AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Zehra Dogan (Autre)
EAN : 9782413038481
120 pages
Éditeur : Delcourt (17/03/2021)
3.88/5   4 notes
Résumé :
Ce livre est le fruit d'une détermination, transformant un emprisonnement en une résistance. Zehra Dogan, artiste kurde condamnée pour un dessin et une information qu'elle a relayés, fut jetée dans la prison n°5 de Diyarbakir, en Turquie. Elle nous immerge dans son quotidien carcéral. Découvrir le passé de ce haut lieu de persécutions et de résistances, c'est connaître la lutte du peuple kurde.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ErnestLONDON
  18 mai 2021
Zehra Doḡan, journaliste et artiste kurde est condamnée à 2 ans, 9 mois et 22 jours de prison pour « propagande terroriste »… après avoir dessiné la destruction de la ville de Nusaybin ! Elle réussit à faire sortir de prison les planches qu'elle réalise au quotidien et qui témoignent de la vie dans les geôles turques : « C'est eux qui ont détruit et brûlé les villes. Moi, je n'ai fait que le dépeindre. »
En octobre 2015, l'État rejette le processus de paix, à la suite d'un attentat pendant une manifestation à Ankara. Il utilise l'artillerie lourde, des blindés et des avions de chasse contre la résistance qui s'organise. En 2016, des milliers de fonctionnaires sont limogés par décret, des universitaires sont exclus et arrêtés pour avoir lancé un appel à ce que cesse la guerre. Zehra Doḡan raconte l'intense répression du régime contre la communauté kurde : explosions, morts, arrestations, couvre-feu, assassinats par centaines.
Elle parle aussi de l'organisation dans le quartier BK4 de la geôle d'Amed, avec ses compagnes d'infortune, prisonnières politiques : les repas pris ensemble, partagés de façon égalitaire, les temps de réflexions, la lecture collective et commentée des journaux. Elle en présente quelques unes, enfermée depuis plus de vingt ans ou avec leur enfant. Elle évoque la joie retrouvée en leur compagnie et qui ne la quittera plus : « Il reste une parcelle de bonheur en nous. Peu importe le lieu, il devient vivable. »
Elle revient sur l'histoire sanglante de la Turquie et de sa politique nationaliste, qui impose l'assimilation par la force à toutes les minorités, sur l'histoire de la résistance kurde et du PKK, depuis sa création en 1978, reliant la plupart de ces récits à cette prison militaire, nommé « n°5 » depuis le coup d'État de 1980 : une interminable série de tortures, persécutions et d'humiliations, plus abjectes les unes que les autres, auxquelles répondent des actes désespérés ou des actions de résistance et de révolte.
« Toutes les pages de ce livre sont sorties de la prison en cachette, une à une. » Il ne s'agit pas là d'une bande dessinée ordinaire, mais d'un témoignage direct, brute et brutal, animé par le seul souci de rendre compte et hommage.
Article à retrouver sur le blog :
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Emiliec28
  28 mai 2021
Un aperçu de l'enfer. Nous, occidentaux privilégiés (plus ou moins mais quand même bien plus que dans beaucoup de pays) aimons nous faire peur parfois, regarder des films, des séries ou lire des livres et des BD qui imaginent un monde totalitaire, violent et où la vie serait plus terrifiante que la mort. Quand je lis ce genre d'ouvrage, cette réalité dépeinte, je réalise toute notre futilité et notre aveuglement. Ce n'est pas comme si je ne savais pas mais ce ne sont que des idées vagues, ça se passe loin, ça ne me concerne pas. Vraiment ? je suis terrifiée quand je lis ça, mortifiée aussi parce que je ne comprends pas, vraiment pas, qu'on puisse encore tolérer ces régimes, pire encore, s'en faire des amis au nom de la diplomatie qui cache en fait un tout autre moteur : l'argent. Et je ne dis pas ça sous couvert de "en temps qu'occidentale je sais ce qu'il y a de mieux pour les autres" je ne dis pas que la démocratie sous laquelle je vis est bonne, encore moins parfaite ou pleine d'espoir, en vérité plus le temps passe plus j'ai le sentiment qu'ils ne prennent même plus la peine de soigner le masque de cette démocratie, nous glissons vers quelque chose de sombre voilà pourquoi je suis terrifiée quand je lis cette BD, l'histoire de la Turquie, des Kurdes, de ce qui s'y passe encore. Je suis en colère pour eux, je ne peux même pas imaginer comprendre moi qui ai toujours été protégée, qui ai toujours eu un toit, ma liberté de mouvement et d'expression. Mais je suis terrifiée parce que l'humain est capable de ça. Il peut infliger ces sévices, ça ne sort pas de l'imagination de l'autrice, ils et elles (les prisonniers et les kurdes) survivent à ça et il y a des humains qui prennent plaisir à infliger ça. Les droits sont bien fragiles face à la violence aveugle où que ce soit dans le monde. Il faut arrêter de croire que nous en sommes à l'abris.
Le pire dans cette BD c'est peut-être le ton employé, aucun pathos, juste une énumération de faits, une neutralité totale, presque aucune colère, une pointe de mélancolie et de tristesse peut-être mais à peine. L'autrice pointe du doigt, c'est tout. Et à quoi servirait de faire plus ? La réalité est tellement terrible en soi qu'elle ne nécessite rien d'autre que d'être énoncée.
Et, en finalité, demeure un sentiment d'impuissance face à une volonté stérile de faire imploser tous ces systèmes qui vivent sur la souffrance, la violence, l'intolérance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (3)
BoDoi   07 mai 2021
Récit réalisé au crayon et stylo rouge sur papier kraft, au verso de lettres envoyées par une amie libre, Prison n°5 est à la fois un témoignage individuel d’une réalité rarement documentée, et un geste politique.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Bedeo   07 mai 2021
Carnet de détention d’une prisonnière kurde dans les geôles de Turquie.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BDGest   13 avril 2021
Prison n°5 est un témoignage frontal, éprouvant et bouleversant.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ErnestLONDONErnestLONDON   30 avril 2021
C’est eux qui ont détruit et brûlé les villes. Moi, je n’ai fait que le dépeindre. 
Commenter  J’apprécie          100

Lire un extrait
autres livres classés : diplomatieVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4038 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre