AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2259259499
Éditeur : Plon (24/08/2017)

Note moyenne : 3/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Un garçon, une fille, une histoire universelle. Ils s’aiment, se déchirent, elle s’en va. Lui s’écroule. La jeunesse et l’innocence avec. Un roman qui frappe, âpre, enlevé, emporté, qui ne s’oublie pas. Une signature, une écriture, une voix, une époque, une génération.
« Vous avez peur ?
– Oui. Peur de l’après. Peur, parce que mettre le mot fin à ce livre, c’est mettre le mot « fin » à notre histoire. Aujourd’hui, Elle existe grâce à l’écriture, mais... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
Leya-niess
12 août 2017
Ma lecture:
C'est une histoire d'amour. Mais c'est aussi son autopsie. Puisque la relation des deux jeunes gens vient de se terminer quand l'auteur entame son récit. Et, ainsi, nous allons pas à pas, suivant un mode souvent descriptif et incroyablement visuel (plans de cinéma), entrer dans cet amour qui n'est plus tout à fait.
Martin Diwo a bâti un étonnant collage, en jouant avec les atmosphères, les mots, les titres (belles références cinématographiques). Il s'insinue dans la peau, les émotions , les souvenirs de son personnage masculin en proie à un chagrin d'amour qui le submerge, nous entrâinant dans une frénésie de mots, de juxtapositions, d'envolées, d'images, jusqu'à l'écoeurement parfois.
C'est parfois très beau (j'ai pensé au Solal de Cohen dans « Belle du Seigneur », rien que ça), parfois très long; peut-être quelques légères erreurs de jeunesse à trop vouloir manier la langue, mais on pardonnera facilement tant la volonté d'insuffler de la vie, du style est jubilatoire.
Histoire déconstruite, ce premier roman pourra parfois en déconcerter quelques uns. Mais le résultat est là: splendide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Mllelilyn
23 juillet 2017
J'ai vraiment pris mon temps pour lire ce livre parce que je souhaitais le déguster. Dès les premières lignes, j'ai compris que cette lecture serait différente de tout ce que j'avais pu lire jusqu'à aujourd'hui. Cette histoire, n'en est pas vraiment une, c'est un cri, un cri du coeur, un cri de douleur, un cri d'une puissance rare.
Pour te perdre un peu moins c'est l'histoire d'un jeune homme, il l'aime, elle le quitte, il la rêve.
Ce sont des mots de velours qui vous pénètre, qui vous rappelle que la vie n'est qu'une succession de deuils et que nous ne sommes jamais préparés avant de devoir le faire. La chute est lente ou brutale, mais il faut apprendre à faire sans cet amour que l'on a toujours connu.
Ce livre, c'est le genre de livre que vous conservez dans une petite boite en fer auprès de vous toute votre vie, c'est ce genre que vous ressortez à chaque fois que vous souffrez, car il pose le mot juste, la phrase que vous ne cessez de penser sans jamais pouvoir l'exprimer, la colère, la peur, la souffrance, la dépression qui vous guette…
Ce livre m'a émue. Tellement émue, que je l'ai lu lentement, silencieusement, sans en perdre une seule virgule. Tellement émue, que j'ai relu certains passages, que j'ai relevé certaines phrases, que je m'y suis retrouvée.
L'auteur ne sait pas seulement manier la langue, il manie les émotions, les vôtres aussi avec une dextérité déconcertante. le style est poétique, travaillé, regorgeant de figures de style, d'images qui m'ont parlé, que j'ai réussi à vivre avec beaucoup d'intensité.
Ce livre transporte et nous emmène dans chaque lieu, chaque geste, chaque détail. Ce livre est presque un film qui s'insinue dans vos pensées et qui se joue tout seul, sans que vous ne puissiez l'arrêter.
Les pensées de cet homme sont entrecoupées de dialogues avec un ami ou une femme qu'il ne connaît pas si bien, mais également de flash-back judicieusement écrit tel un scénario. Petit à petit, les protagonistes deviennent plus réels, plus proches de nous et ces passages donnent une autre dimension à cette vie qui leur appartient.
À quel moment ? Quel est le moment ou l'autre vous échappe ? Avez-vous été pour lui ce qu'il a été pour vous? Votre histoire est elle la même ? Pourquoi ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi n'avez-vous rien vu ?
Le déni, le désarroi, la tristesse, la colère, la peur, le pardon, l'acceptation, la délivrance…
Plus qu'un torrent d'émotions, ce livre est un pansement, un pansement pour tous ceux qui vivent le deuil d'un amour, qui l'ont vécu, qui le vivrons. C'est le point de vu d'un homme blessé, qui peine à se retrouver, un homme pour une fois… Un homme qui souffre et qui le dit, qui ne comprend pas, qui culpabilise. Un homme qui cherche le bol d'air qui lui redonnera l'envie de vivre. Est-ce que c'est elle ? La réponse est dans cette merveilleuse histoire.
Lien : https://lilyn.fr/2017/07/20/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lireparelora
21 juillet 2017
Pour te perdre un peu moins de Martin Diwo est un roman surprenant. Il laissera difficilement indifférent : vous allez le détester ou l'adorer. Ou vous allez ne pas savoir tant vous serez passés par des sentiments extrêmes.
En effet, l'auteur a fait des choix particuliers voire dangereux, notamment dans la construction du récit qui se rapproche plus d'un exercice de style que d'un roman. Une histoire d'amour qui se finit est un classique dans la littérature. Ce qui l'est moins, ici, ce sont les déclinaisons faites par Martin Diwo, comme s'il cherchait sous quel angle écrire son texte. Cela donne un effet plutôt brouillon. le fait que l'on ressasse certains moments de la vie du protagoniste, pendant 284 pages, peut créer de l'ennui mais pas seulement. En effet, suivant l'angle choisi dans les chapitres, cela touche positivement ou négativement, ou laisse indifférent.
Clairement, ce roman est un OVNI qu'on ne peut pas se permettre de conseiller ou non. C'est à chaque lecteur de décider s'il désire oser ou non.
Lien : https://lireparelora.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Aufildeslivres
05 août 2017
Rien n'est commun dans cet audacieux roman. Ni le ton, ni le style, ni le cheminement du récit. Il ose d'ailleurs une originalité de structure alternant les pensées propres, les avis d'autres, la raison et l'absurde, les flash-back, le présent et un hypothétique futur. Les chapitres sont courts impulsant un rythme assez soutenu.
Ainsi, nous voici entraînés dans une fine analyse d'une rupture amoureuse. le début est prometteur. Vif, enlevé, il accroche. le fond oscille entre la confidence d'un ami, l'intimité d'un journal et le raisonnement ordonné d'une conversation magistrale. Néanmoins, on décroche. On se perd un peu. Quelques phrases et idées bien tournées suscitent encore l'intérêt, mais de moins en moins. Il faut avouer : l'ennui gagne. Les pages se sautent. On tourne en rond.
Finalement, cette lecture que j'attendais avec impatience est une déception. Elle me laisse un sentiment mitigé que je regrette alors qu'elle aurait pu être une réelle découverte.
Lien : http://aufildeslivresblogetc..
Commenter  J’apprécie          00
Aelys_
22 juin 2017
Bon n'y allons pas par quatre chemins, je suis déçue par cette lecture. Autant l'écriture de Martin Diwo a été une réjouissance (presque un morceau de bravoure !), autant son histoire m'a été particulièrement pénible. Une déception amoureuse déclinée de toutes les façons, sur tous les tons, dans tous les styles, avec une certaine complaisance à se morfondre et un espoir de reconquérir la femme aimée qui finirait par lasser les plus patients. le tout sur presque 300 pages. C'est trop pour moi, j'en suis vraiment désolée !
Lien : https://figuresdestyle2017.c..
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : dépressionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
12817 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre