AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782367628523
Éditeur : Audiolib (13/03/2019)
Édition audio (Voir tous les livres audio)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 121 notes)
Résumé :
Que faire face à l'effondrement écologique qui se produit sous nos yeux ?
Dans ce petit livre incisif et pratique, l'auteur de Demain s'interroge sur la nature et sur l'ampleur de la réponse à apporter à cette question. Ne sommes-nous pas face à un bouleversement aussi considérable qu'une guerre mondiale ? Dès lors, n'est-il pas nécessaire d'entrer en résistance contre la logique à l'origine de cette destruction massive et frénétique de nos écosystèmes, comm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
folivier
  09 août 2018
Petit livre dense, percutant, très intéressant dans son approche et venant s'ajouter aux très nombreuses publications tentant de nous alerter, nous sensibiliser, nous faire réagir face aux périls que représentent le changement climatique et l'effondrement écologique conséquences d'une société, une culture, une économie, des politiques dont le ressort vital est la croissance permanente et illimitée.
La première partie de cet essai est interessante de par son approche synthétique de la situation et l'analyse assez objective sur toutes les démarches de sensibilisation qui ont pu être lancée depuis maintenant plusieurs dizaines d'années sans grand résultat dans la prise de conscience collective et surtout dans la mise en oeuvre d'actions impactant concrètement le rapport de forces décisionnaires politiques et économiques. Cyril Dion pose le postulat que toutes évolutions des sociétés humaines n'ont pu se faire qu'à partir du moment où un récit donnait une vision, un espoir fédérateur. Aujourd'hui le constat est que le récit fédérateur demeure la vision d'une société de consommation, d'opulence, du toujours plus. Récit maintenu grâce au trois piliers fondamentaux de nos sociétés capitalistes libérales, Cyril Dion parle d'architecture : gagner sa vie, pour une vie de divertissement, encadré par un réseau de règles et de lois. Finalement,"nos sociétés reposent à la fois sur un récit qui leur donne une direction générale et sur des architectures qui structurent et conditionnent nos façons de vivre" (p96).
Face à cette situation d'urgence deux attitudes possibles. Les adeptes de l'effondrement pensent qu'il est déjà trop tard et qu'il faut maintenant préparer les moyen de survie et de reconstruction. Les autres dont Cyril Dion fait partie, pensent que rien n'est encore perdue qu'il est encore temps d'agir pour amortir les conséquences du changement climatique, s'organiser pour changer nos sociétés, penser globalement et agir localement, par ses actions quotidiennes créer un nouveau récit permettant de fédérer, et que l'une des voies d'évolution prometteuses pourraient être l'action au niveau des villes et notamment les grandes villes métropolitaines qui à elles seules concentrent pratiquement le quart des habitants de cette planète.
Cyril Dion donne envie d'y croire, cependant l'auteur donne lui-même au fil des pages les éléments pour s'interroger non pas de l'efficacité de la démarche mais de cohérence de temps. En début d'essai Cyril Dion cite Yves Cochet ""Bien que la prudence politique invite à rester dans le flou, et que la mode intellectuelle soit celle de l'incertitude quant à l'avenir, j'estime au contraire que les trente-trois prochaines années sur Terre sont déjà écrites, grosso modo, et que l'honnêteté est de risquer un calendrier approximatif. La période 2020-2050 sera la plus bouleversante qu'aura jamais vécue l'humanité en si peu de temps. A quelques années près, elle se composera de trois étapes successives : la fin du monde tel que nous le connaissons (2020-2030), l'intervalle de survie (2030-2040), le début de la renaissance (2040-2050)" ... 2020-2030 c'est demain ! face à cela la démarche des petits pas (Kaizen) proposée par Cyril Dion semble pas assez rapide "Petit à petit, ces récits d'un genre nouveau pourraient mâtiner nos représentations, contaminer positivement les esprits et s'ils sont largement partagés, se traduire structurellement dans des entreprises, des lois, des paysages" (p82). D'autant plus qu'il démontre au travers divers exemples (référendum européen en France, référendum de nouvelle constitution en Islande, le mouvement Nuit Debout à Paris...) comment le poids des oligarchies actuelles, pouvoir économique et financier, pouvoir de l'information et de la maîtrise des données, pouvoir politique bloquent, manipulent, poussent pour maintenir le récit dominant.
Cyril Dion croit que l'action quotidienne individuelle, permanente créera par diffusion le réseau qui fédérera autour d'un nouveau récit les conditions de masse pour faire basculer d'une manière non-violente nos sociétés. Je ne demande qu'à y croire et penser que cela est possible mais l'histoire de l'humanité à toujours montrer que les grandes évolutions et avancées se sont toujours produites avec une rupture brutale et malheureusement violente.
Finalement, après cette lecture, je reste avec beaucoup d'angoisses et pas mal d'interrogations sur la pertinence ce la démarche proposée. le mérite de cet ouvrage est de nous faire réfléchir, de poser à mon sens la vrai cause lié à nos modes de vies, d'expliquer pourquoi face à l'urgence de la catastrophe annoncée le monde demeure inerte et comme tétanisé, et d'inviter à au moins essayer l'agir local car on à tout à y gagner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
topocl
  02 avril 2019
En fin d'année, ce livre  était sur toutes les banques des librairies,en  grosses piles,comme les chewing-gums à la caisses des supermarchés, et ce procédé marketing m'a un peu irritée, Mais le livre me faisait  bien envie, quand même.
J'ai résolu mon problème de conscience en l'offrant tout bêtement à ma mistonne, qui me l'a ensuite refilé.
C'est un petit bouquin  qui répond opportunément  à la logique d'engagement de Martin Hirsch dans La lettre perdue que je viens de lire, qui cherche à rallier du monde, à expliquer pour convaincre.
Cyril Dion commence par tracer un portrait de l'état de la planète et de l'avenir qui nous attend dans un premier chapitre qui s'appelle de façon engageante « c'est pire que vous ne le croyez. » (et c'est bien le cas). Histoire de bien faire comprendre à quel point on a quand même un peu intérêt à se  bouger les fesses.
Il explique ensuite comment on en est arrivé là, sous la triple pression de l'argent triomphant, (d'où la (nécessité de supporter un travail débilitant),  du divertissement envahissant (8 heures d' écrans de divertissement par jour pour un Américain moyen ! aAvec ce que cela implique de captation de temps, d'énergie et d'empathie) ; et de soumission aux lois sous prétexte de sécurité.
Il explique que certains s'en foutent royalement, d'autres pensent que le petit geste quotidien est dérisoire et inutile dans cette situation de toute façon  désespérée et qu'il faut se concentrer sur la recherche de solutions post-apocalyptiques, et que d'autres enfin, dont il fait parti, sont adeptes de la méthode du colibri.Celle-ci, outre ses effets propres, permett la mise en place d'un climat, d'une dynamique se fixant des objectifs atteignables, qui peuvent peut-être paraître dérisoire, mais comme vous le savez, les petits ruisseaux font les grandes rivières.
L'objectif est  l'émergence de mouvements de désobéissance civique pacifiques, de contre-pouvoirs parmi lesquels les villes semblent émerger face au pouvoirs plus centraux et aux multinationales, pour mettre en place des solutions qui commencent à émerger sérieusement et pourraient à terme bouleverser notre paysage politique et écologique.
C'est très bien expliqué, argumenté, facile à lire pour toucher le plus grand nombre, et si cette semaine, j'ai enfin fabriqué la lessive au lierre dont j'avais la recette depuis pas mal de temps , planté quatre salades bio dans mon mini jardin, acheté des ferments pour faire mes yaourts, ce n'est sans doute pas un hasard.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
MarineGiovanne
  22 octobre 2020
Je referme ce livre avec une envie furieuse de l'offrir à tous mes proches et amis. Je ne peux que le conseiller vivement !
Une fois passé le chapitre difficile, mais nécessaire, sur les différents scénarios proposés par les scientifiques sur l'avenir de la planète (et de notre propre avenir, quelque peu menacé), l'auteur propose ses réflexions sur les moyens d'agir en collectif, à travers un récit commun.
Cette lecture aidera les petits colibris qui se sont déjà lancés dans une remise en question de leur mode de vie mais qui désespèrent de voir leur entourage rester de marbre face à l'urgence climatique.
Il parlera aussi aux septiques persuadés que toutes les petites actions menées sont tout bonnement inutiles, que les grands groupes/multinationales ont déjà décidé de notre avenir au dépend des animaux, de l'environnement et de notre propre survie.
Il donnera aussi de l'espoir aux personnes conscientes du problème mais qui sentent perdus dans ce vaste débat.
Courrez l'emprunter dans votre bibliothèque, prenez des notes et continuez d'agir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
oree
  01 mai 2020
Un livre utile pour comprendre où est entraîné le monde irresponsable dans lequel nous sommes engagés , têtes baissées malgré les dangers imminents , bien connus. "Après moi le déluge" sert de philosophie aux puissants profiteurs qui nous poussent à toujours plus consommer et abuser des ressources planétaires. Des pistes pour améliorer en urgence nos comportements individuels et collectifs sont données et résonnent d'autant plus qu'un premier domino de l'effondrement semble venir nous alerter par cette pandémie qui rabat pour une fois le caquet de l'espèce humaine.
Commenter  J’apprécie          120
Gilles92
  27 juillet 2018
Si on s'intéresse à l'avenir de notre planète et aux causes environnementales, on a entendu le nom de Cyril Dion.
J'ai participé au financement participatif du film « Demain » et depuis essayé de changer certaines choses dans ma vie pour faire ma part.
Lorsque j'ai entendu une interview de Cyril Dion à la sortie de son nouvel essai, je n'ai pas hésité.
Il nous donne de nouvelles pistes pour endiguer l'inéluctable.
Essayer que nos actions quotidiennes soit en rapport avec le monde dans lequel nous voulons vivre.
Essayer de vivre en harmonie et non pas aux dépens des autres et de notre environnement.
Essayer de poursuivre le changement en se racontant une nouvelle histoire pour changer l'Histoire de la planète et des générations futures.
Une lecture vraiment enrichissante et stimulante.
Et je partage cette phrase lue sur un site (pas noté la source, désolé) me semble bien résumer la situation : « Remplacer l'avarice par la générosité, l'argent par le don, l'économie par la modération, la folie des grandeurs par la simplicité volontaire, la corruptibilité par l'intégrité, ... ça pourrait sauver l'humanité... ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82


critiques presse (1)
LesEchos   10 septembre 2018
Le coréalisateur du documentaire « Demain », Cyril Dion, livre un essai incisif sur notre modèle de société et la nécessité d'en changer.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
YzouYzou   22 juillet 2018
Ce que j'appelle "les architectures", sont donc ces éléments structurants qui régissent nos vies sans que nous en ayons forcément conscience, contribuant à orienter nos décisions, nos actions, monopolisant notre temps et notre énergie. Les lois, la nécessité de gagner de l'argent et les algorithmes informatiques portés par les écrans en constituent trois particulièrement puissantes. Elles s'entretiennent d'ailleurs mutuellement. Plus notre travail est pénible et peu épanouissant, plus nous nous sentons impuissants et découragés par la politique et plus nous avons tendance à nous réfugier dans le giron rassurant et coloré des smartphones, téléviseurs et autres tablettes pour nous "divertir".
Pour autant, aucune de ces trois architectures n'est mauvaise en soi.
(...)
Mais à partir du moment où ces architectures sont sous le contrôle d'une minorité de personnes et de structures, guidées par une fiction fondée sur la croissance économique infinie et la maximisation des profits, notre capacité à vivre libres, et celles des écosystèmes à résister à notre boulimie matérialiste, sont hautement menacées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Celine2Celine2   10 juillet 2018
Imaginez, si l’ensemble de l’énergie productive et créative des personnes qui travaillent chaque jour sur la planète n’était pas concentrée à faire tourner la machine économique, mais à pratiquer des activités qui leur donnent une irrépressible envie de sauter du lit chaque matin, et que cette énergie soit mise au service de projets à forte utilité écologique et sociale… Il y a fort à parier que le monde changerait rapidement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
BRAEMBRAEM   30 décembre 2018
Au départ, nous n'avons de pouvoir que sur nous-même. Nous sommes notre propre empire, celui que nous pouvons gouverner, réformer, transformer. Agir sur nous-même, sur notre environnement proche n'est pas une finalité, mais l'amorce de réalisations plus vastes. En transformant notre fiction individuelle, nous proposons à ceux qui nous entourent le ferment d'un récit collectif. Et lorsque ce récit sera suffisamment partagé, il sera temps d'unir nos forces, par millions, pour modifier les architectures qui régissent nos vies. D'engager la bascule. Quand ? je n'en ai pas la moindre idée. Comment exactement ? Je n'en sais rein non plus. Est-ce que l’effondrement écologique n'aura pas déjà eu lieu ? C'est possible. Mais quel autre projet adopter ? Chaque jour est une petite bataille à mener. Une opportunité de créer une autre réalité. Et cela commence aujourd’hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rbreizhrbreizh   18 septembre 2018
Les mesures isolées qui ne repenseraient pas l'organisation de nos sociétés en profondeur (remplacer les centrales nucléaires par des éoliennes, remplacer les pesticides chimiques par des pesticides tolérés par l'agriculture biologique...) n'ont pas de sens, nous devons désormais réfléchir de façon globale, tenant compte de l'interdépendance de tous les systèmes. Nous avons besoin de réinventer totalement nos modèles économiques, agricoles, énergétiques, éducatifs, notre organisation démocratique... Nous savons qu'agir individuellement ne sera pas suffisant et que nous ne pouvons pas compter sur la bonne volonté des responsables politiques. Ils n'ont que peu de pouvoir sans nous et nous avons un impact limité sans eux. Notre seule issue est de construire des espaces de coopération entre élus, entrepreneurs et citoyens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BRAEMBRAEM   29 décembre 2018
...
L'une des choses qui ont le plus d'influence sur nos orientations personnelles ou professionnelles est le regard de notre entourage. Plus une pratique est communément admise, valorisée par notre milieu social, notre contexte socioprofessionnel, la société en général, plus nous avons tendance à l'adopter. Changer notre récit personnel est donc un acte de résistance particulièrement puissant. Il ouvre un espace dans lequel d'autres peuvent s'engouffrer et accorder leur récit à celui que nous avons créer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Cyril Dion (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cyril Dion
Rob Hopkins et Cyril Dion évoquent, dans une conversation à distance via Zoom, les origines de ET SI... écrit par Rob Hopkins et préfacé par Cyril Dion, ainsi que la question de l'imagination, qui est au coeur du livre.
ET SI... ON LIBÉRAIT NOTRE IMAGINATION POUR CRÉER LE FUTUR QUE NOUS VOULONS de Rob Hopkins : https://www.actes-sud.fr/catalogue/sciences-humaines-et-sociales-sciences/et-si-liberait-notre-imagination-pour-creer-le
autres livres classés : écologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
125 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre

.. ..