AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070383938
Éditeur : Gallimard (13/06/1991)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 112 notes)
Résumé :
Dans ce troisième volet des Dames du Faubourg, Jean Diwo remet en scène Ethis, «le Parisien débrouillard, le vainqueur de la Bastille», et sa femme Marie. De l'union de leur fils, Bertrand, poète-compagnon du tour de France, et de la belle Louise, naît Elisabeth, le jour même où l'on pose la première pierre de la colonne de Juillet. Sept ans plus tard, le génie ailé de la Bastille veillera dans le ciel des incomparables ébénistes du Faubourg Saint-Antoine. Et les «f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
peneloppe277
  11 septembre 2019
J'ai énormément appris sur les meubles et sur tous ceux qui ont contribué à nous laisser en héritage des merveilles et des valeurs : l'effort, l'humilité, le respect du savoir-faire des anciens, le sentiment d'accomplir quelque chose de beau et qui dure, bref le travail au sens noble. Depuis la lecture des 3 tomes, je ne regarde plus les meubles de la même façon et mon intérêt pour les métiers manuels quels qu'ils soient s'en trouve renforcé. C'est une voie royale qui pourrait attirer tellement plus de jeunes... Merci à Jean Diwo.
Commenter  J’apprécie          160
domisylzen
  21 septembre 2015
Troisième et dernier acte des Dames du Faubourg. Cette fois ci nous sommes entrainés par le talent de Jean Diwo jusque dans les années 1925 et l'exposition internationale des Arts Décoratifs. Toujours autant de plaisir à lire cette immense saga commencé en 1471 et qui, grâce à elle, j'ai pu réviser l'Histoire de France si chère à mon père. 1925 l'année de sa naissance : joli clin d'oeil.
Commenter  J’apprécie          100
nataly11
  30 juillet 2014
Me voici arrivée au bout de cette trilogie historique, 1500 pages, 5 siècles d'histoire, et beaucoup de bonheur à découvrir l'écriture de Diwo, les événements historiques se lissent dans la trame du bois des ébénistes, ce dernier tome se mêle aux poètes et écrivains du 19 iéme siècle.
Après une telle promenade dans le Faubourg, le regard sur le meuble et l'art s'aiguise, s''affine, s'anime...
Ce qui me poussa à une visite du musée des arts décoratifs au Louvre, livre en main, à la recherche de tous ces héros, et ce qui me mènera jusqu'au Faubourg St Antoine lors de ma prochaine halte sur Paris....
Commenter  J’apprécie          30
lapetitefadette
  12 novembre 2014
Suite et fin de la grande saga de jean Diwo avec le 19ème siècle.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
jeunejanejeunejane   28 novembre 2015
On verra pour le reste, dit celui-ci, mais je suis sûr que tu es un bon compagnon. La scie ne trompe pas. Tu n'as pas essayé de forcer pour faire de l'effet au risque de dévier ou de blesser le bois. Ta lame chante bien, je sais ce que je dis.
Commenter  J’apprécie          200
philippe91philippe91   02 septembre 2019
La lutte qui s'est livrée la nuit dernière, sous la pluie, au Père-Lachaise, fut à la fois horrible et impie. Ce lieu de repos éternel, où s'étaient retranchés les derniers défenseurs de la Commune, a servi de champ de bataille durant de longues heures. On s'est battu avec acharnement, à l'arme blanche, entre les tombes. Imagines-tu l'hallucinant spectacle de fusiliers marins, l'uniforme dégoulinant de pluie, le visage noir de poudre et de sueur, sanglant parfois, poursuivant les communards dans les caveaux. Ces combats corps à corps dans le cimetière, ces égorgements sur les dalles mortuaires, cette furie aveugle dans dans la ville morte constitue l'acte le plus étrange de ce drame monstrueux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
domisylzendomisylzen   23 septembre 2015
Aussi violente et brève qu'un cyclone, la révolution de Juillet laissait les Parisiens stupéfaits. Après avoir compté leurs morts et leurs blessés, ils commençaient à se demander ce qu'ils avaient gagné dans cette bataille où ils s'étaient laissé entraîner par leur générosité et la magie des mots-symboles.
Commenter  J’apprécie          40
philippe91philippe91   02 septembre 2019
La garde nationale avec tous ces drapeaux, les corps de troupe casernés dans les environs de Paris entouraient la colonne de bronze mais le public n'avait d'yeux que pour le génie doré qui, là-haut, s'envolait pour la Liberté. On avait monté la statue de Dumont au sommet de la colonne dans le plus grand secret, puis on l'avait recouverte d'un grand drapeau tricolore. Le peuple de Paris et Elisabeth découvraient donc ce matin-là le génie de la Liberté qui se démenait à 52 mètres du sol. Tout le monde l'appelait déjà "le génie de la Bastille".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Jean Diwo (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Diwo
"Chez Lipp" livre de Jean DIWO
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1740 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre