AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 229030803X
Éditeur : J'ai Lu (20/09/2000)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.95/5 (sur 637 notes)
Résumé :
"Betty était allongée sur le lit. Elle était tout habillée, elle me tournait le dos. [...] Putain de merde je me suis dit tout au fond de moi en la regardant respirer. Le silence ressemblait à une pluie de paillettes tombant sur une tartine de colle. On avait toujours pas échangé un mot.» Betty est entrée dans sa vie, valise en main, un matin, et elle était la plus belle. Pour elle, il était le plus grand écrivain de sa génération. C'est que Betty a des exigences de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
Rouletabille
  21 septembre 2013
Je me suis lancé à reculons dans cette lecture, en raison de la couverture du livre de poche : le visage d'une femme à l'air triste sous un fond bleu je trouvais cela pas très engageant et même déprimant !
Et pourtant dès les premières lignes du récit, j'ai été conquis par cette histoire d'amour puissante, et plus encore par les interrogations, la mélancolie, le mal de vivre du narrateur, dont on ignore le prénom.
Betty et ce narrateur, c'est l'incarnation du feu et de la glace : elle jusqu'au-boutiste pour défendre les intérêts de son homme, lui une certaine force tranquille exprimant ses doutes sur le sens de la vie mais certain de son amour pour elle.
Les personnages secondaires sont aussi très bons, le lecteur passe avec plaisir de l'ancienne collègue de Betty, serveuse puis à sa soeur ou encore un patron sans scrupule, sans oublier le chien Bongo !
L'autre force de ce livre est la grande diversité des lieux, le renouvellement du décor est quasi permanent, tout s'enchaîne parfaitement, on s'ennuie jamais entre le début dans les bungalows puis le commerce de pizzeria et la vente de piano dans le sud de la France, mais aussi hélas l'hôpital.
Le style est particulier avec beaucoup de comparaison, et une utilisation intensive du que dont les limites sont parfois atteintes comme par exemple " il faut que des que je franchissais la porte"; un poil lourd par moment cette redondance de que et de comme.
Malgré le bonheur de Betty et du narrateur, on devine assez vite la tournure tragique, ces deux là sont trop cabossés pour être éternellement heureux.
En revanche, le lynchage final du narrateur par deux mecs se vengeant de lui (il leurs avaient dérobés du pognon) ne m'a pas complétement convaincu, il me semblait à ce moment du récit pas utile d'en rajouter après le destin tragique de Betty.
Un classique de la littérature française qui le mérite bien ! Pour me plaisir " toutes ces gueules étaient ravagées par une semaine de boulot sans intérêt, la fatigue, les privations, la rage et l'ennui" ...sublime. Je lirai d'autres Djian.
Je suis d'ailleurs surpris par le relatif faible nombre de lecteurs de ce livre sur ce site.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          386
Peluche0706
  18 février 2014
Il s'agit là d'une véritable histoire d'amour envers et contre tout. Zorg, 35 ans et Betty emménagent ensemble pour le meilleur et pour le pire. Betty rêve de luxe, tandis que Zorg est employé de maintenance. Elle découvre parmi des cartons des carnets que Zorg a noirci quelques temps auparavant. Betty pousse alors Zorg à envoyer son roman à des maisons d'éditions.
Quel plaisir de lecture, quelques passages drôles voire très drôles (par exemple le moment où ils prennent le téléphérique), mais aussi de grands moments de dépressions. Il faut avoir le moral avant d'envisager la lecture de ce livre.
Zorg n'a de cesse de vouloir faire plaisir à Betty, quel que soient ses caprices et de couvrir ses arrières à tout moment sans demander d'explications. Il se démène et son amour pour elle ne fléchit pas. Quel courage et quelle force de caractère pour ne pas craquer !
Ce livre est un coup de coeur pour moi. C'était un moment de lecture très agréable.
Lien : https://letempsdelalecture.w..
Commenter  J’apprécie          345
melusine1701
  14 avril 2012
Accrochez-vous, ça décoiffe! Betty, c'est une tornade de sensualité, d'imprévisibilité, d'obstination et d'idéalisme. Elle veut que ça bouge, elle sait que les choses peuvent avoir de l'intensité, et elle fait tout pour, et surtout tout pour punir ceux qui lui mettrait des bâtons dans les roues, ceux qui exploitent les autres, ceux qui manquent de respects aux petites gens qui se démènent avec ce qu'ils ont. Elle est à claquer, elle est à secouer, elle est à ramener sur terre et pourtant, j'ai été profondément touchée par cette fille qui veut juste du soleil, du rêve, de l'amour, de la fierté, la belle vie. Et qui n'hésite pas à vandaliser, à mettre le feu, à frapper, dès que quelqu'un se met en travers de sa route ou envisage même de la prendre pour la moins que rien qu'elle ne veut surtout pas, surtout plus être. Quant au narrateur de l'histoire, lui, on a carrément envie de lui poser une main compatissante sur l'épaule. Lui qui ne veut que boire sa bière tranquillement devant son bungalow se retrouve à trimer comme un fou, à essayer de comprendre une Betty lunatique et insaisissable, à se mettre en quatre pour lui décrocher un sourire, à se détruire pour la rendre heureuse et pour être heureux avec elle. Tout lui retombe sur le coin de la figure. J'ai été soufflée par ce mélange du prosaïsme le plus bas, jusque dans le style, jusque dans le langage, et ce désir d'idéal, absolu pour Betty, limité à Betty pour lui. Car ce qui est touchant dans ces personnages, c'est que aussi insupportables soient-ils, aussi médiocres soient-ils, aussi fous soient-ils, ils sont absolus, ils sont admirables par leur volonté même de chercher le bonheur, et pathétiques dans leur incapacité à accorder leur notion du bonheur. Bref, c'est un régal, on les suit jusqu'au bout avec avidité.
Lien : http://mabouquinerie.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
LSH
  03 janvier 2015
Comme beaucoup, j'ai vu le film avant de lire le roman.
Peut-être même que c'est pour ça que j'ai acheté ce bouquin ? je ne sais plus trop parfois d'où peuvent bien venir tous ces bouquins qui traînent dans ma bibliothèque :-)
Toujours est-il que cela a sans doute un peu perturbé ma lecture, connaissant les grandes étapes du récit avant de les découvrir même si il y a quelques différences.
Il ne me semble pas par exemple que la dernière scène du roman (les "visiteurs du soir de Jocelyne") soit présente dans le film (?). Mais c'est une bonne idée, car je trouve qu'elle n'apporte rien au roman.
De plus, même si au moment où la narrateur (dont on ne connaît pas le nom) jetait ses petits mouchoirs suite à son braquage, je me disais qu'il laissait bien imprudemment des traces de son passage sur le parking, le fait que "Henri", le grand méchant de service puisse s'en servir pour retrouver sa trace est un peu tiré par les cheveux...
Il y a de nombreuses scènes comme celle-là qui ne sonnent pas juste. Elles ne sont pas réellement vraisemblables, sans non plus être volontairement abracadabrantesques ce qui nous place dans un entre-deux parfois gênant.
Néanmoins j'ai lu ce roman avec plaisir et j'ai beaucoup apprécié la philosophie nonchalante du narrateur entre pessimisme et épicurisme à la petite semaine :-)
Le moins que l'on puisse dire est qu'il marquait le contraste avec le tempérament fougueux de Betty, ce qui m'amène plus à voir ce livre comme un roman de solitude(s) que d'amour, tant le mur les séparant semblait infranchissable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Sea
  07 décembre 2015
Un rythme infernal et un très bon roman !
Betty est la plus belle c'est sur. Elle connaît une autre pudeur. C'est tout de suite chaud entre lui et elle. Elle le croit écrivain, lui pour le moment est en manque d'inspiration, c'est pas automatique d'écrire. Mais lui il en plus d'elle, il l'aime à en crever, elle le fascine elle est ce qui lui est arrivé de mieux, elle est son unique préoccupation et but. Il ne vit plus que pour elle.
Betty, elle, elle reste parfois inaccessible, il la rend folle aussi. Folle de désir et parfois elle pique des crises. Ils baisent, ils aiment cela. Un connard les exploite alors ils vont tenter leur chances ailleurs, là bas où la vie sera peut-être meilleure. Elle ne cesse d'y croire et envoi le manuscrit de son chéri aux éditeurs, mais c'est très dur de se faire publier surtout quand on est un illustre inconnu. Les petits boulots se suivent et la résistance perdure. Un jour une nouvelle crise de Betty survient, elle plante une fourchette dans une cliente, rien que cela ! Il ne faut pas l'énerver Betty ! Cela précipite un peu les choses pour eux deux. Ils partent pour de nouveaux horizons. Les temps changent mais les galères continuent.
J'ai adoré ce roman, je l'ai peut-être lu un peu trop vite. J'aime cet auteur, et j'ai hâte de lire la suite. C'est le style de P.Djian sans détour qui est charmant, il arrive aussi à me surprendre au détour d'une page.
37.2 ° le matin c'est dramatique. C'est parfois violent, il y a une pincée d'érotisme, c'est surtout à fleur de peau comme si vous aviez les doigts dans la prise du début à la fin de l'histoire. Je me suis forcément attaché aux personnages et l'oubli sera impossible surtout qu'il y a une suite. C'est nerveux voilà le terme exact pour cette histoire. Je vais revoir le film et voir si il est à la hauteur.
Délecter vous de cette histoire pas si banal et ne faite pas trop de cauchemars pour autant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
jg69jg69   01 avril 2015
Quand j'ai reçu la sixième lettre de refus d'un éditeur, j'ai compris que mon bouquin serait jamais publié. Mais ça, Betty l'a pas compris. Une fois de plus, elle est restée pendant deux jours sans desserrer les dents, le regard sombre, et tout ce que je pouvais lui raconter servait à rien, elle m'écoutait pas. À chaque fois, elle avait remballé mon manuscrit sur-le-champ et l'avait renvoyé à une nouvelle adresse. Comme ça, c'est parfait, je me disais, c'était un peu comme prendre une carte d'abonnement pour la souffrance, boire le poison jusqu'à la lie. Bien sûr, je lui disais pas et mon beau roman continuait à prendre du plomb dans l'aile. Mais je me souciais pas pour lui, je me souciais pour elle. Comme elle avait renoncé à barbouiller tous ces gens-là en rouge, je m'inquiétais de pas la voir recracher la fumée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
VALENTYNEVALENTYNE   04 septembre 2013
Par moments, la ville me pesait. Mes plus beaux rêves se déroulaient dans des coins perdus, dans des déserts silencieux et colorés et je pouvais laisser traîner mon regard sur la ligne d’horizon et penser tranquillement à un nouveau roman ou au repas du soir ou prêter l’oreille aux premiers cris d’appels d’un oiseau de nuit déboulant dans le crépuscule.
Je savais parfaitement ce qui clochait avec Betty, ce damné roman la clouait sur place, lui ficelait les bras et les jambes. Elle était comme un cheval sauvage qui s’est tranché les jarrets en franchissant une barrière de silex et qui essaie de se relever. Ce qu’elle avait pris pour une prairie ensoleillée n’était en fait qu’un enclos triste et sombre et elle connaissait rien du tout à l’immobilité, elle n’était pas faite pour ça. Mais elle s’accrochait quand même de toutes ses forces, avec la rage au coeur et chaque jour qui passait se chargeait de lui écraser les doigts. ça me faisait mal de voir ça, seulement je ne pouvais rien y faire, elle se retranchait dans un endroit inaccessible où plus rien ni personne ne pouvait l’atteindre. Dans ces moments là, je pouvais m’attraper une bière et m’envoyer tous les mots croisés de la semaine, j’étais sûr qu’elle allait pas me déranger. Je restais quand même près d’elle, pour le cas où elle aurait eu besoin de moi. Attendre, c’était la pire des choses qui pouvait lui arriver. Ecrire ce bouquin, c’était sûrement la plus grosse connerie que j’avais faite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LSHLSH   03 janvier 2015
Je suis retourné au magasin sans me presser et un petit bout de pomme cuite s'est mis à pendre du paquet comme une larme. Je me suis arrêté au milieu du trottoir et je l'ai aspiré, zlip. Heureusement qu'ici-bas le paradis est pour trois fois rien, ça permet de ramener les choses à leur juste dimension. Et alors que reste-t-il qui soit à la dimension d'un homme ? Sûrement pas se casser le cul pour fourguer deux ou trois pianos, ça, c'était vraiment de la rigolade, ça pouvait pas faire des ravages dans ma vie. J'en dirais pas autant d'un petit coin de tarte aux pommes aussi doux qu'un matin de printemps. Je me suis rendu compte que j'avais pris cette histoire trop à coeur, je m'étais monté la tête avec ces pianos. Mais c'est difficile de pas se laisser gifler par la folie, il faudrait rester constamment éveillé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
RouletabilleRouletabille   23 septembre 2013
Je compte plus tous les sujets d'étonnement que j'ai rencontrés dans la vie, mais j'aime toujours ouvrir l’œil, c'est pas rare qu'il y ait deux ou trois trucs à prendre.
Commenter  J’apprécie          440
patatarte2001patatarte2001   12 septembre 2015
Votre écriture évoquant pour moi, à bien des égards, les signes avant-coureurs de la lèpre, c'est avec un dégoût profond que je vous retourne cette fleur nauséabonde qui vous est apparue comme un roman. La Nature engendrant parfois des choses monstrueuses, vous conviendrez avec moi qu'il est du devoir d'un honnête homme de mettre fin à de telles anomalies. Comprenez que je vais me charger de votre publicité. Je déplore toutefois que cette chose ne puisse retourner dans un endroit qu'elle n'aurait jamais dû quitter : je veux parler d'une zone marécageuse de votre cerveau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Philippe Djian (53) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Djian
26.04.18 - INTEGRALE - S. Tesson, P. Djian, É. Faye, N. Van Moerkerkenland et C. Gras.
autres livres classés : folieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Philippe Djian - méli-mélo de titres

Avant d'attaquer ses titres, on commence par son année de naissance.

1939
1949
1959
1969

12 questions
68 lecteurs ont répondu
Thème : Philippe DjianCréer un quiz sur ce livre
.. ..