage l’ancien

8 questions
247 lecteurs ont répondu
Thème : La ferme des animaux de George OrwellCréer un quiz sur ce livre