AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020986388
Éditeur : Seuil (05/02/2009)

Note moyenne : 3/5 (sur 8 notes)
Résumé :

"Personne ne sait ton nom ni d'où tu viens. Tu n'as même pas un sobriquet, méchant ou sympathique. Ni de chien ou de chat pour te tenir compagnie. Tu n'es qu'un fantôme, une silhouette morte, une ombre creuse qui se traîne sur les trottoirs de S..." Un homme, la cinquantaine cassée, arrive, un soir de pluie, dans une ville qu'il ne connaît pas. Sac au dos et jambes usées, Jean-Jacques Serrano va errer dans ses rues,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
claraetlesmots
  19 août 2010
Un homme la cinquantaine passée erre dans une ville. Un homme à la dérive noyant son chagrin dans l'alcool et qui s'est retrouvé dans la rue. Un homme qui avait une famille et un travail. Comment peut-on en arriver là ?
Dans ce livre, on suit le cheminement de Jean-Jacques Sarranoné quelques années après la guerre. Les souvenirs de la vie passée et heureuse remontent à la surface, distillés, mettant encore plus en exergue sa situation actuelle. On veut savoir ce a pu se produire, pourquoi il a quitté sa femme et son fils adolescent. Son quotidien désormais c'est la rue, il est un clochard. Et on apprend le drame, la cassure, le chagrin qui sont devenus son fardeau. On comprend…
Et là, vu le thème, vous vous dites, elle a été bouleversée, fracassée d'émotions. Une vie qui bascule, un personnage qui perd pied… mais non, j'ai trouvé ce récit fastidieux même si j'ai compris le chagrin de cet homme.
Une lecture en demi-teinte et trop courte à mon goût.

Lien : http://fibromaman.blogspot.c..
Commenter  J’apprécie          10
antigoneCH
  08 novembre 2009
Un homme erre dans les rues, se terre sous des porches, dans des coins nauséeux. Qui est-il ? D'où vient-il ?
Il contemple sa déchéance, ce trou d'hébétude dans lequel il s'est perdu volontairement, expiant une faute ancienne, impardonnable, mais quelle faute ? Il a décidé un jour de se séparer de Laure, de son passé, de sa vie, de tout, "de tout sauf de son chagrin".
Ce très court roman est un emprunt de bibliothèque, totalement impulsif. Abdelkader Djemaï animera cette saison un stage d'écriture dans ma ville, le temps d'un week-end. le livre était donc sur un présentoir de ma bibliothèque habituelle. Petit dernier me tiraillait le bras, pressé d'aller fureter dans son "coin". J'ai lu quelques lignes, balayé la quatrième de couverture, et hop il était "embarqué".
Alors effectivement, je n'ai pas été déçue par l'écriture...très fluide, pleine de virgules, comme j'aime. Il est intéressant également de suivre le cheminement intérieur de Jean-Jacques Serrano, ancien flic, ancien père et mari comblé, devenu un clochard invisible, abruti de peine.
Juste un goût de trop peu, peut-être, dans cette lecture...

Lien : http://antigonehc.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LaCalebasseaLivres
  20 octobre 2017
C'est l'histoire d'un homme meurtri dans sa chair et dans son âme. Un homme qui ne peut plus affronter le regard de son épouse. C'est une histoire triste sur l'amour, la famille et les erreurs commises.
Commenter  J’apprécie          00
LireEcouterVoir
  02 mars 2016
Cette confession saisissante reflète la lassitude d'une quête impossible : tout oublier, se séparer de son chagrin, ici d'un deuil atroce à surmonter, celle de la mort d'un enfant, de son propre fait. Mais c'est également un portrait réaliste qui met en lumière non seulement les difficultés invivables, mais aussi la perte d'identité et donc d'humanité que subissent « tous ceux qui sont dehors » à qui le livre est dédicacé. Un moment d'oubli, qui montre qu'il se peut arriver si vite, à tous et à toutes et que rien ne demeure acquis.
Lien : http://lire-ecouter-voir.com/
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
claraetlesmotsclaraetlesmots   19 août 2010
Personne ne sait ton nom ni d'où tu viens. Tu n'as même pas un sobriquet, méchant ou sympathique.
Ni de chien ou de chat pour te tenir compagnie. Tu n'es qu'un fantôme, une silhouette morte, une ombre creuse qui se traîne sur les trottoirs de S...
Commenter  J’apprécie          70
LaCalebasseaLivresLaCalebasseaLivres   20 octobre 2017
Puisque tout a une fin, même dans le meilleur des contes de fée, il nous faut à présent aller vite pour raconter ton histoire. Pour cela il n’est pas nécessaire de tirer à la ligne, de faire dans la grasse, de noyer le poisson dans la sauce, il faut aller vers l’os, vers l’os cassé comme une allumette avant le grand incendie. Ton histoire, ta sale histoire a eu lieu en automne. Rappelle-toi : on était le lundi 22 septembre et il était exactement 23h50.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Abdelkader Djemaï (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Abdelkader Djemaï
Un été de cendres d'Abdelkader Djemaï dit par Catherine Hiegel .
autres livres classés : erranceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2089 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre