AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021398242
Éditeur : Seuil (16/08/2018)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 246 notes)
Résumé :
Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l’attaque contre l’ennemi allemand. Les soldats s’élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d’Alfa, son ami d’enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s’enfuit. Lui,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (97) Voir plus Ajouter une critique
Sociolitte
  11 juillet 2018
« dans les plaies béantes de la terre qu'on appelle les tranchées »
Ode à l'amitié et à la liberté, d'un style répété comme une chanson, Alfa Ndiaye, tirailleur sénégalais, ne pourra sauver « son plus que frère » de l'horreur de la guerre. Après avoir laissé se déchaîner sa colère jusqu'à la folie, il sera temps pour lui de se retourner et de se poser, dans une complainte lancinante, Alfa le griot nous invite à le suivre sur le fil de sa vie.
Une poésie sensible et inspirée, pour nous faire croire encore en l'espoir et en la paix.
Lu en juin 2018.
Mon article sur Fnac.com/Le conseil des libraires :
Lien : https://www.fnac.com/David-D..
Commenter  J’apprécie          1348
Kirzy
  20 octobre 2018
*** Rentrée littéraire 2018 ***
En cette année du centenaire de la fin de la Première guerre mondiale, on ne peut que se réjouir qu'il y ait encore des romans pour aborder la Grande guerre sous un angle inédit et tout aussi subversif qu'Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre.
Alfa est un des 134.000 tirailleurs sénégalais jetés dans l'enfer des tranchées pour sauver la mère Patrie. Alfa et Mademba, son frère d'âme, éventré quasi sous ses yeux, le «  dedans du corps dehors », qui n'en finit plus d'agoniser dans les bras de son  « plus que frère ». Alfa ne peut se résoudre à abréger ses souffrances, et dans une cérémonie des adieux terrible, il porte ses tripes et son corps dans le refuge de la tranchée. En fait il va les porter pour toujours, ses tripes et ce corps, hanté par la culpabilité de n'avoir pas su accompagner et aider son ami sur la voix de la mort.
«  Ce n'est qu'à ta mort, au crépuscule, que j'ai su, j'ai compris que je n'écouterai plus la voie du devoir, la voix qui ordonne, la voix qui impose la voie. »
La bascule est là, comme une malédiction schizophrénique. Il ne fera plus le sauvage pour la France mais pour lui-même, pour se racheter en mettant au point un rituel empli de folie monstrueuse qui le met en marge de la guerre elle-même, devenant un «  dévoreur d'âmes » comme on dit dans son Sénégal.
Le monologue incantatoire d'Alfa n'est qu'un long cri halluciné, le pardon que demande Alfa au défunt. le style est étonnant, fait de phrase, brutes et simples, répétées, revisitées en cercles concentriques comme un chant obsédant, ponctué de métaphores et d'images. Très poétique aussi lorsqu'Alfa se souvient de son enfance, de ses parents, de Fary son aimée, dans des passages lumineux qui tiennent presque du conte.
Une écriture à l'os qui dit "je" sans aucun filtre et interroge sur l'ensauvagement qui produit toute guerre, sur la frontière entre la guerre dite «  civilisée » et celle qui ne l'est plus. Est-ce Alfa le barbare ou le coup de sifflet du capitaine qui plonge les soldats sous la mitraille ? Celui qui devenu fou mutile ou ceux qui détournent la tête hypocritement face à ces âmes fracassées pour toujours par la guerre ?
Ce roman a l'élégance de la concision, 175 pages percutantes, intenses. Vraiment remarquable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10120
Annette55
  15 octobre 2018
Voici un roman à la beauté époustouflante lu d'une traite .
Il nous plonge au coeur de la terreur, dans les tranchées de la Grande Guerre, vues par un tirailleur sénégalais .
Ce très beau récit, puissant et déchirant à la fois montre la capacité de l'homme à se surpasser "parfois "dans la violence , ce sont les circonstances qui réveille ces pulsions sanguinaires ....
Un matin de la grande guerre , les soldats s'élancent à l'assaut de l'ennemi allemand sous les ordres du capitaine Armand .
Alfa Ndiyae et "son plus que frère" , Mademba Diop : (ils ont été élevés ensemble ), deux tirailleurs sénégalais jaillissent de leur tranchée , enrôlés dans la guerre , de la chair à canon.....venue d'un autre continent ....
Soudain Mademba tombe , blessé à mort sous les yeux d'Alfa, son presque frére .....
Dans l'horreur ambiante , bouleversé par la mort de Mademba : " Les tripes à l'air[ ....], comme un mouton dépecé par le boucher rituel après son sacrifice ...."
Alfa se retrouve seul dans la folie du massacre.
Sa Raison s'enfuit .
La colére et la rage deviennent le moteur de ce survivant , " dévoreur d'âmes " , prêt à massacrer quiconque se trouvera sur son chemin....
Détaché de tout, devenu fou par la douleur, Alfa sème l'effroi , tue tant qu'il peut, coupe des mains comme s'il cueillait des fleurs, chacun de ses camarades prend peur....
" Dans le monde d'avant , je n'aurais pas osé , mais dans le monde d'aujourd'hui , par la vérité de Dieu , je me suis permis l'impensable ...." .
L'auteur dans une belle langue simple , délicate , imagée , ponctuée de temps très forts , qui colle parfaitement au trouble de son héros donne voix à ce soldat,, plus lui- même, perdu par la douleur et l'aveuglement , désemparé et sanguinaire ....
Il redonne vie à ces milliers d'hommes ces "Chocolats d'Afrique Noire ", jamais entendus jusqu'alors ou si peu qu'on envoyait se faire trouer la peau au coeur d'un conflit qui n'était pas le leur ....
Revenu à l'arrière , Alfa se remémore son enfance et son amour pour sa belle ....
Cet ouvrage est aussi une réflexion à propos de la violence et de l'amitié absolue, au delà de tout , peut être aussi, un questionnement sur les rapports ambigus entre la France et l'Afrique coloniale, à la fois lointaines et proches ....
Un Trés Bel Ouvrage , ce n'est que mon avis bien sûr .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7511
popie21
  24 septembre 2018
Ce livre m'a été offert par mon chéri. Il ne m'offre jamais de fleurs mais des livres, c'est moi qui préfère, "Parce que les fleurs c'est périssable", "puis les" bouquins "c'est tellement" bien...
"Frère d'âme" est un roman sur la Guerre Mondiale, la première, celle des tranchées et des tirailleurs sénégalais, mais pas que...
Alfa Ndiaye vit dans une petite ville du Sénégal quand son ami Mademba Diop, son frère choisi, son "plus que frère", légèrement influencé par le bourrage de crâne de l'école française, décide de se porter volontaire pour rejoindre les tranchées et défendre la Patrie. Alfa le suit dans ce choix qui pour eux est un passeport pour la liberté : s'ils rentrent sains et saufs, l'argent gagné leur permettra de travailler et de vivre une vie décente.
Nous suivons donc les deux frères dans cette guerre infâme, où la boue et le sang se mélangent, où la peur s'insinue dans la moindre parcelle de l'être, où survivre devient le seul credo, où survivre signifie parfois devenir sauvage jusqu'aux limites même de la raison.
L'écriture est très belle et poétique. Entre les lignes paraissent quelques vérités cachées sur cette comédie qu'est la guerre, sur son hypocrisie dans l'utilisation des colonies, grandes pourvoyeuses de "chair à canon".
Plus qu'un roman de guerre c'est un roman de guerre et d'amour, l'amour d'un frère pour un autre. de l'amour à la mort, quand la guerre s'en mêle, il y a moins que la largeur d'une tranchée. du désespoir à la folie, il y a moins que la portée d'un fusil.
Doux et subtil, ce roman dénonce très adroitement la folie démesurée de la Guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          776
michfred
  26 novembre 2018
"Que saviez-vous des querelles
Que réglaient en miaulant
Les fusants et shrapnells
Ces inventions de blancs
Hommes noirs tombés en Flandres
Dans la neige de chez nous
Qui pour parler à vos cendres
Se met jamais à genoux
Vous êtes comme une brique
Par grand vent tombée du toit
Vous qui cherchiez votre Afrique
Dans le soleil de l'Artois
Vos chansons se sont éteintes
Comme des feux trop légers
On n'écoute plus les plaintes
Quand les mots sont étrangers"
écrivait Louis Aragon,  après la Grande Guerre , dans son Cantique aux morts de couleur.
A ce cantique, David Diop répond par les litanies de la folie et la parabole de l'amitié.
L'envoûtement  maléfique du griot , dans Frère d'âme,  se mêle à la sagesse du conte africain, l' incantation du mal à un  dictame d'humanité. 
Le conteur est un  tirailleur sénégalais , Alfa Ndiaye, beau, fort et bon, que la guerre absurde et meurtrière de 14-18 et la mort de Mademba Diop, son meilleur ami, son plus que frère, ont transformé en bête fauve.
Une bête qui a appris à penser, à se rebeller, à opposer sa brutalité sacrificielle à la boucherie absurde, commandée au sifflet, de la guerre de tranchées. 
Jusqu'à inspirer l'effroi aux siens, jusqu'à inquiéter ces chefs qui n'hésitent pas à faire abattre leurs propres hommes "pour l'exemple". 
Alfa devient le noir tueur de l'ombre, celui qui terrorise, qui éviscère et qui mutile l' ennemi aux yeux bleus, Comme s'il fallait dénoncer la folie guerrière par une forme encore plus raffinée, plus absurde,  de cruauté. 
Alfa est un  fauve  qui tourne sur lui-même dans sa cage intérieure, en creusant toujours un peu plus le sillon de ses phrases jusqu'à retrouver, derrière la sauvagerie que la guerre a imprimée à ses pensées , à ses mots et à ses gestes,  son autre lui-même, enfoui en lui, sous la musculature du guerrier, sous le masque du "dëmm" dévoreur d'âmes, sous la violence du dépeceur de corps, son double aimé, aimant, pensant - et sage.
Mademba Diop. Son plus que frère. Son double.
Car tout homme  est double, et si la guerre est une mauvaise folie qui transforme l'homme en créature farouche que rien ne semble toucher ou atteindre, l'amitié est sa part noble, sa fragilité, sa vulnérabilité. L'amitié est  la cicatrice qui rend le monstre  humain.
Et toute cicatrice raconte une histoire.
Une histoire moins simple qu'il n'y paraît.
Car toute histoire est double.
On lit ce court récit, lancinant et répétitif, avec une sorte d'horreur fascinée - et peu à peu se libère, derrière une barbarie candidement assumée, par la magie incantatoire de la langue, une étrange sagesse, une sagesse étrangère :   toute celle de l'Afrique, avec ses rites, ses devoirs, ses musiques, ses couleurs, ses odeurs - sa sensualité, son humanité et son immense poésie.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          594

critiques presse (13)
LeMonde   31 décembre 2018
Avec sa concision, son style incantatoire qui évoque les griots, ses références subtiles aux poèmes d’Apollinaire ou de Senghor, le roman emporte indéniablement.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Culturebox   18 décembre 2018
David Diop signe un 1er roman qui donne voix aux milliers de soldats africains morts dans les tranchées, quasiment jamais entendus. David Diop construit son histoire par petits cercles, s'élargissant à chaque passage, phrases répétées, revisitées, comme un conte s'enrichissant chaque fois qu'il est une nouvelle fois raconté, à la manière des griots africains.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LeFigaro   16 novembre 2018
Avec son style oral, naïf, ses expressions répétées comme un mantra, le roman de Diop envoûte plus sûrement qu'un classique roman sur la guerre. Il est original car il donne la voix à ceux qu'on a peu entendus, ces Africains recrutés pour leur courage et leur capacité à terrifier l'ennemi.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LaLibreBelgique   30 octobre 2018
"Frère d’âme" de David Diop est un magnifique roman sur la guerre 14-18 vue par un tirailleur sénégalais. Comment l’horreur engendre la folie. Comme un chant obsédant.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LeDevoir   16 octobre 2018
Un roman puissant, vite sélectionné pour de nombreux prix littéraires en France, évoquant l’histoire de deux tirailleurs sénégalais, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, qui se sont engagés afin de « sauver la mère patrie, la France ».
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Culturebox   09 octobre 2018
David Diop signe un 1er roman d'une beauté écrasante, qui donne voix aux milliers d'Africains, quasiment jamais entendus, envoyés à la mort dans une guerre qui n'était pas la leur.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LePoint   01 octobre 2018
Écrit dans un style simple, presque naïf, mais étonnant, ce merveilleux roman raconte la tragédie des tranchées avec une délicatesse émouvante.
Lire la critique sur le site : LePoint
Bibliobs   26 septembre 2018
« Frère d'âme », fable plus que roman, est un texte à la fois candide et halluciné. David Diop, d'origine sénégalaise, maître de conférences à l'université de Pau, se glisse en effet dans la peau d'Alfa Ndiaye. La culpabilité du survivant, son désespoir, sa cruauté, sa folie, mais aussi sa nostalgie du pays perdu, il les faits siens.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Actualitte   25 septembre 2018
Par un talent d’écriture remarquable, David Diop, aujourd’hui maître de conférences à l’université de Pau, nous plonge dans l’esprit de ce tout jeune homme qui a fait le choix, aux côtés de son ami de toujours, de quitter son village natal, Gandiol, pour parcourir le monde grâce à l’opportunité offerte d’aller faire la guerre en France.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Liberation   24 septembre 2018
David Diop s’est emparé de même de cette pâte malléable du français pour y faire entrer, avec la même liberté que Kourouma, le rythme et la musique du wolof, sa langue du Sénégal. Et ce texte d’une puissance déchirante se trouve sur les listes du Goncourt et du Renaudot ; ce qui fait dire à son auteur dans un sourire qu’il aura encore plus de lecteurs.
Lire la critique sur le site : Liberation
LaCroix   21 septembre 2018
Interrogeant la notion d’humanité, David Diop raconte la descente dans la folie d’un tirailleur sénégalais dans la Grande Guerre.
Lire la critique sur le site : LaCroix
LeMonde   14 septembre 2018
Dans l’enfer de la Grande Guerre, Alfa Ndiaye tue tant qu’il peut, rendu fou, mais pas insensible, par la mort de son ami d’enfance. C’est « Frère d’âme », de David Diop.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeMonde   10 septembre 2018
Avec cette litanie grandiose et douloureuse, le romancier David Diop entre assurément du premier coup dans la cour des grands, au point d’avoir séduit la sélection du prix Goncourt.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (105) Voir plus Ajouter une citation
AlyseAlyse   17 janvier 2019
Et chaque fois dans ma tête je l’entends me supplier de l’égorger et je pense que j’ai été inhumain de le laisser me supplier trois fois. Je pense que cette fois-ci je serai humain, je n’attendrai pas pour achever mon ennemi d’en face qu’il me supplie trois fois. Ce que je n’ai pas fait pour mon ami, je le ferai pour mon ennemi. Par humanité. 
Commenter  J’apprécie          20
Cigale17Cigale17   16 janvier 2019
Les soldats chocolats ont commencé à chuchoter que j'étais un soldat sorcier, un dëmm, un dévoreur d'âme, et les soldats toubabs ont commencé à les croire. Par la vérité de Dieu, toute chose porte en elle son contraire. (p. 84)
Commenter  J’apprécie          20
Cigale17Cigale17   16 janvier 2019
La rumeur a couru . Elle a couru tout en se déshabillant. Petit à petit, elle est devenue impudique. Bien vêtue au départ, bien décorée au départ, bien costumée, bien médaillée, la rumeur effrontée a fini par courir les fesses à l'air. (p. 43)
Commenter  J’apprécie          00
Cigale17Cigale17   16 janvier 2019
La France du capitaine a besoin que nous fassions les sauvages quand ça l’arrange. (p .25)
Commenter  J’apprécie          00
cocacoca   08 janvier 2019
Ses yeux bleus jumeaux ne sont pas ceux des ennemis d'en face cherchant à nous séparer la tête du reste du corps par des petits obus malicieux. Ses yeux bleus jumeaux perçants nous scrutent pour sauver nos têtes. Je sais, j'ai compris que nos dessins sont là pour l'aider à laver nos esprits des saletés de la guerre. Je sais, j'ai compris que le docteur François est un purificateur de nos têtes souillées de guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de David Diop (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Diop
Retour en vidéo sur la présentation des coups de coeur de nos libraires pour la rentrée littéraire 2018 !
Merci aux 50+ les participants de notre première rentrée littéraire. Retrouvez la liste des livres présentées sure notre site : https://www.librairiemartelle.com/239-a-la-une-presentation-rentree-litteraire.html
Fabien présente « Frère d?âme » DAVID DIOP - ÉDITIONS SEUIL https://www.librairiemartelle.com/98022-litterature-francaise-grand-format-frere-d-ame.html
Fabien présente « Et j'abattrai l'arrogance des tyrans » ABDECKER MARIE-FLEUR - ÉDITIONS FORGES VULCAIN https://www.librairiemartelle.com/99950-romans-historiques-et-j-abattrai-l-arrogance-des-tyrans.html
Alice présente « En nous beaucoup d'hommes respirent » MARIE-AUDE MURAIL - ÉDITIONS ICONOCLASTE https://www.librairiemartelle.com/101058-litterature-francaise-grand-format-en-nous-beaucoup-d-hommes-respirent.html
Alice présente « Arlo Finch » JOHN AUGUST - ÉDITIONS MILAN https://www.librairiemartelle.com/103929-romans-11-et-plus-arlo-finch--tome-01---le-mystere-des-longs-bois.html
Sophie présente « Le malheur du bas » INES BAYARD - ÉDITIONS ALBIN MICHEL https://www.librairiemartelle.com/99441-litterature-francaise-grand-format-le-malheur-du-bas.html
Sophie présente « Trancher »   AMÉLIE CORDONNIER - ÉDITIONS FLAMMARION https://www.librairiemartelle.com/100691-litterature-francaise-grand-format-litterature-francaise---trancher.html
Pierrick présente « Les enfants de coeur » HEATHER O'NEILL - ÉDITIONS SEUIL https://www.librairiemartelle.com/98019-litterature-etrangere-grand-format-les-enfants-de-coeur.html
Pierrick présente « La vraie vie » DIEUDONNE ADELINE - ÉDITIONS ICONOCLASTE https://www.librairiemartelle.com/101059-litterature-francaise-grand-format-la-vraie-vie.html
Pierrick présente « Trois fois la fin du monde » SOPHIE DIVRY - ÉDITIONS NOIR BLANC https://www.librairiemartelle.com/100106-litterature-francaise-grand-format-trois-fois-la-fin-du-monde.html
Pierrick présente « Le mur invisible » MARLEN HAUSHOFER - ÉDITIONS ACTES SUD https://www.librairiemartelle.com/52870-litterature--etrangere-format-poche-le-mur-invisible-babel-44.html
Clémentine présente « Le manuel de survie à l'usage des jeunes filles » MICK KITSON - ÉDITIONS MÉTAILLÉ https://www.librairiemartelle.com/101280-litterature-etrangere-grand-format-manuel-de-survie-a-l-usage-des-jeunes-filles.html
Clémentine présente « Dans la forêt » HEGLAND JEAN - ÉDITIONS GALLMEISTER https://www.librairiemartelle.com/35864-litterature-etrangere-grand-format-dans-la-foret.html
Clémentine présente « My absolute darling » TALLENT GABRIEL - ÉDITIONS GALLMEISTER https://www.librairiemartelle.com/70704-litterature-etrangere-grand-format-my-absolute-darling.html
Clémentine présente « Lèvres de pierre » NANCY HUSTON - ÉDITIONS ACTES SUD https://www.librairiemartelle.com/99056-litterature-francaise-grand-format-levres-de-pierre---nouvelles-classes-de-litterature.html
Anne présente « Capitai
+ Lire la suite
autres livres classés : tirailleurs sénégalaisVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr


Autres livres de David Diop (1) Voir plus




Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
261 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre
.. ..