AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290327913
Éditeur : Editions 84 (18/09/2002)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 244 notes)
Résumé :
Réunis par le hasard, Ned, Carol, Henri et Lili roulent à travers les paysages désertiques d'Amérique.

Pour fuir Franck, flic hargneux et désespéré, pour rejoindre Lucie, hippie suicidaire, pour sortir Jimmy d'une mauvaise passe, ou tout simplement pour vivre.

Au gré des rencontres et des courbes de la route, ils suivent un chemin indéterminé, parsemé de haine et de violence, mais où fleurissent, malgré tout, des sentiments qui pourrai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Aaliz
  07 mars 2013
Bleu comme l'enfer est le récit d'une cavale, d'une chasse à l'homme à travers le désert américain.
Ned, un jeune trentenaire un peu paumé, doit livrer une Buick à certaines personnes apparemment peu recommandables. Mais il ne trouve rien de mieux, sur le trajet de livraison, que de braquer un snack. Il embarque au passage un des clients et s'enfuit avec les flics aux trousses. Nos deux larrons se font finalement arrêter, la Buick est confisquée et les deux lascars emmenés par un des policiers, Franck. Mais ce dernier ne semble pas très respectueux des procédures et ramène ses prisonniers chez lui. Ce qu'il n'avait pas prévu, c'est qu'ils finiraient par s'enfuir embarquant au passage sa femme et sa fille ( de leur plein gré, il faut bien préciser). le quatuor va tenter de récupérer la Buick mais Franck les prend en chasse.
Les cinquante premières pages ont été laborieuses et je me suis demandée si je n'allais pas abandonner. J'ai eu, en effet, un peu de mal avec le style cru et parfois vulgaire, les scènes de sexe. Mais malgré ça, j'ai persisté et j'ai bien fait.
Oui, le style de Philippe Djian est particulier. Il s'agit surtout d'un style oral où le lecteur a l'impression d'entendre les pensées des personnages rapportées telles quelles. Ce qui donne certains passages où de courtes phrases s'enchaînent sur plusieurs pages avec juste des virgules pour les séparer, entrecoupées aussi d'interjections, de jurons. de même avec les dialogues, qui commencent de façon classique au style direct avec passage à la ligne et chaque réplique bien marquée, puis Djian ne précise plus qui parle, le marquage disparaît, le saut à la ligne aussi, tout s'enchaîne et seule la logique permet de distinguer chaque réplique et qui en est l'auteur ( ça m'a rappelé un peu Cormac McCarthy ).
Alors même si c'est un peu difficile à la lecture, j'ai trouvé cette façon d'écrire géniale, ça rend le récit très vivant, très spontané, le lecteur est immergé et ne reste pas simple spectateur.
Ce qui peut gêner aussi, c'est le langage très cru, l'atmosphère assez malsaine pleine de violence, de sexe, de drogue et d'alcool. Les personnages sont tous des paumés, Franck est un alcoolique obsédé sexuel, sa femme Lili une grande consommatrice de joints. On les trouve plutôt antipathiques et pathétiques au premier abord mais on se rend vite compte que tout cela exprime un profond malaise et un grand mal de vivre. Tous ne parviennent pas à trouver leur place dans cette société des années 80 qui se trouve être déjà la société de consommation que nous connaissons. Et Djian parsème alors son récit de ses petites phrases qui semblent anodines mais qui en disent très long sur la vision des personnages ( et SA vison ?) de la vie et du monde qui les entoure, tout comme au détour d'une page, après une scène violente, on se surprend à lire quelques lignes pleines de poésie aussi incongrues et éphémères qu'une fleur sur un cactus. Certaines scènes et dialogues m'ont également beaucoup fait rire.
Philippe Djian retranscrit aussi à merveille l'ambiance de son récit. Il évoque beaucoup les sons et les couleurs, et cette chaleur accablante qui assomme les personnages tout au long de leur périple à travers le désert. On imagine les décors et on s'y croirait presque tellement Djian parvient à jouer avec nos sens. Les perceptions ont une grande place dans ce texte.
Un mot enfin sur l'intrigue elle-même : elle est passionnante. le récit alterne entre les points de vue de nos quatre fugitifs et celui du chasseur. le lecteur entre dans certaines confidences mais est aussi parfois bien surpris. J'ai été tenue en haleine tout au long de ma lecture, j'ai vraiment eu l'impression de partir en cavale avec eux, avide de savoir comment tout cela se terminerait même si on pressent, dès le début, que la fin sera tragique.
Pour un premier roman, Philippe Djian a vraiment fait fort. Bleu comme l'enfer est un chef d'oeuvre construit brillamment, extrêmement bien ficelé, profond et écrit dans un style bien plus riche qu'il n'y paraît. Philippe Djian écrit avec ses tripes et j'adore ça. le prochain que je lirai sera son très célèbre 37°2 le matin et j'espère y retrouver ce souffle rageur qui m'a transportée ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Brooklyn_by_the_sea
  31 octobre 2018
C'est une curieuse expérience que de lire le premier roman de Philippe Djian après tous les autres. Alors que son style s'est épuré au fur et à mesure de ses publications, celui qu'il utilisait en 1982 se rapproche beaucoup de celui de Jack Kerouac -ce qui n'est pas pour me déplaire. J'ai pris beaucoup de plaisir à me plonger dans ses longues phrases pleines de couleurs et de sensations.
L'ambiance prime sur l'histoire, qui se résume à une poursuite (sur la route) entre flics pourris et voyous à la coule, ponctuée de retournements de situation sidérants (déjà).
Au final, c'est un roman fiévreux et plein de sève, où l'on retrouve toutes les caractéristiques de l'oeuvre à venir de Philippe Djian -mais avec un petit côté rétro-nostalgique charmant.
Commenter  J’apprécie          110
sissou60
  22 août 2012
Je déteste ne pas finir un livre...mais là franchement, je n'ai pas réussi. le roman commence sur les chapeaux de roues, on ne sait plus qui est qui, qui fait quoi, les personnages se ressemblent au point de s'entremêler, le tout dans un contexte de violence et de sexe permanent...Cela rend sans doute très bien au cinéma mais ce livre-là n'est pas pour moi!
Commenter  J’apprécie          70
Zinaida
  27 mars 2014
Une cavale à travers le laid, la violence, le sexe, la drogue, saupoudrée de petits papillons illuminés comme des libellules durant une nuit d'été ...
Commenter  J’apprécie          70
Patience82
  25 octobre 2015
C'est extrêmement rare que j'abandonne la lecture d'un livre avant la fin, mais là, j'ai rendu les armes à la page 244. Je n'arriverai même pas à résumer l'histoire : alcool, sexe, drogue, violence, voilà tout ce que je peux en dire. l'auteur écrit comme on parle. Déjà là, c'est un style que j'apprécie moyennement. J'ai eu beaucoup de mal à identifier les personnages et les transitions entre les scènes. Je peux comprendre que ce roman plaise à certaines personnes, mais ce n'est pas pour moi.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
mandarine43mandarine43   06 janvier 2012
Il était dans un tel état qu'il ne pouvait rien ressentir de plus, bon Dieu les rues étaient vraiment belles et c'était encore plus horrible, cette beauté il la ressentait d'une façon plutôt bizarre. IL SE SENTAIT ENCORE PLUS MAL ! ! La beauté est une vraie saloperie quand vous souffrez, il y avait tout un tas de chiens et de gens, des filles et des hommes, le long des murs, des trottoirs, sur les murs blancs, de la musique, de la mauvaise musique et ces cons-là marchant au milieu de la rue, avec les chiens, les chiens se retournaient sur les filles et les murs blancs, les murs étaient d'un blanc intense, des guirlandes de fruits accrochées comme pour une fête et la rue montait tout doucement et au bout il y avait plus rien du tout, que la nuit, que la musique, les chiens passaient juste sous les roues du bus, il y avait des ampoules nues qui tombaient des murs et toutes ces saloperies de papillons qui tournaient autour dans cette musique de dingue, même les chiens étaient dingues, même les gens, les filles et les hommes sur les trottoirs, ils faisaient valser les ampoules et les ombres sur les murs, d'un bout à l'autre et rien de plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
AalizAaliz   07 mars 2013
- Oui, mec, c’qu’y a ?
- Ho, je peux te parler, t’es pas trop raide ?
- Mec, je suis raide, mais tu peux parler. J’entends super, t’es à côté de moi, ouais.
- Bon, je me suis fait piquer la Buick.
- Ouais, tu t’es fait piquer la Buick et moi je chie de l’héroïne pure ooouuoouuuaaaaaaaaaaaaa…
Ned écarta l’écouteur de son oreille, même comme ça le rire de Jimmy gardait un bon volume. Quand il se calma, il dit :
- Ooouuu, je me suis pissé dessus. Terrible.
- Jimmy, je déconne pas.
- Hein ?
- C’est les flics.
- …
- Hey, t’es toujours là ?
- Iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii…
- Je sais, calme-toi.
- …iiiiiiiiiiiiii…
- Bon, écoute, je serai là dans la nuit. Je t’expliquerai…
- OH….OH….OUI MON SALAUD….ARRIVE, OOHHH…JE SUIS MORT.
- Tu n’es pas mort, tu me parles.
- JE SUIS MORT, JE TE DIS !
- Bon, j’aime mieux ça.
- JE T’AVAIS DIT DE FAIRE GAFFE !
- D’accord, tu l’avais dit. Ça change rien.
- TU AS FAIT LE CON, J’EN SUIS SÛR ! OH DOUX JESUS !
- J’arrive. Va t’allonger.
- OH BON DIEU, MON CRÂNE VA EXPLOSER ET IL CROIT QUE JE VAIS POUVOIR M’ALLONGER… IL EST DINGUE !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
mandarine43mandarine43   16 mars 2011
Elle savait pas trop comment s'y prendre avec lui, tout ce qu'elle lui avait dit était vrai, simplement elle espérait un peu plus. Elle se servit un deuxième verre, il se présentait une chance énorme pour elle, elle jouait à être amoureuse, même si ça devait la briser en deux, elle trouvait ça tellement bon, il était à côté, il pensait sûrement pas à elle, elle s'en foutait, il y avait rien de pire que la solitude, elle pouvait mettre son tapis, elle avait une petite jupe en jean boutonnée sur le devant et des rides précoces, une âme sensible et des gros nichons, il fallait faire avec ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
sissou60sissou60   22 août 2012
Le Gros apprécia, il tourna suffisamment la tête pour voir les deux types s'agiter dans la Buick et il plissa les yeux. Il se serra un peu plus, jusqu'à ce qu'il entende le bruit de la ferraille froissée et il y eut une première embardée. Il s'écarta de quelques centimètres et replongea, mais cette fois, la place était meilleure, il se trouvait plus en avant et un enjoliveur de phare traversa le ciel blanc devant ses yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mandarine43mandarine43   16 mars 2011
Ils appréciaient tous les deux la température du vent, la vitesse, en fait, ils avaient pas mal de points communs, ils étaient

VIVANTS
ACCROCHÉS
et SEULS.

En général, quand ces trois conditions étaient remplies, les malheurs ne tardaient pas à arriver.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Philippe Djian (53) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Djian
26.04.18 - INTEGRALE - S. Tesson, P. Djian, É. Faye, N. Van Moerkerkenland et C. Gras.
autres livres classés : road movieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philippe Djian - méli-mélo de titres

Avant d'attaquer ses titres, on commence par son année de naissance.

1939
1949
1959
1969

12 questions
74 lecteurs ont répondu
Thème : Philippe DjianCréer un quiz sur ce livre