AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020261952
Éditeur : Seuil (02/11/1995)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Ce roman corrosif sur la société algérienne d'aujourd'hui est le dernier livre publié par Tahar Djaout, écrivain et journaliste assassiné à Alger en juin 1993 : il était devenu, par son talent et son courage tranquille, le symbole de la résistance au fanatisme.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
MonBoudoirLivresQ
  01 mars 2017
""Les vigiles"" j'aime me poser des questions avant d'entamer une lecture: vigile évoque protecteur? ou geôlier? gardien? ou cerbère? Qui est qui dans cette histoire?
Passons...
Ecrire l'Algérie de l'Après-indépendance nous plonge dans un chaos total. le roman dénonce une bureaucratie destructrice et nous raconte le parcours d'un jeune inventeur qui va affronter et confronter les tenants du pouvoir, ceux qui s'amusent à rabaisser les intellectuels et les esprits créatifs. On étouffe le changement dans l'oeuf . on casse, on dévalorise, on brise, on reporte, on refuse, on méprise....
Et tu es là à te morfondre quand tu vois que certains sont mieux considérer "ailleurs" (j'entends par là à l'Etranger) Toutes ces têtes pensantes partent et évoluent sous d'autres cieux. Nous connaissons tous ceci. le lire fait encore plus mal. j'entendais le cri et la rage de l'auteur.
l n y a pas mieux qu'un roman et une histoire inventée pour faire passer des messages et réécrire des vérités. Je ne vais pas me faire longue mais le roman repris dans son contexte et à son époque a dû faire rager plus qu'un. Djaout est courageux de dire tout haut ce que pensaient d'autres tout bas. Parler de cette destruction massive et du fanatisme religieux montant n'était pas facile mais dangereux. Je ne suis pas rentrée dans les détails parce que ceux qui ont lu ont publié leur avis et ceux qui ne l'ont pas encore fait, devraient le découvrir. J'attribue un 4/5 pour toutes les choses ressenties lors de ma lecture. le sujet reste d'actualité rien n'a changé ... ou bien au contraire !
Mod/Suppr

Lien : https://monboudoirdelivres.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bookinista
  22 janvier 2012
Tahar Djaout a 37 ans quand il publie ce livre. Il sera assassiné par les intégristes en juin 1993…deux ans après la publication de ce roman à l'histoire édifiante, mais au style qui m'a moins inspirée...
« Dans une paisible ville de la banlieue d'Alger, un jeune professeur invente une machine à tisser inspirée du savoir ancestral de sa grand-mère.
Quand il veut la faire breveter, il se heurte aux pires difficultés : jugé suspect, dangereux, il devient l'objet de tracas, non renouvellement de passeport, espionnage,.. jusqu'au jour où sa machine est primée au salon de Heidellberg.. Ses ennemis trouvent alors un bouc émissaire qui devra se suicider pour endosser l'erreur commise. Un roman corrosif sur la sté algérienne d'aujourd'hui, mais sans anathème ni violence. le livre d'un juste.»

Lien : http://coquelicoquillages.bl..
Commenter  J’apprécie          50
awei
  14 avril 2008
La corruption et sa bêtise sont la cible de ce roman petit mais magistral.
Commenter  J’apprécie          40
Ady
  18 mars 2017
Ce roman raconte l'Algérie morose comme un coin en enfer, à travers un jeune algérien instruit et intellectuel, qui vit sa vie comme il l'entend, débarrassé du poids de mille et une année de traditions et d'un millions de préjugés transmis de père en fils comme un fardeau de Sisyphe qu'il faudrait porter jusqu'à l'éternité.
Le jeune intello n'hésite pas à apporter un bout de lumière dans les ténèbres, s'inspirant du calvaires de plusieurs générations d'algériennes qui ont « tissé brin à brin notre bien être, notre mémoire et nos symboles pérennes » pour inventer une machine à tisser.
Le calvaire du jeune inventeur commence lorsqu'il a affaire à l'administration pour breveter sa machine et renouveler son passeport, afin de participer à une exposition en Allemagne. Plus de la moitié du roman à décrire des démarches administratives démesurées et des blocages injustifiés, dont a été victime l'inventeur. Pis, il est soupçonné d'un mystérieux complot, et est même investigué, avant d'obtenir le fameux document.
Lien : http://wp.me/pXF7a-fv
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   11 février 2013
L'indépendance recouvrée du pays ainsi que son statut de combattant libérateur, qui lui ont permis de s'installer aux abords de la capitale
convoitée, l'ont du même coup arraché à ses pacages et aux odeurs champêtres de son enfance. Une fois dissipés la fierté d'habiter à proximité du pouvoir, l'émerveillement devant le carrelage, l'électricité et l'eau courante, il se sentit comme un fauve en cage, comme une plante coincée dans le béton. Il se mit à éprouver un besoin douloureux de buissons, la nostalgie de voir grandir les poussins et les agneaux, de humer les odeurs fortes de l'étable, des brebis qui ont mis bas, des boucs au poil mouillé et fumant. Il rêvait aussi d'un feu de bois, de la terre profonde et moite où macéraient les feuilles mortes. Il parlait beaucoup de la campagne, il y allait même parfois. Mais les visites ne lui suffisaient pas, il aurait aimé y reprendre racine, s'y enfoncer jusqu'à la taille, sentir monter en lui la rumeur des insectes et des germinations, les frémissements des bêtes tapies qui attendent de bondir
sur la proie ou de détaler devant le prédateur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
rkhettaouirkhettaoui   11 février 2013
Il s'était même demandé un jour, par simple désir d'argumenter, pourquoi les femmes, elles, ne quittaient pas les hommes stériles. Sans doute parce que,
avait-il conclu, les enfants n'étaient jamais perçus comme une descendance de femme, mais seulement comme une descendance d'homme. La femme n'a pas de postérité.
Commenter  J’apprécie          190
rkhettaouirkhettaoui   11 février 2013
Notre religion récuse les créateurs pour leur ambition et leur manque
d'humilité; oui , elle les récuse par souci de préserver la société des tourments qu'apporte l'innovation. Vous savez en outre, comme moi , que nous constituons aujourd'hui un peuple de consommateurs effrénés et de farceurs à la petite semaine. Des combinards, oui, il en existe, des bricoleurs aussi qui font dans le trompe-l'œil et immédiatement utilitaire. Mais l'inventeur - auquel se rattachent des notions aussi dépaysantes que l'effort, la patience, le génie, le désintéressement - relève d'une race encore inconnue chez nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaouirkhettaoui   11 février 2013
Une personne qui reste ainsi debout une demi-heure ou trois quarts d'heure aura tout le temps de touiller sa mauvaise conscience pour faire lever et déborder le pus ; elle aura le temps de fouiller dans le dépotoir de son passé afin d'exhumer les vilenies dont l'autorité toute-puissante qui siège devant lui a besoin pour prononcer son verdict. Une personne qui reste ainsi debout est déjà perdue, se dit-il ; tout ce qu'on lui demande, c'est d'établi r elle-même, en furetant dans sa misérable vie, les preuves de sa culpabilité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   11 février 2013
Lui qui espérait enfin se reposer et éprouver, dans le paradis des commodités urbaines, ce bonheur providentiel auquel rien ne le prédisposait , il ne réussit jamais à se sentir chez lui et à s'enraciner dans ce terreau inhospitalier. A défaut d'y pouvoir s'enfoncer avec la lourdeur et la confiance d'un olivier, il s'était
contenté de s'y incruster avec la fragilité du lichen. Ses racines inexpugnables, son feuillage sensible et bruissant, la solidarité de ses branches étaient toujours tendus vers le village, vers la région natale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Video de Tahar Djaout (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tahar Djaout
Vidéo de Tahar Djaout
autres livres classés : algérieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr