AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782359470079
272 pages
Éditeur : Café Salé INK éditions (27/01/2011)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Brume est un ouvrage collectif rassemblant 19 histoires complètes autour du thème de l’environnement. Chaque auteur apporte une vision personnelle de notre manière de traiter la planète et nous entraine le temps de quelques pages dans des univers réels ou fictifs, dans le futur et le passé, pour une prise de conscience. Les histoires sont chacunes réalisées par un auteur différent,issus de la communauté CFSL, pour cet ouvrage unique et plein de sens, l’accent a été ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Saiwhisper
  22 mai 2017
L'avantage d'être dans un réseau de médiathèques, c'est que des nouveaux titres arrivent régulièrement : on s'échange certains documents entre bibliothèques… Or, alors que je devais rendre la bande dessinée « Brume », je me suis permis de la lire vite fait pendant ma pause… Il y avait un panda roux sur la couverture, alors il ne m'en fallait pas plus pour me convaincre ! de plus, elle était « classée jeunesse » et abordait la thématique de l'environnement, donc j'ai pensé que je passerais un super moment… mais non, pas plus que ça. Déjà, il faudra que je signale à mes collègues que ce n'est pas du tout pour les enfants (à la limite, pour des ados, cela passerait), car certains messages sont compréhensibles uniquement par des adultes, l'humour noir n'est pas forcément compris de tous et, bien qu'elle soit jolie, la petite BD « Dans tes ramures » met en scène une petite dame nue dont on voit toute l'anatomie sous tous les angles (seins, fesses, clitoris et vulve)… Alors quand je pense que plusieurs jeunes enfants ont emprunté cette BD, je me pose des questions et me dis que j'aurais peut-être dû lire l'ouvrage avant… Bref, vous pouvez imaginer dans quel état j'étais en repensant à cette lecture…
Outre ce détail qui me donne encore des sueurs froides, je trouve l'idée de recueil d'histoires autour de la thématique de l'environnement très intéressant. Une trentaine d'auteurs se sont pris au jeu et ont proposé quasiment vingt récits dans un style et une ambiance différents avec toujours un message important lié à la nature. Parmi les histoires proposées, on est souvent dans des mondes post-apocalyptiques où la faune et la flore ont été touchées voire anéantie. Notre monde n'existe plus et les personnages se ressassent des souvenirs d'antan en se disant qu'ils auraient dû réagir… Il y a également des récits sans dialogues comme « Ce qu'on mange » dont le message est très fort ou encore des univers où les robots sont très présents.
Mes nouvelles favorites sont peu nombreuses cependant, elles m'ont marquée. Il y a « Arche » qui m'a fait songer au roman/film « Les animaux fantastiques » : l'humanité a été anéantie et seules quelques espèces ont été sauvées puis placées dans des salles pour les protéger et les laisser vivre en paix. Un grand-père et sa petite fille habitent dedans et vivent en harmonie avec ces animaux… Mais ils ont tout perdu et ne pourront jamais revivre comme autrefois sur Terre… Les dessins sont superbes et on sent bien la douleur qu'éprouvent les protagonistes. J'ai également aimé « Mommy ? Daddy ? » où le graphisme sombre et gothique m'a envoutée. « Jugement premier » est tout simplement original : un bûcheron est jugé par des arbres dignes des Ents du « Seigneur des anneaux ». Une fois encore, le message est très fort et, pour une fois, le scénario se finit de façon positive où l'espoir est permis. Enfin, dernière nouvelle marquante : « Floraison » dont l'idée de fleur comme partie du corps m'a beaucoup plu. Les autres petites bandes dessinées sont plus ou moins sympathiques. J'ai trouvé certains messages plus clairs et percutants que d'autres… Mais comme on dit, c'est une question de goût… Ma plus grosse déception a été « Meat Coke » dont le graphisme ne m'a pas du tout plu. C'est trop fouillis, psychédélique et écrit très petit… J'ai vraiment eu du mal à la lire…
Dans l'ensemble, j'aime l'idée générale de la BD qui laisse plusieurs auteurs et dessinateurs s'exprimer sur la thématique de l'environnement néanmoins, j'ai eu peu d'oeuvres qui m'ont plu sur les vingt récits… Par ailleurs, j'aurais souhaité voir plus de pages pour certaines de mes BD favorites. Je me répète, mais je ne suis vraiment pas fan du format « nouvelles ». C'est parfois trop court… Bref, un ouvrage avec de beaux messages partant d'une chouette initiative, mais qui n'aura pas su entièrement me convaincre…

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
jamiK
  14 décembre 2019
C'est une série de courtes histoires écrites par des auteurs différents sur le thème de l'écologie et de la préservation des espèces. C'est forcément inégal, certains récits sont parfois très manichéens, caricaturaux, certains assez enfantins, d'autres plus graves, mais le tout fonctionne bien, il y a une cohérence d'ensemble, non dénué de militantisme, avec un ton ludique pour un résultat distrayant, frais et dynamique.
Arche de Grelin, Djet et Maele C : assez enfantin aussi, et touchant, un grand père préserve une faune artificelle pour son petit-fils.
La contre attaque du panda de Grayshuko : assez rocambolesque, un papa lutte contre les grands groupes agro-alimentaire déguisé en panda.
Lia et Mister Mug de’Hélène Canac et Laurent Habart : Sans doute celui qui m’a le moins plus, le même thème que Arche.
Analogon de Yuio : très enfantin, très simple, mais qui touche juste, un grand-père explique sa passion pour le jardinage à ses petits enfants.
Ce qu’on mange de Julia Bax : Des animaux obèses qui se nourrissent dans une décharge. Une allégorie sur la malbouffe. Dessin trop académique à mon gout.
Retour à la mer d’Aral de Ludovic Ouali : Le réchauffement climatique, sa conséquence dans certaines régions, traité avec des personnages réalistes, très touchant aussi.
Chamallow de Malvil et Kalkair : deux hérissons dégénérés à cause des saloperies qu’ils mangent, cette histoire ci fait dans l’humour noir, court mais percutant.
Dans tes ramures : Eloge du retour à la nature, un peu de militantisme naturiste, rien de bien choquant, au contraire, léger et poétique. Dessin un peu naïf en aquarelle.
Mauvaise graines : du post apocalyptique servi par un graphisme original, à la Tim Burton, très beau, et triste.
Momy ? Daddy ? de Samkat : Graphisme intéressant, je suis moins convaincu par la symbolique qui manque de finesse. Le seul récit qui m’a laissé de marbre.
Jugement dernier de Misday : Graphisme très classique, mais l’histoire de ce bucheron jugé par des arbres est bien vue, simple et très efficace.
Réminiscence de Nicolab : Assez classique, avec des personnages intéressant,s un récit bien construit, sans être fan absolu, cette histoire aurait pu faire le sujet d’un one-shot.
Erika de Guillaume Clavery et Paul Drouin : On est ici plutôt dans le reportage, à la manière de Davodeau, ça parle de la marée noire de L’Erika, un réquisitoire contre l’utilisation du pétrôle.
Meat Coke d’Anael Snook et La Grenouille Noire ; Militantisme le plus agressif pour parler de la consommation de viande et des consortiums de l’agro-alimentaire, un graphisme volontairement sombre, en jaune et noir, une voix off qui distille des slogans publicitaires, un univers post-apocalyptique violent, le récit choc du recueil.
Mutsubushu Totoyor de Rémi Maynègre : récit volontairement caricatural, utilisant les ressort du manga, outrageusement manichéen, La nature contre l’industrie en version Power Rangers, drôle et sympathique.
Floraison de Olivier Pichard : Sans doute le récit le plus onirique, le plus original et le plus surprenant de la série.
Megacorp d’Olivier Dobremel et Saimon : M’a fait penser aux récits de Christin et Bilal ou de Caza, dans les années 70, non dénué de charme, une dystopie bien mise en place en très peu de pages, une belle réussite.
Jungle Urbaine ; Un récit de post-apocalyptique assez classique, les animaux et la nature ont repris leurs droits, la ville s’est transformée en jungle, assez haletant, du rythme et de l’action sur 11 pages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
SaiwhisperSaiwhisper   17 mai 2017
Humain... Comprends-tu que ce que tu prends un immense plaisir à détruire et tuer... Donne naissance à la vie qui t'entoure et dont tu dépends... Que crois-tu qu'il adviendrait de toi et des tiens si nous venions à disparaître... Le monde que tu as connu ne serait plus... Tout ne serait que désolation... Est-ce le monde que tu désires ?
Commenter  J’apprécie          100
SaiwhisperSaiwhisper   15 mai 2017
Nous sommes les seuls responsables de la destruction et de la privation dont nous sommes victimes. C'est avec des remords que nous vivons, mais avec enthousiasme que nous essaierons de reconstruire un monde meilleur... S'il n'est pas trop tard dehors...
Commenter  J’apprécie          20
SaiwhisperSaiwhisper   22 mai 2017
– Oh la la ! Qu’est-ce qu’on va devenir ? Misère !
– On devrait aller voir le caribou, il sait tout parce qu’il a une barbe.
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : écologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
125 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre