AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070729203
400 pages
Gallimard (23/04/1993)
3.69/5   168 notes
Résumé :
Entrer dans la vie, c'est entrer dans l'arène. On est jeune, plein de feu, et on croit la vie à ses pieds. Très vite, on découvre que ce qui va se passer est un peu plus compliqué qu'il n'y paraissait. Que les châtiments successifs débouchent sur l'inéluctable mise à mort. Sous la lumière brutale d'un immense Sud hispanique, trois hommes font brutalement l'apprentissage de la vie : Mani, fils sans père, dans toute la fougue de ses dix-huit ans, cherche une direction... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,69

sur 168 notes
5
2 avis
4
1 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
2 avis

Olivia-A
  11 janvier 2015
Avec Philippe Djian, on ne sait jamais à quoi s'attendre. Il nous déroule les tentacule de son roman très lentement, en pesant bien ses mots, en s'attardant un peu plus sur tel ou tel personnage, sur tel ou tel épisode, sans qu'on comprenne vraiment ses choix, sans qu'on puisse le moins du monde deviner où l'intrigue va nous mener. Et puis, il nous tue en plein vol. On pourrait lui en vouloir, mais finalement, si j'ai été très frustrée sur le moment, je me dis maintenant qu'il n'y avait en effet plus rien à dire, que c'était là la fin logique des choses et qu'il vaut mieux finir en beauté que de s'attarder dans des longueurs inutiles (ce que Djian a bien compris et exécute à merveille).
Comme toujours, ses personnages sont à la fois attachants et profondément haïssables, tour à tour victimes et bourreaux. Mais il nous donne l'occasion de comprendre Mani et Vito, de leur trouver des excuses, de les apprécier. Alors que c'est sans espoir pour Victor Sarramanga, dont le point de vue n'est jamais présenté tout au long du roman. On n'a un peu le sentiment qu'il n'a que ce qu'il mérite finalement, que c'est lui le bourreau ultime de l'histoire, et la cause de toute la souffrance de tous les autres personnages. Tout est beaucoup plus compliqué que cela bien sûr, quand on tourne les pages, mais avec le recul, c'est un peu cela qu'on ressent. Et je ne peux m'empêcher de penser que Djian l'a fait exprès, lui qui, diaboliquement, mène son lecteur par le bout du nez et ne laisse jamais rien au hasard.
Toujours est-il qu'il s'agit d'un livre intense et captivant, qui prend aux tripes pour ne plus les lâcher, et donne à réfléchir sur la nature humaine.
Lien : https://theunamedbookshelf.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
TristanPichard
  07 septembre 2014
Bien sûr, il y a des clichés dans ce bouquin. Mais en fait on s 'en fout. Il y a aussi pas mal de passages très cul tout à fait gratuits qui peuvent agacer (le roman à vingt ans, ça faisait peut-être plus d'effet à l'époque), mais c'est de toute manière pas le plus important. Il y a cette fin en plein milieu du climax qui ne plaira pas à ceux qui n'aiment pas rester sur leur faim. Pour ma part, j'ai trouvé ça couillu. Comme l'ensemble du livre, d'ailleurs. Bref, rien n'a d'importance, tout comme pour Mani, le héros.
Sauf qu'en fait, il est indéniable que ça fonctionne. On ne saute pas de passages (ce qui est rare chez moi), on se laisse porter par le récit, on s'attache aux personnages (surtout à Vitto dans la partie centrale). Et c'est ce qui compte. le style est très maîtrisé (premier livre de Djian que je lis et je constate ce qu'on m'avait déjà dit), et on imagine l'auteur en train de s'amuser à faire le malin, cabotin en diable. du coup, on se laisse avoir de bonne grâce, comme le taureau qui se doute bien qu'il y a un truc louche mais qui, bercé par le flottements de ce satané tissu rouge, va se faire avoir comme un bleu. La scène du viol (du point de vue du violeur) est le moment le plus virtuose. On y croit pas, on s'en voudrait de comprendre son geste et en même temps... pourtant Djian ne nous met pas mal à l'aise, car finalement ce n'est pas important tout ce qu'il raconte. On a presque envie d'assister à une corrida après ça, c'est dire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Livrepassion16
  18 septembre 2021
La quatrième de couverture promettait beaucoup. J'ai lu la première partie très facilement. J'ai aimé suivre le personnage de Mani, adolescent de 18 ans, sous l'emprise de son grand-père Victor Sarramanga, riche et puissant qui dirige toute la région. Sa mère lui annonce qu'elle va ramener à la maison un énième mari, ce qui le perturbe fortement.
Dans la deuxième partie, que j'ai moins appréciée, on fait un retour en arrière d'une vingtaine d'années et on apprend que le mari en question était un petit ami de sa mère Ethel, parmi d'autres. Mais celui-ci, Vito, a été rejeté par son père, Victor, le grand-père de Mani, qui les a séparés.
Dans la troisième partie, retour au présent, et affrontements entre Vito, Victor et Mani autour du personnage d'Ethel, fille de Victor, mère de Mani et épouse de Vito.
La violence des affrontements m'a dérangée ainsi que le comportement de cette jeunesse dépravée, ne songeant qu'à faire la fête, protégée par des parents influents. L'originalité de ce livre, c'est la référence à la corrida, trop peu exploitée à mon goût. La fin me paraît un peu bâclée.
J'ai lu plusieurs livres de cet auteur, c'est celui que j'ai préféré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LaBibDeMag
  20 août 2013
La playlist de "Sotos" dans l'ordre d'apparition :
Fear, Jane's Addiction, les Stooges, le Requiem de Mozart, "San Francisco" de Scott McKenzie, Ivan Rebroff, Neil Diamond, Michel Legrand, George Michael, Genesis, "Damaged" de Black Flag, le traditionnel irlandais "Johnny, I hardly knew Ye", "English Civil War" des Clash, Gil More, James Mac Murtry, "We all shine on" de Instant Karma, "Born to be wild", "Me and Bobby McGee", "One of us must know", Townes van Zandt et "Les variations Goldberg" de Glenn Gould.
Commenter  J’apprécie          41
MClo85
  25 mai 2013
Trois personnages dominent ce roman. un jeune homme insouciant, Mani, protégé et surtout dominé, voire manipulé par son grand-père, Victor Sarramanga. Vito qui vient d'épouser Ethel, la fille de Victor. Dans le premier tercio, on découvre la vie de Vito et l'on comprend ce qui oppose les deux hommes. C'est un combat comme celui de la corrida. Les rapports entre les personnages sont passionnés, compliqués mais au fil du livre tout s'éclaire. Est-ce le vieux patriarche qui règne sur les hommes et la région qui va gagner ou le jeune loup qui a fini par se rebeller ? Ou Vito ? C'est un livre que j'ai beaucoup apprécié.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Olivia-AOlivia-A   03 janvier 2015
Elle ouvrait les yeux avec l'aube, restait un long moment sans bouger, à examiner la progression de la lumière dans la chambre et elle réalisait doucement que le bonheur était un peu fade, ce qui le rendait difficile à identifier. Chaque matin, elle prenait davantage conscience qu'il n'y avait que quelques gouttes qui lui tombaient dans la bouche. Ce n'était pas le flot qu'elle aurait pu imaginer, le torrent qui devait vous engloutir, ce n'était pas une course folle mais de simple petits pas, un simple filet d'eau glissant sur vos lèvres, de toutes petites briques que l'on superpose une à une mais que l'on peut empiler jusqu'au ciel. Et cette révélation l'étourdissait, elle pensait avoir découvert un secret fondamental.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Olivia-AOlivia-A   03 janvier 2015
Jusque-là, elle ne concevait le bonheur que comme les morceaux d'un plafond qui vous tombait sur la tête, c'est-à-dire sans prévenir, vous choisissant au hasard et n'ayant sur vous qu'un effet rapide, aussi merveilleux que fugace. Elle avait tant avalé de "Ici et Maintenant" qu'elle avait vécu dans un monde en deux dimensions, pas plus épais qu'une feuille de cigarette. Mais à présent, à mesure qu'elle construisait sa maison, elle distinguait le chemin qui s'ouvrait devant elle et s'enfonçait dans le lointain pour le restant de sa vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lecassinlecassin   18 juillet 2018
La maison était silencieuse, sombre et presque fraîche malgré des épis de lumière suspendus aux volets.
Commenter  J’apprécie          200
LaBibDeMagLaBibDeMag   20 août 2013
"Mais le temps a filé si vite...On prend toujours du retard, dans la vie... On ne réalise pas tous ses projets, on ne s'occupe pas assez des gens qu'on aime et chaque jour qui finit se solde par une espèce d'échec, mais qu'est-ce qu'on peut y faire... ? On dit que la vie ne repasse pas les plats et ça tu peux en être sûr... ! On devrait ajouter qu'ils défilent à toute vitesse quand ils se présentent..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
MClo85MClo85   25 mai 2013
S'il venait voir Vito, mon grand-père ne s'était pas dérangé pour rien. Il pouvait écarter tous ces gens qui s'égaillaient devant la maison, lui souriaient et le saluaient au passage, s'enquéraient de sa santé ou lui serraient la main et il aurait pu constater que Vito était bien là et il n'avait qu'à lui raconter tout ce qu'il voulait. J'ai jeté un coup d'oeil à ce dernier avant de rejoindre mon grand-père, mais je n'ai pas eu l'impression qu'il réalisait de quel mauvais pas je l'avais tiré. Ou peut-être qu'un signe de reconnaissance lui airait arraché la gorge.
Quoi qu'il en soit, je me suis avancé au milieu de tous mes amis, le verre à la main et le soleil dans les yeux pour accueillir notre homme. J'avais toutes les peines du monde à cacher le plaisir qui m'envahissait, à ravaler le large sourire qui menaçait de tourner au rugissement de victoire.
-Désolé, mais j'avais oublié de te dire que...
J'ai reçu sa main en pleine figure. Chaque fois que mon grand-père m'avait frappé, ça n'avait jamais été le simple geste qui comptait. Il ne craignait pas de m'arracher la tête. Il devait estimer qu'une simple gifle ne suffisait pas et que je méritais davantage que l'humiliation. Je manquais à chaque fois de me retrouver par terre.
Lorsqu'il était réellement furieux contre moi, il n'hésitait pas à recommencer. Mais cette fois, j'avais dû dépasser les bornes car ma tête est partie dans un sens puis dans l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Philippe Djian (55) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Djian
Découvrez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/delphine-saada-celle-qui-criait-au-loup-53274.html Quel lien peut-il y avoir entre la médecine et l'écriture. Delphine Saada ne se pose pas la question même si elle reconnait que le lien à l'autre, la volonté d'interroger et le souhait d'apaiser les maux sont peut-être des points communs. Delphine Saada s'est toujours rêvée médecin, elle s'est aujourd'hui spécialisée en dermatologie. Mais grande lectrice depuis l'adolescence, elle a répondu à une envie d'écriture il y a quelques années, s'essayant à des textes courts, pour le plaisir. Pourtant, l'idée de ce qui allait devenir son premier roman était déjà là. Il faudra la participation à un atelier d'écriture animé par l'écrivain Philippe Djian pour que Delphine Saada franchisse le pas et s'autorise à proposer son texte à un éditeur. Voilà comment nait ce livre, « Celle qui criait au loup » publié chez Plon. Anabelle a tout pour être heureuse. Une profession qu'elle aime et exerce avec rigueur, elle est infirmière dans un hôpital parisien, un mari attentionné, Sebastian, deux beaux enfants, Arthur et Emma, un appartement confortable. Pourtant dans cette vie réglée comme du papier à musique, Anabelle cache des failles. Au fil de quelques semaines, tout semble vaciller, des souvenirs resurgissent. Et bientôt, sa fille de 6 ans devient comme une ennemie. Son coeur de mère se dessèche face à cet enfant qui semble toute l'opposée d'elle-même. Sur le thème du désamour maternel, Delphine Saada nous offre un premier roman saisissant, violent, qui se lit comme un thriller psychologique tout en abordant des thèmes sociétaux universels. L'écriture, très maitrisée et littéraire, est intense et glaçante. L'intrigue est parfaitement menée et le malaise s'installe sournoisement dans cette famille bien sous tous rapports. Mais au-delà du plaisir de lecture avec ce roman à rebondissements où le suspense est habilement construit, le roman aborde des sujets sur la famille, l'éducation, les souvenirs, auxquels chacun pourra coller sa propre expérience. Ce premier roman est une vraie réussite. « Celle qui criait au loup » de Delphine Saada est publié aux éditions Plon.
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus






Quiz Voir plus

Philippe Djian - méli-mélo de titres

Avant d'attaquer ses titres, on commence par son année de naissance.

1939
1949
1959
1969

12 questions
90 lecteurs ont répondu
Thème : Philippe DjianCréer un quiz sur ce livre