AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782756093253
Éditeur : Delcourt (15/03/2017)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Merriwether Lewis et William Clark, accompagnés des survivants de leur expédition, poursuivent vers l'ouest à travers les territoires américains inconnus. Ils doivent cependant se rendre à l'évidence : lorsque l'on est coincé sur un bateau, il n'y a pas vraiment de fuite possible... Et les dangers auxquels ils ont du faire face lors de la première partie de leur voyage ne sont rien au regard de ce qui les attend.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Verdorie
  08 avril 2018
Quelques semaines après les aventures horrifiques du premier tome de ce comics, nous retrouvons Lewis et Clark, continuant leur exploration du territoire nord-américain. Voguant sur une rivière qui leur réserve de nouvelles surprises et devant faire face (comme le sous-titre de ce tome l'indique) aux amphibiens et insectes aussi étranges que monstrueux.
Or, les deux explorateurs auront également fort à faire à essayer d'endiguer les envies de l'équipage masculin, depuis que (à la fin du premier volume) des survivantes sont montées à bord, dont une bien jolie jeune fille...
Comme dans le tome précédent, on suit la narration très terre à terre de Lewis qui consigne les découvertes des espèces dans un journal de bord et qui invente une technique risquée -pourtant logique- pour sortir son équipage du pétrin.
Malgré une faune pour le moins insolite (mais elle sort d'où celle-là et surtout pourquoi ?), à aucun moment on se dit : « c'est tiré par les cheveux, tout ça », non, on y croit !
Comme on ajoute foi aux dessins détaillés et marquants de Matthew Roberts qui « chatouillent » toujours agréablement les rétines. (mais âmes sensibles... etc., les quelques planches gore sont tout autant fouillées).
Une réussite narrative aussi bien que graphique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          223
Presence
  17 mars 2017
Ce tome fait suite à Manifest Destiny, tome 1 : La Faune et la flore (épisodes 1 à 6) qu'il faut avoir lu avant. Il contient les épisodes 7 à 12, initialement parus en 2014, écrits par Chris Dingess, dessinés et encrés par de Matthew Roberts, avec une mise de couleurs d'Owen Gieni.
Ce tome commence le 18 juin 1804, peu de temps après la fin du premier. Meriwether Lewis continue de tenir 2 journaux de bord : l'officiel et celui qui relate les vrais objectifs de la mission. Alors que la remontée de la rivière se poursuit, le navire s'échoue sur un obstacle immergé. le capitaine William Clark prend la décision de débarquer une partie des hommes à terre pour explorer, pendant le capitaine Meriwether Lewis reste à bord pour essayer de comprendre ce qui bloque le bateau.
Parmi les rescapés du village de la Charrette, Irène Lebrun obtient la permission de descendre à terre, chaperonnée (ou plutôt protégée) par le caporal Hardy. Madame Magdalene Boniface choisit de rester à bord pour servir d'assistante au capitaine Lewis. À terre, comme sous le navire, les hommes découvrent des créatures bizarres, et une nouvelle arche.
Après un premier tome enchanteur, le lecteur retrouve cette variation sur le voyage vers l'ouest de Clark & Lewis, commandité par le président Thomas Jefferson. Dingess et Roberts continuent leur amalgame élégant pour cette exploration, mélangeant horreur générée par la présence de monstres, et horreur provenant du comportement des individus. de manière habile, ils ont bâti la structure de leur récit sur cette expédition historique réelle, en jouant sur le fait que ces explorateurs s'attendaient en partant, à découvrir des vestiges extraordinaires, tels que des mammouths ou des montagnes de sel (véridique). le lecteur peut également identifier des individus ayant eu une réalité historique comme les 2 capitaines, mais aussi Sacagawea et Toussaint Charbonneau.
Cette dynamique s'avère très efficace, le lecteur découvrant avec une grande curiosité les surprises de cette expédition. Pour commencer, il y a le plaisir immédiat dérivé du récit de genre "horreur", devant les monstres imaginés par les auteurs. le parti pris naturaliste de Matthew Roberts donne une grande vraisemblance à ces monstres (amphibia & insectia), avec des caractéristiques empruntées au règne animal. Cette approche est en phase avec le principe d'une expédition à visée scientifique, avec un botaniste à son bord. Non seulement Matthews a un vrai don pour représenter les bestioles et les monstres, mais en plus Owen Gieni réalise des mises en couleurs sophistiquées qui rehaussent et nourrissent les dessins, sans les écraser.
Tout du long, le lecteur peut se plonger dans cet environnement naturel, dense et authentique, grâce à la combinaison des dessins et des couleurs. Il peut voir le courant du fleuve, examiner les herbes poussant dans son lit, constater la densité de la forêt, détailler la forme des pétales d'une fleur aux vertus essentielles, apprécier l'humidité de la peau des grenouilles, ou la carapace mate des insectes. le lecteur a le plaisir de voir une nouvelle arche, tout aussi bien intégrée dans l'environnement que celle du premier tome, avec ce gigantisme qui provoque immédiatement un sentiment d'émerveillement mêlé d'effroi.
Le lecteur côtoie également les individus de près, grâce aux notes du journal de Lewis. Dingess s'en sert à la fois pour rappeler au lecteur le nom des personnages, Lewis notant comment les rescapés de la Charrette s'intègrent au reste de l'équipage, et à la fois pour exposer les réflexions du personnage. Les dessins et la mise en couleurs donnent une identité visuelle spécifique à chaque personnage, sans recourir à des artifices grossiers. Certes, le lecteur identifie Charbonneau à la forme de son chapeau, et Sacagawea à la couleur de sa peau. Mais tous les personnages disposent de leur propre tenue, et d'un visage qui est leur propre.
Sans bulle de pensée ou cellule explicative, Dingess compose chaque scène de manière à faire ressortir le comportement de chacun, en fonction de ses motivations. le lecteur peut ainsi apprécier la fragilité de l'équipe composée de militaires et de repris de justice. Il n'éprouve aucun doute sur le fait que la majorité des marins considèrent les 3 femmes comme des proies potentielles, et que ces dernières mettent en oeuvre des stratégies pour ne jamais se retrouver seules. de même il n'y a pas de personnage lisse. Même les 2 capitaines ne se limitent pas à des héros au coeur pur. Ils ont aussi leur propre motivation et leur part d'ombre. Dingess n'en fait pas des enfants de choeur, et il sait montrer que la discipline dans une telle équipe doit être appliquée sans hésiter.
À la fin du premier tome, le lecteur émerveillé pouvait craindre que, l'effet de surprise étant passé, le deuxième tome perde de sa capacité de divertissement. Il n'en est rien. Matthew Roberts et Owen Geni continuent de créer une nature sauvage séduisante et dangereuse. Ils apportent un grand soin à la conception graphique des monstres pour qu'ils semblent naturels dans ce milieu. Ils dépeignent des individus crédibles et réalistes, avec leurs particularités tant morphologiques que vestimentaires.
De son côté, Chris Dingess développe son récit avec une grande habilité. le lecteur sait que cette expédition s'enfonce en territoire inconnu (pour l'homme blanc) et que les surprises sont nombreuses. Néanmoins le récit ne se réduit pas à une succession d'apparitions monstrueuses. Dingess dose avec soin et finesse ses composants : vie quotidienne sur e navire, dynamique de groupe complexifiée par les criminels et les survivants du village, stratégie pour se défendre contre les monstres et contre les prédateurs humains, mission officielle et mission officieuse, personnalités complexes et affirmées. Il rythme sa narration avec adresse, trouvant le bon équilibre entre les scènes d'action haletantes, et les périodes calmes, au rythme de la nature et de la progression du navire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (4)
BDGest   18 avril 2017
Un cran au dessus du premier opus, Amphibiens et insectes, tout en s'autorisant une avancée dans l'intrigue foldingue, met l'accent sur l'humain, ses forces et ses faiblesses en temps de crise.
Lire la critique sur le site : BDGest
Bedeo   04 avril 2017
L’atmosphère de ce comic, qui mêle couleurs historiques, décors fantastiques et monstruosités mythologiques est parfaitement rendue, bien en place et qui mérite de nombreuses suites.
Lire la critique sur le site : Bedeo
ActuaBD   03 avril 2017
Une révélation comics qui se confirme.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   31 mars 2017
Ce second tome nous conforte dans l'idée que ce titre est l'une des bonnes surprises de ces derniers mois et qu'il mérite que les lecteurs s'y intéressent de plus près.
Lire la critique sur le site : Sceneario

Lire un extrait
Video de Chris Dingess (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chris Dingess
Comicosity's Hangout featuring Chris Dingess & Matt Roberts
autres livres classés : explorateursVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
668 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre