AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782017076322
64 pages
Éditeur : Robinson (06/11/2019)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Dans un royaume en guerre et agité par des querelles religieuses, le commissaire Nicolas Le Floch est chargé d’enquêter sur la mort mystérieuse du fils d’un courtisan proche du dauphin.
Ses investigations le conduiront dans l’entourage de la famille royale et de Mme de Pompadour, ce qui n’est pas sans risques…
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Ogrimoire
  13 janvier 2020
Ce deuxième tome est toujours très fidèle au livre qu'il adapte, et l'on retrouve toujours avec grand plaisir les personnages que l'on a appris à découvrir dans la série de M. Parot : Nicolas le Floch, l'inspecteur Bourdeau, Monsieur de Sartine, Monsieur de Noblecourt, chez qui loge Nicolas, mais aussi la Paulet, « tenancière de maison galante », Rabouine, la mouche (on appelait ainsi les indicateurs de la police), le Docteur Semacgus et le bourreau Charles-Henri Sanson, médecin légal à ses heures…
Le scénario, donc, est parfaitement fidèle. La société parisienne de la deuxième moitié du XVIIIe siècle est décrite avec précision, dans ce qu'elle a de paradoxal : même si rien, dans ces deux premiers tomes, ne le verbalise, on sent déjà monter les tensions entre une noblesse qui se croit tout permis et une population qui supporte de moins en moins d'être maintenue dans la pauvreté et la dépendance.
Les dessins sont précis, efficaces. Les couleurs, relativement ternes – mais ce n'est pas une critique ! – correspondent bien au ressenti que l'on peut avoir en lisant les livres de la série. En tout cas, c'est ce que j'avais moi ressenti : au-delà du chatoiement des tissus chamarrés de la Cour, la vie est dure, la ville est sale, la maladie et la mort sont partout présentes…
Lien : https://ogrimoire.com/2020/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
MissSherlock
  26 décembre 2019
J'avais été moyennement convaincue par le tome 1 de l'adaptation en BD des romans de Jean-François Parot. Je n'ai pourtant pas pu résister au deuxième tome, je suis faible :-)
Une fois de plus Dobbs réduit l'enquête à sa portion la plus congrue mais cette fois-ci l'ensemble est beaucoup plus compréhensible. Et les dialogues ciselés de Parot compensent les accélérations du récit.
Je ne suis toujours pas emballée par le dessin surtout en ce qui concerne les décors. Pour les personnages, j'ai fini par « oublier » les acteurs de la série même si je demeure dubitative par la tête de Sartine !
Cette série n'est pas totalement à la hauteur des romans de Parot mais elle offre un moment de distraction sympathique. Il y a fort à parier que je lirai le tome 3 ;-)
Commenter  J’apprécie          120
beatriceferon
  07 février 2020
Nous sommes en octobre 1761. Quelques mois à peine séparent donc les deux histoires, « L'Énigme des Blancs Manteaux » et « L'Homme au ventre de plomb ».
Les Ruissec, « vieille noblesse militaire, sévère, dévote et radoteuse à souhait » assistent à un opéra, lorsqu'un valet vient les chercher. Un drame a dû se produire : Sartine intime à Nicolas l'ordre de le rejoindre. le fils aîné du comte a été retrouvé mort. Une balle a traversé son cou, mais le plus étrange, cette odeur de vase, incongrue dans un appartement et le visage qui « a subi une telle déformation qu'il fait penser à celui d'un vieillard ». Nicolas va devoir se livrer à une enquête d'autant plus étonnante que le comte, pourtant si pieux, refuse d'admettre qu'il s'agit d'un crime. Il soutient avec force que le vicomte s'est suicidé.
Si l'adaptation des aventures imaginées par Jean-François Parot dans le premier volume m'avait bien plu, je suis plus réticente face à celui-ci. Il s'agit d'une enquête très délicate et très complexe qui demande toute la finesse de plume de son auteur. Forcément, la transposer en bande dessinée signifie opérer des coupes sombres, et, à mon avis, elles nuisent beaucoup à la compréhension. J'ai eu peine à lier les événements les uns aux autres. Cela m'a paru très confus. En outre, à mon avis, Chaiko a donné à ses personnages féminins à peu près le même visage, ce qui empêche de bien les distinguer. Par exemple, Mme de Pompadour n'a rien de commun avec les portraits d'elle que l'on connaît. le chien est affreusement mal dessiné. On se demande avec perplexité de quel animal étrange il s'agit ! Il y a assez peu de décors, c'est dommage, car c'est cela qui permet au lecteur de s'imprégner de l'atmosphère de l'époque. de temps à autre, une vignette en noir et blanc nous replonge dans un épisode passé. Certaines illustrent le récit d'un des protagonistes d'autres rappellent un moment de l'histoire auquel on n'a (sans doute) pas prêté toute l'attention qu'il méritait.
Dans le premier volume, les onomatopées m'avaient surprise. Dans celui-ci, elles sont plus traditionnelles, sauf, de temps à autre, un curieux « TchakTchak » lorsque Nicolas frappe à la porte... (Moi, j'aurais écrit « Toc Toc ») Ou « Crash » quand, dans un geste de colère, Mlle Bichelière balaie tous les objets de sa coiffeuse.
Mon avis est donc très mitigé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
pchion
  05 décembre 2019
Bonne adaptation du livre avec des dessins assez fouillés et intégrant pas mal de détails historiques. Un grand regret : je n'aime pas les visages des personnages. Plusieurs d'entre-eux ne correspondent pas à l'image que je m'en fais d'après les descriptions de l'auteur du roman. Principal objet de ma critique : le héros central !
Mais bon... Difficile de trouver exactement ce que l'on cherche. Les acteurs choisis pour la série télé correspondent mieux à l'image que je m'en fais ; peut-être que ce facteur influence trop mon jugement !
Commenter  J’apprécie          20
croix59
  14 novembre 2019
Belle adaptation de la série crée par JF Parot. Les dialogues qui font le sel des romans sont présents.
Le dessin est réaliste même si je dois avouer avoir été surprise par la représentation de la Pompadour (cheveux bruns en anglaises alors qu'elle est représentée souvent avec les cheveux relevés et poudrés...).
Pas mal du tout.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (2)
BDGest   06 décembre 2019
Seconde adaptation des romans de Jean-François Parot, L'homme au ventre de plomb procure tout ce que recherche et affectionne l'amateur tatillon de polar : un, voire plusieurs homicides déconcertants, un contexte historique marquant ainsi qu'un policier également magistrat, méthodique et perspicace.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   18 novembre 2019
Dobbs installe un très bon rythme à l'enquête. L'atmosphère est très bien rendue, les intrigues de la cour et politiques sont bien expliquées. Cette deuxième enquête de Nicolas le Floch, est une belle adaptation, un récit policier qui se lit avec grand plaisir et garde son suspense jusqu'au bout.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
OgrimoireOgrimoire   13 janvier 2020
– Ce que le Docteur Semacgus veut vous faire comprendre, c’est que le cadavre qui gît sous nos yeux possède une masse spécifique sans relation avec son appartenance à l’espèce humaine…

– Avez-vous considéré le visage du mort, Nicolas ?

– Il m’est apparu fripé et rétréci, semblable à ces têtes réduites figurées sur un ouvrage d’un père jésuite consacré aux peuplades sauvages des Indes occidentales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Dobbs (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Dobbs
Bande annonce 2 - Allan Quatermain et les mines du Roi Salomon
autres livres classés : nicolas le flochVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

1 classique = 1 auteur (XVIII° siècle)

Le Jeu de l'amour et du hasard

Voltaire
Marivaux
Beaumarchais

10 questions
144 lecteurs ont répondu
Thèmes : classique , classique 18ème siècle , 18ème siecleCréer un quiz sur ce livre