AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782490630158
400 pages
Éditeur : Inceptio (08/05/2019)
4.23/5   13 notes
Résumé :
2028. Sept grandes familles de la ville de Simake établissent un projet fou : la construction d une Haute-Ville, un second étage. Cette cité nouvellement indépendante, reléguant ses habitants les plus pauvres 200 mètres plus bas, sera nommée Menel Ara. 2078. Le rêve des Sept Familles s est réalisé. Du haut de leur prodige architectural, elles gouvernent une cité-Etat plus inégalitaire que jamais. Rien ne semble pouvoir contester leur hégémonie et celle de leur chef,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
4,23

sur 13 notes
5
6 avis
4
4 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

ComptoirDesConnaissances
  14 juillet 2021
Menel Ara est le premier tome d'une duologie, qui est publié en entier à la maison d'édition Inceptio. La première fois que j'ai vu ce livre, j'ai tout de suite été attirée par sa couverture. Elle possède beaucoup de détails qui m'ont immédiatement plu, et je m'attendais à lire un roman steampunk à cause des engrenages et de la couleur cuivrée utilisée. Cependant, en lisant la quatrième de couverture, je me suis bien rendue compte que ce livre n'avait de steampunk que la couverture. le résumé met en évidence un monde dystopique comme il en existe beaucoup, où la séparation entre riches et pauvres est plus qu'essentielle. le gouvernement est devenu une oligarchie. Ce type de dystopie est souvent utilisé dans les romans, et est par conséquent peu original. Mais, comme dans tous romans de science-fiction, ce que j'aime dedans est le message délivré. Écrire une dystopie n'est pas innocent : l'auteur doit inventer un monde possible qui serait né des conséquences des actes humains. Il est délicat de mettre un lecteur devant les faits accomplis en lui montrant comment sa nature pourrait engendrer une société mauvaise. Ainsi, la dystopie sert à pointer du doigt les problèmes de la société contemporaine et de montrer comment celle-ci évoluera si personne ne fait rien. En commençant ce roman, je m'attendais donc à lire un récit sérieux, qui reprend les dangers des attentats et des terroristes.
Tout d'abord, j'ai été très surprise par la complexité de l'intrigue. Alors que je m'attendais à suivre uniquement les aventures de Gaël Dubuisson, à peine introduit dans la quatrième de couverture, nous suivons les agissements d'un très grand nombre de personnages, tous impliqués de près ou de loin dans les activités politiques de la ville de Menel Ara. Ainsi, nous lisons de nombreuses intrigues plus ou moins importantes, chacune ayant un protagoniste différent. Dans une grande majorité des romans dystopiques, deux ou trois camps nous sont présentés : ceux qui oeuvrent pour la justice et/ou la liberté, ceux qui souhaitent garder leur pouvoir, et enfin ceux qui ne savent où se positionner et qui créent un troisième camp plutôt neutre. Dans Menel Ara, nous avons bien plus de trois camps. Presque chaque personnage représente un camp différent, à cause de ses motivations et de ses objectifs variant de ceux des autres.
Je lis peu de romans traitant de politique car j'ai toujours peur de me sentir délaissée par une intrigue dont je ne me sens nullement concernée. Dans notre cas, le récit dédie une place très importante à la politique mais contrairement à ce que je craignais, j'ai très bien accroché et cette complexité. Toutes les intrigues sont extrêmement bien pensées et c'était agréable du début à la fin de lire comment chaque action minime peut engendrer de lourdes conséquences. Dans sa globalité, la construction du récit est intelligente car le début reste assez simple pour que nous puissions comprendre l'importance de certains personnages, puis d'autres nous sont présentés lorsque nous devenons à l'aise avec les anciens. Ainsi, les intrigues se multiplient au fur et à mesure, sans que le lecteur ne soit perdu.
Le début de l'intrigue s'ouvre sur l'enterrement du père de Gaël et la lecture de son testament. C'est la première fois dans le roman que nous sommes témoins de la puissance de la Haute-Ville sur la Basse. En effet, Victor, le frère de Gaël a réussi à se hisser par mariage dans les plus grandes familles et fait valoir ses droits pour se saisir de l'entièreté de l'héritage de son père. C'est ce premier conflit qui fera sortir Gaël de son train de vie quotidien qui cherchera dès lors à se venger sur la Haute-Ville. À partir de ce moment-là s'enchaînent de nombreuses péripéties qui mettent en valeur la différence sociale entre la Haute et la Basse-Ville.
À cause des pertes qu'a subi Gaël, celui-ci devient de plus en plus instable psychologiquement. Dans le roman, il récupère son état normal très lentement, et heureusement que l'auteur nous relate les péripéties des autres personnages car Gaël ne devient intéressant qu'à la fin du récit. La plus grande partie du roman ne sert qu'à préparer la suite. Vincent Dionisio nous donne quelquefois des indices sur les plans de ses personnages grâce auxquels nous pouvons nous amuser à imaginer ce qu'il peut se dérouler par la suite. C'est très bien fait de sa part car j'ai en quelque sorte pu participer à ma propre lecture.
Comme indiqué dans la quatrième de couverture, l'année durant laquelle se déroule l'intrigue est 2078. C'est donc assez lointain par rapport à notre époque aujourd'hui et c'est la raison pour laquelle j'ai d'abord pensé que la technologie prendrait une place beaucoup plus importante dans le roman. Or, la technologie semble être sensiblement la même que la nôtre, ce qui est peu crédible étant donné les grandes avancées que nous vivons aujourd'hui. Dans cinquante ans, je ne peux pas penser que le monde n'a pas changé. Il peut néanmoins y avoir une excuse : la ville est isolée du reste du monde. Mais malgré tout je ne pense pas que cette date ait été un bon choix. Une année beaucoup plus proche de nous aurait eu un plus grand impact.
Quant au lieu dans lequel l'intrigue se déroule, il s'agit de tout évidence de Menel Ara. Nous ne savons pas vraiment où la ville se situe puisque nous n'avons aucune information sur la vie à l'extérieur de la ville, mais j'aime penser qu'elle est en France. J'ai pris l'habitude avec la maison d'édition Inceptio de lire des romans se déroulant en France alors ça m'a semblé tout naturel d'en faire de même ici. Néanmoins, plusieurs pays d'origine sont suggérés, notamment à travers les noms qui peuvent sembler très français (Gaël Dubuisson), italien (Luigi), asiatique (Han Jin), américain (Douglas Phillips) ou encore russe (Youri Komniev).
La première chose contre laquelle je dois vous mettre en garde est cette fois-ci la complexité des relations entre les personnages. Il faut s'accrocher car un même personnage peut avoir plusieurs identités. Néanmoins, ce n'est pas une mauvaise chose car le fait de changer les identités des personnages rend les intrigues encore plus intéressantes et machiavéliques. Comme je l'ai déjà dit précédemment, de nombreux groupes de personnages sont présents dans ce roman, donc je ne peux pas dire qu'il y ait de protagonistes ou d'antagonistes dans la mesure où chaque personnage est le protagoniste d'un groupe et l'antagoniste d'un autre groupe. Mais dans sa globalité, le roman met en scène quatre grands groupes de personnages : ceux qui habitent dans la Haute-Ville et qui font partie des Sept Familles régnantes, ceux de la Basse-Ville et qui vivent avec leurs propres moyens, ceux qui se sont alignés avec l'idéologie des Martyrs et enfin ceux qui appartiennent aux Putras.
Parmi ces quatre groupes, les plus pacifiques sont les Putras. Ils constituent malgré tout un grand secret pour tous les habitants de Menel Ara, ainsi que pour le lecteur. Même si nous avons quelques indices et informations supplémentaires, ils restent en quelque sorte le point sombre des plans de tous les grands de Menel Ara. Suryena est le seul personnage appartenant à ce groupe. Presqu'aucune information n'est donnée à son sujet, à part que c'est lui qui contrôle réellement la ville.
Les Martyrs représentent le deuxième groupe de fanatiques de la Basse-Ville. Ce sont eux qui organisent la plupart des attentats et nous connaissons autant d'éléments, voire plus, sur eux que sur les habitants de la Haute-Ville. Trois personnages importants sont présents dans ce groupe, il s'agit de F, Sacha et Tanya. Ces trois personnages représentent à eux-seuls les différents avis politiques existants dans toute la ville, avec le désir de détruire la Haute-Ville pour Tanya, le désir de renverser la ville pacifiquement pour Sacha, et l'entre-deux représenté par F.
Le groupe de personnages que je trouve personnellement le plus intéressant car ce sont ceux qui ont le plus à se reprocher sans pour autant avoir le pouvoir de tout changer individuellement est constitué des Sept Familles. La Haute-Ville est composée des Sept Familles, de ce qu'ils appellent les pièces rapportées (et qui sont en réalité les nouveaux arrivants dans les familles, souvent par mariage) et leurs serviteurs. Les personnages auxquels nous avons accès personnellement sont Victor et Komniev. le premier est le frère de Gaël, le premier protagoniste du roman, et le second est le chef des Familles. Un duel se déroule entre eux deux durant tout le roman, et je le trouve particulièrement intéressant puisqu'il est très bien réfléchi.
Enfin, le quatrième groupe est celui des personnages habitants la Basse-Ville et vivant selon leurs propres moyens. Ce sont eux qui ressemblent le plus au profil du lecteur potentiel. Nous commençons le récit en Gaël, puis nous rencontrons Maria et David. La plupart des chapitres les mettant en scène nous servent à avoir un point de vue extérieur sur tous les complots et intrigues politiques de la Haute-Ville. C'est également des chapitres avec plus d'humanité que dans les autres.
J'ai trouvé que l'écriture rendait vraiment service à l'intrigue. Cette dernière est complexe mais le style de l'auteur aide parfaitement le lecteur à saisir toutes les informations nécessaires à la compréhension. Il n'y a pas trop de descriptions, pas trop de dialogues, toujours pile ce qu'il faut. Même dans les moments où nous suivons Gaël qui est complètement perdu et alcoolisé, nous ressentons les émotions qu'il faut, nous ne nous ennuyons pas car nous comprenons chaque pensée qui nous est permise d'avoir. Contrairement à bon nombre de romans où je me dis que l'écriture n'a rien d'extraordinaire et qu'elle fait juste son travail d'écriture, ici nous avons droit à des mots au service de l'intrigue, et c'est bien plus important. Je me suis vraiment faite portée par eux et c'est ce qui m'a permis de lire aussi rapidement ce roman.
Le livre est découpé en chapitres plutôt courts, souvent de dix pages, mais étant donné que nous changeons souvent de personnage principal (pouvant aller jusqu'à cinq ou six !), nous avons besoin de ces temps de respiration. Aussi, comme je l'ai dit au tout début, une dystopie doit délivrer un message. Et même si je n'ai lu que le premier tome, je trouve déjà que le combat entre la violence et la diplomatie devrait être d'actualité. Aujourd'hui, la diplomatie ne peut plus être utilisée lors des conflits, seuls les attentats terroristes ont un impact sur le monde. Et Menel Ara tente de mettre le doigt sur une autre solution, qui impliquerait un mélange des deux. Toutes les nuances apportées par le roman sont vraiment appréciables.
Points positifs :
– intrigue très travaillée
– complexité politique très appréciable
– univers prenant et bien décrit
Points négatifs :
– absence de réelle fin

Lien : https://comptoir-des-connais..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Myfanwi
  11 juillet 2021
Vous connaissez un peu la recette désormais pour rendre une Myfanwi heureuse : du drama, des personnages profonds et impossibles à définir, de l'imaginaire et de la politique. On tient le quatuor gagnant dans ce tout nouveau roman qui a été un coup de coeur absolu.
Vincent Dioniso nous entraîne dans une cité rétrofuturiste aux accents très steampunk : démesurée, basée sur des pratiques conservatrices et régressives, une Haute-Ville bling-bling à souhait où tout le monde vit dans de grands palais. En revanche, pas de grosses machines à vapeur ou d'intrigues lumineuses ici, on reste ancré dans de la dystopie très, très bien amenée. J'ai adoré le mélange des intrigues politiques, sociales et religieuses dans ce monde assez terrible au final : que l'on suive l'histoire pour l'aventure, les personnages ou les messages derrière, on a toujours une raison de suivre l'histoire.
L'intrigue, pour commencer, est franchement très cool. Nous suivons trois dirigeants, l'un du groupe politique le plus influent de la ville, l'un d'un groupe de résistance et l'autre d'une secte religieuse, et nous assistons à un jeu d'échec à l'échelle de toute la cité. Chaque parti a des arguments et des failles qu'il met tour à tour en avant, avant d'être battu par un de ses adversaires. le jeu se pimente au fil de l'intrigue jusqu'à devenir totalement incontrôlable à la fin. Ce que j'ai beaucoup aimé, c'est le ton neutre employé pour chacun des dirigeants. Ils sont tous montrés à la fois comme justes, ou tout du moins avec un côté positif, mais aussi tous pointés du doigt en même temps, à la fois par l'auteur, mais aussi entre eux. Cela donne alors l'impression au lecteur qu'il doit faire un choix, un peu comme dans une élection présidentielle. Trois candidats, trois versions de gouverner, mais aussi et surtout trois futurs tous plus sombres les uns que les autres. Aucun de ces dirigeant ne semble vraiment capable de diriger entièrement la cité. Et c'est encore plus drôle quand on se rend compte qu'ils se complètent les uns les autres et formeraient un bon trio de tête.
Mais le coup de génie, c'est que chaque mouvement de pièce sur l'échiquier a une conséquence directe sur la population, représentée par Gaël, Lily et Victor Dubuisson. Pour les deux premiers, on ressent énormément les tentatives d'intimidation et de ralliement entre la secte religieuse et les Martyrs. Pour Victor, on plonge directement dans les crasses de la vie politique où il essaye de se faire désespérément une place. Leurs routes seront semées d'embûches et seront vouées à croiser celles de nos trois dirigeants, envers et contre tous.
Ce que j'ai énormément apprécié, également, c'est l'écho qu'a l'histoire avec notre monde. Enormément de références sont reconnaissables si on ouvre l'oeil. Parmi les messages que j'ai beaucoup aimé, il y a la dénonciation des extrémismes : qu'ils soit trop pacifiques et bien pensants, trop violents, ou au contraire trop religieux, trop imbu de pouvoir. On sent un découpage et une analyse millimétrée de notre paysage politique et social, poussée à l'extrême et amplifiée, dévoilant toute la pourriture qui ronge notre société. On trouve aussi un très beau message qu'on pourrait associer au Romantisme : les vieux sont tous des manipulateurs, des figures sombres, là où la jeunesse, bien que désabusée, est porteuse d'espoir et de renouveau. C'est un peu ce qui se passe en ce moment d'ailleurs : les vieux restent accrocher à leurs idées conservatrices que les nouvelles générations tentent difficilement de bousculer. J'ai adoré tous les messages de fond du texte, qui en font une histoire à plusieurs niveaux de lecture dont il faut avoir conscience pour bien prendre conscience de l'histoire. Difficile également de ne pas faire de lien sur le terrorisme et la montée de la religion aujourd'hui, alors que ce sont deux thèmes centraux du récit.
En effet, l'intrigue paraît mettre du temps à prendre place, mais en réalité, chaque morceau compte. La première partie vous corrompt peu à peu, avant d'envoyer un feu d'artifice de nouveautés dans la seconde partie. Néanmoins, on sent ici que ce tome est introductif. Puisque c'est une saga à suivre, je peux vous dire que la suite sera encore pire. le tome 1 nous montre un peu la partie longue de la partie d'échecs, mais on rentre maintenant dans les dernières cases, celles qui apportent toute la tension. Chaque mouvement aura des conséquences à présent et ça va devenir de pire en pire.
Oh, j'avais presque oublié, il y a du drama, beaucoup, beaucoup de drama. le chapitre 12 est incroyable entre autres, j'en suis restée sur le cul. de même pour la fin, qui fait vraiment froid dans le dos. Je serais totalement au rendez-vous pour la suite de l'aventure, super découverte.
Lien : https://lantredemyfanwi.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LauraFontaine
  20 octobre 2020
J'ai littéralement dévoré cette histoire tellement elle est prenante et addictive. Je n'avais qu'une envie connaître ce qui aller arriver à nos héros et ceux qui le sont un peu moins.
On découvre Menel Ara qui se compose de deux cités, la Haute-Ville ou vivent les 7 familles les plus riches et la Basse-Ville ou vivent tous les autres. On découvre également deux groupes en dehors des 7 grandes familles, les Putras qui attendent leur prophète et les Martyrs qui ne rêve que d'une chose détruire le pouvoir en place.
On va suivre principalement la vie de Gaël qui la voit bouleversé par la mort de son père. C'est un jeune homme qui vit avec sa petite soeur et qui n'a pas vu son grand frère depuis que celui-ci vit dans la Haute-Ville. Gaël est intelligent et aurait pu devenir quelqu'un d'important si il avait poursuivi ses études mais il ne rêve pas de ça lui. Tout ce qu'il veut c'est vivre simplement. Avoir un boulot pour payer les factures et cela il l'a trouvé en travaillant en tans que transporteur. Il aime passé du temps avec ses amis. C'est simplement un homme qui vit simplement. Mais les événements vont le pousser à vouloir plus. Mais chut je ne peux rien vous dire de plus.
J'ai bien aimé Gaël même si je dois dire qu'il m'aura fallu un peu de temps pour m'accrocher à lui. J'ai fini par l'apprécier à sa juste valeur
Certains passage sont du point de vue de certains personnages vivant dans la Haute-Ville ce qui nous permet d'en découvrir plus sur ce qui se passe réellement. Les inégalités y sont et les complots y prennent également racine. Mais bon je ne peux pas vous en dire plus.
Les personnages secondaires sont pour certains très attachants pour d'autres beaucoup moins mais ils servent l'histoire et nous permette de mieux comprendre le but de chacun.
L'intrigue passionnante nous plonge dans un univers ou les inégalités, les injustices, les trahisons, la vengeance et la haine se mélangent pour notre plus grand plaisir.
La plumes addictive de l'auteur nous présente dans ce premier opus les différents groupes en nous présentant qui en fait partie et pourquoi. Cela nous permet de mieux comprendre toutes les subtilités de l'intrigue. Il nous plante le décors d'un monde qui va bientôt entrer… Chut c'est un secret.
Je ne peux rien vous dire de plus sous peine de trop vous en dévoiler. Je vais donc conclure par si vous aimez les histoires d'inégalité et de complots ce livre est fait pour vous. Un super moment de lecture dont le fin promet une suite mouvementé.
Lien : https://speedyreadingaddict...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
clotildebore180691
  23 juillet 2019
Je suis ravie de débuter mon partenariat avec la maison d'édition Inceptio en commençant par la lecture de Menel Ara.

Je lis assez peu de dystopies ou de steampunk mais je suis à chaque fois impressionnée par l'imagination des auteurs dans la construction de leurs univers, leurs descriptions et leurs personnages. Ce roman ne fait pas exception.

Si vous n'aimez pas vous triturer la tête avec des complots et des stratégies complexes dans tous les sens, passez votre chemin. Une fois que vous tombez dans ce nid de vipères, il est très difficile d'en sortir !
Points positifs

* Un roman qui tient le lecteur en haleine par des intrigues plus ou moins tortueuses et qui maintiennent un rythme dynamique. C'est un roman qui a un côté très intellectuel qui me plait beaucoup (je me suis presque fait des noeuds au cerveau en imaginant toutes les possibilités).

* L'auteur a su créer un univers riche et complexe. Ce n'est pas la dystopie pour ado typique. Il a mis en place un système très structuré avec 7 familles au pouvoir, des clans qui s'affrontent mais c'est aussi une société qui est gangrénée par des individus détestables, corrompus.

* Des personnages qu'on aime détester et d'autres qui sont très attachants.

Points négatifs

* le clivage riche/pauvre avec une société pyramidale écrasante n'est pas vraiment original même si le thème est très bien exploité ici.

* L'ambiance steampunk manque un peu de développement. Je m'attendais à la trouver plus présente en voyant la couverture. Peut-être dans le tome 2 qui sait ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
VibrationLitteraire
  25 mai 2019
Un récit aux nombreux complots…
Dans ce roman, nous suivons Gaël, un jeune homme vivant dans la basse ville de Menel Ara. Cette cité est très particulière car divisée en deux selon le niveau de richesse : 7 familles riches vivent dans une sorte de soucoupe surplombant la ville. On se retrouve donc face à des personnages faisant face à de nombreuses injustices et deux groupes tentent de renverser l'ordre : les putras, une sorte de secte étrange, et les martyrs, des terroristes…
J'ai globalement bien aimé cette histoire faite de plusieurs hommes ambitieux se battant en stratégie pour obtenir toujours plus de pouvoir. Je regrette tout de même le fait qu'il y ait peu de femmes fortes dans ce premier tome. Les seules femmes mises en avant sont soit faibles et naïves, soit pas encore assez mises en lumière. Avec la fin du premier tome, j'ose espérer que l'une d'elle se révélera davantage…
J'avoue ne pas m'être vraiment attachée aux personnages, j'ai trouvé que la plupart des émotions mises en avant manquaient de profondeur et je n'ai donc pas été émue par divers événements traumatiques. J'ai trouvé que ce côté-là manquait de développement et donc de crédibilité, comme s'il s'agissait là d'un scénario laissé à l'interprétation de différents acteurs qui sauraient y ajouter une touche d'émotivité.
De plus, j'étais un peu étonnée par l'univers que je n'ai pas vraiment trouvé comme relevant du steampunk. J'avais en tête l'univers riche du roman Les mystères de Larispem, mais on se retrouve face à tout autre chose. Pour moi, ce roman ne relève pas du steampunk et je pense que je l'aurais davantage apprécié si je ne m'étais pas préparée à ce genre d'univers.
Enfin, je dois dire qu'une fois l'univers mis en place, j'ai trouvé l'histoire franchement addictive jusqu'à la fin avec tous les complots et stratégies envisagés. Il s'agit là d'un roman s'articulant surtout autour d'une politique complexe décrite dans ce tome introductif. A la fin de ce premier tome, tous les personnages décrits se trouvent dans des situations très particulières, et je vous avoue que j'ai très envie de découvrir la suite de leurs péripéties dans un second tome !
Menel Ara est une cité très intéressante à la politique complexe occasionnant des stratégies et complots divers. L'histoire est intéressante et addictive car tout le monde souhaite acquérir le pouvoir de cette ville si particulière. Ce premier tome reste très introductif, j'attends davantage d'action dans le second tome.
Lien : http://vibrationlitteraire.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ComptoirDesConnaissancesComptoirDesConnaissances   11 juillet 2021
Tu veux réellement me faire croire à moi que si tous les riches sont en haut et tous les pauvres en bas, c'est une espèce de loi naturelle ? Je vais te dire une chose : soit tu crois vraiment en ce principe, et dans ce cas tu es un crétin fini, soit tu tentes de me berner en bonne et due forme et là tu es une ordure.
Commenter  J’apprécie          90
ComptoirDesConnaissancesComptoirDesConnaissances   06 juillet 2021
Aujourd'hui, Menel Ara était une ville coupée en deux, géographiquement et socialement. Un sentiment qui revenait à la vue de ces huit piliers et de cette extraordinaire galette. Chef-d'œuvre architectural. Monstruosité humaine.
Commenter  J’apprécie          60

Video de Vincent Dionisio (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vincent Dionisio
Avis sur Menel Ara à 00:14
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3707 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre