AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9781097079049
410 pages
Éditeur : Détour (éditions du) (16/03/2017)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Emmanuel Dockès expose dans cet essai ses propositions pour repenser notre société dans tous ses aspects. Au fil de l'ouvrage, l'auteur mobilise les idées les plus progressistes et les plus audacieuses sur la monnaie, la démocratie participative, le partage du travail, la propriété d'usage, la rotation des familles, l'autogestion, la liberté d'entre- prendre, les services publics, l'autodétermination...
Ce livre nous entraîne dans une aventure politique conc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
ErnestLONDON
  19 mai 2020
À la suite d'un accident d'avion, Sébastien Debourg, professeur à l'université de Cergy-Pontoise, spécialisé en droit de la finance internationale, se retrouve dans un pays inconnu, organisé selon le principe d'une réduction maximale des pouvoirs et des dominations : la Misarchie. Avec surprise, puis curiosité, souvent beaucoup d'incrédulité, voire d'incompréhension, il poursuit son exploration et ses découvertes. le procédé littéraire du « voyage fantastique » initié par Jonathan Swift, remis au goût du jour par Emmanuel Dockès, lui-même professeur de droit à l'université de Paris-Ouest-Nanterre, lui permet par un habile décalage de point de vue, de montrer l'étendu d'un possible (presque) à porté de main, de rendre concrète, intelligible et réaliste, l'utopie d'une autre organisation sociale. C'est l'absurdité de notre société qui frappe, plus souvent que la cocasserie de la Misarchie.
Article complet sur le blog :
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
Commenter  J’apprécie          210
Pigranelle
  11 mars 2018
On n'a jamais fait mieux qu'une bonne utopie pour exposer des idées politiques, c'est un plaisir de voir ce genre remis aux gouts du jour dans cet essai. Un peu gênée au départ par certaines facilités de l'intrigue, et par une narration au présent qui me rappelais un peu trop les "livres dont vous êtes le héros", j'ai quand même été accrochée par ce récit et le discours qu'il porte. le style prend son sens à la fin quand l'ambiance devient plus mélancolique, certainement inspiré par les Nouvelles de nulle part de William Morris.
Sur le fond on sent bien que l'auteur a vraiment réfléchi son système en profondeur: juriste, Emmanuel Dockès a le sens du détail et le soucis de crédibilité dans ses propositions qui ne semblent jamais complètement irréalisables. On a diablement envie d'y aller dans cette misarchie, si libérale sur le plan des moeurs et de la politique, et en même temps si bien organisée pour assurer l'égalité, la redistribution, le partage des pouvoirs. On se créerait volontiers un petit district misarchiste autonome dans notre capitalo-démocratie tyrannique...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Philvixouze
  26 juin 2017
C'est un essai qui dérange nos manieres de pensées et nos habitudes. La lecture est relativement aisée. Je recommande sa lecture à tous ceux qui ont envie d'être bousculé dans leurs principes.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
PigranellePigranelle   11 mars 2018
Le patronat ne cache même plus son avidité méprisante. La xénophobie est devenue un discours politique commun, presque universel. Les populations musulmanes, prises pour cibles, cultivent repli identitaire et religiosité rétrograde. Au-delà de la Méditerranée, les guerres de religion font rage, rivalisant de cruauté. L'Occident bombarde tout ça, un peu au hasard. Plus loin, la Chine despotique intensifie ses inégalités et nourrit ses rancœurs anti-occidentales, pour augmenter son budget militaire. L'atome prolifère discrètement à l'ombre de centrales vétustes. Les peuples effrayés se sécurisent en pensant aux contrôles des frontières et au Big Data. Ils se rêvent sous la protection d'un chef puissant, entourés de drones et de robots militaires.
Après l'esclavage, après la colonisation raciste des XVIIIe et XIXe siècles, après les génocides du XXe siècle, l'être humain n'a pas pu oublier si vite, ni retomber si bas. Rien de tout cela n'est possible. Ce début de XXIe siècle a été créé de toutes pièces pour faire peur aux enfants. Il n'est pas réaliste, pas même crédible. Et je ne suis pas dupe.
Je vais relire tranquillement mon témoignage sur l'Arcanie. [...] Peut-être irais-je en distribuer quelques exemplaires dans le petit vent frais du souvenir des Nuits debout. [...] Car dès demain, lâchement, je retourne me protéger en Arcanie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ErnestLONDONErnestLONDON   19 mai 2020
Les immigrants sont des personnes qui ont été capables de tout quitter, parfois de traverser des épreuves terribles, pour changer de vie. C’est une sacrée sélection. L’énergie qu’il faut pour migrer… Nous accueillons l’énergie de ceux qui n’ont rien à perdre et tout à construire.
Commenter  J’apprécie          101
ErnestLONDONErnestLONDON   18 mai 2020
Entre 1944 et 1964, la tranche supérieure de l’impôt sur le revenu était à 91% aux États-Unis. Au Royaume-Uni, avec un taux marginal de 99,25%, une sorte de record a été atteint pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais un taux de 90% a été conservé pendant les années 1950 et 1960. Et il était encore à 83% à la veille de la prise du pouvoir par Margaret Thatcher, en 1978. 
Commenter  J’apprécie          61
PigranellePigranelle   11 mars 2018
- D'après Cynthia Lee, les abstrus [économistes] seraient les continuateurs d'une longue tradition, commencée par Pythagore. Selon elle, ce penseur usait de son génie mathématique comme préambule, aux fins de démontrer de grandes théories mystico-religieuses. C'est pour lire l'avenir que les astrologues ont découvert les équations du mouvement des planètes. [...] Les abstrus poursuivent ces grands mélanges de connaissance et de charlatanerie, afin de prédire l'avenir. [...] Si on doit faire un classement des devins, je dirais que les abstrus sont un peu plus influents que les astrologues, mais sensiblement moins que les tireurs de cartes et les lanceurs de bâtonnets. Les méthode de divination basées sur le pur hasard correspondent si bien à l'imprévisibilité de l'avenir que leur attrait est toujours très grand.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PigranellePigranelle   11 mars 2018
- La concurrence, tu dis ?, me demande Gavriíl.
- Vous croyez encore en la régulation spontanée par la concurrence ?, complète Joseon avec curiosité.
- Heu... non, enfin pas totalement, réponds-je embarrassé par le ton de leurs questions. Mais tout de même, l'efficacité de nos entreprises capitalistes est démontrée par leur succès.
- Il est de temps en temps comme ça, explique Gavriíl soudain protecteur. Il vient d'arriver de France et...
- Mais je peux comprendre, je peux comprendre, acquiesce Joseon.
- Simplement, m'explique Gavriíl bienveillant, en Arcanie, à part quelques illuminés, presque plus personne ne croit en l'action régulatrice de la sainte concurrence. c'est une religion qui a presque disparu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : utopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox