AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253109075
254 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (31/01/2005)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 419 notes)
Résumé :
Salie vit en France. Son frère, Madické, rêve de l’y rejoindre. Mais comment lui expliquer la face cachée de l’immigration, lui qui voit la France comme une terre promise où réussissent les footballeurs sénégalais, où vont se réfugier ceux qui, comme Sankèle, fuient un destin tragique ?

Les relations entre Madické et Salie nous dévoilent l’inconfortable situation des « venus de France », écrasés par des attentes démesurées de ceux qui sont restés au p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
Zebra
  23 mars 2013
Fatou Diome a 32 ans quand elle écrit « Le ventre de l'Atlantique ». Enfant illégitime, Fatou est née au Sénégal puis elle a émigré en France, à Strasbourg, où elle termine en 2003 un doctorat de lettres modernes. Rejetée par les siens pour cause d'illégitimité, elle se propose dans cet ouvrage de nous expliquer l'Afrique, mettant l'accent sur la vraie nature de l'Eldorado que représente la France pour les jeunes Sénégalais.
Dans ce premier roman, Fatou se met en scène : elle raconte, sans pudeur, son émigration, ses joies et ses déboires. Son regard est lucide, acéré et sans complaisance : elle dénonce les obstacles à l'immigration, les rigueurs de l'hiver strasbourgeois, les chimères, la pauvreté, la précarité des exilés, leur misère, la promiscuité des foyers Sonacotra, la ségrégation, le racisme et la solitude de ses frères Sénégalais, partis à la recherche d'un petit coin de paradis. La France, terre d'accueil, a un gout amer pour Fatou Diome. Elle se souvient. Son frère, voulait la rejoindre pour entrer dans un club de foot, devenir un champion et gagner des millions : l'argent, synonyme d'ascenseur social, était censé faire des miracles. Il la relançait au téléphone, sans arrêt, et lui demandait de lui payer un aller simple en avion pour venir en France. Fatou arrivera à l'en dissuader. Elle a eu du mal à lui faire comprendre et à faire admettre aux siens que cette France mythique vers laquelle ils portaient tous leurs regards ne valait pas leur petit coin de terre, Niodor, petite ile située au sud-ouest du Sénégal, lieu de naissance de la narratrice.
Le style de Fatou Diome est vivant, assez coulé, attachant, fleuri et parfois passionné. Vous découvrirez des scènes de vie du village, la gastronomie locale réduite au couscous de poisson, au thiéboudjéne et au poulet yassa, les coutumes ancestrales, les marabouts qui promettent monts et merveilles (« elle courra derrière toi comme un chien derrière son maitre »), les parents qui marient leurs filles de force, les petits commerce, les dettes qu'on ne peut rembourser, des émotions, des cris de désespoir et des joies. Dans le récit de Fatou Diome, l'Afrique en prend également « pour son grade », car, voyez-vous, l'Afrique n'est pas un Eldorado sauf pour quelques quinquagénaires occidentaux attirés par les beautés locales, tentés par de petits trafiques et se soulant au whisky dans des hôtels cinq étoiles pour touristes. Quelques touches de poésie émaillent l'ouvrage. Les personnages sont très typés : il y a Salie (en fait l'auteure) qui vit en France, Mandické qui veut devenir champion de foot dans un club Français, Sankélé jeune femme au destin tragique (puisque son mari jette en mer le fruit illégitime de ses entrailles), El-Hadj, l'homme de Barbès, revenu à Niodor après s'être enrichi à Paris, Paolo Maldini, superbe idole du football Italien, Ndogou, ex-collégienne et responsable du centre téléphonique de Niodor, Ndétaré, l'instituteur marxiste et syndicaliste qui apprendra quelques rudiments de français à Mandické, Moussa, immigré qui reviendra au pays en charter, encadré par les gendarmes, et qui se suicidera, incapable de se refaire une vie convenable au pays, Gnarelle, une seconde épouse (au Sénégal, c'est la polygamie), qui pour récupérer son mari n'hésitera pas à coucher avec un marabout, Garouwalé, grand adolescent toujours prêt à dire et à redire, et encore bien d'autres ...
Alors, ce premier roman vaut-il le détour ? Oui, si vous êtes passionné par les problèmes de l'immigration. Mais, autant vous le dire, dans cet ouvrage le football est partout, alors si vous n'êtes pas accroc à ce sport vous aurez probablement du mal à poursuivre votre lecture. Un autre point à noter, « Le ventre de l'Atlantique » a manifestement été écrit par une auteure que les thèses marxistes ne laissaient pas indifférente : en Europe, vous êtes d'abord noirs, accessoirement citoyens, définitivement étrangers (page 202). Alors, au-delà de l'absence de concessions, vous aurez peut être l'impression de lire un tract stigmatisant la condition ouvrière des immigrés Africains en France car l'Afrique y apparait comme manifestement manipulée par l'occident : génération africaine de la mondialisation, attirée, puis filtrée, parquée, rejetée, désolée, nous sommes les Malgré-nous du voyage (page 250). Un peu grosse, la ficelle ? Peut-être, car si l'Afrique peine à retenir les siens c'est aussi parce qu'elle ne se presse pas de bâtir les conditions de la confiance dans un avenir local. Maintenant, prenons un peu de recul. Ce que nous conte Fatou Diome, c'est le mal-être de tout être humain déraciné. Elle sent manifestement qu'elle n'est plus tout à fait Sénégalaise et qu'elle ne sera jamais tout à fait Française. C'est probablement la triste réalité de tout immigré, qu'il soit Africain, Brésilien, Russe, Chinois ou d'une autre nationalité. Fatou est une exilée en permanence (page 294); elle est désespérément en quête d'une terre d'accueil (page 295). Douce utopie ? On est toujours rattrapé par son histoire personnelle, accroché à ses racines. Alors oui, Fatou Diome souffre : elle écrit, répondant à une voix intérieure qui lui intime d'obéir, pour dire et faire tout ce que sa mère n'a pas osé dire et faire (page 262) mais aussi pour exprimer sa solitude d'immigrée et son regret d'être rendue si loin du rugissement des pagaies, des parfums de la mer et des algues de l'Atlantique. le mal du pays dans toute sa splendeur !
Un livre authentique, simple, à mi-chemin entre politique et roman auto-biographique. A ne pas négliger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          797
carre
  07 octobre 2012
Voilà un premier roman enthousiasmant qui montre avec un regard acéré, la chimère que représente la France pour de jeunes africains. Salie elle, est sur le sol français, seule après un mariage et un divorce qui la laisse seule et désemparée, elle découvre bien vite que l'Eldorado est jonché d'obstacles, bien loin de l'image rêvée. Que la précarité est le lot de nombreux exilés. Son jeune frère Madické, plutôt bon footballeur rêve de rejoindre sa soeur pour lui aussi « profité du Paradis idyllique ».
Un double regard que Fatou Diome (qui elle-même a vécu cette expérience en débarquant à Strasbourg) sait de quoi elle parle.
Son roman est réussit car il n'est jamais dictatique, l'auteur manie avec talent humour, légèreté, pour porter un regard lucide sur une triste réalité. le tout dans un style fluide, généreux et très attachant. L'espoir fait vivre, mais combien de temps ?
Un joli roman pour découvrir l'univers de Fatou Diome.
Commenter  J’apprécie          791
popie21
  22 septembre 2019
Le Ventre de l'Atlantique c'est l'île de Niodior, île sénégalaise dans la région du Sine-Saloum. Sur ce morceau de terre battu par les marées les quelques habitants vivent essentiellement de pêche, d'agriculture vivrière et de rêves. Rêves d'évasion, rêves de richesse, rêves de sportifs adulés, tout les portes vers la France. Il reste à Niodior "une sorte de colonisation mentale". "À leurs yeux, tout ce qui est enviable vient de France."
L'héroïne, enfant illégitime, a fini par s'exiler et vit en France. Ce choix ne s'est pas fait de gaieté de coeur et elle ne vit que pour sa passion de l'écriture et pour son demi-frère Madické. Fatou Diome réussit à nous faire emprunter sa souffrance, sa double appartenance, elle est partout chez elle mais ne se sent nulle part légitime, Noire en France, égoïste et individualiste dans son village natal.
Madické est trop jeune pour comprendre et dédie tout son temps libre à sa passion, le football. Admirateur du joueur de la Squadra Azzurra Maldini, qu'il rêve de rencontrer une jour, il n'a d'yeux que pour la France et son équipe nationale composée de nombreux joueurs sénégalais. Lui et ses jeunes compagnons de jeu n'ont qu'un voeu : partir pour la France et y faire fortune. Les rares exilés rentrés avec succès au bercail, les poches pleines et la bouche conteuse, les poussent en ce sens.
Mais où est la vérité dans ce jeu de dupes ? Les hommes rentrés au village racontent-ils vraiment la façon dont la France, pays des Droits de l'Homme les a accueillis ? La vie en France est-elle aussi facile qu'il y semble ?
La soeur de Madické, elle, sait que le racisme y est toujours vivace, que le chômage y est bien présent et que, sans papiers et sans qualifications, la course à l'emploi est une chasse au trésor qui mène le plus souvent au poste de police. Après un petit séjour en cellule on vous remet finalement votre trésor, "une IQF, une invitation à quitter la France". Elle sait aussi que, "Blottis sous les ponts ou dans les dédales du métro, les SDF doivent parfois rêver d'une cabane en Afrique."
Aidée de Ndétare, l'instituteur du village qui tente sans repos de raisonner les jeunes de l'île, elle fait tout son possible pour que son petit frère adoré ne se trompe pas de chemin. Mais comment faire entendre raison à des enfants innocents ? Comment affronter son frère, ce jeune homme prêt à sortir ses griffes si on l'empêche de suivre son destin ?
C'est ainsi que Fatou Diome, utilisant adroitement sa propre expérience, aborde les différents problèmes liés à l'émigration et à l'immigration, sans langue de bois, sans épargner personne. D'une franchise absolue et avec beaucoup d'humour, elle dénonce aussi bien les indélicatesses de la France et son racisme perfide, que le poids du devoir qui accompagne la vie sur son île, une vie âpre et dédiée au partage. En comparaison, la vie occidentale et sa culture de l'individu libère des contraintes de la communauté mais en contrepartie confronte à "l'Ultra Moderne Solitude".
Le style de Fatou Diome est très abordable et sans fioritures, il a seulement manqué pour moi de fluidité et de constance : il est à la fois truffé de magnifiques perles telles :
"Pêcheur de fortune, il se sentait pris dans les filets du destin. Son horizon se liquéfiait sous ce longs cils noirs."
"Seul, face à l'eau, il dérivait comme une barque vers la mer noire de ses souvenirs."
"Sur ce coin de la Terre, sur chaque bouche de femme est posée une main d'homme."
"Le sentiment d'appartenance est une conviction intime qui va de soi ; l'imposer à quelqu'un, c'est nier son aptitude à se définir librement."
mais aussi de longueurs, entre autres sur le football qui occupe une grande place dans le roman. Non pas que je déteste ce sport (faux !), mais le résumé de la finale de la Coupe d'Europe France/Italie 2000 ne fût pas vraiment une sinécure pour moi... J'ai noté toutefois que c'était l'occasion pour Fatou Diome de dénoncer un marché juteux et une belle hypocrisie comme le recrutement de jeunes joueurs étrangers à qui on promet monts et merveilles mais qu'on renvoie sans scrupules et sans ballons dans leur pays d'origine s'ils ne tiennent pas leurs promesses. La peau noire est acceptable à condition de faire honneur au pays mais gare au faux pas ou de fabuleux français, vous redevenez juste Noir.
Bref, un bon premier roman avec de très belles choses et quelques longueurs qui me font baisser la note, mais "C'est un beau roman, c'est une belle histoire" et j'en recommande la lecture.
Je remercie chaleureusement mon ami aouatef79 qui m'a fait découvrir cette auteure vers laquelle je reviendrai sans hésitation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5112
nadiouchka
  11 juin 2019
Auteure sénégalaise, Fatou Diome, née à Niodior, a écrit son premier roman, « Le ventre de l'Atlantique », pour lequel elle s'est inspirée de son histoire personnelle entre le Sénégal et la France.
La narratrice, Salie, est partie en France mais son frère Madické, resté au pays, veut la rejoindre et pendant ce temps, il demande à Salie de lui commenter tous les matches de football qui l'intéressent - ardent admirateur d'un certain Maldini et de Platini (entre autres), il la harcèle.
D'ailleurs, il est beaucoup question de certains matches et notamment, le plus important, la victoire du Sénégal sur la France à l'ouverture de la Coupe du Monde en 2002. Mais si ce thème sportif est largement évoqué , il y aussi, plus grave : la question de l'exil, de l'immigration avec sa vie difficile. C'est que la France n'est pas la Terre Promise que l'on croît ni l'Eldorado. Fatou est bien placée pour le savoir, elle qui s'est retrouvée à Strasbourg.
Salie ne sait pas comment convaincre son frère en lui disant qu'il ne suffit pas de quitter sa terre natale pour trouver le bonheur et la richesse.
C'est ainsi que sur un fond de sport qui attire autant de jeunes, se pose cette dure question de l'exil. Salie évoque ses souvenirs sur l'instituteur Monsieur Ndétare qui lui a permis d'aller à l'école – elle se remémore « l'homme de Barbès » qui, parti du Sénégal, est revenu riche mais a caché les bidonvilles et la misère …. Combien d'autres ne sont pas arrivés à réaliser leur rêves ? Combien de souffrances et de regards malsains à cause de leur couleur ?
C'est ce que ne comprend pas Madické car, pour lui, venir en France, c'est gagner des millions comme ces footballeurs qu'il admire tant.
Par contre, pour Salie : « L'exil, c'est mon suicide géographique. L'ailleurs m'attire car, vierge de mon histoire, il ne me juge pas sur la base des erreurs du destin, mais en fonction de ce que j'ai choisi d'être. (…) Partir, c'est mourir d'absence. On revient, certes, mais on revient autre. » (p.226/227)
Elle tente d'expliquer comme elle peut, que « Liberté, égalité, fraternité » est une illusion pour les immigrés : tout n'est pas si blanc chez « les Blancs ». Et pourquoi quitter ce ventre de l'Atlantique où l'on s'en sort tant bien que mal, même si aux repas il y a surtout du couscous au poisson ?

Difficile de porter un jugement sur ce thème qu'a choisi Fatou Diome, mélangeant l'humour caustique, la dure réalité, le mirage de l'immigration pour ceux qui veulent fuir la pauvreté (ou la mort).
Son premier roman est d'une justesse infaillible et, si ici il s'agit du Sénégal, on retrouve le même problème chez tous ces peuples qui émigrent au péril de leur vie : « tant qu'à mourir, autant tenter sa chance - plus rien à perdre.»
« Le ventre de l'Atlantique » peut plaire aux amoureux du ballon rond et aux autres pour ces tragiques questions toujours d'actualité, ce désir de fuite.
Je termine à présent ma chronique car si le livre n'est pas très épais, il est riche en réflexions.
Ma conclusion est tirée des dernières lignes de l'ouvrage : « Je cherche mon territoire sur une page blanche : un carnet, ça tient dans un sac de voyage. Alors, partout où je pose mes valises, je suis chez moi. (…) Partir, vivre libre, et mourir, comme une algue de l'Atlantique. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          415
aouatef79
  05 mars 2019
"Le Ventre de l' Atlantique", est le premier roman de l'écrivaine sénégalaise ,Fatou Diomé .Cette dernière , après quelques aléas de la vie ,s' est installée à Strasbourg après avoir divorcer d' avec son mari français .Elle s' est inscrite à l' université de cette ville où elle à fait des études supérieures et a obtenu son doctorat en Lettres françaises .
Ce roman est aussi autobiographique .Madické est le frère de Fatou il vit au pays , le Sénégal .Il a un rêve :devenir un footballeur professionnel à l'instar de son idole ,Paolo Maldini .En téléphonant chaque semaine à sa soeur pour lui venir en aide et rentrer en France pour réaliser son rêve .La soeur est harcelée et essaie de convaincre son frère qu' il y a une grande distance entre le rêve et la réalité .Elle lui explique la précarité des immigrés africains
en France .
Caustique et humoristique, le roman "Le Ventre de l'Atlantique",explore avec lucidité et perspicacité la question migratoire .L' auteure ,nous convie à
un voyage mental et social au coeur de l'immigration .Le thème de cette dernière est abordé à travers le prisme du foot-ball .
Il s' agit d' un récit poétique sur l' immigration ".Le Ventre de l' Atlantique",
est un roman qui a placé , son auteure ,Fatou Diomé ,comme une grande
figure de la littérature féminine africaine .
Un bon et beau roman qui mérite d' être lu et médité .


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          454
Citations et extraits (102) Voir plus Ajouter une citation
ZebraZebra   26 mars 2013
page 121
[...] Authentique guelwaar, Moussa flânait, altier, les mains dans les poches, les yeux gourmands d'images, les poumons remplis d'aise, se laissant guider par les fantaisies des urbanistes. Il ne remarqua qu'au dernier moment ce comité d'accueil, qui l'avait repéré à son air ébloui et le suivait depuis quelques dizaines de mètres.
- Tes papiers !
Il se retourna, surpris par l'ordre, et vit un képi qui ombrageait des sourcils fournis et deux miniatures d'océan. Un soleil frileux lança un dernier clin d’œil et se retira sur la pointe des pieds pour aller rendre compte à Dieu.
- J'ai dit tes papiers, négro !
- Ils sont chez le patron, dit-il, confiant.
- Quel patron, et puis où ça ? hurla l'autre képi.
- Le patron du bateau, là-bas, au port, assura-t-il.
- Voyez-vous ça, commenta le premier képi, monsieur est un seigneur, il a besoin d'un porteur pour ses papiers ...[...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
CalamityJahCalamityJah   04 novembre 2015
Chez moi ? Chez l'Autre ? Être hybride, l'Afrique et l'Europe se demandent, perplexes, quel bout de moi leur appartient. Je suis l'enfant présenté au sabre de Salomon pour le juste partage. Exilée en permanence, je passe mes nuits à souder les rails qui mènent à l'identité. L'écriture est la cire chaude que je coule entre les sillons creusés par les bâtisseurs de cloisons des deux bords. Je suis cette chéloïde qui pousse là où les hommes, en traçant leurs frontières, ont blessé la terre de Dieu. Lorsque, lasses d'être plongées dans l'opaque repos nocturne, les pupilles désirent enfin les nuances du jour, le soleil se lève, inlassablement, sur des couleurs volées à la douceur de l'art pour borner le monde. Le premier qui a dit : « Celles-ci sont mes couleurs » a transformé l'arc-en-ciel en bombe atomique, et rangé les peuples en armées. Vert, jaune, rouge ? Bleu, blanc, rouge ? Des barbelés ? Évidemment ! Je préfère le mauve, cette couleur tempérée, mélange de la rouge chaleur africaine et du froid bleu européen. Qu'est-ce qui fait la beauté du mauve ? Le bleu ou le rouge ? Et puis, à quoi sert-il de s'en enquérir si le mauve vous va bien ?
Le bleu et le rouge, les chants et les loups, je les ai dans la tête. Je les emporte partout avec moi. Où qu'on aille, il y aura toujours des chants et des loups, ce n'est pas une question de frontières.
Je cherche mon pays là où on apprécie l'être-additionné, sans dissocier ses multiples strates. Je cherche mon pays là où s'estompe la fragmentation identitaire. Je cherche mon pays là où les bras de l'Atlantique fusionnent pour donner de l'encre mauve qui dit l'incandescence et la douceur, la brûlure d'exister et la joie de vivre. Je cherche mon territoire sur une page blanche ; un carnet, ça tient dans un sac de voyage. Alors, partout où je pose mes valises, je suis chez moi. Aucun filet ne saura empêcher les algues de l'Atlantique de voguer et de tirer leur saveur des eaux qu'elles traversent. Racler, balayer les fonds marins, tremper dans l'encre de seiche, écrire la vie sur la crête des vagues. Laissez souffler le vent qui chante mon peuple marin, l'Océan ne berce que ceux qu'il appelle, j'ignore l'amarrage. Le départ est le seul horizon offert à ceux qui cherchent les mille écrins où le destin cache les solutions de ses mille erreurs.
Dans le rugissement des pagaies, quand la mamie-maman murmure, j'entends la mer déclamer son ode aux enfants tombés du bastingage. Partir, vivre libre et mourir, comme une algue de l'Atlantique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MarsupMarsup   10 mai 2010
"Il arrive qu’un individu devienne le centre de votre vie, sans que vous ne soyez lié à lui ni par le sang ni par l’amour, mais simplement parce qu’il vous tient la main, vous aide à marcher sur le fil de l’espoir."
Commenter  J’apprécie          1420
SophiePatchouliSophiePatchouli   06 mai 2015
Raconter ou pas raconter ? Comment raconter ? Avec ou sans pointillé ? Alors, que faire ? Quelques lignes se dessinent sur le plafond : narrateur, ta mémoire est une aiguille qui transforme le temps en dentelle. Et si les trous étaient plus mystérieux que les contours que tu dessines ? Quelle est donc cette part de toi qui pourrait remplir les trous de ta dentelle ? Qui es-tu?
Métamorphose ! Je suis une feuille de baobab, de cocotier, de manguier, de quinquéliba, de fégnéfégné, de tabanany, je suis un fétu de paille. Faux, puisque le vent ne m'emporte pas ! Métamorphose ! Je suis un bloc de ce mur, un carré de marbre, de granit, une boule d'onyx. Je suis un buste de Rodin, une statue de Camille Claudel. Le temps de la vie me contourne et je suis ce trou dans la dentelle du temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
carrecarre   01 septembre 2015
Mieux que le globe terrestre, le ballon rond permet d'arrêter un instant le regard fuyant de l'Occident, qui, d'ordinaire, préfère gloser sur les guerres, les famines et les ravages du sida en Afrique, contre lesquels il ne serait pas prêt à verser l'équivalent d'un budget de championnat.
Commenter  J’apprécie          561
Videos de Fatou Diome (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fatou Diome
Découvrez les auteurs de notre Rentrée littéraire vous présenter leur roman en vidéo. Le 27 mai dernier, à la Maison de l'Amérique latine, Tommy Orange, Dana Grigorcea, Sana Krasikov, Victoria Mas, Bruno de Cessole, Franck Pavloff, Emmanuelle Favier, Eric-Emmanuel Schmitt, Frédéric Gros, Fatou Diome, Sébastien Spitzer, Alexis Michalik et Amélie Nothomb vous en disaient plus en avant-première sur leur prochain livre !
Découvrir tous les livres de notre Rentrée: https://www.albin-michel.fr/rentree-litteraire-2019
autres livres classés : sénégalVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
268 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre
.. ..